ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

B.2 La pédophilie est-elle naturelle? - Pédophilie pathologique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Deuxième topic consacré à la question « la pédophilie est-elle, naturelle ? »

Après la pédophilie chez les animaux. Nous parlerons donc de pédophilie chez les hommes et des cas plus ou moins pathologiques. Je dis plus ou moins car il s’agit de comportement et de psychologie et que tout le monde n’a pas la même définition de ce qui est normal ou pas normal dans le comportement des gens, qui on le rappelle sont tous différents. Il est donc difficile d'établir ce qui est pathologique ou pas.


Suivant si la pédophilie de l'individu est d'origine plus ou moins pathologique, dû à un désordre hormonale ou une addiction au sexe ou une réaction post traumatique par exemple, cela peut parfois se soigner, mais si c'est un psychopathe qui viole sans retenu des enfants sans en éprouver le moindre remord, là il se peut que soigner l'individu soit inutile.
Si ce n’est que la psychopathie est dû, je crois, à un fonctionnement incorrecte voir inexistant du système para-limbique du cerveau. Suivant d’où vient ce mauvais ou cette absence de fonctionnement, il se peut donc que la psychopathie d’un individu soit soignable. La psychopathie peut aussi être due à une confusion et une désorientation de l’individu qui a sa vision déformée et du coup distingue mal le bien du mal, sans pour autant avoir un problème neurologique. Dans ces cas là, c’est soignable, notamment chez les enfants et les adolescents dont le point de vue est encore en construction, donc dont on peut plus facilement (ou mois difficilement plutôt) reconstruire les bases afin de mieux reconstruire l’individu et lui faire perdre ses comportements dysfonctionnels et surtout dangereux pour les remplacer pour des comportements plus adaptés à la vie en collectivité. Mais pour ce qui est de soigner éventuellement certains pédophiles ou certains violeurs d'enfants plus ou moins psychopathes, je vais y revenir plus tard sur un dossier plus approprié. Enfin il est très important que vous sachiez que la psychopathie n'a rien à voir avec la pédophilie. La pédophilie est l'attraction sexuelle pour l'enfance. Elle n'implique donc pas du tout forcément un comportement psychopathe même pour les pédophiles actifs.

Quoi qu'il en soit, Il ne faut pas traiter et considérer tous les pédophiles de la même façon, ils ne sont pas tous pareil! On en revient à la règle d'or, expliquée dans la charte, "nous sommes tous différents".

Quant à considérer la pédophilie comme une maladie ou pas. Je dirais que ça dépend de beaucoup de choses. La pédophilie en elle même n'est pas forcément une maladie, mais elle peut cacher d'autres maladies. Dans certains cas, la pédophilie peut être le résultat d'un enchaînement de pathologies mentales. Mais ça dépend des cas aussi. C'est pour ça que beaucoup d'experts se contredisent et se disputent pour savoir si la pédophilie est une maladie ou pas. On ne peut pas être formel là dessus.
Quand on voit la façon dont certaines personnes expriment une certaines sortes de pédophilie avec des contacts fréquents (relationnels et physiques) envers les enfants, on est en droit de se demander si ce n'est pas en quelque sorte une pédophilie refoulée qui s'exprime plus ou moins fortement qui pousse certaines personnes à aimer les enfants, aimer s'occuper d'eux etc... Si c'est la cas, peut-on considérer la pédophilie comme une maladie?
Alors qu'au bout du compte, elle paraît plus naturelle que l'on pourrait le croire. La pédophilie et la pédosexualité étaient bien plus répandues il y a quelques siècles. Regardez Peter Pan par exemple, roman datant de la fin du XIXem siècle, sa mère le prostituait. Regardez le petit chaperon rouge, qui avant d'être dévorée par le grand méchant loup, a été violée par ce dernier.

Certaines personnes aussi confondent attractions pédophiliques et relations pédosexuelles. Ils en déduisent alors que les pédophiles sont malades dû au fait qu'ils ont des rapports sexuels avec des individus considérés comme non consentants. Mais cela est une erreur. La pédophilie est surtout une préférence, un gout, une attraction, définie par de nombreux critères qu'un individu a développés (à son insu généralement).
En bref, dans ces cas-là, on peut difficilement parler de pathologie, puisqu’il s’agit plus d’une question de gouts et préférences et chaque individu a les siens, ce n’est pas pour autant que certains doivent être considérés comme malades parce que leurs gouts et préférences diffèrent de façon assez particulières des autres.
En revanche, si un individu, pédophile ou pas, se met à faire du mal aux enfants, on peut parler, si ce n’est de maladie, au moins de comportements dysfonctionnels ou inadaptés car nuisibles envers les autres. Notamment parce qu’il s’agit dans ce cas de pulsions ou d’un individu dont le rapport avec les autres n’est pas approprié ou inadapté, en raison parfois d’un problème ou un manque de lucidité, de mauvaises éducations, mauvaises influences, des rapports déformés. Suivant le cas, cela peut être soignable, ou parfois gérable, parfois le mauvais comportement peut-être rectifié suivant de nombreux facteurs.
Après pour ce qui est des préférences et des critères de beauté, d’attraction et de sentiments des pédophiles, cela est de l’ordre de la liberté individuel, d’avoir ses propres préférences même si elles se distinguent assez fortement des préférences des autres.

Mais il faut rappeler aussi que l'attraction sexuelle et sentimentale se développe suivant les besoins que nous avons. Par exemple certains hommes qui ont besoin de se féminiser, vont alors aller vers les hommes. Les individus adultes qui ont besoin de s'infantiliser vont aller vers les enfants. Les individus âgés qui ont besoin de se sentir jeunes, vont aller vers des individus bien plus jeunes qu'eux... etc... Et parfois, entre autres, il y a des individus qui ont besoin de dominer des enfants, car ils ont grandi avec cette perspective, alors ils iront vers les enfants pour établir avec eux des rapports de domination. On peut dans ce genre de cas, à nouveau y voir un comportement dysfonctionnel et surtout inadapté à la vie en collectivité, donc un comportement qui se doit d'être modifié voir soigné.

Certains aussi, notamment les pédophiles, considèrent que la pédophilie n’est pas plus une maladie que l’homosexualité. Ce n’est pas tout à fait faux. Puisque l’homosexualité, est une question de gout, de préférences et de critères d’attractions et de sentiments, c'est le cas pour la pédophilie aussi.
Mais la pédophilie comme dit plus haut peut, bien plus que l’homosexualité, être due à des pathologies, hormonales, psychologiques, post-traumatiques etc… Il est parfois possible que la pédophilie d’un individu soit dû à un blocage psychologique qui l’empêche de développer sa sexualité envers d’autres types d’individus que les enfants. Mais qui dit que l’homosexualité de certains ne serait pas parfois due à des blocages similaires, des refoulements, des censures, les empêchant de développer leur sexualité envers le sexe opposé.
Comme dit plus haut, certains hommes sont homosexuels car ils ressentent le besoin psychologique de se féminiser (attention, c'est le cas de certains gays mais pas tous, les homosexuels tout comme les pédophiles sont différents entre eux). Ne serait-ce pas quelque part un problème ou un blocage psychologique, certes qui ne causent pas de problèmes car cela n’entraîne généralement pas de rapports jugés non consentants? Mais si des pédophiles sont considérés comme « malades », à cause de ce genre de blocage, alors ces homosexuels là, devraient l’être aussi, car ils ont le même type de blocage. Mais pour ce qui est de la comparaison homosexualité/pédophilie, qui ne plait pas à tout le monde pour des raisons compréhensives, je vais y revenir, pareil, dans un topic plus approprié. Que voici : http://adep.etudiantforum.com/t74-n3-l-homosexualite-comparaison-pedophilie-et-homosexualite



Dernière édition par Dante (Admin) le Jeu 13 Aoû - 9:44, édité 3 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

2 pédophilie pathologique le Mer 1 Déc - 9:33

Il faudrait commencer par s'entendre sur le terme "normal". Etymologiquement, il veut dire: "dans la norme". Mais la norme de qui ? Ce qui fut considéré comme normal dans certaines sociétés est hors-la-loi aujourd'hui. Mais est-ce pathologique pour autant? Comme vous le mentionnez, il y a plusieurs sortes de pédophiles et le terme de base n'a aucune connotation péjorative, puisqu'il s'agit d'ami de... Un colombophile, par exemple, aime les colombes et cela est considéré comme positif.
Quant à savoir si l'on naît avec une attirance pour les enfants, il me semble difficile de répondre à cette question. Pour pouvoir procéder à des analyses de certains cerveaux, il faudrait que les pédophiles acceptent un coming-out, avec tous les risques que cela comporte pour eux et qu'ils soient disposés à laisser des scientifiques effectuer leurs recherches sur les cobayes qu'ils seraient ainsi devenus.
Pour ma part, je crois qu'il faut classer la pédophilie dans la catégorie des orientations sexuelles, au même titre que l'homo- ou la bisexualité. On sait que bien des personnes condamnées pour des abus sexuels sur mineurs sont souvent des hommes mariés, père (ou mère) d'un ou de plusieurs enfants. On peut, par conséquent, les classer dans la catégorie hétéro. Ont-ils "dérapé" ou sont-ils essentiellement pédophiles ?
Il existe aussi des personnes qui ne peuvent envisager leur sexualité qu'avec des enfants, à l'exclusion de tout autre partenaire. Est-ce génétique ou dû à certains aspects de leur propre enfance ? Ont-ils été abusés, battus, ont-ils vécu une sexualité précoce, éventuellement obsessionnelle ? Sont-ils malades ? Je n'ai pas de réponse toute prête, chaque cas est différent. Ce qui est certain, c'est qu'il s'agit d'une orientation sexuelle très difficile à assumer de nos jours et qui mène souvent au suicide.
Il serait aussi intéressant de savoir ce que l'on entend par le mot enfant: petit, pré-adolescent, pubère ? Jusqu'à quel âge de l'enfant peut-on parler de pédophilie ? Et après ? Dans le doute, on a fixé des limites légales, variables selon les pays et les mentalités, mais cela n'a rien de scientifique.


Voir le profil de l'utilisateur
Il faudrait commencer par s'entendre sur le terme "normal". Etymologiquement, il veut dire: "dans la norme". Mais la norme de qui ? Ce qui fut considéré comme normal dans certaines sociétés est hors-la-loi aujourd'hui. Mais est-ce pathologique pour autant?
Je suis d’accord, la définition de la normalité diffère beaucoup selon à qui on la demande. Le premier exemple qui me vient à l’esprit, l’amour.
-Certains disent que l’amour normale, c’est entre un homme et une femme, parce que sinon, ils ne peuvent pas se reproduire. Discours des hétérosexuels homophobes.
-D’autres disent que l’amour normale, c’est entre deux personnes qui s’aiment réciproquement et peuvent tout partager, notamment le sexe. Discours des homosexuels.
-D’autres disent que l’amour normale, c’est aimer, se faire aimer et le respect mutuel. Discours des pédophiles, surtout.
Et effectivement, c’est une question à se poser. Qui décide de ce qui est normal et pas normal (donc pathologique) ?

Pour pouvoir procéder à des analyses de certains cerveaux, il faudrait que les pédophiles acceptent un coming-out, avec tous les risques que cela comporte pour eux et qu'ils soient disposés à laisser des scientifiques effectuer leurs recherches sur les cobayes qu'ils seraient ainsi devenus.
Oui et non, je dirais. Les neurologues qui savent comment le cerveau fonctionne peuvent, peut-être avec l’aide de sexologues, chercher en utilisant leurs connaissances les pourquoi et les comment, en émettant des hypothèses et chercher à vérifier si elles sont possibles ou pas et ce qui est le plus logique. Mais ça reste un peu limité.

On sait que bien des personnes condamnées pour des abus sexuels sur mineurs sont souvent des hommes mariés, père (ou mère) d'un ou de plusieurs enfants. On peut, par conséquent, les classer dans la catégorie hétéro. Ont-ils "dérapé" ou sont-ils essentiellement pédophiles ?
C’est un peu réducteur, mais c’est à débattre aussi. D’où les sujets « qui sont les prédateurs d’enfants ? Les incestueux ? Les pédocriminels ? Les passages à l’acte, comment et pourquoi ? »

Il existe aussi des personnes qui ne peuvent envisager leur sexualité qu'avec des enfants, à l'exclusion de tout autre partenaire. Est-ce génétique ou dû à certains aspects de leur propre enfance ? Ont-ils été abusés, battus, ont-ils vécu une sexualité précoce, éventuellement obsessionnelle ? Sont-ils malades ?
Y’a de nombreuses possibilités, dont celles évoquées. Je pense qu’on peut parler de pathologie quand la pédophilie est due à une cause sous-jacente. Autre que génétique et développement structurel, car cela fait partie intégralement de l’individu. Ce qui ne se soigne, normalement pas.
Bien que parfois, peut-être même souvent (je ne sais pas trop), je pense que la pédophilie est due à un évènement ou un trauma subi durant l’enfance, qui entraîne une réaction en chaîne aboutissant l’individu à développer une pédophilie. Si on trouve et qu’on remonte à cet évènement et qu’on pousse l’individu à recréer en quelque sorte le parcours jusqu’à sa pédophilie en modifiant les maillons de la chaîne, il serait alors possible de changer son point de vu qui a de grande chance d’être responsable de ses attractions. On fait surtout ça pour les traumas cela dit, car ces derniers poussent souvent les individus à adopter des comportements dysfonctionnels, inadaptés voir dangereux, dont la pédophilie fait parfois partie.

Il serait aussi intéressant de savoir ce que l'on entend par le mot enfant: petit, pré-adolescent, pubère ? Jusqu'à quel âge de l'enfant peut-on parler de pédophilie ? Et après ?
Généralement, quand on parle de pédophilie, on parle d’enfants impubères ou pré-pubères. Après on parle plutôt de pédérastie (bien qu’elle désigne aussi l’attraction sexuel envers les jeunes garçons), ou de paraphilie (malgré la définition quelque peu abusive de ce mot Toute attraction ou pratique sexuelle qui diffère des actes sexuels considérés comme faisant partie d'une sexualité normale)

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Dante : Qui décide de ce qui est normal et pas normal (donc pathologique) ?
Pour savoir si la pédophilie est pathologique, il faut bien définir ce qu'est exactement une maladie. Or cette définition n'est pas stable dans le temps ou selon les pays : l'homosexualité a été considérée comme une maladie par l'Association américaine de psychiatrie jusqu'en 1973 et ne l'est plus depuis cette date. La trans-sexualité est encore aujourd'hui considérée comme une maladie par cette association alors qu'elle ne l'est plus en France depuis 2009...

Il faut aussi préciser que le fait qu'une chose soit définie comme une maladie ne signifie pas qu'il soit possible de soigner (de nombreux états universellement reconnus comme pathologiques n'ont pas aujourd'hui soin connu).


Dante : La psychopathie peut aussi être due à une confusion et une désorientation de l’individu qui a sa vision déformée et du coup distingue mal le bien du mal
Ce genre de phrase fait froid dans le dos. Distinguer le bien du mal relève du domaine de la morale, de l'éthique. Pas de celui de la santé. A moins de considérer, comme c'était le cas en Russie soviétique, que celui qui ne se comportait pas conformément au bien tel que défini par l'état était fou (« Schizophrénie torpide ») et devait être enfermé et traité dans des hôpitaux psychiatriques...


Dante : si un individu, pédophile ou pas, se met à faire du mal aux enfants, on peut parler, si ce n’est de maladie, au moins de comportements dysfonctionnels ou inadaptés
La différence est importante. Un braqueur ou un assassin a sans doute un comportement dysfonctionnel ou inadapté mais n'est pas un malade.


Dante : la pédophilie comme dit plus haut peut, bien plus que l’homosexualité, être due à des pathologies, hormonales, psychologiques, post-traumatiques etc…
Cette position semble plus affirmée qu'argumentée... Il serait intéressant de connaître les sources permettant la comparaison homosexualité/pédophilie sur ce point. A voir, sans doute, dans un topic plus approprié.


jp45 : Quant à savoir si l'on naît avec une attirance pour les enfants, il me semble difficile de répondre à cette question. Pour pouvoir procéder à des analyses de certains cerveaux (...)
L'étude de cerveaux n'apprendrait rien sur le point de savoir si on naît pédophile. Le cerveau d'un adulte est autant le résultat du développement commandé par ses gênes que le résultat des influences et événements qui ont jalonné sa vie.



Voir le profil de l'utilisateur
Pour savoir si la pédophilie est pathologique, il faut bien définir ce qu'est exactement une maladie.
Si on y réfléchit bien aussi, probablement n’importe quel comportement peut s’altérer ou se soigner, même des comportements qualifiés ni de pathologique, ni de dysfonctionnel, ni d’inadapté. Une personne gentille qui adore les gens, qui leur fait confiance etc… On peut modifier, à l’aide de moyens psychologiques, son point de vu sur les gens et donc « soigner » sa confiance et sa gentillesse envers eux. En lui montrant et expliquant par exemple avec insistance les mauvais côté des gens, méchanceté, trahison, malhonnêteté, égoïsme, intolérance et bien d’autres encore. Ca reviendrait presque à faire un lavage de cerveau à l’individu. Mais c’est aussi le même type de méthode (inversé) qu’on pourrait employer pour changer un individu misanthrope et asocial. Pourtant on ne qualifie pas les gens de malades, sous prétexte qu’ils sont gentils et confiant envers les gens, pourtant ça peut se modifier. Le terme de pathologie mentale est donc probablement, parfois, utilisé de façon abusive.

Ce genre de phrase fait froid dans le dos. Distinguer le bien du mal relève du domaine de la morale, de l'éthique. Pas de celui de la santé.
Peut-être un peu la santé mentale. Quand je dis ne pas distinguer le bien du mal, je parle surtout d’un individu par exemple, qui fait du mal aux autres par des paroles et surtout actes volontaires, sans se rendre que ça fait du mal. Ce sont des gens, quand on leur pose la question, ils diront « mais je n’ai rien fait de mal, pour moi y’a pas de mal à se comporter comme ça ».

Cette position semble plus affirmée qu'argumentée... Il serait intéressant de connaître les sources permettant la comparaison homosexualité/pédophilie sur ce point. A voir, sans doute, dans un topic plus approprié.
Je confirme bien que selon moi, la pédophilie peut résulter de ce genre de pathologie, plus que l’homosexualité. A voir par la suite, effectivement.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Dante (Admin) a écrit:Le terme de pathologie mentale est donc probablement, parfois, utilisé de façon abusive.
Si face à un même cas, certaines personnes considèrent que ce terme de pathologie mentale est utilisé à bon escient alors que d'autres pensent au contraire qu'il l'est de façon abusive, c'est avant tout parce que le concept même de pathologie mentale est subjectif. Il ne constitue pas une réalité mais une façon, nécessairement imparfaite et sujete à caution, de décrire la réalité.



Dante (Admin) a écrit:
Ce genre de phrase fait froid dans le dos. Distinguer le bien du mal relève du domaine de la morale, de l'éthique. Pas de celui de la santé.
Peut-être un peu la santé mentale. Quand je dis ne pas distinguer le bien du mal, je parle surtout d’un individu par exemple, qui fait du mal aux autres par des paroles et surtout actes volontaires, sans se rendre que ça fait du mal. Ce sont des gens, quand on leur pose la question, ils diront « mais je n’ai rien fait de mal, pour moi y’a pas de mal à se comporter comme ça ».
On peut dire que dans certains cas, le fait de ne pas se rendre compte des conséquences de ses actes constitue un élément d'une pathologie. En revanche, quand quelqu'un déclare « pour moi y’a pas de mal à se comporter comme ça » et que l'on considère que c'est au contraire mal de se comporter de la sorte, c'est un conflit de valeurs morales, pas un signe de pathologie. Il est à la mode ces derniers temps de considérer que les comportements asociaux sont pathologiques mais c'est là une approche dangereuse qui peut déboucher, l'histoire l'a montré avec l'influence de la pensée de Cesare Lombroso, sur des idéologies nauséabondes.



Dante (Admin) a écrit:Je confirme bien que selon moi, la pédophilie peut résulter de ce genre de pathologie, plus que l’homosexualité. A voir par la suite, effectivement.
J'attendrai donc vos arguments pour modifier, le cas échéant, mon avis.


Voir le profil de l'utilisateur
On peut dire que dans certains cas, le fait de ne pas se rendre compte des conséquences de ses actes constitue un élément d'une pathologie.
Oui, ou il peut s’agir d’un problème au niveau de la perception et des relations envers autrui, ce que je voulais dire aussi par une difficulté de faire du bien ou du mal aux autres.

En revanche, quand quelqu'un déclare « pour moi y’a pas de mal à se comporter comme ça » et que l'on considère que c'est au contraire mal de se comporter de la sorte, c'est un conflit de valeurs morales, pas un signe de pathologie. Il est à la mode ces derniers temps de considérer que les comportements asociaux sont pathologiques mais c'est là une approche dangereuse qui peut déboucher, l'histoire l'a montré avec l'influence de la pensée de Cesare Lombroso, sur des idéologies nauséabondes.
C’est vrai, je suis d’accord. Mais ça dépend peut-être après de la gravité de l’acte que l’individu ne qualifie pas de mal. Sinon, quelqu’un qui a pour habitude de voler depuis son enfance. Il peut considérer cela de normale et ne pas y voir de mal à se comporter ainsi, notamment si il l’a toujours fait, si il a grandi sous cette influence et autres. Le vol fait alors partie de sa structure et s’est intégré à sa personnalité et façon d’agir. Effectivement, il s’agit en effet plus de moral et ce que moi j’appelle, comportements dysfonctionnels ou inadaptés plutôt qu’une pathologie mentale. Cela dit, ça peut se soigner, ou du moins se rectifier, ce genre de comportement, mais pas de la même façon qu’une pathologie mentale je pense.

Edit : Je pense qu'on peut parler de pathologie mentale, quand en fait, cela peut se résumer à quelque chose au niveau du cerveau qui ne fonctionne pas correctement.



Dernière édition par Dante (Admin) le Dim 5 Déc - 13:07, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
[Note admin : Kyrra, attention au hors sujet, encore une fois. Vous vous mettez à parler de lois, de prison et de justice, or nous ne sommes pas en train de faire le procès de quelqu'un, ni de juger qui que ce soit. Pour cette fois, je supprime les passages qui dérivent du sujet qui est de débattre, si la pédophilie est naturelle ou pas]

jp45 a écrit:Quant à savoir si l'on naît avec une attirance pour les enfants, il me semble difficile de répondre à cette question. Pour pouvoir procéder à des analyses de certains cerveaux, il faudrait que les pédophiles acceptent un coming-out, avec tous les risques que cela comporte pour eux et qu'ils soient disposés à laisser des scientifiques effectuer leurs recherches sur les cobayes qu'ils seraient ainsi devenus.
Personne ne nait avec une attirance sexuel pour les enfants, mais certains naissent avec une tare comportementales qui fausse les perceptions des sens, et la perceptions de la vie en société
Et dans ce cas là c'est belle et bien une pathologie. D'autres le deviennent parce qu'ils ont eux même été victime étant jeune, ceux là aussi sont malade psychologiquement. D'autre encore le deviennent pour reprendre le contrôle d'un certain sentiment de pouvoir perdu sur eux même du au mal être en société et là encore c'est une maladie psychiatrique, je reste convaincu qu'une personne saint d'esprit ne peut pas être sexuellement attiré par des enfants

jp45 a écrit:On sait que bien des personnes condamnées pour des abus sexuels sur mineurs sont souvent des hommes mariés, père (ou mère) d'un ou de plusieurs enfants. On peut, par conséquent, les classer dans la catégorie hétéro. Ont-ils "dérapé" ou sont-ils essentiellement pédophiles ?
Votre question est trop général a mon sens
Bien sur qu'il y a des parents hétéros pédophiles, mais il faut précisé que tous les couples avec enfants ne sont pas exclusivement hétéros, et c'est sans compté les mariages, de convenance, donc la question devrait se poser a tous, pères, mères, oncles, tantes, prêtres, imams, rabbins, professeurs, médecins....

Voir le profil de l'utilisateur
Personne ne nait avec une attirance sexuel pour les enfants, mais certains naissent avec une tare comportementales qui fausse les perceptions des sens, et la perceptions de la vie en société.
Oui, effectivement, je ne crois pas que l’on naisse directement avec l’attraction sexuelle pour les enfants. En revanche, certaines personnes, au niveau des gênes, sont plus attirées de façon naturelle envers les enfants que d’autres, en les trouvant mignons et attendrissants par exemple. Sans forcément devenir pédophile, qui effectivement, se développe aussi suivant la structure de l’individu et son développement et point de vue. En revanche cela sous-entend quand même une prédisposition génétique de certains individus à devenir pédophile (ce qui ne veut pas dire que ça leur arrivera forcément).
Il existe effectivement des tares au niveau cérébral, des comportements de certains, les prédisposant génétiquement aussi, à développer des comportements dysfonctionnels, c’est aussi vrai. Mais attention, la pédophilie n’est surement pas synonyme de tare, car si on part du principe qu’un individu peut naître avec une prédisposition d’être attiré par des enfants, due au fait de les trouver mignons et attendrissants (au point parfois de développer une pédophilie), il n’y a alors aucun lien entre ces deux prédispositions génétiques. Le simple fait d’être attirés par des enfants, comme beaucoup d’individus (qu’ils soient pédophiles ou pas) n’est donc pas une tare.
Après il y a un facteur important à prendre en compte aussi, c'est ce que j'appelle les barrière psychiques, voir le sujet : http://adep.etudiantforum.com/t124-c5-la-sexualite-bloquee-les-barrieres-psychologiques
Ces barrières font que l'individu bloque vis à vis de certains détails qui empêche le sentiment amoureux ou l'attraction sexuelle de se développer. Par exemple, chez les pédophiles, le changement de voix ou l'apparition des poils qui sont des signes que l'enfant n'est plus vraiment un enfant. Ou par exemple une barbe sur une femme qui empêche certains hommes hétéros de considérer la femme comme une vraie femme. Un homme déguisé en femme, un travesti, beaucoup d'hommes hétéros trouveront ça grotesque et répugnant, tandis que certains trouveront attirés les hommes efféminés. Beaucoup d'hommes développent des barrières psychiques les empêchant d'être attirés sexuellement par les enfants. Parce que l'enfant ne peut consentir, parce que l'enfant est trop jeune, parce que l'enfant n'a pas de sein, parce que l'enfant est trop puérile...(les hétéros et homos cherchent souvent des relations égalitaires sur le plan relationnel, maturité, sexuel, sentimentale...). L'instinct parental provoque aussi souvent ce genre de blocage. Un homme de 30ans par exemple, qui voit une fille de 12ans, dans le fond il peut la trouver jolie, voir sexy, mais si il a dans l'esprit "cette fille pourrait être ma fille", souvent cela provoque tout de suite un blocage, et met en place une barrière qui empêche l'attraction sentimental et sexuel de se développer. Voir le dossier sur l'instinct parental : http://adep.etudiantforum.com/t78-o3-l-instinct-parental-instincts-parentaux-et-pedophilie
Attention aussi à ne pas confondre pédophilie et comportement dysfonctionnel ou si vous préférez mauvaises perceptions des autres. La pédophilie est une attraction encore une fois, mais ça ne veut pas dire que les pédophiles agissent tous de la même façon et adoptent les mêmes comportements, qui sont parfois, effectivement, dysfonctionnels.

Et dans ce cas là c'est belle et bien une pathologie. D'autres le deviennent parce qu'ils ont eux même été victime étant jeune, ceux là aussi sont malade psychologiquement. D'autre encore le deviennent pour reprendre le contrôle d'un certain sentiment de pouvoir perdu sur eux même du au mal être en société et là encore c'est une maladie psychiatrique, je reste convaincu qu'une personne saint d'esprit ne peut pas être sexuellement attiré par des enfants.

Oui, je suis à peu près d’accord. On va en parler bientôt de ça. Voir le dossier : http://adep.etudiantforum.com/t147-m8-les-victimes-l-abuseur-abuse-mythe-ou-realite



Dernière édition par Dante (Admin) le Mar 15 Juil - 9:15, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
kyrra a écrit:Personne ne nait avec une attirance sexuel pour les enfants
Affirmer n'est pas démontrer. Des arguments ?


kyrra a écrit:certains naissent avec une tare comportementales qui fausse les perceptions des sens, et la perceptions de la vie en société
Les voleurs ont une perception faussée de la vie en société puisqu'ils en bafouent les règles. Sont-ils pour autant malades ?


Voir le profil de l'utilisateur
certaines personnes, au niveau des gênes, sont plus attirées de façon naturelle envers les enfants que d’autres,
Affirmation non prouvée.
Il faudrait d'abord prouver que la pédophilie est génétique ce qui n'a pas été fait.

Voir le profil de l'utilisateur
PH7 a écrit:
certaines personnes, au niveau des gênes, sont plus attirées de façon naturelle envers les enfants que d’autres,
Affirmation non prouvée.
Il faudrait d'abord prouver que la pédophilie est génétique ce qui n'a pas été fait.

Non, mais ça a été démontré. Et pour l’instant, cette démonstration n’a pas été invalidée par un raisonnement et une argumentation valable démontrant que la théorie de la pédophilie génétique est fausse. Sans compter que comme dit dans le passage que vous avez repris, de nombreuses personnes vont naturellement vers les enfants. Si c’est naturel, c’est qu’il y a de fortes chances que ce soit dans les gênes, tout comme les goûts (tous les gouts sont dans la nature comme on dit).

Je rajoute aussi que l'on dit souvent que les pédophiles sont des individus qui sont déviés à cause d'un traumatisme ou d'un mauvais développement. Des experts affirment que la moitié au moins des pédophiles sont des victimes (échantillon faussée par le fait que ces experts confondent pédophiles et pédosexuels alors que de nombreux pédosexuels ne sont pas de vrais pédophiles). Or j'ai vu de nombreux pédophiles qui ont eu une enfance tout à fait normale, mais qui pourtant sont devenus pédophiles quand même. C'est donc bien que la pédophilie s'est développée de manière naturelle chez eux. Mais je le redis, l'orientation sexuelle est déterminée par de nombreux facteurs, dont les gênes en partie mais pas uniquement, les barrières psychiques, les besoins, les sentiments, les trauma, le point de vue, les reflexes conditionnels, la maturation, l'identification sexuelle, tous ces maillons forment une chaîne qui vont aboutir au développement d'attractions pédophiliques de l'individu. Pour certains les attractions seront inexistantes, d'autres légères, d'autres latentes, d'autres bloquées, d'autres fortes etc...



Dernière édition par Dante (Admin) le Mar 15 Juil - 9:41, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Dante (Admin) a écrit:Je pense qu'on peut parler de pathologie mentale, quand en fait, cela peut se résumer à quelque chose au niveau du cerveau qui ne fonctionne pas correctement.

Ce n'est déplacer le problème : sur quel(s) critère(s) définir un fonctionnement "correct" ou un fonctionnement "incorrect" ?


Voir le profil de l'utilisateur
Dante (Admin) a écrit:
PH7 a écrit:Il faudrait d'abord prouver que la pédophilie est génétique ce qui n'a pas été fait.
Non, mais ça a été démontré. Et pour l’instant, cette démonstration n’a pas été invalidée par un raisonnement et une argumentation valable démontrant que la théorie de la pédophilie génétique est fausse.

Votre hypothèse n'a peut-être pas été infirmée mais l'hypothèse inverse non plus... Je ne suis donc pas d'accord pour dire que l'origine génétique de la pédophilie "a été démontrée". Ce n'est qu'une hypothèse possible.


Voir le profil de l'utilisateur
Votre hypothèse n'a peut-être pas été infirmée mais l'hypothèse inverse non plus... Je ne suis donc pas d'accord pour dire que l'origine génétique de la pédophilie "a été démontrée". Ce n'est qu'une hypothèse possible.

Et c'est quoi l'hypothèse inverse? Quels sont ces arguments? C'est bien beau de dire que je me trompe peut-être, c'est peut-être le cas, mais je suis là justement pour en débattre. Avez vous des hypothèses et des arguments qui pourraient remettre en cause les théories que j'avance ? Je suppose que oui, puisque vous n'êtes pas d'accord, il y a bien une raison et des explications à ce pourquoi vous n'êtes pas d'accord. Je suis là pour écouter tout ceux qui ont un avis contructif à donner, que ce soit pour ou contre ce que je crois. Je ne suis pas là pour prouver que j'ai raison, mais pour vérifier si j'ai raison. Alors je vous écoute.

Ce n'est déplacer le problème : sur quel(s) critère(s) définir un fonctionnement "correct" ou un fonctionnement "incorrect" ?

Quand la fonction biologique ne se fait plus correctement. Par exemple un coeur qui bat de manière irregulière au repos, c'est un dysfonctionnement du coeur, donc une pathologie. Je le redis certains psychopathes ont un dysfonctionnement du système para-limbique du cerveau. Il s'agit donc pour ce cas d'une pathologie, car la fonction du cerveau est en quelque sorte désactivée et cela peut être parfois soignable médicalement (suivant l'origine du dysfonctionnement). Tandis qu'un voleur qui considère que c'est normal de voler car il a été éduqué ainsi, le problème n'est plus médical, mais comme vous le dites un problème psychologique. Pas un problème de valeur morale, car chacun a sa propre définition de ce qui est moral ou pas. C'est surtout un comportement irrespectueux qui défavorise l'intégration sociale de l'individu. Là, ça se rectifie par la psychothérapie et non plus pas la médecine car la plupart de ce genre de voleurs ont leurs fonctions neurologiques intactes.

Un autre exemple, il y a des individus qui piquent des crises de colères. Généralement, le problème est psychologique, il s'agit d'individus qui gèrent mal leurs émotions et cela se soigne surtout par des thérapies de gestion de la colère. Mais il existe des maladies endocriniennes qui font que l'individu synthétise trop d'hormones qui lui font perdre le contrôle de lui même. Là dans ces cas là, ça ne se soigne plus avec de la thérapie, car la thérapie ne marchera pas. L'individu continuera ses crises de colère et de rage tant qu'on n'aura pas traité la maladie qui lui fait avoir un taux d'hormones trop élevé. Il s'agit dans ces cas là, d'un problème médical et non plus psychologique.



Dernière édition par Dante (Admin) le Mar 15 Juil - 10:18, édité 3 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
PH7 a écrit:
Il faudrait d'abord prouver que la pédophilie est génétique ce qui n'a pas été fait.

Etre attiré par les enfants parce qu'ils sont mignons, attendrissants entre autres, c'est génétique. C'est absolument certain. Il est très fréquemment observable que de nombreuses personnes sont attirées par les enfants de façon instinctive et innée. Celà ne s'apprend pas, pour les gens qui adorent les enfants (pédophiles ou pas), il s'agit de comportements naturels et non acquis. Si ce n'est pas acquis, c'est inné. C'est soit l'un soit l'autre.

Après comme je le disais, la pédophilie est selon moi partiellement génétique, car ces gens là, attirés par les enfants, sont en quelque sorte pédophiles, mais de manière moins extrême avec une pédophilie moins forte. Les pédophiles, eux, seraient selon moi, souvent des individus du même genre, attirés par les enfants de manière innée, avec une structuration et un point de vu différents, qui fait qu'ils sont attirés par les enfants si fortement qu'ils en sont sexuellement attirés. Ca colle à beaucoup de choses et explique des tas de choses en ce qui concerne la pédophilie.

Sans compter que les gouts sont génétiques et la pédophilie est souvent une question de gout au niveau des critères d'attraction.

Bambi-no a dit Les voleurs ont une perception faussée de la vie en société puisqu'ils en bafouent les règles. Sont-ils pour autant malades ?

Ce n'est pas forcément pareil. Celà dépend du voleur. Si le voleur vole parce qu'il considère que voler est quelque chose de normal, il s'agit dans ces cas là, sinon de maladie mentale, au moins de comportements disfonctionnels, rendant l'individu inapte à vivre en société correctement, car il lui manque des bases au niveau du respect d'autrui qu'il n'a pas acquis.
En revanche si le voleur, vole, en étant conscient de faire quelque chose de mal et qui a conscience des conséquences de ses actes. Là, il ne s'agit plus de problèmes de perception de l'autre. Il s'agit d'un individu aux comportements criminels et non de comportements disfonctionnels.

Ce genre de phrase fait froid dans le dos. Distinguer le bien du mal relève du domaine de la morale, de l'éthique. Pas de celui de la santé.

Non, pas forcément. Je reformule, distinguer le bien du mal que l'on fait aux autres. La psychopathie, est de ne pas faire la différence entre le bien et le mal que l'on fait.

Ce n'est déplacer le problème : sur quel(s) critère(s) définir un fonctionnement "correct" ou un fonctionnement "incorrect" ?

Chaque partie du cerveau a un rôle et une fonction précise. Par exemple, l'hypothalamus qui fait réagir le corps suivant l'émotion ressentie. Si il ne fonctionne pas correctement, le corps ne réagira pas face à un danger.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Témoignage trouvé sur un autre forum :
http://www.antipedophil.fr/Pedophilie/index.php

Paraphilie : déviance sexuelle : Pédophilie

La Pédophilie implique l'activité sexuelle avec un enfant, généralement mineur et avant l’age de 13 ans. Le Manuel Diagnostique et Statistique de Troubles Mentaux définit le pédophilie comme une personne ayant plus de 16 ans d’âge et cinq ans de plus que l’enfant victime.

Les individus avec ce trouble peuvent être attirés par les garçons ou les fille. Les individus avec ce trouble développent des procédures et des stratégies pour accéder à et séduire les enfants.

Le terme pédophile est utilisé dans la culture ambiante pour décrire toutes sortes d’agresseurs sexuels des enfants, même ceux qui ne sont pas cliniquement pédophiles.

Le pédophile peut être incestueux ou pas, hétérosexuel ou homosexuel, exclusif ou non.
Perpetrators often delude themselves into viewing their actions as helpful to children. They might tell themselves they are contributing to a child's development or that the child is enjoying the act; however, they do tell their victims not to alert their parents or authorities.

On estime que 20 % des d'enfants américains ont été abusés sexuellement, laissant penser que la pédophilie est une paraphilie fréquente.

La pédophilie cliniquement n’est pas seulement les actes de viols que les medias relatent, les pédophiles peuvent se contenter de regarder la nudité de l’enfant, ou de le toucher selon les personnes. Dans les cas extrêmes, les actes peuvent impliquer le sexe orale ou une activité pénétrative.

Diagnostiquer une paraphilie (déviance sexuelle) exige de mettre en évidence un comportement déviant, périodique, intense, éveillant des sensations sexuelles, ou des fantasmes, pour arriver à une satisfaction sexuelle sur une période de six mois minimum. D'après le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV), ce n'est pas une maladie rare.

Réf:

* American Psychiatric Association. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 4th ed. Washington: American Psychiatric Association, 1994.
* Masters, William H., Virgina E. Johnson and Robert C. Kolodny. Human Sexuality. Harper Collins Publishers, Inc., 1992.

A noter

* Le but de ce dictionnaire est d’expliquer le vocabulaire sexologique, incluant une approche médicale, psychologique, culturelle et comportementale d’une façon concise et simple.

* Considérant la richesse de la langue française, ce dictionnaire évite la mode actuelle d’emprunter les termes étrangers, préférant utiliser des termes français parfois anciens relatifs aux pratiques sexuelles par exemple ou à la pornographie.


Réponse d'une internaute : Alors la pédophilie serait une maladie ? Comment une victime peut-elle dénoncer un pédophile sachant qu'il est malade? Elle ressentirait alors une culpabilité supplémentaire à la mettre derrière les barreaux pour des actes qui apparaissent alors comme involontaires. Culpabilité qui serait renforcée si la victime est persuadée que le pédophile en question est amoureux d'elle. J'en viens alors à me demander ... Un pédophile peut-il tomber amoureux de sa victime ?


----------------------------------------------------------------

Paraphilie : déviance sexuelle : Pédophilie

Premièrement, quelle différence y a-t-il entre une attraction sexuelle dite normale et une déviance?


La Pédophilie implique l'activité sexuelle avec un enfant, généralement mineur et avant l’age de 13 ans.
Complètement faux. La pédophilie est l'attraction sexuelle envers les enfants et non les actes qui peuvent parfois en résulter. Je dis bien parfois, car les pédophiles ne sont pas tous, ce qu'on appelle des pédosexuels et encore moins des pédocriminels.

Le Manuel Diagnostique et Statistique de Troubles Mentaux définit le pédophilie comme une personne ayant plus de 16 ans d’âge et cinq ans de plus que l’enfant victime.

Ca aussi c'est complètement faux. Les pédophiles ne font pas forcément des victimes, donc le terme est très mal choisi. Et surtout, la pédophilie est une question de critères d'attraction pour l'enfance. Il n'y a pas d'âge pour éprouver ce genre d'attraction. La majorité des vrais pédophiles commencent à être attirés par l'enfance, dès leur éveil à la sexualité, soit entre 10 et 12ans. Un enfant de 10ans qui est attiré sexuellement par l'enfance et qui aime donc les enfants de son âge, est pédophile, car l'hétérosexualité pour un garçon est d'être attiré par la féminité et l'homosexualité par la masculinité. Ce qui n'est pas le cas pour un pédophile, quelque soit son âge, dont les critères d'attraction se focalisent sur l'enfance.


Les individus avec ce trouble peuvent être attirés par les garçons ou les fille.
Généralement pour des raisons différentes. C'est en effet rarement les deux.

Les individus avec ce trouble développent des procédures et des stratégies pour accéder à et séduire les enfants.
Non, les individus comme ils le disent, ne sont pas tous des séducteurs. Il existe plus de 20 catégories de pédophiles et tous ne sont pas du genre à séduire les enfants. Et même ceux qui le font, n'ont pas forcément de mauvaises intentions. Et encore une fois, le mot trouble est mal choisi.


Le terme pédophile est utilisé dans la culture ambiante pour décrire toutes sortes d’agresseurs sexuels des enfants, même ceux qui ne sont pas cliniquement pédophiles.
Oui, ce qui n'est pas normal et empêche les progrès de la compréhension de la pédophilie. Et sans compréhension, on ne peut pas résoudre les problèmes liés à la pédophilie et la pédocriminalité. Il suffit de lire les discours des faux experts qui ont écrit tout ça. Ils n'ont rien compris à la pédophilie et n'ont visiblement pas du tout cherché à comprendre. Non seulement ça, mais en plus, ils répandent leurs absurdités. Ce qui n'a pour conséquences que d'empirer les problèmes, car ils font croire des choses fausses aux gens qui comprendront encore moins la pédophilie et pédocriminalité et encore une fois, moins on comprend, moins on est efficace.


Le pédophile peut être incestueux ou pas, hétérosexuel ou homosexuel, exclusif ou non.
Ils sont rarement incestueux. Les vrais pédophiles abusent rarement de leurs propres enfants.
Généralement, ce sont mêmes de bons parents. Les pédophiles ne mélangent généralement pas rapports parentaux et rapports sexuels, pour les mêmes raisons que les enfants n'impliquent pas leurs parents, ni frères et soeurs, dans leurs découvertes de la sexualité et généralement ne leur en parlent même pas.

Perpetrators often delude themselves into viewing their actions as helpful to children. They might tell themselves they are contributing to a child's development or that the child is enjoying the act; however, they do tell their victims not to alert their parents or authorities.
Je traduis : Les prédateurs se voilent souvent la face en considérant leurs actes comme bénéfiques aux enfants. Ils se disent souvent qu'ils contribuent aux développement des enfants ou que l'enfant apprécie l'acte. Cependant, ils disent à leurs victimes de ne pas alerter leurs parents ou les autorités.

Oui, en effet, de nombreux pédosexuels sont ce qu'on appelle des pédophiles actifs de bonne foi. Actifs car ce sont des pédophiles qui passent à l'acte ou qui cherchent à passer à l'acte, contrairement aux passifs et semi-passifs, qui se contentent de rapports platoniques ou semi-platoniques. Certains affirment effectivement initié l'enfant à la sexualité généralement en exerçant une influence sur les enfants les poussant à faire des choses qu'ils ne feraient pas sans cette influence (douce ou forte).

Cependant, ils disent à leurs victimes de ne pas alerter leurs parents ou les autorités.
Ca par contre, en général c'est faux. Du moins en ce qui concernent les pédosexuels de bonne foi qui généralement ne demandent pas à l'enfant de se taire, car ils considèrent que l'enfant a vraiment apprécié le rapport sexuel. Ce qui est le cas, les enfants apprécient fréquemment les rapports sexuels avec certains pédosexuels de bonne foi, mais si ce qu'on appelle le "moi" psychologique de l'enfant n'est pas assez solide, en raison de son manque de maturité, le plaisir sera souvent accompagné d'un sentiment de confusion et de désorientation. Parfois refoulé par le plaisir de la sexualité, d'où le fait qu'il arrive que des victimes se manifestent non pas pendant les abus sexuels, mais après. (bien qu'il y aient d'autres raisons qui font que des victimes ne manifestent les symptômes de victimes plus tard). Et si le plaisir est considéré comme réciproque, le pédosexuel ne demandera pas à sa victime de se taire, car un enfant ne parle presque jamais de ses expériences sexuelles à ses parents ou autres adultes.



On estime que 20 % des d'enfants américains ont été abusés sexuellement, laissant penser que la pédophilie est une paraphilie fréquente.
Sauf qu'une quantité non négligeable d'abus sexuels sur enfants ne sont pas commis par de vrais pédophiles. Une bonne partie sont commis par des violeurs opportunistes, des sadiques dominants et des incestueux.


La pédophilie cliniquement n’est pas seulement les actes de viols que les medias relatent, les pédophiles peuvent se contenter de regarder la nudité de l’enfant, ou de le toucher selon les personnes. Dans les cas extrêmes, les actes peuvent impliquer le sexe orale ou une activité pénétrative.
Encore faux, pour des raisons déjà expliquées plus haut. La pédophilie est l'attraction sexuelle envers les enfants, rien d'autres. Certains pédophiles se contentent aussi de rapports affectifs avec les enfants. D'autres les évitent, d'autres refoulent leurs attractions pédophiles et bien d'autres encore...


Diagnostiquer une paraphilie (déviance sexuelle) exige de mettre en évidence un comportement déviant, périodique, intense, éveillant des sensations sexuelles, ou des fantasmes, pour arriver à une satisfaction sexuelle sur une période de six mois minimum. D'après le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV), ce n'est pas une maladie rare.
La pédophilie n'est pas une maladie, sauf quand elle est dûe à une cause sous-jascente, comme une tumeur ou un trauma. Mais dans la plupart des cas, elle est naturelle et développé durant la maturation et la puberté de l'individu qui dans ces cas là, considère sa pédophilie comme naturelle et comme étant une partie de lui et de son identité. De grotesques spécialistes comme Pierre Mailloux refusent la possibilité que la pédophilie soit une orientation sexuelle parce que les partenaires ne seraient pas consentants. Sauf qu'encore une fois, la pédophilie est l'attraction et non l'acte. Et en plus, ça dépend en quoi consiste l'acte.

Réponse d'une internaute : Alors la pédophilie serait une maladie ? Comment une victime peut-elle dénoncer un pédophile sachant qu'il est malade? Elle ressentirait alors une culpabilité supplémentaire à la mettre derrière les barreaux pour des actes qui apparaissent alors comme involontaires.
Sauf que le fait d'être un pédophile n'entraine pas forcément le passage à l'acte et la pédophilie désigne l'attraction et non l'acte. Un pédophile n'est pas responsable de ses attractions. Généralement on ne choisit pas d'être pédophile, pas plus qu'être homosexuel, pas plus qu'être hétérosexuel. Donc on ne peut pas punir quelqu'un pour être pédophile. Par contre, la majorité des pédosexuels choisissent d'avoir des rapports sexuels avec des enfants. Donc on peut punir un pédosexuels mais pas un pédophile pour le simple fait d'être pédophile. Même si certaines circonstances peuvent être atténuantes, comme les pédosexuels compulsifs ou traumatisés. Mais dans ces cas là, les victimes n'ont pas à se sentir coupables si le pédosexuels est malades, parce que ce n'est pas à elles de prendre soin des pédosexuels. Des services spécialisés devraient dans ces cas là, analyser et comprendre les pédophiles et pédosexuels et déterminer ce qui poussent certains à passer à l'acte. Si un pédosexuels est compulsif, il faut le punir pour le mal qu'il a fait pour qu'il réalise qu'il a fait quelque chose de mal et aussi pour l'éloigner de la société car il est dangereux et non l'enfermer pour faire plaisir au peuple. Mais il faut aussi le soigner et lui venir en aide, si la pédophilie ne se soigne généralement pas, les pulsions sont gérables.

Culpabilité qui serait renforcée si la victime est persuadée que le pédophile en question est amoureux d'elle. J'en viens alors à me demander ... Un pédophile peut-il tomber amoureux de sa victime ?
Bien sûr que les pédophiles peuvent être amoureux "des enfants" pas de "leurs victimes", car les pédophiles ne font pas forcément des victimes. La pédophilie n'est pas forcément une question d'attraction sexuelle, il s'agit aussi d'une question de sentiments. Les vrais pédophiles sont attirés non seulement par l'apparence des enfants, mais aussi les comportements liés à l'enfance. Comme toutes les attractions sexuelles, il y a l'attraction sexuelle et l'attraction sentimentale. Le vrai amour combine les deux et les pédophiles peuvent le ressentir comme tout le monde. Il n'y a pas de laides amours, à condition que ce soit vraiment de l'amour. Et dit amour, dit respect. Malheureusement de nombreuses personnes, autant chez les pédophiles que chez les hétéros et les homos, ont une notion de l'amour déformée et fausse. Ce qu'il y a, c'est que quand un pédophile est irrespectueux envers ceux qui les attirent sexuellement, les conséquences sont souvent bien plus graves. Mais de nombreux hétéros et homos qui se permettent de juger les pédophiles et les pédosexuels sont plutôt mal placer pour le faire.
Ce qu'il y a aussi, c'est que pour qu'un pédophile soit respectueux, il doit respecter le fait que celui ou celle dont il prétend être amoureux, ait un niveau de maturité souvent inférieur à lui. Ce qui est beaucoup moins le cas dans les couples hétéros et homos. C'est donc bien plus difficile pour certains pédophiles d'être respectueux, mais ça n'empêche pas de nombreux pédophiles d'être respectueux et de tenir compte du fait que les enfants qu'ils aiment sont des enfants et se traitent comme des enfants et ça tombe bien, car les vrais pédophiles les aiment justement parce que ce sont des enfants, donc le manque de maturité sexuelle avec.

Pour répondre à la question thème, la pédophilie est, j'en suis absolument certain, à la fois génétique (donc innée) et structurelle (donc acquise). Il s'agit d'une question de gouts naturels innés, mais il ne suffit pas d'avoir le gêne pour l'exprimer. Suivant la structure de l'individu, ce dernier peut devenir pédophile dû aux développement et exploitation de son attraction pédophile naturel, soit ne pas la développer et se contente dans ces cas là de l'exprimer de façon moindre voir pas du tout. C'est évidemment bien plus compliqué que ça, mais l'idée de base, c'est ça.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum