ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

J.5-Les témoignages - Des pédophiles dans le documentaire "de la pulsion à l'interdit"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Commentaires vis à vis du documentaire : "Pédophilie de la pulsion à l'interdit"
http://www.lcp.fr/emissions/docs-ad-hoc/vod/17967-pedophilie-de-la-pulsion-a-l-interdit

INTRODUCTION

Ce documentaire met en scène des aspects dits différents de la pédophilie, il s'agit donc notamment de témoignages de pédophiles et/ou de pédosexuels. Dans l'ensemble le documentaire se veut audacieux en montrant divers aspects et angles méconnus de la pédophilie, mais celà se révèle néanmoins assez ciblé et toujours restreint. 55minutes, c'est loin d'être assez et l'ensemble manque de détails. Celà dit, ce documentaire reste assez novateur et courageux pour montrer la problématique du point de vu des pédophiles, ce qui est rare. Car il ne faut pas oublier que pour résoudre le problème de la pédophilie, il faut écouter tout le monde, les victimes, mais aussi les pédophiles, afin que certains cas, notamment compulsifs (je vais y revenir), ne passent pas à l'acte. En effet, s'occuper des victimes est une bonne chose, mais celà n'empêchera pas vraiment le nombre de victimes de diminuer. Aider les victimes à se remettre de leurs trauma est une bonne chose mais empêcher qu'il y ait des victimes seraient encore mieux, pour celà, il faut en savoir plus sur les pédosexuels et donc les pédophiles. Ce documentaire est donc une bonne chose à voir pour ceux qui connaissent mal le sujet des pédosexuels et non des victimes. Personnellement en ce qui me concerne, ce documentaire ne m'apprend rien du tout. Je savais déjà tout ce qui y est dit, il y a quelques points sur lesquels je ne suis pas d'accord, mais je vais y revenir.

"Pourquoi certains hommes sont-ils sexuellement attirés par les enfants? C'est ce que nous avons essayé de comprendre grâce à plusieurs témoignages de malades". Des témoignages de malades, déjà dans la présentation du documentaire, ça commence mal, qualifier les pédophiles de malades, dénote un parti pris ou annonce que le documentaire sera particulièrement restreint, ce qui sera malheureusement le cas.
"Tous évoquent un mal-être", dénote aussi une forte restriction des témoignages, forcément car il s'agit presque tous de cas compulsifs.

I-PREMIER CAS

Le premier cas est un pédophile attiré par les jeunes filles, très jeunes même puisqu'il s'agit de petites filles de 4ans (cas rares), non assumé, non exclusif, névrosé dans l'illégalité tentant d'être dans la légalité, projectionnel, hétérosexuel refoulé et pédophile tardif dit respectueux et passif.
Pour en savoir plus sur ces termes, voir le lien suivant :
http://adep.etudiantforum.com/t53-e0-les-differents-types-de-pedophiles-classification-des-pedophiles
En effet, il dit combattre son attraction pour les petites filles, donc il s'agit d'un cas non assumé, et visiblement sans aucun sentiment.

Il avait 17ans quand il a découvert son attraction pour les petites filles pour la première fois. Il s'agit donc d'un pédophile tardif, car la grande majorité des vrais pédophiles, découvrent leurs attractions pour les enfants, dès le début de leur éveil à la sexualité, soit dès le début de la puberté.

La petite fille qui l'a excité sexuellement pour la première fois avait 3ans seulement. Les pédophiles sont très rarement attirés par cet âge là. La préférence est en effet chez les pré-ados, soit 10 à 12ans. Il ne fait aucun doute que cet individu a été comme foudroyé par cette découverte de sa pédophilie qui a dû brisé l'harmonie de sa vie, contrairement aux pédophiles qui développent leurs attractions pédophiles dès la puberté et qui grandissent avec et donc apprennent à vivre avec. D'où le fait qu'il dise "c'est comme si j'avais pris un immeuble sur la tête". Cas classique donc de pédophile tardif qui comme la plupart n'accepte pas sa pédophilie, car il n'a pas appris à vivre avec et à grandir avec. Les sentiments semblent également assez absents et pour cause, sa pédophilie vient d'expériences abusives durant son enfance. Il va donc comme la plupart des pédophiles de ce genre, associer la pédophilie à l'abus sexuel et donc rejeter encore plus sa pédophilie qui pour lui ne représente que pulsions, attraction sans sentiment et abus. C'est pourquoi il s'interdit carrément de les approcher.

D'ailleurs il dit ne pas vraiment comprendre ce qui lui est arrivé, ce qui dénote bien un cas de pédophile non assumé. Quand on demande à un pédophile assumé pourquoi il aime les enfants, il répond souvent spontanément par plusieurs phrases, tandis qu'un non assumé comme lui, ne sait généralement pas quoi répondre. Ce qui empêche encore plus les non assumés d'assumer leurs attractions justement, car on accepte difficilement ce que l'on ne comprend pas.

Il dit qu'il y a un lien entre les quatre ans d'inceste qu'il a vécu et sa pédophilie, c'est en effet fort probable et dans ce cas, il s'agit d'un cas de pédophile projectionnel qui se projette sur les enfants. Lui, il s'agit de fillettes, car il est fort possible qu'il fusionne l'attraction hétérosexuel qu'il a et l'attraction projectionnelle envers les enfants. Celà donne donc une attraction sexuelle pour les petites filles représentants à la fois la féminité (hétérosexualité) et l'enfant sur lesquelles il se projette (donc la pédophilie projectionnelle).

Sans compter que ces années d'inceste qu'il a vécu étaient à partir de 3ans, ce qui dénote encore plus une projection sur les enfants et correspond à son âge d'attraction envers les enfants et il ajoute qu'il est aussi attiré par les femmes, ce qui confirme bien ce que je viens de dire, sur le mélange femme/enfant = petite fille.

Cet individu a ensuite écrit un livre écrit en 7années et qui est introspectif (donc basé sur lui), pour changer le regard de la société envers les pédophiles. Bonne intention et bonne façon d'évacuer son mal-être et d'apprendre à mieux se connaître afin de mieux gérer sa vie. Mais il ne faut pas oublier qu'il est un cas unique. Même si d'autres cas similaires peuvent se retrouver dans son livre, celà reste restreint. Un pédophile non respectueux qui n'a aucun égard envers les enfants par exemple ne se reconnaitra pas dans son livre. Ni ceux qui n'ont pas été abusé sexuellement étant enfants et plein d'autres encore. Et il ne faut pas non plus que les autres lecteurs de ce livre s'imagine que le cas de l'auteur est une généralité. Sinon quand ils vont voir le cas d'un pédophile non abusé sexuellement ils pourraient en déduire que ce livre n'est que mensonge.
C'est comme le livre de Serge André "qu'est-ce que la pédophilie" dans lequel il commente l'autobiographie d'un pédophile pédosexuel. Le cas est intéressant, mais il en fait une généralité et des tas de pédophiles que j'ai vus ne se reconnaitraient pas du tout dans ce livre et de nombreuses victimes non plus ne s'y retrouveraient pas.

"Je suis un être humain à part entière et non quelqu'un qu'il faut mépriser". Bonne intention aussi et effectivement il faudrait que la société évolue un peu en arrêtant la stigmatisation des pédophiles, car celà ne diminue pas le nombre de victimes, au contraire, plus on méprise moins on cherche à comprendre et moins on comprend plus le problème empire.

"Il n'existe qu'une seule méthode dire que l'on vit avec ce fantasme" qu'il dit, faux, il généralise en se basant sur son cas, même si ce n'est pas forcément faux non plus, notamment quand il dit qu'il faut rejeter la lâcheter, le silence etc... Mais pareil, il se base sur son cas à lui, qui combat ses pulsions, ce n'est pas le cas du tous non plus.

Il a eu comme réaction sur internet qu'il faudrait le pendre par les couilles, le tuer, le torturer etc... Perso, ça ne m'étonne nullement, comme je le dis souvent, les pédophiles servent de défouloir et d'objet de haine pour la société, qu'ils soient bons ou mauvais, les gens souvent s'en moquent, tant qu'ils ont quelqu'un à mépriser. Hair est humain, car aimer est humain. Pour aimer, on doit aussi hair, les pédophiles sont les cibles préférés des gens lorsqu'ils éprouvent un besoin de mépriser et hair, notamment en collectivité. "Hair ensemble" est un phénomène fréquemment observé pour créer des liens entre les gens.
C'est effectivement complètement faux ce que les médias disent quand ils sous-entendent qu'être pédophile, c'est automatiquement être pédocriminel. En effet, on dit et lit toujours "victime de pédophile", au lieu de "victime de pédosexuel ou pédocriminel". Ce qui est absurde. Mais peu de gens s'en soucient, notamment car beaucoup méprisent les pédophiles dans tout leur ensemble.
Les pédophiles sont devenus les monstres de notre société depuis l'affaire Dutroux, tout à fait et pourtant la pédophilie existe depuis la grece antique (non je ne confond pas avec l'homosexualité, les deux existent depuis au moins la grece antique).
Ce type a eu des problèmes avec la justice car on a fouillé chez lui et trouvé de la pédopornographie en petite quantité. Il risquait deux ans de prison. Mais comme je m'y attendais, il a pris seulement avec sursis. Les deux ans de prisons, c'est le maximum pour la détention de la pornographie, lui n'était pas un cas extrême. Il essaye désormais de se contenter de photos légales et d'adolescentes et de femmes. Un peu bizarre néanmoins, sa façon de ne pas assumer sa pédophilie mais y être quand même obsédé alors qu'il est aussi attirés par les femmes. Pourquoi ne calme-t-il pas ses pulsions en exploitant ses attractions envers les adolescentes ou les femmes, sachant que ce n'est pas répréhensible et que ça l'aiderait à mettre sa pédophilie de côté? De nombreux pédophiles attirés par les jeunes filles (et souvent attirés aussi par les femmes) agissent ainsi.

II-SECOND CAS

"Nous sommes surpris de découvrir un cas de pédophile dont la sexualité n'est pas centrale. Pour lui être pédophile, c'est d'abord de l'amour pour le monde de l'enfance et un attachement pour l'enfance". Ca me parait très surprenant qu'ils ne sachent pas celà, à moins que ce ne soit par rapport au public qu'ils disent qu'ils sont surpris afin que le public puisse se sentir plus à l'aise. Mais les pédophiles amoureux et attachés aux enfants et parfois voir souvent aussi au monde de l'enfance, c'est très répandu et fréquent chez eux.

Ce 2nd cas est le plus intéressant du documentaire. Il s'agit cette fois d'un cas de pédophile dit de bonne fois, qui a été actif et assumé, ainsi qu'exclusif.
-"Je n'ai jamais aimé que des enfants". Il n'a jamais rencontré de femmes. Donc pédophile exclusif = attiré sexuellement que par les enfants. Il n'est aussi attiré que par les petites filles, ce qui est rare. Les pédophiles exclusifs sont surtout des pédophiles sexuellement attirés par les jeunes garçons.
-Il a eu des attouchements avec une enfant de 9ans et pensent sincèrement que c'était consentant. Il s'agit donc aussi d'un pédophile qui était actif et de bonne foi. Actif = qui a ou qui recherche le rapport sexuel avec les enfants. De bonne foi = qui dit et pense sincèrement ne pas faire de mal aux enfants qu'il approche.
-Il approchait les petites filles et passait du temps avec elles en appréciant les relations (sociales) avec elles. Donc il assumait sa pédophilie et l'exploitait. Il s'agissait donc à cette époque d'un girlover.

Je parle au passé, car depuis qu'il a eu des problèmes avec la justice et est sous contrôle judiciaire, son point de vu sur sa pédophilie a changé. Il l'assume moins et tente de la mettre de côté.
Il s'est remis en question vis à vis des gestes innapropriés qu'il a eu avec la fillette, donc il était visiblement de bonne foi.
Il s'agit d'un cas classique de pédophile assumé qui aimait beaucoup passer du temps avec les enfants mais qui est allé trop loin.
Pour lui, l'obligation de soin qu'on lui impose est une bonne chose, beaucoup de pédophile assumés ne supportent pas ce genre de procedure car ils estiment qu'ils n'ont pas besoin d'être soignés et qu'aimer les enfants à leurs yeux est naturelles.
Il reconnait durant les thérapies de parole en groupe être pédophile qui a des problèmes de pédophilie. Celà lui permet d'être lui même. Ca a son importance de pouvoir en parler je suis d'accord. Mais je ne suis pas sûr que les psy qui assurent ce genre de thérapie soient bien qualifiés.

La psychologue qu'il voit parle de pédophiles ayant des attirances sexuels sur des ados. Je rapelle que la vraie pédophilie, c'est l'attraction sexuelle envers les enfants pour des critères propres à l'enfance.
Rencontrer d'autres pédophiles est une bonne chose en effet, mais attention encore une fois au fait qu'ils sont tous différents et la suite confirme mes craintes, les différences ne sont pas prises en compte entre chaque individu. Je suis d'accord aussi sur le fait qu'il est important de soutenir et que les pédophiles s'encouragent les uns les autres afin d'être respectueux envers le enfants. Par contre, elle reconnait que certains peuvent approcher des enfants, mais d'autres moins, ce qui est une excellente chose, là elle distingue les cas.

Ce deuxième cas, compense son interdiction d'approcher les enfants par des photos sur le net. Personnellement, ça me parait normal qu'il essaye de compenser ce qu'il ne peut plus avoir, notamment parce qu'en plus, c'est un pédophile exclusif. Il fantasme de les rencontrer, ce qui est inquiétant d'une part. les thérapeutes y voient là une étapes vers la récidive. Encore faut-il vérifier si il est compulsif, si il est respectueux et bien d'autres choses encore. Si il a commis des attouchements une fois en pensant que c'était consenti, ça veut peut être dire qu'il est capable de se contenter de peu. Le comparer à un autre pédophile n'est pas une bonne chose. Le quatrième cas (voir plus bas) dit que ce qu'il fait est dangereux, mais de son point de vu à lui, le quatrième cas est très différent du premier. C'est peut-être dangereux effectivement, mais pas sûr. Dans certains cas, pour certains pédophiles, c'est bénéfique, les photos légales et vidéos empêchent certains de passer à l'acte (ça dépend de plusieurs choses, des fois c'est le contraire) et s'occuper d'enfants peut être aussi bénéfiques même pour les enfants. Aspect oublié et négligé dans ce documentaire.
Pour ce pédophile là, il n'a pas d'autres centres d'intérêt, chose qu'il faut apprendre à certains pédophiles, c'est diminuer leurs obsessions et pulsions en pratiquant des activités.

"Vous n'avez jamais rêvé de lui faire l'amour?" lui demande-t-on. "Bah si quand même, mais les fantasmes, ce n'est pas la réalité". Effectivement et ça, peu de gens le comprennent que tout le monde a des fantasmes et que chacun est libre d'en avoir, tant que les fantasmes restent fantasmatiques pour certains fantasmes et tant que le respect dans la relation (tous types de relations) est présente.

Son psychiatre le qualifie de pédophile égocentrique, immature et névrotique.
-Egocentrique correspond à un peu près bien, car il a en effet fait passer son interêt avant celui de l'enfant.
-Immature, je ne suis pas sûr par contre. Il pourrait être immature et donc avoir une sexualité hétérosexuelle bloquée à un certain âge qui aime les petites filles pour leur féminité et non parce que ce sont des enfants. Mais celà est difficile à dire, en tous cas, Roland Coutenceau n'est pas un très bon expert en pédophilie en ce qui me concerne. Il a des lacunes flagrantes. Cet individu pourrait être un faux pédophile et en fait un hétérosexuel immature. Mais il faudrait pour celà savoir ce qui lui plait le plus chez les petites filles.
Dans le premier cas, il aime la féminité, mais il bloque vis à vis des femmes plus âgé. Ce qui est de la fausse pédophilie, car ses critères d'attraction sont hétérosexuels mais bloqués à une tranche d'âge inférieure. Celà peut donc se modifier, car la féminité se trouve chez les femmes comme chez les petites filles.
Dans le deuxième cas, il aime le côté enfant et là, ce n'est pas forcément de l'immaturité mais une question de gouts. Si ses critères sont vis à vis des enfants, c'est un vrai pédophile qui aime les petites filles parce que ce sont des enfants et non parce que ce sont des femmes. Et ça, on ne peut pas le changer que l'individu soit mature ou pas.
Dans le troisième cas, ça peut même être les deux. De nombreux pédophiles attirés sexuellement par les petites filles, le sont aussi par les femmes car ils aiment à la fois la féminité et l'enfance.

Selon Roland Coutenceau, expert en pédophilie, il y a trois types de pédophiles. Seulement trois?! J'aurais bien envie de croire que c'est une blague, mais Coutenceau le pense vraiment.
Je suis d'accord quand il dit qu'il y a un monde de la pédophilie, mais je pense qu'il est très loin de se rendre compte à quel point il est vaste ce monde. Il sait qu'il y a tout un monde de la pédophilie, mais ce monde à ses yeux est beaucoup plus petit qu'en réalité.
Mais ça confirme bien ce que je pense de Roland Coutenceau dans les commentaires que j'ai fait vis à vis d'une interview qu'il a donné sur le sujet. Voir le topic :
http://adep.etudiantforum.com/t42-j2-les-temoignages-dr-roland-coutenceau

-Pour lui, il y a des pédophiles inhibés et regressifs. Le mot victime me parait approprié contrairement à ce qu'il dit, ils sont victimes des attractions qu'ils n'ont pas choisies et n'arrivent en générale pas à s'en débarrasser.
-Il y a ensuite, toujours selon Coutenceau, les pédophiles égocentriques, qui sauraient que ce qu'ils font est mal, mais en font abstraction.
-Il y a ensuite les cyniques, toujours selon lui, qui estiment qu'ils n'ont pas à se priver de leur sexualité. Ce sont pour lui les vrais prédateurs.
C'est tout?! C'est mauvais comme classements, rien que ces trois types de pédophiles, qui existent je suis d'accord, sont aussi très variés entre eux. Certains égocentriques par exemple, sont de bonne foi et pensent sincèrement ne pas faire de mal, d'autres en font abstraction, d'autres évitent les enfants par peur de la loi et bien d'autres encore. Et il existe encore plein d'autres types de pédophiles. Surtout que ces pédophiles là dont ils parlent ressemblent plus à des pédosexuels compulsifs que des pédophiles.

III-TROISIEME CAS

Le troisième cas est plutôt bizarre et très flou.
"La majorité des abuseurs d'enfants ne sont pas des pédophiles exclusifs. Mais des pédophiles occasionnels". En effet, il y a aussi des violeurs opportunistes, à ne pas oublier non plus.
"C'est à dire des adultes qui abusent d'enfants, tout en ayant une activité sexuelle adulte principale". On n'appelle celà des pédophiles non préférentiels et ça existe en effet. Bah, pourquoi sont-ils surpris? Le premier cas est un pédophile non exclusif aussi attiré par les femmes.

Le troisième cas est un grand-père apprécié par son entourage qui a toujours aimé les femmes mais qui soudainement a abusé d'enfants. Selon lui, après la mort de sa femme avec laquelle il a vécu 11ans, ce qui aurait déclenché quelque chose. Un choc émotionnel serait bien une raison en effet.

Il s'agit donc d'un cas visiblement de pédophile non préférentiel ou du moins non exclusif, compulsif, (très) tardif et non assumé évidemment, car il a développé sa pédophilie beaucoup trop tardivement et qu'en plus il est compulsif, deux raisons majeures qui empêchent les pédophiles d'assumer leurs attractions envers les enfants. Il est également donc actif (il l'a été du moins), puisqu'il a abusé de trois enfants et a passé dix ans en prison. Il n'a visiblement pas de préférence pour un sexe ou un autre, puisqu'il a abusé de nièces et neveux. Très rare.
Est-il vraiment un pédophile? Ou juste un pédosexuel compulsif? La très grande majorité des pédophiles bloquent sur un sexe des enfants. Surtout qu'il dit ne pas comprendre pourquoi il a agi ainsi. Ne serait-il pas un peu psychotique? Le problème est-il vraiment de la pédophilie. Impossible à dire en fait. Ce n'est pas assez détaillé.

Il estime que les pédophiles doivent être soignés. Je suis d'accord pour certains cas. Mais attention, là, il parle d'un pédosexuel récidiviste. Ce qui est loin de représenter la majorité. D'une part parce que les pédophiles ne sont pas tous pédosexuels et que 85% des pédosexuels ne récidivent pas.
"Si on ne l'aide pas, il ressortira et il fera pareil", donc non, 85% ne récidivent pas. Mais certains récidiveront. Par exemple les compulsifs, effectivement, si ils sont mis en prison mais ensuite sont relâchés, si les pulsions sont toujours là et toujours trop fortes, les chances qu'ils récidivent sont multipliées. Même si le pédosexuels ne veut pas abuser d'enfants et essayent de s'en empêcher, des fois, la seule volonté et la peur de retourner en prison ne suffisent pas à bloquer les pulsions.

Il a raison sur le fait que les prises en charges en prison sont déplorables et que celà entrainent une bonne partie des récidives.
D'ailleurs quand je dis 85% des pédosexuels ne récidivent pas, il s'agit en fait de 85% de pédosexuels non traités, on peut supposé que si ils étaient traités, on passerait de 85 à 95%.

Cet individu là s'empêche de récidiver par respect envers ses victimes. Il s'agit donc d'un cas respectueux qui a dérapé, visiblement dû à des pulsions.

IV-QUATRIEME CAS

Plus tard dans le documentaire, un homosexuel visiblement pédophile aussi dit qu'il arrive à mieux contrôler ses pulsions mais qu'il irait pas devant un collège tenter le diable. Cas de pédophile non assumé qui tente de se débarrasser de son attraction pédophile dépourvue de sentiments et qui en a peur. Pas vraiment comparable avec le deuxième cas, contrairement à ce que font les thérapeutes qui commettent l'erreur de les comparer, l'un à des sentiments (puisqu'il parle d'attachements et de rencontre), l'autres pas, visiblement du moins et la suite le confirmera, il s'agit d'un cas extrêmement compulsif très peu comparable avec le 2nd cas. Et ça n'a pas l'air comme ça, mais ça change beaucoup de choses. Plus les sentiments sont présents, moins le pédophile a de chances de faire du mal aux enfants qui les attirent. Pour celui là, même si il a fait du mal, il arrive à se remettre en questions et se sent confiant.
L'auto-massage qu'il applique sur sa main et la caressant avec ses doigts peut indiquer un manque de sincérité dans ce qu'il dit néanmoins. Mais ça peut aussi indiquer de la nervosité dans ce qu'il raconte sur sa pédophilie, qui est quand même délicat à aborder.
Ensuite le deuxième cas dit que finalement, c'est risqué ce qu'il fait. "l'intervention de l'autre pédophile a fait son effet, Stephane se rend compte qu'il est dans une situation à risque". Je ne suis pas vraiment d'accord. A-t-il réalisé qu'il était dans une situation à risque parce qu'il l'est vraiment, ou pense-t-il être dans une situation à risque à cause de l'influence de son entourage? La différence n'est pas négligeable.

Cet homosexuel pédophile dénonce aussi l'absence de prise en charge des pédophiles durant leur incarcération, je suis d'accord aussi.

Il dit avoir des pulsions, me paraissant grave, si il est déjà homosexuel et qu'il a des pulsions au point de manquer de peu de passer à l'acte dans un bus. Le cas est un pédophile visiblement appréciant l'enfance et la masculinité. Visiblement, car encore une fois, moi, je ne peux que me fier à ce qui est rapporté dans ce documentaire où les détails sont peu nombreux. Mais c'est assez rare un homosexuel pédophile. Ou celà peut être un homosexuel refoulé qui apprécie la masculinité à la fois chez les hommes et les jeunes garçons.

Mais bon bref, son psychiatre a refusé de le voir, alors que c'était urgent. Ce qui est assez lamentable en effet. Il a ensuite été se rendre à la police en demandant d'être enfermé avant de violer un enfant et on a refusé aussi. D'un côté, c'est normal, les policiers n'ont pas le droit d'enfermer quelqu'un qui n'a rien fait. Celà peut se retourner contre eux.
Le journaliste déclare que la France, pourtant, veut faire de la lutte contre la récidive une priorité. Ah bon?! Les moyens sont lamentables alors.
Le pédophile se fait alors hospitalisé. Je sais que c'est la réalité, mais on frôle presque la caricature du pédophile compulsif. Celà dit encore une fois, c'est vrai que certains pédos sont compulsifs à l'extrême. Mais attention à la généralisation encore une fois. Le documentaire est trop généraliste malgré ses prétentions, bien qu'il montre la pédophilie sous un angle rarement dévoilé, tous les pédophiles présentés jusqu'ici (en supposant que ce soient des vrais pédophiles, hors mis le deuxième cas, j'en doute) sont des cas typiquement compulsifs et non assumés.

Et en plus ce quatrième cas, Michel, a été abusé étant enfant pendant six ans. Il s'agit donc visiblement encore une fois d'un cas de pédophile victime, projectionnel, compulsif qui se projette et s'identifie à des enfants. Cas déjà traité avec le premier cas. Et contrairement à ce que dit le psychiatre, c'est l'un des points avec lesquels je ne suis absolument pas d'accord avec ce documentaire. Les pédophiles ne sont pas majoritairement des anciennes victimes, très loin de là. Ca arrive bien évidemment et encore, de nombreux cas sont en fait des pédosexuels qui normalisent l'abus qu'ils ont vécu en le reproduisant, il ne s'agit donc de pédophilie dans le vrai sens du terme. Mais sinon, de très nombreux vrais pédophiles et la grande majorité ne sont pas d'anciennes victimes. J'en ai vu plein qui n'ont jamais été abusé et qui par contre sont souvent très différent des pédophiles décrits dans ce documentaire. D'où le fait que je disais que ce document bien qu'intéressant et bien fait, reste trop restreint. De nombreux autres types de pédophiles existent que ceux évoqués dans ce documentaire.
Je suis d'accord néanmoins avec le fait que de nombreuses victimes font face à l'abus notamment lorsqu'il a été répété durant une longue période, entraine la victime a érotiser les enfants. C'est ce que je disais en parlant de normaliser l'abus. Donc certains pédophiles ont été abusé, mais surement pas les deux tiers, c'est complètement faux. Sans compter qu'ils parlent plus des pédosexuels que des pédophiles eux mêmes. La plupart de ces gens là qui normalisent l'abus en le reproduisant sont surtout des pédosexuels qui ont développé une sorte de pédophilie projectionnelle suite à un trauma. Alors que la grande majorité des vrais pédophiles développent leurs attractions par la force des sentiments et dans un cadre plus naturel durant leur maturation et non tardivement comme le premier, troisième et surement le quatrième cas (qui a surement été homosexuel avant d'être un pédo projectionnel).

V-ANGE BLEU

L'association l'ange bleu évoqué dans ce documentaire est tenu par Mme Latifa Bennari qui écoute à la fois les victimes et les pédophiles. Une association courageuse donc qui tente d'écouter tout le monde et de venir en aide à la fois aux pédophiles en détresse et aux victimes. Mais n'est-ce pas encore une fois restreint? Seuls les pédophiles en détresse iront contacter l'ange bleu, donc souvent des non assumés qui veulent se débarrasser de leurs pédophilies ou/et des compulsifs qui se retiennent de passer à l'acte avec difficulté. Autrement dit, exactement ceux que l'on vient de voir dans le documentaire. Mais les autres cas restent alors méconnus.

Celà dit, selon moi, ce genre d'association ne devrait pas être unique. Il devrait en exister plusieurs et l'état devrait les financer, afin de faire progresser la recherche, de mieux prévenir les futurs abus, éviter les récidives et venir en aide aux victimes. Tout le monde y gagnerait et l'état a, j'en suis sûr, plus les moyens qu'il n'en faut pour créer ce genre de service d'assistance. Latifa Bennari ne devrait pas être seule. Le problème est qu'il faut être particulièrement à l'écoute, ouvert d'esprit pour écouter les pédophiles, essayer de les aider, plutôt que faire comme la majorité des gens, céder à la haine et au mépris. Latifa Bennari se rend compte visiblement que celà ne résoud rien et même empire les problèmes liés à la pédophilie.

Celà n'est pas étonnant que Mme Bennari soit elle même une victime de pédosexualité. On y voit encore une fois le paradoxe que les victimes sont souvent plus lucides et moins haineux que les antipédophiles, qui des fois, vont se faire passer pour des victimes afin de mieux propager leur mépris envers les pédophiles. Les vraies victimes (pas toutes bien sûr) ont souvent tendance à vouloir empêcher qu'il y ait plus de victimes plutôt que de réclamer la mort, la torture et autres barbaries sur les pédophiles et pédocriminels. Ces victimes réalisent alors que la solution est l'écoute, la compréhension et que pour celà, elles se doivent d'être lucides, c'est pourquoi, mêmes si elles ont souvent beaucoup de mal à être objectives, elles sont plus raisonnables et surtout moins extrêmistes que les antipédophiles qui sont rarement des victimes. La plupart des commentaires hostiles citées et pris sur le net au début du documentaire ne sont, j'en suis sûr, pas déclarées par des victimes.

Mais je ne m'étendrai pas trop sur l'ange bleu. J'ai déjà dit ce que j'en pensais dans le topic suivant :
http://adep.etudiantforum.com/t41-j1-les-temoignages-l-ange-bleu

On la voit ensuite parler à un pédophile accroc à la pédopornographie qui l'a fait devenir pédophile. Encore un pédophile tardif non assumé. Je rappelle que les pédophiles tardifs n'assument presque jamais leur pédophilie, car elle brise dans ces cas là l'harmonie de leur vie et qu'ils ont avec eux même. Ca détruit en même la sécurité psychologique qu'ils ont développé en grandissant. Voir aussi le topic des pédophiles non assumés :
http://adep.etudiantforum.com/t29-e31-les-differents-types-de-pedophiles-les-pedophiles-non-assumes-pourquoi

Latifa Bennari le met ensuite en garde sur l'engrenage qui pourrait l'entrainer à agresser un enfant. Ce à quoi, je ne suis pas vraiment d'accord. Comme pour le 2nd cas, les pédophiles névrosés qui regardent des vidéos et photos d'enfants, peuvent au contraire ne jamais passer à l'acte en apprenant à se contenter de ces vidéos et photos. Sauf si ils en utilisent trop et exploitent trop leur plaisir sexuel, dans ces cas là, au lieu de calmer leur libido et éventuelles pulsions, ça donne le contraire, ils risquent d'en vouloir plus.

VI-CINQUIEME CAS

Un certain Xavier pédophile non assumé et encore une fois victime. Donc cas classique de pédophile projectionnel suite à un trauma. Trop restreint ce documentaire encore une fois, les cas sont pratiquement tous similaires.
Cas bizarre, il souhaite commencer à avoir des rapports sexuels avec des adultes. Bon, mais pourra-t-il le faire? Si il a un remède miracle qui transforme les pédophiles en hétéro ou homosexuels, il ferait bien de le partager, car il gagnerait le prix Nobel et beaucoup se rueront dessus, prêts à payer le prix fort.
Et encore, il s'agit d'un pédosexuel qui a normalisé les abus vécu en endossant comme dit dans le documentaire, le rôle du bourreau.

Les pédophiles seraient souvent des hommes introvertis, impuissants avec les femmes. Ca c'est le schéma classique notamment du pédophile non assumé. Mais ce n'est pas la majorité, j'en ai vu plein d'autres qui n'étaient pas comme ça. Sans compter encore une fois que de nombreux pédophiles attirés par les jeune filles sont aussi attirés par les femmes, pour des raisons déjà évoqués, bah comme le premier et troisième cas. Attention à la généralisation encore une fois, ce documentaire généralise trop.

Ce Xavier veut changer d'orientation sexuelle. La pédophilie est une orientation sexuelle, elle est souvent une question de gout et de sentiments. Certains disent que ça n'est pas une orientation sexuelle, car le partenaire n'est pas consentant. Mais ça c'est de la pédosexualité, ce qui est différent de la pédophilie. On ne peut pas forcer quelqu'un à aimer des individus qu'il n'aime pas et l'empêcher d'aimer ceux qu'il aime. Même si l'individu lui même le veut.

La psychiatre qui examine Xavier et qui s'occupe de pédophiles dit carrément que tous les cas qu'elle a vu (et elle insiste sur le mot "tous") ont vécu des traumatismes. Encore une fois, ces cas là de pédophiles non assumés et pédosexuels en plus (car elle trouve en prison) ne sont pas tous les pédophiles. J'en ai vu plein des pédophiles pour lesquels l'enfance s'est déroulé normalement. Perso, j'ai été assez surpris de voir que les enfances pas réussies chez les pédophiles n'étaient pas aussi nombreuses que je le pensais. Seulement 1/3 environ n'ont pas apprécié leur enfance et ça ne veut pas dire qu'ils ont vécu des traumatismes mais qu'ils renient leur enfance.
Elle évoque par la suite du coup les enfants traumatisés qui s'isolent et qui du coup ne grandissent pas normalement. En effet, ça arrive, mais attention à la généralité. Décidément, même les experts ont une expérience trop restreinte, celle-ci ne fait pas du tout exception, elle en est même le parfait exemple.

"C'est toujours en état de dépression que Xavier a abusé d'enfants". Normal, ça devait être les moments où les traumatismes remontaient le plus dans sa tête et donc les moments où les mécanismes de défense se mettaient en route, comme celui qui consiste à répéter l'expérience abusive. Mais ce documentaire ainsi que le Dr Coutenceau déclare que c'est souvent en état de dépression que les pédophiles abusent d'enfants, ce qui est faux. La plupart des pédophiles abusent en douce et de manière progressive, par manipulation et séduction quelque soit leur état psychologique.

On le traite à l'acétate de cyprotérone, médicament utilisé pour limiter la libido souvent utilisé pour traiter les sex-addicts. Celà n'a rien à voir avec la castration réelle qu'il dise car les effets sont provisoires. Oui, mais y'a des effets secondaires aussi et l'effet peut parfois durer des années même après arrêt du traitement notamment quand le traitement est massif et prolongé.

Par la suite, lors du débat effectivement provocateur "les pédophiles sont ils des monstres ou des malades?" Latifa Bennari dit que celà évoque la psychose généralisée. En effet, monstres ou malades, celà stigmatise les pédophiles. Alors que la réponse est parfois ni l'un, ni l'autre. Mais la question ne laisse pas d'ouverture, ce qui dénote un parti pris et un manque d'objectivité et effectivement une hystérie collective. Xavier dit se reconnaitre dans le terme malade. Ce qui est courant pour les pédophiles non assumés, qui aiment se dire qu'ils ne sont pas normaux, malades, dans l'espoir de changer et aussi pour mieux à la fois rejeter ce qu'ils sont parce qu'ils refusent d'être pédophile, mais en même temps celà les aide à mieux l'accepter car celà leur permet de se dire qu'ils ne sont pas responsables de leurs attractions pédophiles dont ils vondraient "guérir".
Xavier dit qu'heureusement on n'est pas figé dans une sexualité. Déjà le problème c'est qu'il dit "on" comme si il parlait au nom de tous les pédophiles alors qu'il est un seul cas et non tous les cas. Et généralement si, on est figé à une orientation sexuelle, sauf qu'il oublie un détail, c'est que dans son cas, sa pédophilie est dûe à un trauma. Si on soigne le trauma, la pédophilie projectionnelle apparue suite au trauma peut disparaitre, notamment parce qu'elle n'aura plus de raison d'être. La pédophilie projectionnelle suite un trauma sert en grande partie pour l'individu à surmonter son trauma, en s'identifiant aux autres enfants, en normalisant l'abus etc... Si le trauma disparait, ou du moins est surmonté, ce genre de mécanisme de défense disparaitra normalement aussi, au profit de mécanismes de défense plus appropriés. Mais Xavier généralise encore une fois, comme le font la plupart des gens.
Il dit aussi qu'il préfèrerait mourir plutot que de vivre en étant pédophile puis il a droit comme réaction qu'il n'a pas à se poser en victime. Le but n'est pas d'en faire une victime mais de comprendre, bien sûr les victimes de pédosexuels souffrent, mais le but n'est pas de chercher à savoir qui souffre le plus au monde, mais de comprendre. Beaucoup de gens ne comprennent pas celà.
La confrontation entre pédophile et victimes pourrait être une bonne chose, je suis d'accord, mais attention aux règlements de compte, ça pourrait dégénérer très vite. Je l'ai souvent vu. Notamment lorsque le pédophile assume sa pédophilie, les gens et surtout les victimes ne comprennent pas celà. C'est pourquoi il vaut mieux que des thérapeutes soient là en effet, pour calmer les éventuelles conflits.
Le Canada est en effet plus avancé qu'en France qui malheureusement empire au niveau de l'hystérie collective et l'Angleterre qui dérape complètement et bascule de plus en plus dans la folie, commence à déteindre sur la France. D'autres pays tels que l'Allemagne commence à dégénérer aussi alors que c'était l'un des pays de l'Europe de l'Ouest les plus ouverts en ce qui concerne la pédophilie et les problèmatiques.

CONCLUSION

Un bon documentaire qui humanise les pédophiles et pédosexuels, mais qui est trop généraliste, car les cas évoqués sont trop similaires et dénotent un parti pris visant clairement à sensibiliser les gens (pédophiles compris) sur les dangers qu'ils représentent. Et le portrait du pédophile décrit en conclusion à la fin en est partiellement faux, voir complètement faux car basé sur l'immaturité sexuelle et la pédophilie en conséquences à des trauma, ce qui ne représente même pas ce que moi, je qualifie de vrais pédophiles.
Mais l'ensemble bien que restreint, se montre sincère et pour la plupart des gens, ce documentaire montre des aspects de la pédophilie du côté des pédophiles, ce qui est rare et donc pourrait se révéler très instructif pour bon nombre de gens. Mais moi, personnellement, il ne m'apprend presque rien.
Pour en savoir plus sur la pédophilie suite à un trauma, voir le topic suivant :
http://adep.etudiantforum.com/t18-d1-cas-soignables-pedosexualite-suite-a-un-trauma
Et ceux-ci pour les pédophiles immatures :
http://adep.etudiantforum.com/t12-c1-la-sexualite-bloquee-ou-faux-pedophile-quest-ce-que-cest
http://adep.etudiantforum.com/t14-c3-la-sexualite-bloquee-difference-entre-vraie-et-fausse-pedophilie

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum