ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

E.5 Les différents types de pédophiles - Les pédophiles sadiques et/ou dominants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Ce topic est consacré aux pédophiles et pédocriminels sadiques, dominants voir psychopathes.

I-Qu'est-ce que le sadisme?

Le sadisme est le plaisir de faire du mal, de faire souffrir. On peut dire que c'est un synonyme de cruauté à un détail près, c'est que le sadisme peut avoir une connotation sexuelle. Le sadisme désigne en effet aussi, voir essentiellement, la jouissance sexuelle que l'on éprouve à voir souffrir et à faire souffrir en particulier les individus qui nous attirent sexuellement. Dans ce dossier, quand on parlera de sadisme, ce sera basé sur cette définition.

Donc quand on parle de pédophiles sadiques, on peut presque parler de pédosexuels voir pédocriminels sadiques. Bien qu'il ne suffit pas d'être sadique pour mettre en pratique ses fantasmes sadiques. De nombreux individus sadiques, qu'ils soient pédophiles ou pas, s'abstiennent de mettre leurs fantasmes sadiques en pratique et d'autres le font sans faire de mal réellement mais par substitution par exemple à travers des films, des mises en scènes, des images, des dessins, des histoires...

Il y a notamment deux raisons pour le sadisme, peut-être plus, mais à ma connaissance, pour l'instant, il y en a surtout deux.
La première, c'est la plus connue et la plus simple, c'est l'envie de faire mal pour le plaisir de jouir sexuellement de la domination que l'on exerce sur son partenaire, éventuellement sa victime. C'est pourquoi le sadisme est souvent accompagnée de domination. La domination est même parfois, voire souvent la raison d'un individu de se montrer sadique.
La deuxième raison, moins connue, c'est l'envie de voir la personne souffrir ou être impuissante pour sublimer ses sentiments envers cette personne. Contrairement au cas précédent, il ne s'agit dans ce cas pas de domination, mais de sublimation des sentiments. Notamment le sentiment d'attendrissement et d'amour, bien que celà paraisse paradoxal. Par exemple, voir un individu qui nous attire sexuellement dans une situation d'impuissance, accentue le sentiment que l'on peut éprouver pour cette personne. Je dirais même que ce genre de fantasmes ou de comportements n'est pas du sadisme à proprement parlé.

Il est d'ailleurs assez courant de voir dans un couple hétérosexuel, la femme dire qu'elle appartient à son partenaire. Voir les deux partenaires mettre en scène des fantasmes de viols, de domination, de ligotage où c'est surtout la femme qui prend plaisir à être dominée et l'homme qui prend plaisir à dominer. Celà dit, celà n'empêche pas les rôles d'être parfois inversés.
Il est en effet assez fréquent que les hommes aient une envie de dominer, souvent plus que les femmes. Le fantasme de sadisme est donc plus courant qu'on peut le penser, d'ailleurs les films pornographiques sont truffés de mises en scènes de ce genre.

Mais le fantasme d'être dominée aussi est répandue. Il s'agit dans ces cas là plus ou moins de masochisme. Certains individus, notamment des femmes, aiment endosser ce rôle.
C'est encore difficile à dire, mais il semblerait que celà dépende de la sensibilité de l'individu, ainsi que du besoin de se masculiniser ou de se féminiser. Notamment parce que lors d'un accouplement hétérosexuel, on peut constater que c'est l'homme qui domine la femme en la pénétrant. Métaphoriquement parlant et en exagérant un peu, on peut dire que l'homme impose son phallus à la femme alors que la femme subit le phallus de l'homme. D'où le caractère fréquemment plus dominant et plus sadique de l'homme et le caractère fréquemment plus soumis et plus masochiste de la femme.
Il se peut fortement d'ailleurs que la pédophilie soit essentiellement masculine en partie pour cette raison.

On remarque que le fantasme de sadisme et de domination met aussi en valeur, la fragilité de l'individu, ce qui peut encore une fois permettre à celui qui domine ou assiste à la scène de sublimer ses sentiments, d'un côté de supériorité pour ceux qui veulent dominer, d'un autre l'attendrissement vis à vis de la personne fragile réduite à la souffrance ou l'impuissance. C'est pourquoi dans ce genre de mise en scène, ce sont surtout les hommes qui endossent le rôle du dominant ou du sadique.
On peut dire alors que le sadisme accentue la masculinité (solidité) et le masochisme accentue la féminité (fragilité). C'est pour ça que les femmes endossent moins souvent le rôle du dominant, car les femmes aiment en grande partie la virilité des hommes. Un homme qui est dominé, notamment par une femme, voit alors sa virilité être mise en doute et la femme peut ne plus y voir la virilité qu'elle recherche auprès des hommes.

Notez que je dis souvent que pour qu'une relation soit respectueuse, il faut qu'il y ait respect mutuel. Ce genre de mise en scène peut très bien se faire dans un cadre respectueux, tant qu'il ne s'agit que de mise en scène et tant que chacun des protagonistes acceptent pleinement d'endosser son rôle.

II-La pédophilie et le sadisme

Comme dit plus haut, certains individus sont sadiques, mais il y a deux types de sadismes distincts.

1) Premier cas

Soit ils aiment dominer et prennent plaisir à faire souffrir pour jouir sexuellement de leurs supériorités. Si c'est un pédocriminel sadique, ses cibles seront donc des enfants qu'il fera souffrir de diverses façons, parfois en les violant, parfois en les torturants, parfois en les frappants, etc... On peut les appeler alors des sadiques dominants.

Dans ce premier cas, l'individu est sadique. Il s'agit notamment du sadisme le plus connu, mû par un désir de domination. Mais pour ces pédocriminels sadiques généralement, ces individus là, n'ont pas beaucoup, voir pas de sentiments pour ceux qui les attirent. Pas plus que ceux qui agissent de la même façon vis à vis des femmes par exemple.

On constate alors une chose, c'est que contrairement à l'opinion répandue. La pédophilie n'est pas liée à la domination et au sadisme. Ce n'est pas la même chose. Un sadique dominant n'est pas forcément un pédophile et un pédophile n'est pas forcément non plus un sadique dominant ou même un sadique tout court. D'ailleurs dans les premiers paragraphes de ce dossier, il n'est nullement question de sadismes et domination de la part de pédophiles, mais d'individus quelconques ayants diverses attractions sexuelles.

Une chose qui est donc aberrante d'ailleurs, c'est quand un individu se montre sadique envers des enfants. On rappelle que dans ce dossier, le sadisme désigne le plaisir de faire souffrir ou de voir souffrir dans le but de jouir sexuellement. Un individu sadique donc avec des enfants qui fait du mal à des enfants dans le but de jouir sexuellement. Comment sera-t-il qualifier par la population, par les médias et autres? Les trois quarts du temps (voir plus), l'individu sera qualifié de pédophile. Faisant alors l'amalgame entre pédophilie et domination et sadisme. En effet, de nombreuses rumeurs disent que les pédophiles sont violents et font souffrir les enfants par sadisme et domination. Alors que la grande majorité des pédophiles actifs (qui passent aux actes) ne sont pas violents d'une part et surtout comme dit plus haut, le sadisme n'est pas l'apanage des pédophiles. De même que la pédophilie n'est pas l'apanage des sadiques. Qualifier un individu qui domine sexuellement un enfant de pédophile, est-il alors approprié? Il est clair que non. Le fait que l'individu soit pédophile influe juste sur le fait qu'il va cibler les enfants, mais ce n'est pas le fait d'être un pédophile qui va le faire agir de la sorte envers les enfants, mais son sadisme et son envie dominer. Mais même si il n'avait pas été pédophile, un sadique dominant de ce genre aurait quand même eu ce comportement, mais très probablement envers une ou plusieurs femmes au lieu des enfants. Est-ce donc la pédophilie qui doit être prise en compte lorsque l'on appréhende et qu'on juge un pédocriminel sadique et dominant? Non. C'est son comportement sadique et dominant qui doit avant tout être pris en compte et qui a influé sur son comportement. Sa pédophilie l'a juste orienté à se comporter de la sorte envers les enfants.
Supposons en plus que cet individu là soit un cas de pédophile soignable (voir les sujets D). Si on le soigne de façon à ce que sa pédophilie disparaisse. Celà ne fera pas disparaitre son comportement sadique et dominant. Donc même si il n'est plus pédophile, il a de fortes de chances de recommencer à être sadique et dominant. La différence, c'est que peut-être que cette fois là, ses cibles ne seront pas des enfants. Néanmoins, une belle bourde aura été commise, celle de tenir compte de sa pédophilie au lieu de son sadisme et de ne pas avoir réalisé que ce sont deux choses distinctes et que c'est son sadisme et sa domination qui l'a poussé à faire du mal et non sa pédophilie. Sa pédophilie éventuelle même, car il ne faut pas négliger non plus, ceux qui se montrent sadiques et dominants envers tout ceux qu'ils ont sous la main. En effet, de nombreux individus se comportant sadiquement avec des enfants ne sont pas forcément des pédophiles. Certains peuvent être des dominants opportunistes qui se montrent sadiques (parfois sexuellement) envers les enfants, comme les leurs, parce qu'ils en ont l'occasion. Pour plus de détails, vous pouvez lire le sujet suivant, notamment le dernier post :
http://adep.etudiantforum.com/t16-g12-les-enfants-relations-adultes-enfants-la-domination#126

2) Deuxième cas

Ces individus là, ils cherchent à sublimer leurs sentiments en mettant en valeur la fragilité de l'autre via de la domination voir de la souffrance. Si ce sont des pédophiles, ils aimeront donc voir des enfants réduits à l'impuissance, accentuant alors la fragilité des enfants et sublimant leurs sentiments envers eux.
Dans ce deuxième cas, ces pédophiles là ne mettent souvent pas en pratique leurs fantasmes, sauf en faisant des mises en scènes. Mais étant donné leurs sentiments qu'ils ont envers les enfants, ils ont peu de chances d'en arriver à faire beaucoup de mal aux enfants. Généralement ils en font beaucoup moins que les sadiques du premier cas. Comme je le dis souvent, plus on a des sentiments d'amour pour une personne, plus on a des chances de le respecter et de ne pas lui vouloir de mal. C'est pourquoi, beaucoup d'entre eux aiment plutôt voir des enfants souffrir ou impuissants, à travers des mises en scènes fictives. Comme des dessins, des histoires, des films... Il est d'ailleurs beaucoup plus facile d'être moins respectueux envers une personne quelconque, ici un enfant virtuel, fictifs ou réels mais vu à travers un écran, qu'un enfant réel que l'on a en face de soi. Surtout si la mise en scène n'est que fictive ou effectué dans le cadre d'un jeu. Ce que font de nombreux non pédophiles sadiques aussi, certains par peur de la loi ne mettent pas en pratique ce genre de fantasmes où alors ils le font à travers des mises en scènes ou par substitution avec des images et des vidéos.

Aussi malsain que celà puisse paraître à la plupart d'entre nous de prendre plaisir à voir un enfant impuissant voir souffrir, ce n'est pas tellement plus malsain que de voir des femmes souffrir dans de nombreux films (pas forcément pornographiques).
On constate en effet que les cinéastes et réalisateurs de séries tv ou téléfilms mettent très rarement en scène des hommes impuissants ou des enfants. Mais les femmes, elles, sont fréquemment réduites à l'impuissance et dominées dans de nombreux films. L'un des exemples les plus célèbres, c'est le film espagnol "attache moi" avec Antonio Banderas et Victoria Abril. Dans lequel une domination de l'homme et surtout une soumission et impuissance de la femme sont particulièrement mise en scène à travers de nombreuses scène où l'homme ligote la femme. N'est-ce pas là une mise en pratique, plus ou moins discrète, des fantasmes du réalisateur (et probablement de ses collègues) de voir une femme réduite à l'impuissance? N'est-ce pas aussi en même temps une stratégie commerciale de vendre du fantasme de domination et en quelque sorte du sexe à un public qui aime ce genre de mise en scène?
Les exemples ne manquent pas, on pourrait continuer encore longtemps, mais je ne vais pas m'étendre trop là dessus, car ce n'est pas nécessaire. J'aimerais juste ajouter un autre exemple. Celui du film "Otage" de Florant Siri avec Bruce Willis. Dans ce film, un groupe de jeunes voyous prennent une famille en otage. Un père, sa fille adolescente et son jeune fils. On peut remarquer alors sans aucune surprise que seule la fille adolescente est réduite à l'impuissance dans une scène très explicite où elle est ligotée et baillonnée sur une chaise et l'un des voyous la menace en l'approchant et lui parlant sensuellement. Pareil, Florant Siri ne cherchait-il pas à assouvir un de ses fantasmes avec ce genre de mise en scène et surtout en même temps à vendre un peu de sexe en donnant ce qu'ils aiment aux spectateurs ayants ce genre de fantasmes?

En ce qui concerne le masochisme, selon Freud, le masochisme viendrait d'une variante du sadisme. Une sorte de plaisir de faire du mal à d'avoir un pouvoir sur soi. Je suis d'accord que ça peut parfois être la raison du comportement masochistes de certains. Mais ce n'est sûrement pas la raison du comportement masochiste d'autres personnes qui aiment être réduites à l'impuissance visiblement lié à la sensibilité et la féminité.
Notez que je ne tiens pas compte des gens qui s'auto-mutilent, car la plupart du temps, il ne s'agit pas de masochisme lié à la jouissance sexuelle. L'auto-mutilation vient surtout d'un mal-être qui pousse la personne à se punir ou à se faire mal dans le but d'étouffer un sentiment de souffrance interne.

A développer car il y en a sûrement encore beaucoup à dire.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
En bref, on peut distinguer deux types de pédophiles sadiques, on peut même parler de deux types de sadisme tout court, car il n'est pas du tout nécessaire d'être un pédophile pour aimer le sadisme.

-Le sadisme que j'appellerai donc le sadisme de type I, qui est le plaisir de faire souffrir l'individu, afin de ressentir un plaisir de domination et prendre plaisir à voir souffrir les autres. Noter aussi qu'on peut être dominant sans être sadique, car le sadisme est surtout un moyen de jouissance sexuelle. Tandis qu'un individu, pédophile ou pas, peut être dominant dans son comportement envers les autres, sans pour autant être sadique. Il sera alors dominant non pas parce que c'est une mode de jouissance pour lui, mais pour arriver à ses fins.

-Le sadisme de type II, qui est le plaisir de voir l'autre en situation de souffrance, d'impuissance ou de détresse, afin de sublimer ses sentiments de tendresse, d'apitoiement et d'amour. Plus sain que le sadisme de type I, mais créant une certaine ambigüité chez le sujet, vu qu'il y a la tendresse et l'amour d'un côté et de l'autre côté, le plaisir de voir l'autre impuissant. Souvent, ces sadiques là n'iront pas mettre leurs fantasmes en pratiques, ou alors de manière fictive en faisant des simulations ou des mise en scène où le ou la partenaire sera consentant(e) et simulera son impuissance.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum