ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

M.1-Les victimes - Qu'est-ce qu'une victime?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Qu'est-ce qu'une victime d'un pédocriminel?

J'insiste bien encore une fois sur le mot de pédocriminel et non pédosexuel et encore moins pédophile.
Un pédophile est quelqu'un de sexuellement attiré par les enfants, ou plus précisément par l'enfance, ce n'est donc pas un acte mais une attraction. Tandis qu'un pédosexuel est un individu qui a des rapports sexuels avec des enfants.

Un pédocriminel est quelqu'un qui implique des enfants dans des activités abusives.
Des experts définissent les abus sexuels sur enfants de la façon suivante :
-L'activité sexuelle n'est pas conforme au degré de maturité d'un des participants.
-Le rapport relationnel est inégalitaire.
Ce à quoi je ne suis pas d'accord, avec le deuxième critère.
Même si l'un des partenaires est plus mature que l'autre et a plus d'expérience niveau rapport sexuel, ce n'est pas le rapport relationnel qui importe mais le rapport sexuel où le plus âgé doit respecter le niveau de maturité du moins mature.

Comme je le dis souvent, le plus important dans une relation pour qu'elle soit harmonieuse, il faut qu'il y ait un respect mutuel. Celà vaut aussi pour les relations sexuelles.

Pour définir les abus sexuels, je serais plutôt d'accord avec cette définition, sauf la dernière partie :
"Conduite sexuelle qu'un enfant ne peut ni comprendre ni donner son plein consentement et qui violent les tabous sociaux de la société."
Je suis entièrement d'accord jusqu'au "et".
Effectivement imposer à un enfant quelque chose (de sexuel ou autre) qu'il n'est pas encore assez mature pour comprendre (et donc souvent à ne pas apprécier pleinement), est un manque de respect. Si il ne le comprend pas, il ne peut généralement pas donner son consentement éclairé non plus.
Mais "qui violent les tabous de la société", ce bout de phrase est à jeter et n'a rien à faire là. C'est la société elle-même qui définit ses tabous de façon arbitraire et la société n'a pas à décider des capacités et du degré de maturité de certains, surtout que cela varie suivant de nombreux facteurs.
En revanche je ne dis pas qu'il ne faut pas qu'il y aient de lois, notamment la majorité sexuelle. Mais comme je l'ai dit dans d'autres topics,
la loi de la majorité sexuelle est une estimation de sécurité et non une représentation de la réalité, d'autant plus qu'elle n'est même pas la même suivant les états.
Le fait que la majorité sexuelle en France soit fixée à 15ans, ça ne veut pas dire que tous les adolescents français sont capables le jour de leur quinzième anniversaire à consentir à des rapports sexuels du jour au lendemain.
Certains seront prêts parfois bien avant quinze ans, d'autres ne seront prêts que plus tard.  

Mais plus un adolescent gagne en maturité, plus il sera apte à consentir à des rapports de plus en plus sexuels. La maturité se développe au fil du temps, mais chaque adolescent la développe à un rythme que nul ne peut définir. D'où la nécessité d'une loi qui servira alors non pas à dire à quel âge les adolescents seront aptes à consentir pleinement aux rapports sexuels, mais qui servira de sécurité pour protéger ceux qui ne sont pas aptes à consentir à ces types de rapports et dont l'impact pourrait être fort nuisible à leur santé mentale.
Donc le fait d'avoir des activités sexuelles avec un mineur qui n'a pas atteint l'âge de la majorité sexuelle, ne suffit pas à dire qu'il y a vraiment eu abus sexuel, sauf du point de vue juridique.

Un abus sexuel sur enfant est donc ni plus ni moins, une activité sexuelle impliquant un enfant pas assez mature pour y consentir pleinement, et donc qui ne s'y adonnerait que sous influences telles que la manipulation, la coercition et la force.
Peu importe la différence d'âge ou la nature des relations entre l'abuseur et la victime en dehors des rapports sexuels. Si ce sont des facteurs qui influent sur les impacts et les conséquences, cela ne permet en rien de dire si le rapport a été abusif ou pas.
Par exemple, même si un enfant de dix ans, inexpérimenté en matière de rapport sexuel, a eu des rapports sexuels avec un ami de douze ans qui lui a proposé de le faire parce que ça allait lui faire du bien, il y a un rapport abusif.
Même si la différence d'âge est légère, (voir égale), même si celui de 12ans a proposé et non imposé, même si on peut supposer qu'ils étaient amis et que le plus âgé a vraiment cru que ça allait faire du bien à l'autre enfant d'avoir des rapports sexuels avec lui, le rapport abusif est bien présent car :
-L'enfant de 12ans avait une maturité sexuelle plus élevée que l'autre. Ce qui n'aurait pas causé de problème si il en avait tenu compte, mais ce n'est pas le cas puisque le plus jeune était inexpérimenté, tandis que l'autre était à priori (je vais y revenir) assez mature pour avoir des rapports sexuels et qu'il a demandé au plus jeune de se mettre à son niveau de maturité alors que celui de 10ans ne l'avait pas.
-Le rapport abusif est aussi présent dû au fait que le plus mature a exercé une influence sur le plus jeune. Une influence douce puisqu'il lui a demandé en précisant que ça allait lui plaire, sans contrainte, ni menace, ni force, mais une influence quand même qui aura fait faire au plus jeune, quelque chose qu'il n'aurait pas fait sans cette influence.
-L'enfant de 12ans pensait-il vraiment que le rapport sexuel allait plaire à l'enfant de 10ans? Si oui, l'abuseur est dans ce cas moins irrespectueux que si il l'avait dit uniquement pour vraiment pousser l'enfant à lui faire faire ce qu'il voulait, sans tenir compte du mal éventuel que ça allait lui faire.  Mais dans les deux cas, le rapport abusif est évident quand même à cause de la différence de niveau de maturité entre les deux. Surtout qu'il y a quand même de grandes chances (pour ne pas dire peut-être toutes les chances) pour que le plus âgé ait voulu avoir des rapports sexuels avec le plus jeune, avant tout dans le but de satisfaire ses besoins sexuels à lui que de vouloir "initier" le plus jeune à la sexualité, il y a donc aussi une sorte de perversion égocentrique dans cette relation, puisque le plus mature a fait passer ses envies avant celles de l'autre.
-Si l'abuseur ne tient pas compte des envies (ou refus) de l'enfant, il y a aussi manque de respect vis à vis du fait que l'abuseur a un manque de considération envers la victime. Dans les relations où il y a des manques de considérations, l'abuseur a plus de chances d'en venir à la menace, le chantage, la force, la domination et la violence.
Ce n'est qu'un exemple, de nombreux abus sexuels se passent différemment, mais quoi qu'il en soit,
le rapport abusif est toujours déterminé par une absence de respect envers l'autre. Notamment, non respect des envies de l'autre et de son niveau de maturité et présence d'une influence qui pousse l'autre à faire ce qu'il ne ferait pas sans cette influence.

Toujours dans le même exemple, on peut supposer après que l'enfant abuseur n'avait que 12ans et qu'il se peut qu'il n'était pas assez mature pour comprendre que ce n'est pas parce que lui apprécie le rapport sexuel que les autres vont l'apprécier comme lui. Il se peut aussi que si il apprécie déjà à son âge les rapports sexuels, c'est probablement parce qu'il y a déjà été impliqué dans des rapports abusifs, qu'il reproduit en prenant exemple sur ses propres abuseurs et en ayant des relations (sexuelles et/ou sociales) similaires à celles qu'il a avec ses abuseurs.
Ca ce sont des facteurs à tenir compte, mais non pas en tant que facteurs qui déterminent si il y a eu abus sexuels ou non, mais les circonstances de l'abus sexuel, que nous verrons dans le topic suivant.

Je rajoute aussi qu'on peut être victime de pédocriminel, non pas pédosexuel, mais pédopornographe. Un pédopornographe est un pédocriminel mais n'est pas forcément un pédosexuel, certains ne sont même pas pédophiles.
Mais les principes des rapports abusifs s'appliquent toujours de la même façon :
-Il y a manque de respect de la part du pédopornographe qui influe les enfants à faire des choses avec une récompense financière ou la menace et parfois la force.
-Il y a aussi un manque de respect au niveau du fait que le pédopornographe fait faire des choses sexuelles aux enfants qui sont généralement d'un niveau trop haut et qu'ils ne feraient pas normalement, car ils ne sont pas assez matures pour bien les apprécier et surtout bien les comprendre.
-Il y a aussi en plus un manque de respect vis à vis de leur intimité, certains pourraient en effet être perturbé par le fait d'être filmés dans des films et visionnés par des clients. Même si celà revient un  peu au principe de la névrose de convertion, car ce n'est pas le fait d'être vu et visionné qui perturbe parfois les victimes de voyeurisme et de pédopornographie mais le fait qu'ils savent qu'ils ont été vus et visionnés.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum