ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

E.6.1 Les différents types de pédophiles - Pédophiles passifs - Témoignage de Michel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Témoignage de Michel, comme pour le topic de présentation, je poste le témoignage, extrait du livre "pédophilie, prévenir pour protéger", que je commenterai par la suite.

Lettre de Michel à Latifa Bennari

J'aurais voulu en premier lieu vous féliciter. Aucun homme, aussi ignoble soit-il, n'est entièrement mauvais. Tous ont droit à la repentance.
Je ne me sentais pas d'accord avec la façon dont les médias traitent les pédophiles. La pédophilie est mauvaise, c'est juste. Mais ils ont tendance à condamner les hommes comme l'acte. Or la justice nous enseigne à juger l'acte et non la personne.
Votre approche me parait saine, car vous voulez montrer à ceux qui ont ces tendances combien leurs pensées sont terribles mais non leur être qui, lui, pourrait être bien plus beau sans cela.
Une question me traverse l'esprit : à partir de quand est-on pédophile? Car je suppose qu'une mère qui embrasse les fesses de son bébé ou qu'un père qui aime énormément ses enfants ne le sont pas.

Latifa Bennari : Le terme de pédophilie traduit une attirance sexuelle récurrente à l'égard des enfants prépubères. Les gestes que vous décrivez chez les parents sont des gestes d'affection : ils sont sains et source d'un grand bonheur partagé. Ils répondent à un besoin fondamental de l'enfant, et sont essentiels à sa construction. Ils doivent rester une image d'affection légitime.
Je préciserai néanmoins qu'il n'est pas souhaitable qu'une femme ait le monopole de ces contacts physiques avec ses propres enfants.

Michel : Où prennent les sources déviantes du pédophile? Est-ce uniquement psychologique (suite à des troubles de l'enfant ou une adolescence mal assumée) ou bien d'autres facteurs entrent-ils aussi en compte? Un pédophile peut-il agir ainsi tout en ne voulant pas faire de mal aux enfants?

Latifa Bennari : Basé sur les connaissances que j'ai acquises sur le terrain et non sur des études théoriques. j'ai compris que c'est souvent la compulsion chez une personne qui est à l'origine du passage à l'acte. Les enfants sont la meilleure cible pour assouvir ces pulsions incontrolables, faute d'autres partenaires (du fait de l'absence d'autres désirs ou de l'incapacité de cette personne à trouver des partenaires sexuels adultes).

Certains enfants qui ont été victimes peuvent voir dévier leur sexualité, à l'age où ils la construisent.
Les révélations des agresseurs que j'ai pu reccueillir sont toutes les mêmes sur un point précis : à savoir qu'il n'y a aucun moyen ni aucune possibilité pour eux d'aborder le sujet de leurs compulsions. Tous sans exception, m'ont avouer l'aborder pour la première fois.
Un pédophile qui passe à l'acte ne le fait pas nécessairement en ayant conscience de nuire à l'enfant. C'est souvent ainsi pour lui une façon de se déculpabiliser de l'acte qu'il vient de commettre et une manière de pouvoir recommencer sans mauvaise conscience.
Dans le cas des vrais agresseurs sexuels, je ne crois pas qu'ils aient le moindre souci de l'enfant avant le passage à l'acte. Leur conscience est absente à ce moment face à leur proie.
Un pédophile qui passe à l'acte avec violence est totalement responsable de ce qu'il inflige à l'enfant et doit être puni. Il doit impérativement savoir que l'enfant n'est pas en mesure d'avoir une relation sexuelle avec un adulte et que ses actes ne peuvent en aucun cas être considérés comme des signes normaux d'affection. J'ai eu connaissance de cas où des relations pédosexuelles avaient pu être vécu de manière positive par l'enfant. Dans certains cas, une fois adulte, il ne regrette pas cette expérience. Dans d'autres cas, au contraire, apparait le sentiment d'avoir été manipulé et floué, en dépit du plaisir ressenti à l'époque. Je pense que la relecture négative de ce type proviennent du positionnement personnel de l'adulte ou de l'adolescent par rapport à la différence de nature entre la sexualité adulte et la sexualité enfantile. Je pense que la relecture négative de ce type proviennent du positionnement personnel de l'adulte ou de l'adolescent par rapport à la différence de nature entre la sexualité adulte et la sexualité enfantile. Un pédosexuel ne peut pas prévoir quel sera plus tard ce positionnement, et c'est la raison pour laquelle il met l'enfant en danger.
Ce jeune homme de 28ans m'a avoué qu'il rêvait deuis très longtemps de pouvoir exprimer ce qui lui tenait à coeur. Il ne s'était jamais confié à quiconque. Il a toujours refusé d'entrer en contact avec des pédophiles sur internet. Son rêve depuis des années était de pouvoir fonder un foyer. Toutefois par honneteté, il souhaitait pouvoir révéler l'existences de ses attirances pédophiliques à celle qui pourrait devenir son épouse. Sa crainte des conséquences d'une telle révélation constituait pour lui un frein radical à l'établissement d'une relation.
Michel m'a appris qu'il avait reçu une éducation religieuse très rigide. Il était resté très croyant et pieux. Alors que Michel était encore petit, il arrivait parfois à son père de circuler nu dans la maison. Il avait arrêté de le faire quand Michel a eu 7ans. L'esprit du petit garçon a alors été envahi par le souvenir du sexe de son père, ce sexe qui lui semblait si grand. Ses premières pulsions sexuelles apparurent vers l'âge de 9ans et elles étaient dirigées vers l'image du sexe de son père et uniquement cette partie du corps.
Ces pulsions incompréhensibles pour lui, vinrent bouleverser tout son fonctionnement : il se recroquevillait la nuit, comme un foetus, pour lutter contre ses élans sexuels qu'ils ne comprennaient pas. Cette lutte aboutit à la coupure entre son corps et l'esprit. Entre 15 et 16ans apparurent les premières attirances sexuelles pour les petites filles de seulement 2 ou 3ans. Il craignait terriblement de passer à l'acte, en raison de l'intensité de ses pulsions sexuelles. Il réussit néanmoins à les contrôler grâce aux valeurs inculquées par son éducation.
Au fur et à mesure que Michel me parlait, je voyais s'alléger le fardeau que littéralement il portait : ses épaules voutées se redressaient. Il me remit à cette occasion un livre du photographe Jock Sturges. Celui-ci est surtout connu pour ses nus artistiques de jeunes adolescentes, réalisés principalement sur des plages naturistes en France et en Californie. "Le compagnon de mes nuits", me dit sobrement Michel, qui avait décidé de se débarrasser de ce livre, qui contribuait à entretenir ses attirances pour les très jeunes filles.

Michel : Dans la presse, on trouve tous les jours de nouveaux cas de pédophilie. Des jeunes de dix-sept ans se mettent enfin à parler. Ma famille doit-elle savoir que j'ai des fantasmes déplacés? A la dernière réunion de famille, tous se sont félicités de cette sympathique famille : aucun couple divorcé, aucun drogué ou délinquant. Une seule petite tache d'ombre officielle, une cousine très émotive qui a voulu se suicider dans un moment de déprime. Mais on prie tous pour elle et nous l'avons en affection.
La tache sombre que je représente ne sera pas perçue de la même manière. Dois-je préparer mes parents à cette éventualité. D'ailleurs s'en doutent-ils? (je crois qu'ils ont vus plusieurs de mes dessins sulfureux). Pour moi, je suis une bombe qui se maîtrise la plupart du temps.
Et envers ma soeur pour laquelle j'ai une affection particulière, quelle attitude avoir? Quand elle m'a vu m'occuper de mon neveu de 22mois, elle m'a dit que je ferais un bon père de famille.

Michel dit être une bombe qui se maitrise la plupart du temps car il passe parfois des soirées à télécharger des images d'enfants sur internet.
Michel me semblait de plus en plus perturbé par les émissions sur la pédophilie, qui pour la plupart massacrent littéralement le sujet et sapent le moral des pédophiles abstinents.
J'ai eu récemment de très bonnes nouvelles de Michel : il a rencontré une jeune femme pleinement adulte, auprès de laquelle il a trouvé l'amour. Il me l'a présentée pour que je puisse l'éclairer sur la réalité de la pédophilie, et m'a même invitée à leur mariage. Michel reconnait que l'aide que je lui ai apportée et la confiance que je lui ai accordée l'ont aidé à se libérer de la prison de ses pulsions pédophiliques dans laquelle il s'était enfermé depuis la découverte de ses attirances. Nos contacts par mail, francs et directs, lui ont permis de retrouver une sérénité intérieur et de s'ouvrir aux autres. C'est ainsi qu'il a pu rencontrer sa femme, et découvrir le bonheur d'une relation amoureuse avec une sexualité d'adulte harmonieuse.
Nombreux sont ceux qui vont se demander si Michel pourra tenir son rôle de père de famille sans risque de déraper avec ses propres enfants. J'affirme que OUI. Le risque zéro n'existe pas, même pour des pères non pédophiles.
Aucune étude a l'heure actuelle ne peut étayer cette thèse. J'ai rencontré pour ma part de nombreux pédophiles qui sont de très bons pères et d'excellents maris. A l'inverse, il existe des adultes non pédophiles qui sont défaillants en tant que parents ou partenaires.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
J'aurais voulu en premier lieu vous féliciter. Aucun homme, aussi ignoble soit-il, n'est entièrement mauvais. Tous ont droit à la repentance.
C'est en effet une erreur comme je le dis souvent de ne juger une personne que par rapport aux plus mauvaises choses qu'elle a faites.

Je ne me sentais pas d'accord avec la façon dont les médias traitent les pédophiles. La pédophilie est mauvaise, c'est juste. Mais ils ont tendance à condamner les hommes comme l'acte. Or la justice nous enseigne à juger l'acte et non la personne.
Oui. Je le redis, quand on juge un pédophile, il ne faut pas juger la personne pour sa pédophilie, car la pédophilie n'est que l'attraction sexuelle. Il faut juger ses actes si ces actes ont fait du mal aux enfants en le jugeant comme un humain et non comme un pédophile que l'on cherche à stigmatiser à tout prix.

Votre approche me parait saine, car vous voulez montrer à ceux qui ont ces tendances combien leurs pensées sont terribles mais non leur être qui, lui, pourrait être bien plus beau sans cela.
Nous avons tous de mauvaises pensées et ces pensées ne regardent personnes. Les pédophiles n'ont pas à être jugés pour avoir de mauvaises pensées, car si on regardais les pensées de n'importe qui, on trouverait toujours des choses pas jolies, voir affreuses. Mais après il ne faut pas que les pensées mauvaises deviennent obsessionnelles et poussent la personne à les mettre en pratique.

Une question me traverse l'esprit : à partir de quand est-on pédophile? Car je suppose qu'une mère qui embrasse les fesses de son bébé ou qu'un père qui aime énormément ses enfants ne le sont pas.
Une mère qui embrasse les fesses de son bébé me parait limite pédophile. Mais les femmes sont très différentes des hommes sur le plan sexuel et sur l'instinct parental avec les enfants. Embrasser les fesses, selon moi, ce n'est pas forcément pédophile, pour que ça le soit, il faut que la personne en éprouve un plaisir sexuel, mais celà cache néanmoins une certaine forme de pédophilie et voir l'enfant un peu comme un objet dont la mère satisfait un besoin qui lui est propre, celà me parait limite un peu pervers, que ce soit pour satisfaire un besoin sexuel ou non, il y a quand même une pédophilie plus ou moins refoulée dans cet acte.
Quant au père qui aime énormément ses enfants, pareil, ça dépend. Est-ce qu'il y prend un plaisir sexuel? Si oui, il est pédophile. Mais attention, celà ne veut pas dire qu'il leur fait du mal et qu'il veut leur faire du mal. Celà dit, un père pédophile souvent n'est pas attiré sexuellement par ses propres enfants, voir le sujet sur l'instinct parental :
http://adep.etudiantforum.com/t77-o2-l-instinct-parental-differences-entre-instincts-maternels-et-paternels
http://adep.etudiantforum.com/t78-o3-l-instinct-parental-instincts-parentaux-et-pedophilie
Mais la pédophilie vient parfois d'un instinct parental exacerbé. C'est à dire une personne qui éprouve un instinct parental si fort envers les enfants qu'il en est sexuellement attiré. Donc ce père pourrait être pédophile. Sans compter qu'aimer énormément ses enfants est basée sur deux instances, l'amour inconditionnelle du parent pour son enfant et l'amour pour l'enfant en tant que tel. Le père peut aimer énormément ses enfants pour la première raison où là, c'est surtout l'instinct parental qui s'exprime, et dans l'autre cas, c'est de l'amour envers les enfants de manière plus spécifique et là, celà pourrait être de la pédophilie (en quelque sorte). Voir le sujet suivant sur les deux instances d'amour envers les enfants :
http://adep.etudiantforum.com/t87-o4-l-instinct-parental-les-deux-instances-de-l-amour-envers-ses-les-enfants

Latifa Bennari : Le terme de pédophilie traduit une attirance sexuelle récurrente à l'égard des enfants prépubères. Les gestes que vous décrivez chez les parents sont des gestes d'affection : ils sont sains et source d'un grand bonheur partagé. Ils répondent à un besoin fondamental de l'enfant, et sont essentiels à sa construction. Ils doivent rester une image d'affection légitime.
Je suis d'accord. Mais les frontières sont parfois poreuses entre l'affection pour l'enfant et l'attraction sexuelle, l'un favorise même parfois l'autre.

Je préciserai néanmoins qu'il n'est pas souhaitable qu'une femme ait le monopole de ces contacts physiques avec ses propres enfants.
Il faudrait qu'elle aille dire ça à Pierre Mailloux qui estime que seuls les mères devraient avoir ce droit car il estime que le père doit rester à sa prétendue place de père. Ce qui est bien évidemment ridicule. Les mères et les pères ont les mêmes droits. Mêmes si les mères sont souvent plus affectueuses que les pères, ces derniers ont autant le droits de caliner et aimer leurs enfants, même si ça s'éloigne de l'image du père traditionnel supposé plus distant et plus autoritaire que la mère. Les parents ont le droit d'aimer leurs enfants de la même façon et n'ont pas à se plier à l'image de la mère et du père traditionnels de Mailloux qui privent les parents de ce qui les rend unique voir de ce qui les rend heureux d'être parents, et le bonheur des parents fait souvent le bonheur des enfants car celà rend les parents plus chaleureux et plus aptes à contribuer au bonheur de leurs enfants.

Où prennent les sources déviantes du pédophile? Est-ce uniquement psychologique (suite à des troubles de l'enfant ou une adolescence mal assumée) ou bien d'autres facteurs entrent-ils aussi en compte? Un pédophile peut-il agir ainsi tout en ne voulant pas faire de mal aux enfants?
Pour faire simple, même si c'est très compliqué, les pédophiles ont des critères d'attraction et sentimentaux différents spécifiques aux enfants. Chaque individu se structure durant son enfance et adolescence et développent des critères d'attractions et des besoins sentimentaux différents. Ils développent aussi des blocages, des répulsions notamment vis à vis de critères d'attraction et sentimentaux qui vont à l'encontre des leurs. Tous ces maillons forment une chaine qui fait que chaque individu va avoir des besoins sexuels et sentimentaux différents qui font qu'ils seront attirés par tels ou tels individus. Ils auront aussi des blocages vis à vis d'autres types d'individus plus ou moins forts. La génétique selon moi entre aussi en compte. De nombreux facteurs entrent en compte dans la structuration de l'individu qui va définir son orientation sexuelle (et la pédophilie est une orientation sexuelle).
Je ne comprends pas la dernière question. Un pédophile peut passer à l'acte avec un enfant, en s'autopersuadant que ce passage à l'acte, si c'est fait d'une manière que le pédophile considère comme respectueuse, ne fera aucun mal à l'enfant. Même les pédophiles actifs de bonne foi de ce genre ne veulent pas faire de mal aux enfants, mais en passant à l'acte, ils gratifient quand même un besoin particulier et égocentrique. Les humains de toutes façons agissent par intérêt, mais ça ne veut pas dire que les pédophiles actifs veulent tous du mal aux enfants.

Latifa Bennari : Basé sur les connaissances que j'ai acquises sur le terrain et non sur des études théoriques. j'ai compris que c'est souvent la compulsion chez une personne qui est à l'origine du passage à l'acte. Les enfants sont la meilleure cible pour assouvir ces pulsions incontrolables, faute d'autres partenaires (du fait de l'absence d'autres désirs ou de l'incapacité de cette personne à trouver des partenaires sexuels adultes).
Latifa Bennari base alors son apprentissage plutôt sur l'action. C'est à dire elle apprend sur le terrain en se basant sur ce qu'elle voit. Ce n'est pas une plus mauvaise façon d'apprendre qu'une autre, mais l'apprentissage des penseurs et des attentifs a aussi une forte importance. Les attentifs sont les observateurs et les penseurs sont des théoriciens et ces deux formes d'apprentissage sont aussi bon que celui des actifs qui apprennent sur le terrain. Personnellement, j'essaye d'accumuler les trois. Le seul type d'apprentissage à bannir (il y en a quatre au total), c'est l'apprentissage par le sentiment, c'est à dire apprendre par l'intermédiaire d'une personne pour laquelle on a des sentiments particuliers. Celà a son importance au début de la vie, car on apprend en se basant sur nos parents par exemple, mais là, apprendre pour les sentiments qu'on a envers une personne, c'est se dépersonnaliser et ne pas chercher les réponses par soi-même et laisser l'autre trouver les réponses à notre place.
Elle a raison sur le fait que les pédophiles compulsifs représentent une part importante des cas de passages aux actes. Mais il y en a plein d'autres et je dirais même que les compulsifs ne sont pas la majorité. La majorité serait plutot, d'après ce que j'ai observé, des pédophiles actifs assumés et de bonne foi. Des pédophiles qui assument leurs attractions envers les enfants, les fréquentent et ont des rapports sexuels avec eux. Latifa Bennari se basant sur son expérience, comme je l'ai dit dans d'autres topic, même si elle a une bonne expérience, la plupart des pédophiles qu'elle rencontre sur le terrain, sont presque toujours des pédophiles non assumés et parfois compulsifs. Si ils étaient assumés, généralement ils ne l'appeleraient pas à l'aide. Un pédophile assumé a donc peu de chances de faire appel à elle et encore moins un assumé actif qui refusera de lui parler généralement. C'est pourquoi, selon moi, son échantillon de pédophiles passant à l'acte est particulièrement faussé.

Certains enfants qui ont été victimes peuvent voir dévier leur sexualité, à l'age où ils la construisent.
En effet, leur point de vue et leur structuration peuvent être influencés et donc en quelque sorte dévier vers des attirances pédophiliques. Celà dépend de la logique et du point de vue qu'ils ont sur les rapports sexuels qu'ils ont vécus. Mais il ne faut pas oublier aussi comme je l'ai dit dans le topic de présentation de cette partie E.6, qu'il y a aussi les victimes qui normalisent et reproduisent les abus sexuels qu'ils ont vécus par normalisation des abus sexuels. Ils considèrent que ce genre de rapport est normal alors ils les reproduisent, sans pour autant qu'ils soient forcément pédophiles.

Les révélations des agresseurs que j'ai pu reccueillir sont toutes les mêmes sur un point précis : à savoir qu'il n'y a aucun moyen ni aucune possibilité pour eux d'aborder le sujet de leurs compulsions. Tous sans exception, m'ont avouer l'aborder pour la première fois.
Comme dit plus haut, l'échantillon est faussé, car elle n'a connu du coup que les pédophiles compulsifs. Mais il est vrai effectivement que les pédophiles compulsifs, qui souvent ne sont pas assumés, ont très peu de moyens de parler de leurs pédophilies et de leurs pulsions. Ils n'ont souvent pas confiance aux thérapeutes et ces derniers ne sont souvent pas très compétents. Ils ont souvent peur d'en parler à leurs amis et familles, de peur d'être renier (ce qui arrive fréquemment). Et si certains forum comme doctissimo se prétend vouloir aider les victimes, les gens extrémistes et qui n'ont aucune compétences particulières rebuttent souvent les pédophiles d'aller s'y confier, tant la plupart des membres les jugent avec des stéréotypes et des amalgames involontairement risibles. Enfin pour que des pédophiles puissent se confier, ils leur suffiraient juste pourtant de trouver une oreille attentive et objective.

Un pédophile qui passe à l'acte ne le fait pas nécessairement en ayant conscience de nuire à l'enfant. C'est souvent ainsi pour lui une façon de se déculpabiliser de l'acte qu'il vient de commettre et une manière de pouvoir recommencer sans mauvaise conscience.
Oui.

Dans le cas des vrais agresseurs sexuels, je ne crois pas qu'ils aient le moindre souci de l'enfant avant le passage à l'acte. Leur conscience est absente à ce moment face à leur proie.
Ce qu'elle appelle agresseurs sont ceux qui usent de violence et d'effet de surprise sur leurs victimes. Mais il est impossible de répondre à cette question en quelques lignes. Il y a de nombreuses façons et raisons de passer à l'acte. Et Mme Bennari oublie que de nombreux agresseurs passent à l'acte de manière subite et compulsive. Non pas qu'ils n'éprouvent pas de remords après avoir agressé un enfant, mais certains retiennent leurs pulsions et au bout d'un temps n'y arrivent plus et agressent un enfant subitement. Mais elle a raison au sujet de certains agresseurs qui effectivement mettent leurs conscience de côté pour passer à l'acte, voir n'ont pas de conscience et se moquent du mal qu'ils font que ce soit avant, pendant et après le passage à l'acte. De nombreux agresseurs sexuels d'enfants ont des remords avant et après le passage l'acte, mais souvent pendant le passage à l'acte, leur conscience est souvent absente, car leurs pulsions ont pris le dessus sur leur conscience, ça ne veut pas dire qu'ils n'en ont pas une. Mais les pulsions sexuelles peuvent parfois être tellement fortes qu'on aura beau avoir conscience du mal fait aux enfants, parfois celà ne suffit plus. De même que la peur de la prison et autres. Celà dissuade, mais si les pulsions sont trop fortes, pareil, la peur du regard des autres et de la prison ne suffit plus. Il ne faut pas oublier non plus, les dominants voir sadiques qui eux, carrément aiment faire souffrir les enfants. Ils le font non seulement pour se satisfaire sexuellement, mais en plus parce qu'ils prennent plaisir à ce que l'enfant souffre. Voir dossier sur les pédophiles sadiques :
http://adep.etudiantforum.com/t83-e5-les-differents-types-de-pedophiles-les-pedophiles-sadiques-et-ou-dominants
Voir aussi le dossier sur le pourquoi des passages aux actes :
http://adep.etudiantforum.com/t34-f4-les-pedocriminels-passages-a-l-acte-comment-et-pourquoi

Un pédophile qui passe à l'acte avec violence est totalement responsable de ce qu'il inflige à l'enfant et doit être puni.
Je ne suis pas d'accord. Oui, un individu qui fait du mal à un enfant, dont un pédophile violent ou pas doit être puni en partie pour qu'il comprenne qu'il a fait quelque chose de mal et éventuellement l'éloigner de la population car il est dangereux. Mais après en ce qui concerne la responsabilité et la punition, ça devient relatif. Il faut tenir compte du degré de responsabilité de l'individu et pour celà il faut tenir compte de tous les facteurs qui l'ont fait passer à l'acte, des circonstances voir des conséquences. Je sais que les lois ne sont pas faites ainsi. Mais pour une justice plus propre, il ne faut pas punir les inculpés, dont les pédosexuels, n'importe comment. Il faut le faire de manière juste en tenant compte d'un maximum de facteurs aggravants ou atténuants. Voir dossiers sur les lois : http://adep.etudiantforum.com/t47-k1-lois-et-applications-les-lois-vis-a-vis-des-pedophiles
http://adep.etudiantforum.com/t48-k2-lois-et-applications-cas-d-un-adolescent-pedosexuel

Il doit impérativement savoir que l'enfant n'est pas en mesure d'avoir une relation sexuelle avec un adulte et que ses actes ne peuvent en aucun cas être considérés comme des signes normaux d'affection. J'ai eu connaissance de cas où des relations pédosexuelles avaient pu être vécu de manière positive par l'enfant. Dans certains cas, une fois adulte, il ne regrette pas cette expérience.
Oui et il serait intéressant de s'y intéresser plus et de voir quels sont les facteurs qui font que l'enfant ne souffre pas et donc quels sont les facteurs qui le font souffrir. Peut-être des relations sexuelles avec des enfants assez grands, adolescents ou proche de l'adolescence et suffisamment mature et structurés pour apprécier pleinement le rapport sexuel qui lui procure du plaisir sans le plonger dans la confusion et perturber sa maturation sexuelle.

Dans d'autres cas, au contraire, apparait le sentiment d'avoir été manipulé et floué, en dépit du plaisir ressenti à l'époque. Je pense que la relecture négative de ce type proviennent du positionnement personnel de l'adulte ou de l'adolescent par rapport à la différence de nature entre la sexualité adulte et la sexualité enfantile.
Si celà vient d'un sentiment d'avoir été manipulé, celà est dans ce cas névrotique. La supposée victime aurait dans un premier temps vu le rapport sexuel comme quelque chose qui lui apporte du plaisir, mais il suffit qu'il (ou qu'on lui mette) se mette dans la tête qu'il a été manipulé, et alors le changement de point de vue sur la chose le perturbe, alors que l'acte en lui même ne lui aurait (je mets au conditionnel) rien fait et ne lui aurait alors rien fait si on ne lui avait pas mis dans la tête qu'il a été manipulé.
Mais moi, je pense que de nombreuses victimes, même ayant eu des rapports sexuels consentants et leur faisant éprouver du plaisir, les perturbent quand même à cause d'une structuration encore fragile, car son point de vue est encore en construction et qu'il doit apprendre à découvrir la sexualité à son rythme afin de solidifier sa connaissance de lui même (le moi psychologique) et ainsi apprendre à mieux gérer ses émotions. Dans le cas d'expériences sexuelles trop précoces, il risque de ne pas avoir le temps de se structurer correctement et de bien se connaitre. Ce qui fait qu'il risque de devenir instable et perturbé.

Je pense que la relecture négative de ce type proviennent du positionnement personnel de l'adulte ou de l'adolescent par rapport à la différence de nature entre la sexualité adulte et la sexualité enfantile. Un pédosexuel ne peut pas prévoir quel sera plus tard ce positionnement, et c'est la raison pour laquelle il met l'enfant en danger.
Je pense au contraire que l'on peut découvrir et tenir compte des facteurs qui feront que la supposée victime souffrira ou non. Je continue déjà de dire que si la victime se sent mal après des rapports sexuels qui ne lui ont rien faits de mal, c'est soit que le malaise est névrotique et provoqué par la force de persuasion de l'entourage et de la société. Soit que le sentiment de malaise était présent dès le début, mais masqué ou étouffé par le plaisir sexuel ressenti.

Ce jeune homme de 28ans m'a avoué qu'il rêvait deuis très longtemps de pouvoir exprimer ce qui lui tenait à coeur. Il ne s'était jamais confié à quiconque. Il a toujours refusé d'entrer en contact avec des pédophiles sur internet.
Il avait, je suppose, peur de tomber sur des pédophiles assumés et actifs qui ne le comprennent pas, mais il est regrettable qu'il n'ait pas au moins essayé de parler à certains d'entre eux. Il aurait très bien pu tomber sur un pédophile assumé et respectueux qui aurait pu l'aider à mieux assumer sa pédophilie, lui donner quelques pistes pour mieux gérer ses attractions et apprendre à vivre avec d'une façon ou d'une autre. Ce genre d'échange aurait pu être enrichissant pour lui. Mais c'est vrai que si il était tombé sur des pédophiles actifs et assumés, celà l'aurait peut-être perturbé encore plus, alors que lui est passif et non assumé.

Son rêve depuis des années était de pouvoir fonder un foyer. Toutefois par honneteté, il souhaitait pouvoir révéler l'existences de ses attirances pédophiliques à celle qui pourrait devenir son épouse. Sa crainte des conséquences d'une telle révélation constituait pour lui un frein radical à l'établissement d'une relation.
J'aimerais dire quand même que j'espère que Michel ne souhaite pas fonder un foyer par influence de la société ou par désir de faire comme les autres. Je ne dis pas que c'est forcément son cas, mais il y en a beaucoup qui fondent une famille et ont des enfants plus par effet de mode ou juste pour faire comme les autres et se fondre dans la foule, ce qui n'est pas une bonne chose. Il faut se marier ou vivre maritalement par amour pour l'être qu'on aime et non pour se donner l'impression qu'on est comme les autres et avoir des enfants, pareil, il faut en faire que si on en veut vraiment et qu'on a un bon instinct parental et non pour faire comme les couples traditionnels. J'insiste là dessus car Michel, étant pédophile non assumé, pourrait être du genre à vouloir se marier et avoir des enfants pour se donner une image de normalité, donc pour faire comme les autres et se fondre dans la foule et celà serait une mauvaise raison de vivre maritalement et avoir des enfants. Mais bon, je le redis, ce n'est pas forcément son cas non plus.
Vouloir révéler sa pédophilie à sa bien-aimée est une noble chose selon moi, mais effectivement c'est assez délicat. Michel devrait commencer par vérifier les réactions de cette dernière en évoquant le sujet des pédophiles de manière anodine pour voir déjà ses réactions, si elles sont excessives ou si au contraire elles sont reflechies. Normalement (je dis bien normalement), si elle l'aime, elle doit acceptée cette partie de lui qui fait partie de lui, même si lui ne l'assume pas. Elle ne doit pas non plus le juger sur cette part de lui qui fait partie de lui surtout qu'il ne peut rien y faire et comprendre que celà ne fait pas du tout de lui quelqu'un de mauvais. Elle doit voir si il est du genre respectueux ou pas et réaliser que vivre avec une attirance pédophilique non assumé est tout sauf un cadeau et qu'il faut avoir du courage pour l'avouer sachant la réputation des pédophiles. Si elle a un tant soit peu de respect pour lui, elle doit au moins être capable de comprendre ça.

Michel m'a appris qu'il avait reçu une éducation religieuse très rigide. Il était resté très croyant et pieux. Alors que Michel était encore petit, il arrivait parfois à son père de circuler nu dans la maison. Il avait arrêté de le faire quand Michel a eu 7ans. L'esprit du petit garçon a alors été envahi par le souvenir du sexe de son père, ce sexe qui lui semblait si grand. Ses premières pulsions sexuelles apparurent vers l'âge de 9ans et elles étaient dirigées vers l'image du sexe de son père et uniquement cette partie du corps.
Ouh là, il manque de nombreux détails à la compréhension de la réaction de Michel. Mais il y a de quoi se poser plusieurs questions. Déjà il est fréquent pour les enfants petits de voir ses parents nus, celà ne les perturbe pas du tout pour autant que je sache. Bon dans le cas de Michel, la nudité du père était peut-être excessive, mais delà à ce que le pousse à avoir des pulsions sexuelles sur le pénis de son propre père. Celà veut sans doute dire aussi que la relation qu'il avait avec ce dernier n'était à la base pas très saine (et sans compter la nudité), parce que pour qu'un enfant soit attiré sexuellement par ses propres parents, c'est souvent qu'à la base il y a une relation parent/enfant brisée par un évènement ou un traumatisme quelconque ou alors des parents ne traitant pas leur enfant comme tel.
Ensuite des pulsions sexuelles envers le gros pénis de son père? Ce n'est sûrement pas les premiers balbutiements et développements de la pédophilie. Les enfant ayant des pénis des petites tailles, déjà ça va à l'encontre de ses pulsions envers les pénis de grandes tailles. Peut-être qu'après celà a dérivé vers autre chose, genre qu'il a découvert ensuite que les pénis de petites tailles étaient plus attendrissants et donc il a développé une pédophilie. Ou alors faute de trouver des pénis à regarder pour satisfaire ses pulsions, il a peut-être tout simplement utilisé son propre corps et a ensuite développé un attrait pour les corps à pénis prépubères et cherche alors en quelque sorte à retrouver l'enfant qu'il était à travers d'autres jeunes garçons.
Il y a aussi peut-être le fait que Michel ait ressenti le besoin d'avoir un pénis comme son père et a cherché alors à s'adultiser (ce mot n'existe pas je sais) et celà a alors marqué un contraste entre l'adulte qu'il voulait être et l'enfant qu'il était encore et celà la peut-être poussé à développer des attractions pédophiles avec les enfants de son âge qu'il voyait alors comme inférieur à lui car il ne faut pas oublier que les pédophiles aiment souvent en particulier l'inégalité entre eux et les enfants qui les attirent et le fait de se voir comme un adulte vis à vis des enfants, l'aide alors à sentir l'inégalité entre l'adulte qu'il veut être et les enfants de son entourage. Il y a aussi le fait qu'il pourrait y avoir une dissociation entre l'adulte qu'il se prétendrait être et l'enfant qu'il est. Dans ce genre cas, le moi adulte pourrait aimer le moi enfant. Vous pouvez jeter un petit coup d'oeil au dossier sur le syndrôme de Peter Pan : http://adep.etudiantforum.com/t85-b6-la-pedophilie-est-elle-naturelle-le-syndrome-de-peter-pan
Mais comme dit plus haut, ça manque de détail et c'est dommage. Mais le cas de Michel est tout de même un peu bizarre.

Ces pulsions incompréhensibles pour lui, vinrent bouleverser tout son fonctionnement : il se recroquevillait la nuit, comme un foetus, pour lutter contre ses élans sexuels qu'ils ne comprennaient pas. Cette lutte aboutit à la coupure entre son corps et l'esprit. Entre 15 et 16ans apparurent les premières attirances sexuelles pour les petites filles de seulement 2 ou 3ans.
Moi qui pensais quelques lignes plus tôt qu'il allait être attiré par les jeunes garçons dû au besoin de voir des corps munis d'un pénis, je me suis bien trompé. Mais je ne vois pas du tout le lien entre cette lutte contre les pulsions sexuelles dûes éventuellement à la nudité excessive de son père et le développement d'attraction envers les toutes petites filles de 3ans. Si il y a un lien éventuellement possible entre les pulsions (de quelques natures qu'elles soient) et la nudité du père, il n'y en a pas avec le développement d'attraction pour les filles de 3ans. Du moins je n'en vois pas. Ou alors, on peut supposer comme dans d'assez nombreux cas de pédophiles, que ces pulsions l'ont isolé à cause de l'angoisse et l'aient empêché de se développer sexuellement harmonieusement. Mais après pourquoi les petites de 2/3ans? Il avait déjà selon moi une prédisposition à être attirés par les enfants en bas âge selon moi.
Quant à la lutte contre ses pulsions, ne serait-ce pas dûe aussi à l'éducation très religieuse qu'il a eu? La religion considère souvent comme impur tout ce qui est sexuel, Michel ne s'est-il pas retrouvé donc angoissé partiellement à cause de cette vision religieuse et extrémiste de la sexualité? Bien qu'il soit possible aussi que les pulsions étaient fortes au point de l'angoisser sans y voir forcément une quelconque infraction envers les règles religieuses.
Mais comme dit plus haut, encore une fois, celà manque de détails. Il faudrait aussi essayer de reconstruire ses besoins et ses sentiments qui influent beaucoup sur l'orientation sexuelle.

Il craignait terriblement de passer à l'acte, en raison de l'intensité de ses pulsions sexuelles. Il réussit néanmoins à les contrôler grâce aux valeurs inculquées par son éducation.
Les valeurs l'encouragent à les contrôler plutôt, mais on ne contrôle pas ses pulsions seulement avec de belles paroles, dans bien des cas celà ne suffit pas.

Au fur et à mesure que Michel me parlait, je voyais s'alléger le fardeau que littéralement il portait : ses épaules voutées se redressaient. Il me remit à cette occasion un livre du photographe Jock Sturges. Celui-ci est surtout connu pour ses nus artistiques de jeunes adolescentes, réalisés principalement sur des plages naturistes en France et en Californie. "Le compagnon de mes nuits", me dit sobrement Michel, qui avait décidé de se débarrasser de ce livre, qui contribuait à entretenir ses attirances pour les très jeunes filles.
Une adolescente n'est pas une très jeune fille, on n'est déjà plus au niveau des toutes petites de 2/3ans.
Si Michel se sent capable de se passer de ce livre qui le satisfait sexuellement sans passer à l'acte et qu'il se pense capable de se satisfaire sexuellement sans faire de mal, éventuellement avec des femmes comme il le désire, c'est une bonne chose pour lui de se débarrasser de ce livre et c'est courageux.
En revanche si il n'est pas capable d'être attiré par des femmes (ou des hommes) et de se satisfaire sexuellement autrement que des stimuli pédophiles, là par contre, c'est dommage, voir idiot de se débarrasser du seul moyen qu'il a de contenir ses envies sans faire de mal.
Mais Michel ressemble plus à un hétérosexuel immature attiré par la féminité et non par l'enfance. Il est possible que ses angoisses l'aient isolés et l'aient empêché d'avoir une maturation sexuelle harmonieuse qui fait qu'au lieu d'être attiré par des filles de maturité plus ou moins équivalente, il soit resté focalisé sur une tranche d'âge beaucoup plus jeune. Mais le fait qu'il ait (visiblement) évolué déjà vers une tranche d'âge bien supérieur, les adolescentes au lieu des 3ans, sous entend une maturation sexuelle en cour. Alors que les vrais pédophiles, eux, qu'ils soient matures ou pas, restent focalisés sur les enfants, ils n'évoluent pas vers plus âgés, car ils aiment l'enfance, qu'on ne trouve que chez les enfants. Contrairement à Michel qui visiblement (j'insiste sur visiblement car rien n'est précisé) aime la féminité et évolue petit à petit vers des individus de plus en plus matures au lieu de rester focalisé sur l'enfance qui si ça se trouve en fait le laisse indifférent. Mais encore une fois, de nombreux détails sur lui, manquent pour pouvoir faire une analyse plus précise de son cas.
Il pourrait aussi être à la fois hétérosexuel et pédophile en même temps. Mais pareil, on ne peut pas le savoir. Si il est les deux, sa pédophilie risque de le poursuivre quand même, car si il aime à la fois la féminité et l'enfance, il va particulièrement aimer fortement les petites filles possédant à la fois la féminité et l'enfance. Voir le dossier sur les critères d'attraction des pédophiles, grand I, partie 6 : http://adep.etudiantforum.com/t55-h42-points-de-vue-des-gens-points-de-vue-des-pedophiles-leurs-criteres-d-attraction
Mais si Michel parvient à se satisfaire sexuellement avec des femmes, il pourra mettre sa pédophilie de côté, beaucoup y arrivent si ils le veulent et Michel semble le vouloir fortement.

Michel : Dans la presse, on trouve tous les jours de nouveaux cas de pédophilie. Des jeunes de dix-sept ans se mettent enfin à parler. Ma famille doit-elle savoir que j'ai des fantasmes déplacés?
Nos fantasmes ne regardent que nous. On peut très bien parler de pédophilie sans rentrer dans les détails fantasmatiques, sans compter que c'est le propre des fantasmes d'être égocentriques et déplacés comme il le dit. Puisque les fantasmes sont des pensées et désirs qui ne tiennent pas compte de la réalité. Il n'y a donc pas de limites dans les fantasmes. Après en parler à sa famille pourrait être une bonne chose, ce n'est pas agréable avec sa propre famille de faire semblant d'être une personne qu'on n'est pas. Par exemple un pédophile qui fait semblant d'aimer les femmes ou qui à défaut de faire semblant, cache ses sentiments les plus forts. Après, Michel vient d'une famille très religieuse, je ne les connais pas, mais la religion a plus tendance à fermer l'esprit des gens que de l'ouvrir, donc je ne suis pas sûr que la famille de Michel acceptera cette part de ce dernier.

A la dernière réunion de famille, tous se sont félicités de cette sympathique famille : aucun couple divorcé, aucun drogué ou délinquant. Une seule petite tache d'ombre officielle, une cousine très émotive qui a voulu se suicider dans un moment de déprime. Mais on prie tous pour elle et nous l'avons en affection.
Aucun couple divorcé mais parce que les couples sont heureux et continuent de s'aimer ou parce que le divorce est contre leur religion? Dans le premier cas, c'est une excellente chose que cette famille soit constituée de couples solides, aimants et harmonieux. Mais si les couples ne divorcent pas parce que c'est contraire à la religion, c'est beaucoup moins bien, car les couples seraient alors malheureux et pour une raison, telle que la religion, qui ne vaut vraiment pas le coup de se rendre malheureux. Mais là, c'est un peu hors sujet et surtout c'est cette famille que celà regarde.

La tache sombre que je représente ne sera pas perçue de la même manière. Dois-je préparer mes parents à cette éventualité. D'ailleurs s'en doutent-ils? (je crois qu'ils ont vus plusieurs de mes dessins sulfureux). Pour moi, je suis une bombe qui se maîtrise la plupart du temps.
Il faudrait que Michel comprenne que ce n'est pas sa faute si il est ainsi. Il ne peut pas y faire grand chose. Par contre il peut respecter les enfants qui l'attirent en ne leur faisant pas de mal. Sur ses envies et pulsions il peut faire quelque chose. Il peut essayer de se contenter de rapports légaux et sans faire de mal, il peut se contenter d'images et vidéos (de préférence légales) et il peut essayer aussi de prendre certains médicaments pour baisser ses pulsions, sans nécessairement supprimer sa libido, ça dépend à quel point ses pulsions sont fortes. Mais si après une dose assez forte de certains médicaments, ses pulsions ne partent pas ou du moins ne se controllent pas aisément, c'est sûrement qu'il a un problème hormonal, ce n'est d'ailleurs pas exclu que dû à une hypersexualisation à 9ans, il se soit retrouvé dans un état de dépendance sexuelle qui fait que son cerveau réclame une forte dose de plaisir sexuel (ce qui donne des pulsions excessives). Voir le dossier sur les troubles hormonaux :
http://adep.etudiantforum.com/t84-d3-cas-soignables-dereglement-hormonale
Il est fort probable que ce soient ses pulsions qui l'empêchent d'assumer sa pédophilie. Alors qu'une meilleure gestion de sa pédophilie pourrait lui faire voir sa pédophilie autrement et mieux l'accepter plutôt que d'y voir une malédiction.

Et envers ma soeur pour laquelle j'ai une affection particulière, quelle attitude avoir? Quand elle m'a vu m'occuper de mon neveu de 22mois, elle m'a dit que je ferais un bon père de famille.
Le problème qu'il ne précise rien à propos de sa soeur. Est-elle petite? Est-ce une ado? Ressent-il une attraction sexuelle pour elle? Du coup on ne peut pas répondre. Je répondrais juste qu'il se comporte avec elle de façon naturelle. Si il a de l'affection voir une attraction sexuelle pour elle, qu'il se rapproche d'elle et qu'il ait une relation affectueuse avec elle. A condition qu'il soit capable de se contenir, sinon dans le cas contraire, il vaut mieux qu'il évite de l'approcher.
Etre pédophile n'empêche pas d'être un bon père, au contraire même. Les pédophiles sont souvent de bons pères et abusent rarement de leurs propres enfants. Voir le dossier sur l'instinct parental et la pédophilie : http://adep.etudiantforum.com/t78-o3-l-instinct-parental-instincts-parentaux-et-pedophilie

Michel dit être une bombe qui se maitrise la plupart du temps car il passe parfois des soirées à télécharger des images d'enfants sur internet.
Si les images sont légales (c'est à dire que les enfants ne font rien de sexuels dedans), ce n'est pas forcément une mauvaise chose, si celà lui permet de se satisfaire sexuellement sans faire de mal, tant qu'il n'achète pas de pédopornographie. Mais décidément, Michel a une vision de la pédophilie extrêmement négative. Il culpabilise très facilement d'avoir ses attractions, alors qu'encore une fois, il n'y est pour rien.
Après il faut faire attention aussi à l'engrenage, c'est à dire de nombreux pédophiles commencent avec des images et vidéos légales, puis après en veulent plus et encore plus, alors après ils basculent dans l'illégalité et parfois après ils veulent de vrais rapports, alors ils passent aux actes. Mais celà arrive surtout aux pédophiles névrosés qui se servent trop souvent des images et vidéos qu'ils possèdent, ce qui au lieu de les satisfaire, finit par les frustrer et vouloir plus. Alors que de nombreux autres pédophiles du même genre contiennent très bien leurs envies en apprenant à se contenter d'images et vidéos légales et éventuellement de relations et contacts physiques légaux avec les enfants (sans leur faire de mal). Voir le dossier sur la honte d'être pédophile :
http://adep.etudiantforum.com/t54-h41-points-de-vue-des-gens-points-de-vue-des-pedophiles-ont-ils-hontes

Michel me semblait de plus en plus perturbé par les émissions sur la pédophilie, qui pour la plupart massacrent littéralement le sujet et sapent le moral des pédophiles abstinents.
Bah ça, malheureusement aujourd'hui, ça n'a pas beaucoup changé, voir ça empire, tant l'hystérie collective augmente.

J'ai eu récemment de très bonnes nouvelles de Michel : il a rencontré une jeune femme pleinement adulte, auprès de laquelle il a trouvé l'amour. Il me l'a présentée pour que je puisse l'éclairer sur la réalité de la pédophilie, et m'a même invitée à leur mariage. Michel reconnait que l'aide que je lui ai apportée et la confiance que je lui ai accordée l'ont aidé à se libérer de la prison de ses pulsions pédophiliques dans laquelle il s'était enfermé depuis la découverte de ses attirances. Nos contacts par mail, francs et directs, lui ont permis de retrouver une sérénité intérieur et de s'ouvrir aux autres. C'est ainsi qu'il a pu rencontrer sa femme, et découvrir le bonheur d'une relation amoureuse avec une sexualité d'adulte harmonieuse.
Tout celà est bien pour Michel, mais malheureusement, il n'y a toujours aucun détail. Qu'est-ce qui lui a permis de mieux gérer ses pulsions? Est-il toujours sexuellement attiré par les enfants? Plus ou moins que par les femmes? Est-il attiré par les femmes depuis peu ou depuis toujours? Suivant la réponse à ces questions, son cas est plus ou moins difficile à traiter et à cerner. Or on ne sait rien, ce qui rend ce témoignage limite inutile, car on ne sait même pas de qui il est vraiment. Or l'intérêt d'un témoignage de pédophile, c'est de mieux comprendre les pédophiles et la pédophilie, mais malheureusement, ce témoignage n'apporte presque rien, car pratiquement aucun détail sur le pédophile et sa pédophilie ne sont révélés.

Nombreux sont ceux qui vont se demander si Michel pourra tenir son rôle de père de famille sans risque de déraper avec ses propres enfants. J'affirme que OUI. Le risque zéro n'existe pas, même pour des pères non pédophiles.
Surtout que la plupart des pères incestueux ne sont pas pédophiles.

Aucune étude a l'heure actuelle ne peut étayer cette thèse. J'ai rencontré pour ma part de nombreux pédophiles qui sont de très bons pères et d'excellents maris. A l'inverse, il existe des adultes non pédophiles qui sont défaillants en tant que parents ou partenaires.
Celà parait évident, mais pourtant peu de gens se rendent compte qu'être pédophile ne signifie pas qu'on est un mauvais parent ou partenaire.
Il est regrettable une fois encore que rien ne soit précisé. Qu'est-ce qui fait dire à Mme Bennari que Michel ne dérapera pas? Encore une fois, ce témoignage malheureusement n'apporte rien. Il serait intéressant de connaitre le ressenti et le point de vue de Michel afin de mieux comprendre les facteurs qui feront qu'il ne dérapera pas et sera un bon père et mari...

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum