ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

E.6.3 Les différents types de pédophiles - Pédophiles passifs - Témoignage d'Arnaud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Témoignage extrait du livre "pédophilie, prévenir pour protéger", de Latifa Bennari.

Arnaud fait partie de ces pédophiles abstinents qui vivent à peu près en harmonie avec leurs attirances.


Quand un ami m'a parlé de Latifa, j'ai tout de suite voulu la rencontrer. Dans l'idée de partager notre vécu, elle victime d'un côté, moi de l'autre côté : pédophile désirant comprendre certaines choses.
A ma grande surprise avec Latifa, j'ai découvert quelqu'un d'humain, de sensible et à l'écoute. Cela devient de plus en plus rare quand on aborde ce sujet.
J'avais l'habitude de voir deux catégories de personnes :
-La première, constituée de gens plutôt dans les nuages à vouloir sans cesse justifier leur attirance.
-La deuxième, constituée d'interlocuteurs agressifs, qui trouvent que l'attirance pédophile en elle-même, bien que n'étant pas un choix, est un crime.

Je n'ai pas de message à faire passer, sinon partager du haut de mes 20ans ma maigre expérience sur ce sujet. Dans un premier temps, je vais essayer de résumer ma vie en quelques lignes.
J'ai grandi dans une famille où ma mère se montrait trop mère poule. Jusqu'à mes 7/8ans j'ai mené une vie heureuse. Je ne me rendais pas compte de la déchirure entre mes parents et de l'avenir qu'elle allait me faire vivre.
J'ai eu ma première expérience sexuelle à 10ans, avec un enfant du même âge, qui fut mon initiateur en la matière. Je le considérais comme un ami, rien de plus. A vrai dire j'étais assez réticent à ces relations, mais à chaque fois le désir me poussait à les renouveler, et je cessais de me soucier de ce qui avait de l'importance pour moi cinq minutes auparavant. La seule chose que je regrette aujourd'hui dans cette relation, c'est de ne pas avoir été plus loin.
J'étais très affectif, or, comme nous allions passer au collège, nous n'aurions plus la possibilité de nous voir. Celà m'a beaucoup marqué durant mon enfance. Pendant deux ans, je n'ai rêvé que de le revoir, avant de devoir l'oublier.
Je suis tombé amoureux plusieurs fois, de garçons de mon âge ou plus jeunes. Je ne me posais pas de questions et, même si je m'en étais posé, personne n'aurait été là pour y répondre.

J'ai passé un an dans un internat, j'ai eu durant deux semaines une copine âgée de 13ans (moi 14). Je ne l'aimais que très peu : celà ne fut pas très grave, encore moins pour elle que pour moi. Puis j'ai eu avec un garçon de 12ans des rapports beaucoup plus intimes qu'avec le premier. Pourtant je regrette aujourd'hui que cette relation ait été dépourvue de sentiments.
Pour moi, la dure réalité de la vie n'a pris son sens que lors de mes seize ans. Je me disais alors que le sexe, c'est avec les garçons, l'amour avec les filles.
Et c'est là que j'aperçus Alain. Je me levais plus tôt pour le voir sortir du car, je passais tout mon temps à essayer de le voir, jusqu'au jour où il devint mon ami. Il avait 12ans et moi 16. Vers le milieu de l'année, je lui ai dit que j'étais amoureux de lui. A ma grande surprise, il l'a très bien pris. Pour lui, j'étais un ami, rien d'autre. Seuls quelques calins nous liaient affectivement. Pourtant je crois aujourd'hui que s'il n'avait pas été là j'aurais pu mal tourner.

A cette époque, j'ai voulu savoir le pourquoi de tout celà. Le premier livre que j'ai lu sur la pédophilie résumait la question assez vite : tu es violeur, un monstre incapable d'aimer, il faut rétablir la peine de mort pour toi, tu es un sadique, un prédateur.
Je ne savais plus où me placer. Les sentiments que j'avais pour Alain étaient sincères et rien au monde n'aurait pu me faire croire en ce tissu de haine. J'ai donc lu d'autres livres sur le sujet. Tous aussi dévastateurs les uns que les autres. Mais j'ai vite remarqué que la plupart des auteurs de ces livres semblaient prétendre tout savoir, connaître l'absolue vérité sur le sujet. Pas un seul pourtant ne disait exactement la même chose ; pour certains, 60% des pédophiles avaient été abusés au cours de leur enfance, pour d'autres seulement 10%. Certains disaient que les pédophiles étaient des malades qui souffraient beaucoup, d'autres qu'ils étaient tous des dangers publics sans âme.
J'ai vite appris à regarder ça d'un regard plutôt amusé qu'autre chose.

Aujourd'hui, j'ai grandi, j'ai consulté des psychiatres, des spécialistes, et ils n'ont pas changé : à chaque fois un son de cloche différent. Certains trouvent que la pédophilie est intolérable, d'autres que les fantasmes ne sont pas si graves du moment que l'on ne passe pas à l'acte. D'autres encore essaient de comprendre sans y parvenir. Mais je n'ai pas dû voir les bons spécialistes.

J'ai eu chez moi quantité de vidéos pornographiques avec des enfants. Je n'ai pas vu d'enfants de deux ans violés et assassinés. Je n'ai pas pu trouver non plus des photos de meurtres que certains se plaignent de trouver par hasard en cinq minutes. J'ai vu des enfants manipulés, dans un internant en Russie. Les pays de l'Est sont des gros producteurs. J'ai aussi vu, d'un autre côté, ce qui se passait dans les années 70, des vidéos avec des enfants qui sourient et qui rient pendant un acte sexuel. J'ai vu aussi des actes avec violence où le sourire était loin d'être présent...
Néanmoins aucune distinction ne sera faite entre un enfant qui était pris en photo, avec son consentement et celui de ses parents, dans les années 70, et un viol au sens propre du terme, c'est à dire avec violence... Enfermer quelqu'un pour ce qu'il a vu ne me semble pas normal. Condamner les producteurs serait à mon sens plus logique.

Je ne suis pas un ange, mais j'ai un coeur comme tout le monde et je suis capable d'aimer, contrairement à ce que disent beaucoup de gens qui ne me connaissent pas.
Je comprends l'intérêt de dire que tous les pédophiles sont des monstres, pourtant j'en ai vu à ce jour plus de soixante et je n'en ai jamais vu un pareil, ils sont tous différents. J'en ai vu des instables, des rêveurs qui s'imaginent trouver l'amour au coin de leur rue, et qui font des bêtises sans s'en rendre compte. D'autres encore à ne penser qu'à leur intérêt personnel et à abuser des enfants. Mais la plupart de ceux que je connais ne sont pas passés à l'acte, pour telle ou telle raison, et souffrent comme les autres de la manière dont la société les considère.
Je ne suis pas du genre à accuser la société de tous les maux. Chacun est responsable de ses actes, tout le reste n'a pour but que de se déculpabiliser. Mais un pédophile est responsable de ses actes et pas de ses attirances. Cela est pour moi est une évidence incontestable. Pourtant encore contesté par beaucoup de gens qui, faute de s'être interrogés sur la question, ont une opinion... bien à eux.

Aujourd'hui, le simple fait de ne pas dire du mal d'un pédophile, c'est vouloir faire de la propagande.
Dire que parfois l'enfant ressent du plaisir sexuel est une honte (ce n'est pas parce qu'il éprouve des sensations sexuelles que celà est automatiquement bien pour lui, cela va de soi).

Bien sûr selon la loi, celà est beaucoup plus choquant quand un adulte de dix-huit ans a une relation sexuelle avec un mineur de treize ans que lorsque le plus grand a dix-sept ans (la loi, en théorie, ne condamne pas ce type de relation, en l'absence de contrainte, de surprise et de violence). D'ailleurs, en France, l'âge de consentement est fixé à quinze ans. Mais dans d'autres pays, il l'est à seize, douze, dix-huit, vingt et un... Selon les états, les enfants sont plus sensibles, c'est bien connu.
Au delà des lois se trouvent les sentiments de chacun, ceux de l'enfant, les miens. J'ai fait beaucoup d'erreurs et j'en ferai certainement beaucoup d'autres. J'ai appris à souffrir, j'ai fait aussi souffrir d'autres (je ne parle pas spécialement de sexualité ici). Malgré tout, je crois que dans une relation le sexe n'est pas utile. Etre en présence d'enfants, les voir sourire, leur parler m'est indispensable même si cela est encore une source de souffrance. Souffrir n'est pas pour moi une excuse, c'est juste un fait.
J'ai aimé beaucoup d'enfants, j'ai eu avec trois d'entre eux des relations sexuelles, quand j'étais moi-même enfant ou adolescent. Une fois seulement, cela ne s'est pas bien terminé. Cela m'a servi de leçon. Je n'en parlerai pas ici pour plusieurs raisons, la première pour que cet enfant ne souffre pas s'il se reconnaît, la deuxième parce que ce ne serait que mon interprétation de l'histoire et qu'il est hors de question qu'il n'ait pas son mot à dire.

Je n'ai aucune solution. Pour les enfants comme pour les adultes, je pense qu'il faudrait plus de reflexion. Quand, à la marche blanche qui a eu lieu à Paris, je vois une petite fille, qui devait avoir 10ans, manifester avec sa mère, en portant un panneau écrit : "Mon papa m'a caressé le minou", je me demande ce que disent les protecteurs de l'enfance qui sont censés être à côté. Je me demande si cette mère vaut mieux que le père. J'ai trouvé cela sidérant, surtout pour la petite fille, filmée, prise en photo!
Il n'y a plus guère qu'à propos des pédophiles que l'on puisse se permettre de dire sans rougir qu'il faut les brûler sur la place publique sans soulever un vrai mouvement de protestation (qui serait aussitôt interprêter par de la complaisance).
Certaines associations laissent passer sur leur site internet des appels au meurtre sans même les censurer. On peut y lire : "coupez leur les couilles, il faudrait les mettre dans des camps, les laisser en prison à vie...". Bien sûr il s'agit ici de pédophiles, personnes étant attirées sexuellement par des enfants. Aucune distinction entre pédophiles abstinents et pédophiles passés à l'acte, aucune distinction entre viols et relations sans violence ni contraintes.
Bien sûr, si un jour, comme je l'ai vu, un pédophile demande de l'aide pour ne pas passer à l'acte, il sera censuré par les modérateurs de ces sites. Le plus triste est que certaines de ces associations se prétendent pour le respect de la personne. Ce n'est pas avec des gens qui s'autoproclament ainsi représentants de l'enfance que les enfants seront bien protégés.

Je pense qu'il faut lancer des débats, reflechir, sur le pour et le contre de chaque action.
Il faut arrêter de croire qu'il est normal pour un prêtre d'écoper de 18ans de prison pour avoir eu des rapports sexuels avec un mineur entre ses 13 et 19ans. Ce dernier ayant précisé à la télévision, sans que cela choque personne, que la seule chose qui le gênait alors était de se croire homosexuel. Si cela mérite condamnation, qui pourra argumenter qu'elle doive être de 18ans? Durant le même temps, un père qui avait tué son enfant a été condamné à 18ans de prison aussi.
Beaucoup d'enfants et d'adultes souffrent aujourd'hui. Il est temps de laisser ses gants de boxe au vestiaire ainsi que sa fierté, de réagir en se rendant compte que tous les enfants abusés ne parlent pas ; qu'il y a des rapports consentis, qu'il y a des gens à aider, d'autres à enfermer, qu'il y a des enfants détruits et que la haine envers les pédophiles ne va pas les aider à s'en sortir.
Tant que tout le monde ne pourra pas s'exprimer sur ce sujet, les erreurs que répandent certains hystériques seront prises pour des évidences.
Je comprends les sentiments qui animent les protecteurs de l'enfance, et je crois en leur sincérité, car j'ai essayé de me mettre à leur place. Je comprends aussi que beaucoup de gens soient choqués par mes propos.
Il faudrait comprendre les enfants, les adultes, essayer de se mettre à leur place, comprendre que tous les enfants sont différents, que l'enfant n'est pas une entité unique et prédéfinie par Freud. Je pense que respecter l'enfant, c'est comprendre qu'il a une âme, un coeur, qu'il ne fonctionne pas comme son copain de classe, qu'il est unique.
Pour que les choses progressent, je pense qu'il faudrait que chacun s'interroge sur soi. Que feriez vous si vous étiez attiré par un enfant? Si vous en tomberiez amoureux? Faut-il vraiment vous tuer, vous castrer à cause de cela? Ou vous aider?
Il faut dialoguer, quelques pages sont loin de suffire, quels que soient les arguments avancés. Les pédophiles pourront voir leurs erreurs, de nombreux protecteurs de l'enfance aussi, et tout cela pour les enfants, pour les adultes, dans le respect véritable des personnes.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Arnaud fait partie de ces pédophiles abstinents qui vivent à peu près en harmonie avec leurs attirances.

Celà représente l'idéal pour un pédophile selon moi. Qu'il arrive à vivre avec ses attirances, qu'il les accepte, qu'il vive bien avec, qu'il approche les enfants sans leur faire de mal.


Quand un ami m'a parlé de Latifa, j'ai tout de suite voulu la rencontrer. Dans l'idée de partager notre vécu, elle victime d'un côté, moi de l'autre côté : pédophile désirant comprendre certaines choses.

C'est une bonne chose, un pédophile qui cherche à comprendre. Beaucoup préfèrent se voiler la face et croire ce qui leur arrange. Et c'est le cas pour tous, pédophile, victime ou autres, le mieux est de comprendre. Se comprendre soi même, comprendre les autres.


A ma grande surprise avec Latifa, j'ai découvert quelqu'un d'humain, de sensible et à l'écoute. Cela devient de plus en plus rare quand on aborde ce sujet.

C'est sûr, j'en ai encore vu un sur youtube, un bel exemple d'hystérique égocentrique qui ne pense qu'à déverser sa haine. Voici quelques extraits de ce qu'il a dit :
il a raison faut leur couper les couilles, ou alors j'ai une alternative, mettez les dans la même salle que la famille des enfants qui ont été violé, et là on va s'amuser, quand tu penses qu'ils sont protégés même en prison... une pure honte pour ce pays! faut avoir aucune pitié, les erreurs judiciaires ça existe, je veux bien, mais quand c'est prouvé, que le pédo a avouer, faut des sanctions exemplaires, et pas a la française! ils sont répugnants, alors il faut des méthodes à leur niveau!
Le pire, c'est que ces gens là ne savent même pas de quoi ils parlent et prétendent vouloir protéger les enfants et aider les victimes, alors qu'une victime, ça a surtout besoin qu'on l'écoute et non qu'on crache son venin sur son abuseur, ça, ça n'aide pas les victimes. Enfin bon, y'a déjà un topic sur les antipédophiles que voici, je n'irai donc pas plus loin.
http://adep.etudiantforum.com/t38-h2-points-de-vue-des-gens-points-de-vue-des-antipedophiles

Mais Latifa Bennari est quelqu'un de bien humain, ça c'est sûr. Elle est lucide surtout et comprend bien que dans l'intérêt de tous, il faut comprendre les pédophiles et pédosexuels, afin de les apprendre à respecter les enfants (entre plein d'autres) et ce n'est sûrement pas en les menaçant et en leur manquant de respect comme le guignol dit plus haut, qu'on apprend à respecter les autres. Au contraire.


J'avais l'habitude de voir deux catégories de personnes :
-La première, constituée de gens plutôt dans les nuages à vouloir sans cesse justifier leur attirance.
-La deuxième, constituée d'interlocuteurs agressifs, qui trouvent que l'attirance pédophile en elle-même, bien que n'étant pas un choix, est un crime.

Je ne comprends pas bien la première. Veut-il dire des pédophiles qui essayent de justifier leurs attirances? Si oui, justifier ses attirances n'est pas une mauvaise chose, au contraire, si c'est une bonne raison, par exemple "les enfants sont petits et attendrissants", celà leur permet de mieux vivre et mieux comprendre leurs attractions. Si l'explication est du style "c'est la nature qui m'a fait ainsi", là, c'est moins bien. Car il s'agit d'un discour fataliste qui maintient plus dans l'ignorance et l'incompréhension, or il vaut toujours mieux comprendre et se connaître pour mieux vivre avec soi même, surtout quelque chose comme des attractions pédophiles qu'on a du mal à comprendre.
La deuxième correspond complètement à la majorité des antipédophiles les plus endurcis et les plus fanatiques, complètement aveuglés par leur mépris et par leur envie de se croire supérieur aux autres.


Je n'ai pas de message à faire passer, sinon partager du haut de mes 20ans ma maigre expérience sur ce sujet. Dans un premier temps, je vais essayer de résumer ma vie en quelques lignes.
J'ai grandi dans une famille où ma mère se montrait trop mère poule. Jusqu'à mes 7/8ans j'ai mené une vie heureuse. Je ne me rendais pas compte de la déchirure entre mes parents et de l'avenir qu'elle allait me faire vivre.
J'ai eu ma première expérience sexuelle à 10ans, avec un enfant du même âge, qui fut mon initiateur en la matière. Je le considérais comme un ami, rien de plus. A vrai dire j'étais assez réticent à ces relations, mais à chaque fois le désir me poussait à les renouveler, et je cessais de me soucier de ce qui avait de l'importance pour moi cinq minutes auparavant. La seule chose que je regrette aujourd'hui dans cette relation, c'est de ne pas avoir été plus loin.

Celà rappelle un peu les amitiés particulières. Il serait intéressant de savoir comment Arnaud a vécu celà et qu'elles furent ces expériences. Mais décidément, tous les témoignages de pédophiles rapportés par Latifa Bennari, sont des cas d'enfants, sinon victimes d'abus sexuels, au moins sexualisés bien précocément. Pas étonnant que l'on croit, elle compris, que la pédophilie provient d'une maltraitance sexuelle durant l'enfance.
Sinon, le fait d'avoir aimé ces relations avec un enfant de son âge à l'époque, soit 10ans, a néanmoins certainement contribué à l'éveil de ses attractions envers les enfants. Le fait de les avoir apparemment plutôt bien vécu, fait qu'il assume sûrement ces attractions, car il n'y voit du coup rien de mauvais, puisque lui, considère que ça lui a fait du bien. D'où le fait qu'il aurait aimé allé plus loin (ce qui veut sans doute dire qu'ils n'ont pas été jusqu'au pénétrations par exemple), puisqu'il aime apparemment les enfants, vivre un rapport plus sexuel avec cet enfant lui aurait donc plu.
Par contre, il serait intéressant de savoir d'où venait la réticence dont il parle. Etait-ce parce que celà le désorientait quelque peu d'avoir des relations sexuelles si tôt, en plus avec un garçon (plus délicat qu'avec une fille généralement)? Ou est-ce parce qu'il se sentait dépendant sexuellement? Ou est-ce parce que son ami le manipulait et la relation n'en était pas très respectueuse? Ou autres? Difficile à dire et c'est dommage car celà a une grande importance.


J'étais très affectif, or, comme nous allions passer au collège, nous n'aurions plus la possibilité de nous voir. Celà m'a beaucoup marqué durant mon enfance. Pendant deux ans, je n'ai rêvé que de le revoir, avant de devoir l'oublier.

Visiblement, il y avait là les prémisses de la pédophilie, il voulait sans doute le revoir car il avait peut-être une certaine attraction sexuelle pour lui et aussi parce qu'il voulait refaire les jeux sexuels avec lui. Souvent les pédophiles, notamment ceux attirés par les jeunes garçons, se focalisent sur les 10/12ans, car c'est l'âge où ils découvrent souvent leurs attractions et ils le font souvent avec des enfants de leur entourage, donc des camarades de classe qui ont à peu près leur âge. Cet âge devient souvent une référence pour eux, car du coup, ils développent alors des sentiments pour ces enfants de leur âge et pour des critères spécifiques à ces enfants là.


Je suis tombé amoureux plusieurs fois, de garçons de mon âge ou plus jeunes. Je ne me posais pas de questions et, même si je m'en étais posé, personne n'aurait été là pour y répondre.

Il ne s'est pas posé de questions sûrement car il se sent ainsi depuis un certain temps et qu'il a intégré ces attractions à lui même et que donc pour lui, c'est naturel d'être attiré par les jeunes garçons. C'est aussi un facteur qui contribue à assumer sa pédophilie. L'intégrer à soi, se dire que c'est naturel d'être ainsi (donc moins de facteurs angoissant dûs à l'incompréhension) et grandir avec ces attractions permet de mieux l'intégrer à son moi.


J'ai passé un an dans un internat, j'ai eu durant deux semaines une copine âgée de 13ans (moi 14). Je ne l'aimais que très peu : celà ne fut pas très grave, encore moins pour elle que pour moi. Puis j'ai eu avec un garçon de 12ans des rapports beaucoup plus intimes qu'avec le premier. Pourtant je regrette aujourd'hui que cette relation ait été dépourvue de sentiments.

Ce qui veut dire qu'il a des sentiments pour les jeunes garçons, ce qui est encore un facteur qui aide à assumer sa pédophilie et qui est très important, car les sentiments d'amour pousse l'individu à aimer et se faire aimer de celui ou celle qu'il aime. Ce qui implique donc un certain respect de la part de l'individu ayant des sentiments envers l'être aimé.


Pour moi, la dure réalité de la vie n'a pris son sens que lors de mes seize ans. Je me disais alors que le sexe, c'est avec les garçons, l'amour avec les filles.

Voilà qui est très inhabituel. Un individu qui a des sentiments pour les filles et une attraction sexuelle sans sentiment pour les garçons. Sûrement que celà vient des rapports sensuels vécus avec un garçon de son âge qui le pousse à être attiré par les garçons sexuellement, mais qu'il a développé néanmoins des sentiments pour les filles, mais qu'il est focalisé sexuellement sur les garçons en raison de ses expériences passées qui font qu'il bloque peut-être sexuellement vis à vis du sexe féminin. Celà pourrait sous-entendre une hétérosexualité bien refoulée.


Et c'est là que j'aperçus Alain. Je me levais plus tôt pour le voir sortir du car, je passais tout mon temps à essayer de le voir, jusqu'au jour où il devint mon ami. Il avait 12ans et moi 16. Vers le milieu de l'année, je lui ai dit que j'étais amoureux de lui. A ma grande surprise, il l'a très bien pris. Pour lui, j'étais un ami, rien d'autre. Seuls quelques calins nous liaient affectivement. Pourtant je crois aujourd'hui que s'il n'avait pas été là j'aurais pu mal tourner.

Il a eu de la chance selon moi qu'il l'ait bien pris. Ca aurait pu sinon le troubler au moins le gêner. Mais celà veut sans doute dire aussi qu'il avait confiance en Arnaud et que ce dernier s'est alors bien comporté vis à vis de lui. Alain a certainement pris celà pour de l'homosexualité de la part de Arnaud, ce qui est moins troublant que de la pédophilie. Les calins affectifs ont sûrement aidé Arnaud à développer des sentiments pour le jeune garçon ce qui l'a peut être empêché de mal tourner comme il dit.


A cette époque, j'ai voulu savoir le pourquoi de tout celà. Le premier livre que j'ai lu sur la pédophilie résumait la question assez vite : tu es violeur, un monstre incapable d'aimer, il faut rétablir la peine de mort pour toi, tu es un sadique, un prédateur.

Ca se passe de commentaire, je dirais juste que l'auteur est le roi des incompétent. Etait-ce un médecin ou un expert quelconque? J'ose espérer que non. Mais en quoi sait-il permis d'écrire celà et quelles sont ses prétentions sur le sujet? J'aimerais bien le voir ce livre, histoire de bien montrer la bêtise de l'auteur et un exemple à ne surtout pas suivre.


Je ne savais plus où me placer. Les sentiments que j'avais pour Alain étaient sincères et rien au monde n'aurait pu me faire croire en ce tissu de haine. J'ai donc lu d'autres livres sur le sujet. Tous aussi dévastateurs les uns que les autres. Mais j'ai vite remarqué que la plupart des auteurs de ces livres semblaient prétendre tout savoir, connaître l'absolue vérité sur le sujet. Pas un seul pourtant ne disait exactement la même chose ; pour certains, 60% des pédophiles avaient été abusés au cours de leur enfance, pour d'autres seulement 10%. Certains disaient que les pédophiles étaient des malades qui souffraient beaucoup, d'autres qu'ils étaient tous des dangers publics sans âme.
J'ai vite appris à regarder ça d'un regard plutôt amusé qu'autre chose.

Ces clowns de faux experts font rigoler en effet, moi même je ris de leur incompétence et leurs bêtises. Et pourtant quand on sait qu'à cause d'eux, qui prétendent tout savoir alors qu'ils n'y connaissent rien, nous dirigent vers des fausses pistes et nous empêchent de trouver les vraies réponses qui aideraient les pédophiles à mieux vivre leurs attractions sans faire de mal et les victimes de diminuer, y'a vraiment pas du tout de quoi rigoler.
Les chiffres sur les pédophiles sont pratiquement impossibles à savoir, et en plus souvent les faux experts ont des échantillons complètement faussées, du style Mailloux qui ne base son échantillon de pédophiles que sur ceux qui sont en prison (quand je disais qu'il y avait de quoi rire, je n'exagérais même pas). Donc généralement ceux qui balancent des chiffres sur les pédophiles, sont souvent des imposteurs.
Quant au coup des pédophiles qui sont tous des malades qui souffrent beaucoup. C'est de la généralisation. Tout comme dire qu'ils sont tous dangereux et sans âme. On ne peut pas dire qu'ils sont tous comme ça. Les pédophiles sont différents et il y en a des tas de sortes. Voir la classification des pédophiles dans le sujet E.0.
La généralisation, c'est de l'hypocrisie, pas forcément volontaire mais y'a toujours une petite part d'hypocrisie dans la généralisation. Comme je le dis souvent, c'est montrer une partie de la réalité qu'on veut faire croire aux autres pour mieux manipuler son entourage et c'est cacher une autre part de la réalité qui nous dérange. Et ça ne mène à rien à part sentir qu'on a un pouvoir d'influence sur les gens et répandre ce qui nous arrange afin de nous donner l'illusion d'avoir raison. Mais après les pédophiles qui ne correspondent pas du tout à ces définitions carrément caricaturales, ne s'y retrouvent pas et ont l'impression de ne pas pouvoir être aidés. Dommage pour les victimes qui du coup augmentent, car de nombreux passages aux actes pourraient être évités avec une aide appropriée.


Aujourd'hui, j'ai grandi, j'ai consulté des psychiatres, des spécialistes, et ils n'ont pas changé : à chaque fois un son de cloche différent. Certains trouvent que la pédophilie est intolérable, d'autres que les fantasmes ne sont pas si graves du moment que l'on ne passe pas à l'acte. D'autres encore essaient de comprendre sans y parvenir. Mais je n'ai pas dû voir les bons spécialistes.

Ceux qui essayent de comprendre, bien qu'ils n'y arrivent pas, au moins ils essayent et reconnaissent du coup qu'il y a des choses à comprendre et ils reconnaissent être en difficultés vis à vis de la compréhension de la pédophilie. Ce qui est déjà beaucoup plus professionnel que les guignols qui se prennent pour des experts alors qu'ils ont un niveau lamentable et qu'ils essayent de comprendre le moins possible, comme les auteurs précités par Arnaud un peu plus haut.
Quant aux vrais spécialistes, il y en a vraiment très peu. Et quand je dis vrais, ça veut dire que j'exclus les spécialistes qui n'ont de spécialistes que le titre, tels que Serge André, Mailloux et compagnie...


J'ai eu chez moi quantité de vidéos pornographiques avec des enfants. Je n'ai pas vu d'enfants de deux ans violés et assassinés. Je n'ai pas pu trouver non plus des photos de meurtres que certains se plaignent de trouver par hasard en cinq minutes. J'ai vu des enfants manipulés, dans un internant en Russie. Les pays de l'Est sont des gros producteurs. J'ai aussi vu, d'un autre côté, ce qui se passait dans les années 70, des vidéos avec des enfants qui sourient et qui rient pendant un acte sexuel. J'ai vu aussi des actes avec violence où le sourire était loin d'être présent...

Pas grand chose à dire, sauf que la pédopornographie est à éviter, d'une part bien sûr parce qu'elle est illégale, mais aussi parce que c'est quand même tirer profit d'enfants qui souffrent, même si on n'est pas l'auteur de ces vidéos. Même si les enfants rient et sourient, celà ne veut pas dire qu'il n'y a pas un sentiment de confusion vis à vis de ce qu'on leur fait faire. Même si ces vidéos, contrairement à ce qu'on pourrait croire, aident certains pédophiles à ne pas passer à l'acte. Beaucoup prétendent que celà incite les pédophiles à passer à l'acte, mais souvent, c'est plutôt le contraire, celà leur apporte une satisfaction sexuelle, sans avoir à passer à l'acte. Mais il vaut mieux tout de même par respect envers les enfants (ce qui est vraiment le plus important) que les pédophiles apprennent plutôt à se satisfaire avec des vidéos légales de nudité (ça existe, d'ailleurs on en trouve dans certains films, bien que généralement la nudité des enfants soit brève) ou d'enfants partiellement nus, ou de films et séries tv mettant en scène des enfants ou de rapports sociaux et physiques (souvent affectifs) que de rentrer dans la pédopornographie illégale (pléonasme je sais) et profiter de la souffrance des enfants où ces derniers sont fréquemment en plus rabaissés au stade d'objet sexuel et déshumanisés. Ce qui est mauvais aussi donc pour le respect.


Néanmoins aucune distinction ne sera faite entre un enfant qui était pris en photo, avec son consentement et celui de ses parents, dans les années 70, et un viol au sens propre du terme, c'est à dire avec violence... Enfermer quelqu'un pour ce qu'il a vu ne me semble pas normal. Condamner les producteurs serait à mon sens plus logique.

Celà dépend si ces photos ou vidéos mettent en scène des enfants qui souffrent ou pas et ça dépend si elles ont été achetées ou pas. Car les acheter incite les producteurs à continuer à en faire. Sinon effectivement, je suis d'accord que ce sont surtout les producteurs qu'il faut punir, à condition qu'ils fassent bien souffrir les enfants, car il y a des sites destinés aux pédophiles avec des photos et vidéos d'enfants dans lesquelles ces derniers ne souffrent pas. Ceux là, autant les laisser et ne pas priver les pédophiles du peu qu'ils peuvent avoir sans faire de mal aux enfants. Leur priver de vidéos ou photos d'enfants qui ne sont pas perturbés ou traumatisés au nom d'une morale ou d'une loi mal faite, c'est idiot, car le but devrait plutôt être de donner aux pédophiles les moyens de se satisfaire sexuellement sans faire de mal et donc diminuer le nombre de victimes, plutôt que de satisfaire un peuple qui pretexte une morale pour "soit disant" protéger les enfants, alors que les surprotéger, celà a plus de chances de leur faire du mal que du bien. Et surtout la morale du style que c'est pas bien que des pédophiles se masturbent devant les enfants, n'est qu'un pretexte névrotique vis à vis de quelque chose qui nous effraye et que nous ne comprenons pas. Des tas de pédophiles se masturbent devant des vidéos d'enfants extraits de films à la télé, les enfants acteurs en souffrent-ils? Non, il n'y a aucune victime donc au nom de quoi s'en prendre à ces pédophiles qui du coup ne font aucune victime?


Je ne suis pas un ange, mais j'ai un coeur comme tout le monde et je suis capable d'aimer, contrairement à ce que disent beaucoup de gens qui ne me connaissent pas.

Ca, beaucoup ont tendance à l'oublier ou plutôt à faire semblant de ne pas le savoir, car ça leur donne une raison de plus de persécuter tous les pédophiles et que ça leur plait.


Je comprends l'intérêt de dire que tous les pédophiles sont des monstres, pourtant j'en ai vu à ce jour plus de soixante et je n'en ai jamais vu un pareil, ils sont tous différents. J'en ai vu des instables, des rêveurs qui s'imaginent trouver l'amour au coin de leur rue, et qui font des bêtises sans s'en rendre compte. D'autres encore à ne penser qu'à leur intérêt personnel et à abuser des enfants. Mais la plupart de ceux que je connais ne sont pas passés à l'acte, pour telle ou telle raison, et souffrent comme les autres de la manière dont la société les considère.

Pareil pour moi, j'ai vu tous ces types de pédophiles. Je rajouterais aussi que j'en ai vu pas mal qui sont ce que j'appelle des pédophiles non assumés qui cherchent à se débarrasser de leurs attractions sexuelles envers les enfants.
Par contre moi, je ne vois pas trop l'intérêt de dire que tous les pédophiles sont des monstres. A part celui de ne pas se prendre la tête et dire qu'ils sont tous pareils, comme ça pas la peine de reflechir et d'essayer de comprendre. Effectivement, les pédophiles sont forcément différents entre eux. Si on creuse très loin, on trouvera toujours des différences entre tous, mais il y a aussi des similitudes entre certains. C'est pour celà que faire une classification des pédophiles comme je le propose dans le topic E.0 pourrait être une bonne aide pour mieux comprendre. Mais sinon, oui, les pédophiles sont des êtres humains (même si certains extrémistes iront rabacher bêtement le contraire), avec un point de vue unique et un vécu unique qui font qu'ils sont tous obligatoirement différents.


Je ne suis pas du genre à accuser la société de tous les maux. Chacun est responsable de ses actes, tout le reste n'a pour but que de se déculpabiliser. Mais un pédophile est responsable de ses actes et pas de ses attirances. Cela est pour moi est une évidence incontestable. Pourtant encore contesté par beaucoup de gens qui, faute de s'être interrogés sur la question, ont une opinion... bien à eux.

Les antipédophiles les plus extrémistes, comme tout les gens extrémistes, adoptent le raisonnement qui leur plait. Ils reprochent d'abord aux pédophiles d'avoir des rapports sexuels avec les enfants. Si ce n'est pas le cas, ils leur reprocheront de regarder de la pédopornographie. Si ce n'est toujours pas le cas, ils leur reprocheront d'exister. Quoi qu'il arrive, ils trouveront toujours une raison de mépriser les pédophiles. Car leur but est de mépriser et non d'empêcher que les pédophiles fassent du mal aux enfants.


Aujourd'hui, le simple fait de ne pas dire du mal d'un pédophile, c'est vouloir faire de la propagande.


C'est plus ou moins de la propagande que de faire comprendre que les pédophiles ne sont pas tous méprisables. Mais propagande ne veut absolument pas dire mensonge. Et ça, la plupart des gens s'imaginent qu'il suffit de dire à un individu qu'il fait de la propagande pour le discréditer. Pour discréditer quelqu'un qui fait de la propagande, il faut lui démontrer qu'il se trompe et non se contenter de dire qu'il fait de la propagande et que donc, tout ce qu'il dit doit être jeté aux orties.


Dire que parfois l'enfant ressent du plaisir sexuel est une honte (ce n'est pas parce qu'il éprouve des sensations sexuelles que celà est automatiquement bien pour lui, cela va de soi).

Oui, beaucoup d'antipédophiles et de parents, notammet les possessifs et les castrateurs, insinuent que les enfants n'ont pas de sexualité. Celà leur arrange bien de le croire et de le faire croire aux autres. Et celà donne une raison de plus pour mépriser les pédophiles. Alors que ce n'est qu'un mythe. Les enfants même en bas âge connaissent le plaisir sexuel érectile. La jouissance et l'éjaculation arrive en effet plus tard entre 10 et 13ans généralement. Mais effectivement, le fait d'éprouver pour eux du plaisir sexuel n'est pas du tout synonyme d'être prêt à avoir des rapports sexuels (et avec n'importe qui). J'en parle déjà dans le topic consacré à la sexualité des enfants :
http://adep.etudiantforum.com/t31-g2-les-enfants-la-sexualite-des-enfants

Beaucoup de gens préfèrent faire abstraction du fait que les enfants ont une sexualité. Ce qui est complètement idiot, car le but de comprendre la sexualité des enfants n'est pas d'excuser les pédosexuels d'abuser des enfants, mais tout simplement de comprendre ce qu'un enfant peut apprécier sexuellement ou pas, comment et pourquoi, ce qui peut aider les victimes, car si on comprend mieux le fonctionnement sexuel des enfants, on peut les aider à moins souffrir lorsqu'ils sont abusés sexuellement. Et celà peut aider les pédophiles aussi à comprendre ce qu'ils ont le droit de faire et de ne pas faire avec les enfants, comment ils doivent se comporter avec les enfants et pourquoi.


Bien sûr selon la loi, celà est beaucoup plus choquant quand un adulte de dix-huit ans a une relation sexuelle avec un mineur de treize ans que lorsque le plus grand a dix-sept ans (la loi, en théorie, ne condamne pas ce type de relation, en l'absence de contrainte, de surprise et de violence). D'ailleurs, en France, l'âge de consentement est fixé à quinze ans. Mais dans d'autres pays, il l'est à seize, douze, dix-huit, vingt et un... Selon les états, les enfants sont plus sensibles, c'est bien connu.

Comme je le dis dans le topic concernant les lois, la loi sur la majorité sexuelle n'est qu'une estimation et une sécurité et non une représentation de la réalite. En France, ce n'est pas parce que la majorité sexuelle est à 15ans, que tous les adolescent(e)s sont prêt(e)s à avoir des rapports sexuels à leurs quinzième anniversaire. Certains sont prêts avant, d'autres après. Et celà se fait progressivement, au fur et à mesure des découvertes, du rythme de l'éveil à la sexualité, la maturation, les expériences sexuelles qu'ils font et non pas du jour au lendemain quand ils atteignent l'âge de 15ans. Cette estimation sert aussi de sécurité, un peu comme pour la limitation de vitesse sur la route. Mais sur une route limitée à 90km/h, ce n'est pas parce qu'on ira à plus de 90 qu'on aura forcément un accident, de même qu'aller à moins de 90 ne garantit pas qu'on n'aura pas d'accident, c'est juste une sécurité basée sur une estimation pour diminuer le risque d'accident, tout comme la majorité sexuelle est une sécurité basée sur une estimation aussi pour limiter les risques de rapports sexuels précoces qui risquent de perturber les jeunes.

Après il est surprenant en effet de voir des gros écarts entre les âges de majorité sexuelle entre les pays. Mais généralement en Europe, celà tourne aux alentours de 15ans. 15ans en France et en Grèce, 14ans en Allemagne et en Italie, 16ans en Russie, 13ans en Espagne... Je n'ai pas connaissance de pays où c'est à 21ans.
L'Europe a un point de vue à peu près global sur la sexualité, c'est pour celà que l'estimation reste environ la même. Il est assez surprenant néanmoins qu'en Espagne celà soit assez bas. Mais il est fort probable que celà soit dû à l'origine hispanique de l'Espagne, car en Amérique du Sud, la majorité sexuelle est souvent basse. Celà est dû au point de vue culturel hispanique.
Il est surprenant d'observer des différences parfois étonnante entre des états hispaniques dont l'estimation est à 13ans, tandis que les états unis (certains états du moins), elle est assez souvent à 18. Pour reprendre l'exemple de la limitation de vitesse sur la route, c'est un peu comme si sur une même route, l'un voulait limiter la vitesse à 50km/h, l'autre à 90. L'écart important sous entend tout de même un certain manque de sérieux de la part de l'un ou l'autre.
Mais faut dire que les Etats unis sont très chatouilleux vis à vis des rapports sexuels, c'est probablement l'un des pays industrialisés les plus castrateurs vis à vis des enfants. Il suffit de voir parfois les scandales qualifiés, stupidement, de pédophilie quand un adulte couche à un mineur de 16/17ans. Ce qui est assez comique, quand on voit le nombre de scènes érotiques gratuites dans les séries et films américains.


Au delà des lois se trouvent les sentiments de chacun, ceux de l'enfant, les miens. J'ai fait beaucoup d'erreurs et j'en ferai certainement beaucoup d'autres. J'ai appris à souffrir, j'ai fait aussi souffrir d'autres (je ne parle pas spécialement de sexualité ici). Malgré tout, je crois que dans une relation le sexe n'est pas utile. Etre en présence d'enfants, les voir sourire, leur parler m'est indispensable même si cela est encore une source de souffrance. Souffrir n'est pas pour moi une excuse, c'est juste un fait.

Les sentiments ne sont souvent pas pris en compte quand on parle des pédophiles. Les pédophiles sont réputés bêtement à tord d'être violeurs sans âme et qui n'ont pas de sentiments. Or beaucoup d'entre eux, ont des sentiments d'amour et respectent les sentiments des autres et des enfants qui les attirent. Un couple garçon/fille, si ils sont sexuellement attirés l'un vers l'autre, ça ne veut pas dire qu'ils ne respectent pas, chacun, les sentiments de l'autre. Y'a pas de raison que celà soit différent chez les pédophiles, bien que les pulsions prennent parfois le dessus sur les sentiments. Celà dépend de la balance entre les pulsions et les sentiments. Plus les sentiments sont forts, plus ils font barrage aux pulsions et vice-versa. Et bien évidemment et fort heureusement, les pédophiles ne sont pas tous compulsifs.
Le sexe n'est pas forcément utile dans une relation, mais ça dépend de quoi est fait cette relation. Si c'est une relation amoureuse réciproque, le sexe a un rôle à jouer quand même, celui de satisfaire sexuellement l'autre et prendre du plaisir à avoir des rapports sexuels et partager sa sexualité avec l'autre. Après se satisfaire sexuellement, il n'y a pas forcément besoin de "coucher" avec quelqu'un pour ça.
Dans une relation pédophile/enfant, le sexe n'est pas vraiment utile en effet, surtout que généralement, si le pédophile sera sexuellement attiré par l'enfant, ce sera rarement réciproque. Le sexe est donc même à mettre à l'écart pour l'enfant. Il reste alors la relation affective, amicale, éducative, de tendresse voir parentale (sans forcément qu'il y ait un lien parenté, mais une image de parent/enfant). Le pédophile aura alors un moyen de se satisfaire à la fois sexuellement et à la fois sentimentalement (en amour), si il a une bonne relation sociale avec l'enfant, si il l'approche et a des rapports physiques avec lui.


J'ai aimé beaucoup d'enfants, j'ai eu avec trois d'entre eux des relations sexuelles, quand j'étais moi-même enfant ou adolescent. Une fois seulement, cela ne s'est pas bien terminé. Cela m'a servi de leçon. Je n'en parlerai pas ici pour plusieurs raisons, la première pour que cet enfant ne souffre pas s'il se reconnaît, la deuxième parce que ce ne serait que mon interprétation de l'histoire et qu'il est hors de question qu'il n'ait pas son mot à dire.

Le problème, c'est que les rapports sexuels avec les enfants pour un pédophile, une fois qu'on y a gouté, il est parfois, voir peut-être souvent, difficile de ne pas être tenté d'y gouter à nouveau. Allez savoir si ce n'est pas un peu pour ça que Arnaud dit qu'approcher les enfants le fait souffrir, ne serait-il pas fortement tenté de refaire ce qu'il a déjà fait avec ces trois enfants? Mais celà dépend encore une fois de nombreux facteurs.


Je n'ai aucune solution. Pour les enfants comme pour les adultes, je pense qu'il faudrait plus de reflexion. Quand, à la marche blanche qui a eu lieu à Paris, je vois une petite fille, qui devait avoir 10ans, manifester avec sa mère, en portant un panneau écrit : "Mon papa m'a caressé le minou", je me demande ce que disent les protecteurs de l'enfance qui sont censés être à côté. Je me demande si cette mère vaut mieux que le père. J'ai trouvé cela sidérant, surtout pour la petite fille, filmée, prise en photo!

C'est vrai que c'est pas terrible de la part de la mère de donner sa fille victime en spectacle de cette façon. Etait-ce vrai cette histoire que son père la tripotée? Ou bien était-ce la mère qui voulait manifester contre l'inceste? Je ne sais pas, mais celà pourrait pertuber l'enfant de s'exhiber de la sorte avec un panneau qu'elle ne comprend peut-être même pas et qui dénonce son père, allez savoir si l'enfant n'a pas de l'affection pour son père malgré tout, cela ressemble presque à une vengeance de la part de la mère, alors que son but devrait plutôt de venir en aide à sa fille victime plutôt que de se servir d'elle pour dire du mal du père (même si c'est justifié). Une victime a surtout besoin d'être écoutée et comprise et non qu'on s'acharne sur son abuseur. Beaucoup d'enfants victimes d'ailleurs, par peur de réactions excessives et innappropriées de ce genre, en viennent carrément du coup à ne rien dire.


Il n'y a plus guère qu'à propos des pédophiles que l'on puisse se permettre de dire sans rougir qu'il faut les brûler sur la place publique sans soulever un vrai mouvement de protestation (qui serait aussitôt interprêter par de la complaisance).
Certaines associations laissent passer sur leur site internet des appels au meurtre sans même les censurer. On peut y lire : "coupez leur les couilles, il faudrait les mettre dans des camps, les laisser en prison à vie...". Bien sûr il s'agit ici de pédophiles, personnes étant attirées sexuellement par des enfants. Aucune distinction entre pédophiles abstinents et pédophiles passés à l'acte, aucune distinction entre viols et relations sans violence ni contraintes.
Bien sûr, si un jour, comme je l'ai vu, un pédophile demande de l'aide pour ne pas passer à l'acte, il sera censuré par les modérateurs de ces sites. Le plus triste est que certaines de ces associations se prétendent pour le respect de la personne. Ce n'est pas avec des gens qui s'autoproclament ainsi représentants de l'enfance que les enfants seront bien protégés.

Je suis bien d'accord. Moi j'ai vu pire que les commentaires d'antipédophiles précités. J'ai vu un type qui répandait partout sur Youtube "si vous êtes un pédophile, soyez héroïque pour une fois dans votre vie. Suicidez vous avant de faire votre première victime". Et jamais Youtube n'a fait quoi que ce soit pour faire taire cette personne. Par contre, combien de pédophiles sont censurés et bannis quand ils parlent d'eux, sans même parler de passages aux actes ou d'une quelconque incitations à faire des choses illégales? J'ai bien sûr aussi vu des gens dire, affirmer que les pédophiles innocents n'existaient pas. D'autres que les pédophiles devaient passer à l'acte obligatoirement, sinon ils ne sont pas humains. D'autres exiger la torture, d'en faire des animaux de laboratoire... bref, que des cris et des incitations à la haine et à la vengeance, alors qu'à 95%, ces gens là ne sont même pas des victimes ou des proches de victimes.
Et effectivement de nombreux antipédophiles sont bien plus intéressés par l'idée de dire un maximum de mal des pédophiles que de protéger les enfants. Quand on veut protéger les enfants, on essaye de le faire intelligemment et avec lucidité. Donc on laisse sa haine, son mépris et ses préjugés, tout ce qui peut aveugler notre jugement, de côté afin d'avoir un point de vue plus riche et plus constructif sur l'ensemble, ce qui permet de trouver de vraies solutions.
Latifa Bennari en est un bon exemple. On voit bien qu'elle cherche à comprendre et à rester lucide pour apporter un point de vue constructif et des méthodes qui marcheront et non des préjugés haineux qui n'apportent rien.
Voir le topic sur les antipédophiles :
http://adep.etudiantforum.com/t38-h2-points-de-vue-des-gens-points-de-vue-des-antipedophiles


Je pense qu'il faut lancer des débats, reflechir, sur le pour et le contre de chaque action.

Oui et des débats intelligents et avec des gens intelligents, pas de gens aveuglés par leur haine et mépris au point d'être incapables d'écouter les arguments des autres.


Il faut arrêter de croire qu'il est normal pour un prêtre d'écoper de 18ans de prison pour avoir eu des rapports sexuels avec un mineur entre ses 13 et 19ans. Ce dernier ayant précisé à la télévision, sans que cela choque personne, que la seule chose qui le gênait alors était de se croire homosexuel. Si cela mérite condamnation, qui pourra argumenter qu'elle doive être de 18ans? Durant le même temps, un père qui avait tué son enfant a été condamné à 18ans de prison aussi.

Ce prêtre mérite condamnation, on ne peut pas dire le contraire, car il a quand même exposé l'enfant de 13ans à un certain risque défendu par la loi pour des raisons de sécurité. Mais effectivement, 18ans, celà ressemble à une peine pour un violeur sadique et dominant, alors que si le garçon de 19ans déclare avoir été consentant et que celà n'a pas eu de mauvaises conséquences sur lui (bien qu'il pourrait y en avoir plus qu'il le croit, mais de manière inconsciente), il y a vraiment une grande différence. Notamment ce prêtre ne s'est pas montré irrespectueux de la même façon qu'un violeur sadique. Même si irrespectueux, il l'a quand même été, au moins un peu et il faut tenir compte de la gravité des conséquences de l'acte et de l'intention du coupable.
Pour reprendre encore l'exemple de la limite de vitesse, on ne condamnera pas quelqu'un qui a dépassé la limite de vitesse, qui mérite une sanction pour avoir enfreint la règle de sécurité, qu'une personne qui a dépassé la limite de vitesse et provoqué un accident mortel. On ne condamnera pas non plus la personne de la même façon si l'accident était volontaire ou pas. Il doit en être de même pour un pédophile et encore ce prêtre n'est pas vraiment un pédophile vu l'âge de sa supposée victime. Le prêtre a-t-il fait provoqué de graves conséquences en outrepassant la limite de sécurité? Il mérite néanmoins lui aussi une punition pour avoir enfreint cette sécurité qui aurait pu avoir des conséquences plus graves. Et a-t-il manqué de respect volontairement envers l'enfant et à quel degré? Il faut tenir compte aussi du mal qui a été fait exprès ou pas. Un sadique dominant qui plonge sa victime dans la terreur lui il fait du mal exprès par exemple. A ne pas punir donc de la même façon que ce prêtre. Et il faut se rappeler aussi que le but d'une sanction et d'une puniton ou condamnation, celà doit avoir pour but de faire reflechir la personne sur ce qu'elle a fait, de la punir pour avoir fait quelque chose de mal et de dangereux et éventuellement après de la réhabiliter à la société. Celà doit être ça l'objectif et non une vengeance, comme le réclame ceux qui prônent la prison à vie, la torture etc... C'est ça l'exemple qu'on doit donner à la société et à nos enfants et non leur apprendre à céder à la haine et à la vengeance qui ne résoud pas les problèmes, voir les empirent tant ils nous aveuglent et faussent nos jugements. Sans compter que haine et mépris envers les pédophiles entrainent ces dernier à hair et mépriser et ainsi de suite...

Beaucoup d'enfants et d'adultes souffrent aujourd'hui. Il est temps de laisser ses gants de boxe au vestiaire ainsi que sa fierté, de réagir en se rendant compte que tous les enfants abusés ne parlent pas ; qu'il y a des rapports consentis, qu'il y a des gens à aider, d'autres à enfermer, qu'il y a des enfants détruits et que la haine envers les pédophiles ne va pas les aider à s'en sortir.
Tant que tout le monde ne pourra pas s'exprimer sur ce sujet, les erreurs que répandent certains hystériques seront prises pour des évidences.

Pas grand chose à dire, je suis bien d'accord. Je rajouterais qu'en plus des gens à aider, d'autres à enfermer, il y en a d'autres, c'est ni l'un ni l'autre. De nombreux pédophiles vivent leurs attractions sans souffrir et sans faire souffrir les autres.
Quant aux hystériques qui répandent des erreurs prises pour des évidences, ils sont malheureusement nombreux et leurs erreurs sont fréquemment volontaires pour se donner un sentiment de supériorité par rapport aux pédophiles et lâcher leur mépris et leur haine. Comme je le dis souvent, l'amour rend aveugle. La haine, qui est le contraire de l'amour, rend alors tout aussi aveugle (voir plus).
C'est sûr que ce n'est pas la haine, rendant aveugle, qui va nous apporter des solutions et qui va aider les enfants victimes.


Je comprends les sentiments qui animent les protecteurs de l'enfance, et je crois en leur sincérité, car j'ai essayé de me mettre à leur place. Je comprends aussi que beaucoup de gens soient choqués par mes propos.

Comprendre, c'est très bien et Arnaud donne le bon exemple en essayant de comprendre en essayant de se mettre à la place des autres. Les protecteurs de l'enfance, je ne suis pas sûr de leur sincérité à tous néanmoins.
Mais attention à ne pas confondre comprendre et accepter. Même si l'on accepte mieux ce que l'on comprend, c'est d'ailleurs ce que craignent de nombreux antipédophiles qui s'imaginent et interdisent aux gens de comprendre les pédophiles. Ils se disent que si on les comprend, on va mieux les accepter. Et comme certains sont dégoûtés de la pédophilie, d'autres se servent de ces derniers comme bouc-émissaires, d'autres pensent que les pédophiles sont tous des prédateurs, forcément, ils ne veulent pas que les pédophiles soient compris.
Moi je comprends que des antipédophiles soient aussi agressifs, haineux etc... Comme dit plus haut, ils aiment mépriser, ils aiment hair et se sentir supérieurs aux pédophiles. Je rajoute d'ailleurs que hair est un besoin naturel, car c'est le contraire d'aimer. Pour savoir aimer, il faut savoir hair aussi. Mais si je comprends leur comportement, je ne l'accepte sûrement pas et je l'approuve encore moins. Mais plus on comprendra pourquoi ils agissent aussi mal, plus on saura comment les arrêter de hair aveuglément les pédophiles qu'ils soient bons ou mauvais. Tout comme plus on comprendra les pédophiles, plus on saura comment les empêcher de faire du mal à des enfants.


Il faudrait comprendre les enfants, les adultes, essayer de se mettre à leur place, comprendre que tous les enfants sont différents, que l'enfant n'est pas une entité unique et prédéfinie par Freud. Je pense que respecter l'enfant, c'est comprendre qu'il a une âme, un coeur, qu'il ne fonctionne pas comme son copain de classe, qu'il est unique.

Comprendre est toujours la clé de la solution, ainsi que le respect qui est la clé de l'harmonie entre tous.
Mais pour comprendre, notamment en se mettant à la place de l'autre, il faut y mettre du sien. Et ça, beaucoup de gens ne le veulent pas. Une fois, j'ai dit à un antipédophile, que le mieux est d'y mettre tous du nôtre pour comprendre le problème et trouver de meilleures solutions. J'ai eu droit comme réponse "je veux qu'on tue les pédophiles, je ne vais donc pas y mettre du mien". En bref c'est "moi, je veux... et tant pis si le problème empire". Les gens sont égocentriques malheureusement et pour beaucoup, la notion de respect n'est que sommaire.
Respecter l'enfant est très important en effet. Selon moi, c'est tenir compte effectivement de son individualité et le traîter comme un enfant en tenant compte de son manque d'expérience, de connaissances, de stabilité émotionnelle et en respectant son rythme, ses envies, son intégrité.
Et effectivement, l'enfant n'est pas une entité définie par Freud. Ce dernier était certe quelqu'un de brillant, mais certaines de ses théories sur les enfants sont quand même assez farfelues et je continue de croire qu'il s'est trompé sur plusieurs points, notamment parce qu'à l'époque, il a été le premier à faire de la psychanalyse et que le manque de connaissances sur le sujet à l'époque a bien dû l'induire en erreur sur certains points.


Pour que les choses progressent, je pense qu'il faudrait que chacun s'interroge sur soi. Que feriez vous si vous étiez attiré par un enfant? Si vous en tomberiez amoureux? Faut-il vraiment vous tuer, vous castrer à cause de cela? Ou vous aider?

Beaucoup d'antipédophiles de mauvaise foi diront "oui, moi je me suiciderais" ou alors encore plus mauvaise foi "ça ne m'arrivera jamais car je ne suis pas un malade mental" ou encore "non, je n'imagine rien, car ce n'est pas mon cas et jamais je ne violerai un enfant" (alors que la question n'en est pas au viol ou à l'abus). Mais sinon, oui, encore une fois, comprendre est une solution, du moins le début de la solution, qui apportera la solution.


Il faut dialoguer, quelques pages sont loin de suffire, quels que soient les arguments avancés. Les pédophiles pourront voir leurs erreurs, de nombreux protecteurs de l'enfance aussi, et tout cela pour les enfants, pour les adultes, dans le respect véritable des personnes.

Je suis entièrement d'accord. Si ce n'est que malheureusement, cela me parait assez utopique. Malheureusement, les gens ne sont pas du genre à tirer des leçons de leurs erreurs. Si un pédophile a des rapports sexuels avec des enfants, il est fréquemment inutile de leur faire comprendre et de les sensibiliser sur les risques qu'ils font encourir aux enfants. La plupart n'écouteront pas. Pareil pour les antipédophiles, beaucoup n'écouteront pas si on essaye de leur faire comprendre que les pédophiles ne sont pas tous mauvais. Mais la démarche est bonne et bien d'autres types de personnes que les antipédophiles extrémistes et les pédophiles actifs et de bonne foi (qui considèrent ne pas faire de mal aux enfants, bien qu'en étant actifs) seraient prêts et devraient écouter ce genre de dialogue.


Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum