ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

B.4 La pédophilie est-elle naturelle? - Les parents castrateurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1) QU'EST-CE QU'UN PARENT CASTRATEUR?

Un parent castrateur, comme son nom l'indique, est un parent qui castre moralement son enfant. Très souvent, les parents castrateurs agissent ainsi vis à vis de leurs enfants du sexe opposé.
Les pères castrateurs, castrent donc souvent moralement leurs filles, tandis que les mères castratrices, castrent moralement la plupart du temps leurs fils.

Par castrer, il s'agit en fait d'empêcher l'enfant de grandir et de devenir pubère. En effet castrer, c'est retirer les glandes reproductrices, qui permettent la reproduction mais aussi à l'enfant de muer et d'atteindre sa puberté.
Les parents castrateurs semblent avoir le fantasme de retirer les glandes reproductrices de leurs enfants afin qu'ils ne deviennent pas adolescents, qu'ils ne muent pas, qu'ils restent enfants et surtout qu'ils ne fréquentent pas le sexe opposé et ne développent pas un intérêt pour la sexualité.

En effet, les parents castrateurs détestent surtout, quand leurs enfants ont des relations amoureuses. Par castrer, on entend donc, principalement l'interdiction de synthétiser les hormones permettant les élans amoureux et sexuels, dont les glandes reproductrices sont aussi responsables.

En bref, les parents castrateurs empêchent voir interdisent à leurs enfants de grandir physiquement et surtout moralement.

2)POURQUOI AGISSENT-ILS AINSI?

Les parents castrateurs ne supportent pas que leurs enfants grandissent et deviennent des adolescents puis des adultes. Ils aiment les maintenir à un stade infantile, parfois même ils les infantilisent.

Il s'agit parfois visiblement de possession vis à vis de leurs enfants. Ils ne veulent pas partager leurs enfants avec qui que ce soit.
Certains vont en effet même jusqu'à interdire leurs enfants d'avoir des amis. Ils estiment que leurs enfants leur appartiennent et quand les enfants grandissent, ils deviennent plus autonomes, cherchent leur indépendance et donc deviennent distants vis à vis de leurs parents. Ce que les parents possessifs voir castrateurs n'arrivent souvent pas à accepter.

Les parents castrateurs ne veulent pas que leurs enfants fréquentent le sexe opposé. Très probablement à nouveau parce qu'il s'agit d'un problème de partage, voir de jalousie et donc à nouveau de possession.
En effet, par exemple, un père peut ne pas accepter que sa fille se fasse embrasser et être prise dans les bras d'un garçon. Ces privilèges qui autrefois furent réservés au père qui était en quelque sorte le seul homme de la vie de sa fille et le seul avec laquelle sa fille avait des relations physiques. Ce genre de relations physiques, supposés affectives, entre le père et la fille, s'évanouit au fil de la maturation de l'enfant qui devient petit à petit adulte et qui en grandissant recherchera des relations physiques ailleurs que chez ses parents. Il s'agit donc encore une fois d'un père qui voit sa fille lui échapper, puis le quitter pour quelqu'un d'autre avec lequel elle préfère passer plus de temps qu'avec lui. Ce qui annonce au père que sa fille va sans doute vouloir partir de chez lui et préférer vivre avec le garçon plutôt que de rester chez lui.
Certains parents castrateurs y voient parfois une offense et aussi un rival chez l'ami de sexe opposé de leurs enfants.

Les parents sont aussi fréquemment obsédés par la virginité de leurs enfants. Notamment les père vis à vis de leurs filles. D'un côté cela se comprend, car ils ont peur en fait que leurs filles acceptent d'avoir des relations sexuelles trop tôt alors qu'elles ne sont pas prêtes à en avoir. Ils ont donc parfois peur que leurs filles tombent sur un garçon qui va les influencer et les pousser à avoir des rapports sexuels alors qu'elles n'en ont pas vraiment envie et ne se sentent pas encore prêtes. Ce qui a plus de chances d'arriver à des filles faibles et influençables (ça parait sexiste, mais il n'y a rien de péjoratif) qu'aux garçons plus forts et plus solides de caractère.
Néanmoins de nombreux parents castrateurs sont plus obsédés par la virginité de leurs filles, à nouveau par peur de perdre leurs enfants. En effet comme expliqué plus haut, il y a parfois un rapport de possession entre le parent castrateur et son enfant.
Le rapport sexuel de l'enfant, affirme et confirme que le parent n'est plus vraiment maître de son enfant. Et aussi comme dit plus haut, le rapport sexuel fait entre-autres, que l'enfant est touché, embrassé, caressé par le partenaire sexuel. Le parent castrateur peut y voir là, un affront vis à vis du fait qu'il était le seul avant à pouvoir le faire et qu'il considère que lui seul en a le droit.

Il arrive aussi souvent que des mère par exemple (pour changer un peu) disent à leurs fils, "c'est toi, l'homme de ma vie". D'un côté, c'est fait pour rappeler à l'enfant qu'il passe avant tout aux yeux de ses parents. Mais il y a parfois dans ces paroles, le reflet d'un rapport privilégié entre le parent et l'enfant de sexe opposé. Un rapport auquel le parent tient beaucoup et n'apprécie pas les obstacles qui s'interposent comme un ami et surtout une petite amie, où la mère ne se verra alors peut-être plus comme la femme la plus importante dans la vie de son fils.
Les "je t'aime" entre parent et enfant se font aussi plus rares quand ce dernier grandit et qui réserve désormais fréquemment les "je t'aime" à son petit ou sa petite amie.

Bien que la plupart des parents soient castrateurs surtout vis à vis de leurs enfants de sexe opposé aux leurs. Il y a tout de même des parents qui sont castrateurs envers leurs enfants du même sexe. Cette fois-ci, on pourrait mettre en cause un processus d' identification combiné à un traumatisme. Par exemple une mère qui dans sa jeunesse a fréquenté des garçons qui ne l'ont pas respectée et qui l'ont par leurs comportements irrespectueux bouleversée. La mère peut s'imaginer que les garçons sont souvent irrespectueux et qu'il va alors arriver la même chose à sa fille. Elle va donc vouloire l'empêcher de grandir. Car en grandissant, elle va vouloir fréquenter des garçons qui pourraient de son point de vue, lui faire la même chose. Ou encore il y a des mères qui ont été élevées dans un cadre stricte et sexiste. Comme une famille où les femmes et les filles n'avaient pas le droit à la parole, n'étaient bonnes qu'à faire la cuisine et le ménage et n'avaient pas le droit de sortir avec des garçons. Toujours par identification mais aussi par désir de vouloir normaliser les choses qu'elles ont vécu, ces filles peuvent devenir des mères castratrices vis à vis de leurs filles. En partant du principe que puisqu'elle ont été élevées ainsi et qu'elles ont grandies en se disant qu'il était normale que les filles soient traîées, elles peuvent alors reproduire le même schéma vis à vis de leurs filles.

Parfois, les parents castrateurs semblent vouloir maintenir l'enfant au stade enfant. Certaines mères n'aiment pas par exemple quand leurs fils veulent apprendre à se raser, signe que l'enfant ne va bientôt plus être un enfant, voir ne veut plus être un enfant, alors que les parents castrateurs eux le veulent. Ils veulent que leurs enfants restent enfants et continuent de se comporter comme tels.
En effet, des parents castrateurs aiment partager avec leurs enfants des jeux d'enfants et sont parfois tristes quand ils découvrent que leurs enfants en grandissant se désintéressent des activités qu'ils pratiquaient en étant enfants, pour pratiquer des activités d'adultes. Celà peut-être dû aussi au fait d'avoir besoin de se sentir utiles. En effet, les parents se sentent moins utiles quand les enfants devenus plus grands n'ont plus besoin d'être câlinés, qu'on leurs apprennent certaines bases, qu'on les aides à faire certains gestes etc...

3)LE FILM "MON FILS A MOI"

Mon fils à moi est un film français avec Nathalie Baye. Cette dernière y joue le rôle d'une mère castratrice vis à vis de Julien, son jeune fils de 12ans.

La mère aime en effet jouer avec lui au foot, aller à la piscine avec lui, faire des jeux, danser avec lui. Mais son fils entre dans l'adolescence et commence à s'intéresser aux filles. Il préfère également jouer au foot avec ses copains que de passer du temps avec sa mère.

En témoigne la scène, où la mère demande à son fils ce qu'il préfère entre faire du foot avec ses copains ou aller à la piscine avec elle. Elle lui force la main pour mentir à son coach afin qu'il ait une bonne excuse pour aller avec elle et ne pas venir aux entrainements. Julien accepte à contre-coeur, appréhendant la réaction de sa mère si il refusait. On a donc le cas d'une mère refusant que son fils lui échappe et qui le maintient dans l'enfance avec des activités plutôt propres aux enfants et qui oblige son enfant à rester son petit garçon à elle et qu'elle refuse de partager et refuse de le voir s'éloigner d'elle.

La mère interdit également à son fils d'avoir de l'intimité. Comme en témoigne la scène où elle entre sans frapper dans la chambre de son fils alors qu'il est nu. Ce dernier cache son pénis. La mère se fâche exigeant que son fils ne lui cache rien.
Il s'agit donc d'une mère possessive qui maintient l'enfant au stade inférieur et lui interdit tous secrets surement afin de sentir qu'elle est tout pour son fils au point que celui-ci ne lui cache rien
Elle dit également à son fils, "je l'ai vu plusieurs fois ton robinet", en disant ça, elle maintient son fils au stade du petit enfant.

Quand la mère découvre également que son fils se rase, elle le prend très mal. Elle se met à lui parler sèchement comme si elle lui en voulait de grandir.
Visiblement en se rasant, le fils semble briser le fantasme de sa mère de le maintenir au stade enfant.

Elle interdit également à son fils de fréquenter des filles. De ce fait, elle se montre de plus en plus haineuse envers lui. Elle lui interdit de sortir et quand Julien se rend à l'anniversaire de sa copine en cachette, sa mère le découvre et se met à le battre violemment en répétant, "pourquoi tu me fais ça?!". Ce qui signifie que fréquenter des filles est pour elle une offense de la part de son fils.
La mère considère visiblement que son fils la trahit en cherchant quelqu'un pour la remplacer, considérant alors qu'elle est la seule femme dans la vie de son fils. Quand elle donne des giffles à son fils en lui disant "pourquoi tu me fais ça", on croirait alors presque voir une femme en colère contre son mari parce qu'il l'a trompée.
C'est en effet fréquemment observable chez les parents castrateurs. Il arrive que ces derniers considèrent et traitent leur enfant de sexe opposé comme un ou une petite fiancée au lieu d'un enfant.
Ce qui relève de l'inceste et dans ces cas là, ne serait-ce pas en quelque sorte une certaine forme de pédophilie?

4)SERAIT-CE UNE FORME DE PEDOPHILIE?

Les parents castrateurs ne seraient-ils parfois pas en quelque sorte des pédophiles? Des pédophiles un peu différents, qui expriment leurs pédophilies de façon différentes en interdisant à leurs enfants de grandir, mais des pédophiles quand même?

Si on refait le point rapidement sur les critères d'attraction des pédophiles. Voir le sujet H.4.2,
http://adep.etudiantforum.com/t55-h42-points-de-vu-des-gens-points-de-vu-des-pedophiles-leurs-criteres-d-attraction
nous pouvons voir plusieurs analogies entre les pédophiles et certains parents castrateurs.

-Le manque d'expérience et de connaissance. Les enfants en effet, ont moins de connaissances et d'expérience que les adultes. Certains parents castrateurs y voient le soulagement que l'enfant a encore besoin d'eux pour combler ce manque d'expérience et de connaissance.
Et dit manque d'expérience, dit aussi aucune expérience sexuelle, grâce à quoi le parent castrateur sera soulagé de savoir que son enfant reste encore sa propriété et que personne ne le touche à part lui.

-L'idéalisation de l'enfance et le partage est aussi un point commun entre certains pédophiles et certains parents castrateurs. Des parents castrateurs en effet idéalise l'enfance tant que leurs enfants restent des enfants insouciants et innocents.
Il n'est pas très rare que des parents disent vis à vis de leurs enfants, notamment de leurs filles adolescentes, "elle ne nous causait pas tant de problèmes quand elle était petite".
En effet les parents voient fréquemment plus de problèmes envers les enfants ados quand ils cherchent leurs indépendances, quand ils sont distants, quand ils fréquentent le sexe opposé. Beaucoup de parents y voient des problèmes et regrettent leurs enfants quand ils étaient plus jeunes.
Pourtant les enfants plus jeunes en causent aussi des problèmes. Il faut qu'ils s'intègrent à l'école, ils sont maladroits, souvent impatients, capricieux, tombent malades facilement, mais des tas de parents n'y voient pas autant de problèmes que ceux auxquels ils sont confrontés quand l'enfant est adolescent. Beaucoup de parents aiment comme certains pédophiles, quand les enfants, quand leurs enfants découvrent et s'émerveillent devant l'imaginaire par exemple.
Et surtout pendant l'enfance, l'enfant est plus câlin, plus affectueux et se rapproche fréquemment du parent du sexe opposé, d'une part à cause d'un complexe d'Oedipe. Ce qui permet au parent castrateur de se dire que son enfant est le sien et certains considèrent alors que le lien qui les unit est indestructible. Jusqu'au jour où l'enfant s'affirme et brise lui même, petit à petit le lien.

Certains pédophiles, par exemple comme un boylover (pédophile assumé aimant les jeunes garçons), peut lui non plus, ne pas trop apprécier quand le garçon qu'il aime se rapproche des filles. Parce que les filles pourront lui apporter quelque chose que le pédophile ne pourra pas lui apporter et c'est le signe aussi que le garçon grandit et devient adolescent puis adulte. En bref, l'enfant se désinfantilise. Ce qui ne plait souvent pas au pédophile qui est sexuellement et sentimentalement attiré par l'enfance.

Tandis que le pédophile sera moins gêné par le fait que le garçon fréquente des garçons. Car il s'agit de présence masculine et le pédophile pourra donc combler ce besoin de présence masculine.
Il y a donc une idéalisation de l'enfance selon laquelle et durant laquelle, l'enfant reste aux côtés de ses parents et partagent un maximum de choses avec eux et n'ont pas (encore) de relation amoureuse. Il n'est pas non plus très rare, qu'une mère castratrice dénie son fils quand celui-ci affirme avoir une petite amie, genre, à 8ans.

-L'absence de puberté compte aussi beaucoup pour les pédophiles. Les vrais pédophiles aiment surtout les enfants impubères.
Pour des raisons similaires, les parents castrateurs et les pédophiles ont parfois en commun d'apprécier le manque de puberté chez les enfants. Les parents castrateurs n'ont alors pas le souci des rapports sexuels et des relations amoureuses quand leurs enfants sont encore impubères et que leurs hormones sexuelles sont encore plus ou moins en sommeil.
Les parents castrateurs apprécient d'autant plus que leurs enfants soient peu pubères, car cela leur permet plus facilement de les considérer comme des enfants attendrissants, innocents et qui ont encore besoin de leurs parents et qui appartiennent à leurs parents.
Contrairement à l'adolescent qui annonce qu'il n'appartiendra bientôt plus à ses parents, voir parfois dénie ses parents.
Il paraît donc difficile d'établir si les parents castrateurs sont plutôt possessifs ou plutôt en quelque sorte pédophiles, ou les deux. Peut-être parfois l'un, parfois l'autre. Mais il est en tous cas fort possible que des parents castrateurs soient en quelque sorte des pédophiles et qui ont une pédophilie qui s'expriment d'une façon un peu différente que les pédophiles classiques qui souvent ne sont pas attirés par leurs propres enfants.
Le cas du film "mon fils à moi" ci-dessus, ne représenterait-il pas une sorte de pédophilie où la mère considère son enfant comme un petit fiancé. Un petit fiancé qui disparaît en grandissant. Qui en grandissant devient trop grand, moralement et physiquement, pour continuer à interpréter le rôle du petit fiancé que la maman voudrait lui faire jouer. Ce envers quoi, la mère castratrice peut éprouver de la colère, voir de la haine pour son fils devenu adolescent, parce qu'il lui a pris son petit fiancé, il l'a fait disparaître.
Cela doit être l'une des raisons principales qui fait que les parents castrateurs agissent ainsi principalement envers leurs enfants de sexe opposé.

Si les parents castrateurs aiment maintenir leurs enfants dans l'état d'enfance et semblent ne pas vouloir qu'ils grandissent, c'est aussi probablement parce qu'ils les aiment pour des critères un peu similaires aux critères d'attraction de certains pédophiles.

Je rajoute aussi que le lien fort qui unit le parent à son enfant, se brise petit à petit et très progressivement dans la majorité des cas. Cela permet à la fois au parent de voir son enfant grandir et devenir indépendant de manière très progressive et cela aide et prépare le parent comme l'enfant à ce que chacun devienne indépendant l'un de l'autre. Le parent se prépare à voir son enfant voler de ses propres ailes et ne plus dépendre de ses parents. Tandis que l'enfant apprend petit à petit à se séparer de ses parents, à ne plus considérer ses parents comme seules références, seuls exemples, seuls modèles d'identification etc... Bref, l'enfant apprend petit à petit à voler de ses propres ailes et ne plus dépendre de ses parents.
Mais dans le cas de certains parents castrateurs, ces derniers peuvent empêcher le lien de se briser. Métaphoriquement parlant, ces parents empêchent le cordon ombilicale d'être coupé et le maintiennent le plus longtemps possible. Le problème d'une part, c'est qu'un enfant trop dépendant de ses parents n'apprend pas à devenir indépendant de ces derniers et il risque de développer plus tard des angoisses et des comportements dysfonctionnels. Tels que l'angoisse de séparation qui dure longtemps alors que l'enfant a largement passé l'âge d'avoir ce genre d'angoisse, un complexe d'oedipe qui dure trop longtemps et qui s'est mal résorbé, l'enfant qui a encore besoin d'une tétine alors qu'il a passé l'âge, une impossibilité de prendre des décisions, des difficultés à s'intégrer, un comportement immature, conflits interne d'une part entre l'enfant qui est maintenu au stade petit enfant, alors que d'un autre côté, il veut grandir et on l'en empêche, etc.... En plus par la suite, l'enfant finira par couper de lui même le cordon ombilicale et ce sera bien plus brusque et compliqué à gérer pour le parent, si ce dernier ne s'y est pas préparé et s'est trop habitué à un rapport trop proche et trop fusionnel avec son enfant empêchant ce dernier de devenir indépendant.
La réaction du parent risque alors d'être plus stricte, voire agressive voire même haineuse, si il voit son enfant passer d'un extrême à l'autre, à savoir un état fusionnel avec sa mère, pour devenir soudainement distant vis à vis d'elle par exemple.
Alors qu'une éducation saine et épanouissante pour l'enfant (et pour le parent aussi d'ailleurs), consisterait à ce que le rapport fusionnel (par lequel les enfants passent normalement toujours étant bébés jusqu'à 3ans) s'évanouisse petit à petit à mesure que l'enfant grandisse jusqu'à en arriver à une indépendance quasi-totale vis à vis de ses parents.

La pédophilie ne serait-elle pas alors plus naturelle qu'elle en a l'air, si elle s'exprime de cette façon vis à vis de certains parents? Cette pédophilie ne s'exprime pas de la même façon que la majorité des pédophiles classiques que l'on connait, mais les analogies donnent quand même matière à s'interroger et y voir une sorte d'attraction naturelle voir de fantasme vis à vis de l'enfant impubère.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum