ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

G.1.4 Les enfants - Relations adultes/enfants - L'histoire du petit Albert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Quelques extraits du livre "pédophilie, prévenir pour protéger", de Latifa Bennari, suivis de commentaires. Il est fortement dommage que cette histoire ne soit pas plus détaillée, car de nombreuses questions au sujet du ressenti de l'enfant, des déroulements des activités sexuelles et autres, restent sans réponse.

Je citerai l'histoire d'un petit garçon, Albert, qui a été stimulé sexuellement pendant la sieste par la femme de ménage. Il adorait ces moments de plaisir et les attendait avec impatience.

Hé oui, les enfants, même petits qui font encore la sieste, comme ce petit garçon, peuvent éprouver un plaisir sexuel et prendre plaisir à être stimulés sexuellement. Si ils ne peuvent pas éjaculer, généralement pas avant 12ans, ils peuvent avoir des érections et pratiquer des activités plus ou moins érotiques. Ce que moi j'appelle le plaisir sexuel primaire qu'est l'érection (le secondaire étant la jouissance et l'éjaculation).

Tout va bien, pourrait on se dire. Eh bien, non! Car lorsque tout s'est arrêté, il a dû affronter seul, une sensation de manque envahissante qui l'a empêché de vivre pleinement son enfance.

C'est ce qui arrive parfois à des enfants isolés. Coupés du reste des enfants, ils se retrouvent parfois à surinvestir leurs sexualités et passer tout leur temps libre à se satisfaire sexuellement au lieu de passer du temps avec d'autres enfants, travailler à l'école, se socialiser, se découvrir (à d'autres niveaux que sexuellement) etc... Ce qui n'est pas vraiment bon pour leur développement, leur intégration sociale et leur avenir.

En grandissant, il a rencontré d'autres difficultés. Il s'est en effet posé des questions sur cette relation particulière avec un adulte. Il a eu honte, s'est senti coupable, fuyait le regard de sa mère.

Alors attention. Qu'est-ce qui l'a poussé à se poser des questions sur cette relation particulière? Est-ce la société? Son entourage? Ou un sentiment de malaise vis à vis de cette relation?
Dans les deux premiers cas, les difficultés sont plutôt d'ordre névrotiques. C'est à dire que c'est la société et son entourage qui l'on poussé à voir une chose anormale et perturbante dans cette relation, alors qu'à l'origine, si ça se trouve, celà ne l'a aucunement gêné de vivre cette relation. Par contre, dans l'autre cas, c'est à dire si c'est un sentiment de malaise, non influencé par la vision de normalité de la société, vis à vis de cette relation, là ça veut dire que dès le début, cette relation particulière le perturbait d'une part et lui apportait du plaisir sexuel en même temps. Contrairement à ce qui est très répandu, un enfant, comme n'importe qui, ne peut pas ne sentir aucun sentiment de malaise vis à vis d'expériences, voir de rapports sexuels, puis s'en sentir mal plus tard. Sauf si il se sent mal à cause de la société qui lui impose une vision de la sexualité infantile qui va à l'encontre de ce qu'il a vécu et qui donc l'oblige à changer son point de vue sur ce qu'il a vécu et donc d'adopter la sensation de malaise par la force de persuasion de son entourage.

D'ailleurs la honte et culpabilité, d'où viennent-elles? Elles peuvent venir soit du fait d'avoir été abusé et manipulé par la femme de ménage qui lui a fait faire des choses contre son gré. Soit celà vient du fait que la société rejette tout ce qui est d'ordre sexuel, qui considère que c'est sale, notamment vis à vis des enfants et dans ce cas là, le malaise est encore névrotique car provoqué par la force de persuasion de la société et non à cause de ce que l'enfant ressentait au moment de ces rapports érotiques.

Sinon, l'enfant peut éprouver un sentiment de malaise vis à vis de ces rapports sexuels, qu'il éprouvait en fait depuis le début, mais qu'il mettait de côté (inconsciemment souvent) voir qui était étouffé par le bien-être que lui apportait d'autre part la dite relation. D'où après la confusion de la victime, qui a du mal à faire la part des choses entre le sentiment de confusion et le plaisir que lui apportait ce genre de relations. Ce qui entraine d'autres problèmes psychologiques, entre autres une image déformée de la sexualité et des rapports avec autrui... C'est aussi pour celà parfois que le sentiment de malaise fait surface une fois que les rapports érotiques cessent. Vus que ces rapports apportaient du plaisir à l'enfant tout en empêchant le sentiment de confusion voir de malaise de faire surface, il se peut que quand les rapports cessent, alors le sentiment de malaise survient de manière brutale et d'autant plus perturbante.

II s'est rendu compte qu'il avait été relégué à un statut d'objet déshumanisé : un jouet sexuel pour adulte frustré!

Idem, visiblement, c'est plutôt la société qui la poussé à voir les choses de cette façon, de voir que l'adulte a profité de lui. C'est le cas, l'adulte a effectivement profité de lui. Mais si Albert n'avait pas changé de point de vue sur cette relation et avait continué à y voir juste un moyen de se satisfaire sexuellement? Sans compter que lui aussi en a tiré profit, puisqu'il attendait ces moments avec impatience, c'est donc que lui aussi s'est peut-être servi de la femme de ménage, même si évidemment, c'est elle qui a entamé cette relation risquée pour l'enfant et que Albert, jeune comme il était, n'est donc pas responsable de cette relation (car sa culpabilité peut aussi venir de là). Mais si Albert ne s'était pas posé de questions, à cause peut-être de l'image de la sexualité infantile que répand la société, et avait continué à voir dans cette relation, un moyen de se satisfaire sexuellement, peut-être qu'il n'en aurait jamais souffert de cette relation.

Bien qu'il soit possible aussi que ces activités érotiques très précoces l'aient empêché aussi de se développer harmonieusement au niveau maturation et découverte sexuelle, ce qui par contre peut avoir des conséquences peu prévisibles et nocives pour l'enfant. Il est regrettable qu'on n'en sache pas plus sur cet Albert, ni sur les circonstances et autres détails sur cette relation, car plusieurs hypothèses sont donc possibles.



Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum