ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS

anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

N.2-L'homosexualité - Tolérance ou acceptation?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

On va mettre la pédophilie un peu de côté dans cette seconde partie, pour parler surtout de l'homosexualité. On dit encore parfois, que l'homosexualité doit être tolérée. Mais pourquoi tolérée? Le mot est en effet très mal choisi. L'homosexualité n'a en effet pas à être tolérée, mais acceptée. Tolérer veut dire qu'on fait l'effort de supporter. Généralement donc, nous tolérons surtout quelque chose qui nous est désagréable, comme travailler dans des conditions anormalement difficiles, les défauts d'une personne par exemple.

Tandis que si vous êtes homophobes (ou pas d'ailleurs), vous pourriez vous asseoir dans le bus à côté d'un homosexuel que vous ne le sauriez même pas. Cet homosexuel pourrait ensuite rentrer chez lui et faire l'amour avec son amant gay, que vous ne le sauriez même pas non plus et que personne ne pourrait le savoir, notamment en raison du fait qu'aucun préjudice n'aura été fait à personne. Le rapport homosexuel aura été fait dans l'intimité totale et respectueuse, en partant bien sûr du principe que les deux homosexuels étaient consentants et le rapport sans contrainte, ce qui est très souvent le cas. Que vous soyez homophobes ou pas ou n'importe qui, souffrez vous de l'éventualité de vous asseoir à côté d'un homosexuel qui aura fait l'amour avec des hommes? Quelqu'un, n'importe qui aura-t-il subi un préjudice quelconque, un désagrément qui devra être toléré? Pour tolérer, il faut d'abord qu'il y ait un désagrément, voir un préjudice que l'on va éventuellement tolérer ou non. Mais dans l'homosexualité, y'a-t-il un désagrément ou préjudice quelconque? Aucun. Tant que chacun respecte l'intimité de l'autre. A savoir notamment que les homosexuels n'ont pas à prôner l'homosexualité, notamment envers ceux qui ne sont pas homosexuels et que les autres n'ont pas à imposer non plus l'hétérosexualité et s'immiscer dans la vie privée des homosexuels.

Après certains parlent de tolérer ou de ne pas tolérer qu'une personne couche, est amoureux, touche sensuellement une personne du même sexe. Certains (qu'ils tolèrent ou pas) considèrent qu'il y a un désagrément voir un préjudice de savoir qu'une personne couche ou est amoureux d'une personne de son sexe. Mais il s'agit dans ce cas de ce qu'on appelle de névrose de conversion (voir le sujet équivoque http://adep.etudiantforum.com/t52-h3-points-de-vu-des-gens-nevrose-de-conversion-les-gens-en-general).

En effet, dans ces cas là, c'est le simple fait de savoir et surtout d'imaginer que la personne soit homosexuel qui cause le désagrément. Mais pourtant le fait de le savoir ne change rien à leur vie et rien ne leur oblige même à imaginer l'homosexuel genre en train embrasser, coucher, câliner un homme du même sexe. La névrose de conversion consiste surtout à transmettre à une personne un sentiment de malaise due à de l'imagination. Comme par exemple, une femme qui a été filmée, peut se sentir mal du fait que celui qui l'a filmée pourrait se servir de son image pour se masturber. Même si c'est vrai, au bout du compte, la femme ne souffrira alors qu'à cause de son imagination. Ce n'est pas le fait d'avoir été filmée qui va lui provoquer le sentiment de malaise, mais le fait qu'elle imagine être utilisée à des fins sexuelles. Pour l'homosexualité, c'est parfois pareil, certains disent que l'homosexualité cause un désagrément à cause de leur imagination, alors que l'individu homosexuel ne causera aucun désagrément à personne en étant simplement homosexuel et de coucher respectueusement avec une personne de son sexe.

C'est pourquoi, on peut parler en revanche de tolérance envers les individus se montrant sensuels dans des lieux publiques. Là dans ces cas là, la vue est réelle, voir imposée. Il ne s'agit plus d'imagination, du moins au moment de l'acte. Ce n'est donc plus une névrose de conversion. Après un individu peut imaginer à cause de ce qu'il a vu et de ce qui l'a marqué. Mais généralement il s'agit dans ces cas là de flashback de ce que l'individu a vécu (et vu) pour de vrai. Il ne faut pas oublier que ce que l'on voit pour de vrai nous marque bien plus profondément que ce que nous voyons en imagination ou derrière un écran de télévision ou d'ordinateur. Combien d'entre nous se sentent en effet mal en voyant une personne blessée et saignant fortement, mais ne sont pas choqués en voyant une personne atrocement mutilée dans un film horrifique?

Qu'il s'agisse d'hétéro ou d'homosexualité. Mais prenons des homosexuels par exemple, qui se comportent de manière sensuelle devant tout le monde.  Si on ne peut parler de préjudice, on peut quand même parler de désagrément... que l'on tolère ou pas. En effet, de nombreuses personnes autour peuvent trouver cela gênant, notamment parce que cela va à l'encontre de leurs fantasmes et leurs gouts (même si ils ont la même orientation sexuelle, les gouts peuvent quand même différer). Un peu comme si on vous obligeait à manger des épinards alors que vous avez horreur de ça. Là, dans ce cas on peut parler de tolérance. Tolérance de manger des épinards et tolérance de voir deux hommes s'exhiber sensuellement alors que vous n'aimez pas ça. Après rien ne vous oblige bien sûr à regarder les deux exhibitionnistes. Rien ne vous oblige à manger des épinards. Néanmoins, si deux personnes, qu'elles soient homos ou hétéros font ça publiquement, ils font tout de même preuve d'un certain manque de respect envers les autres qui pourraient avoir des gouts et des fantasmes différents, sans compter les enfants qui n'ont pas à être exposés à des conduites sensuelles. Ce serait en quelque sorte imposer leurs gouts et leurs fantasmes, d'une certaine façon en s'exhibant sur des lieux publiques non prévus à cet effet. Un peu comme si votre conjoint(e) vous servait sans cesse des épinards parce que lui ou elle aime ça, sans tenir compte du fait que ce n'est peut-être pas votre cas.

L'exemple a été fait à partir de deux homosexuels, mais on pourrait très bien les remplacer par deux hétérosexuels qui eux aussi feraient preuve d'un certain manque de respect si ils s'exhibaient de la même façon dans des lieux publiques non prévus à cet effet, imposant eux aussi leurs fantasmes et leurs gouts sans tenir compte du désagrément occasionnel causé aux autres.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum