ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

K.2- Lois et applications - Cas d'un adolescent pédosexuel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Topic consacré à un cas de pédosexualité intéressant.

Une fois, un garçon de 14ans a violé plusieurs enfants d'une dizaine d'années. On l'a arrêté et on a voulu le condamner comme un adulte. Mais les interrogatoires et les analyses psychiatriques ont démontré qu'il fallait s'y prendre autrement. Ce garçon a déclaré qu'il n'a fait que reproduire ce qu'il a vu dans les films pornos et qu'il voulait qu'on le respecte, car il en avait marre d'être le souffre-douleur de ses camarades.

Il s'agit donc de deux influences extérieurs qui l'ont conduit à mal se comporter et surtout les films pornographiques ont déformés sa vision des choses et notamment du sexe et du rapport envers les autres. En effet les films porno sont souvent des mises en images de fantasmes (un fantasme ne tient pas compte de la réalité) et des rapports déformés entre les partenaires, notamment des rapports de domination. Il a clairement dit qu'il ne savait pas qu'il faisait quelque chose de mal, car dans les films X, les partenaires disent non aussi.

Il faut bien avouer tout de même qu'il aurait pu se poser la question de savoir si ce qu'il faisait était normal surtout que ses victimes lui disaient non. Ce que ce garçon a fait, c'est en partie de sa faute, mais il faut reconnaître que ses camarades (ceux qui l'ont tyranisé pas ceux qu'il a abusés), la société trop sexualisée (influençable donc) et la vision du sexe qu'elle apporte a aussi sa part de responsabilités.

Ce garçon qui a vu sa vision des choses se déformer, n'a pas été envoyé en prison. Mais certains extrémistes le demandaient, sans se soucier de savoir si c’était la bonne décision ou pas. En effet pour certains, cet adolescent devait être emprisonné comme un adulte. Certains disent même "assez agé pour commettre un viol, donc assez agé pour aller en prison". Certains pays comme l'Angleterre en arrive à vouloir incarcérer comme des adultes, des enfants de 10ans.

Mais il a quand même été condamné à être interné dans un hôpital psychiatrique pendant un certain nombre d'années afin d'être d'une part éloigné des autres, car il représente un danger pour eux, afin qu'il comprenne que ce qu'il a fait est mal et aussi pour que l'on refasse son éducation et qu'il soit suivi cliniquement et psychiatriquement. Ce dont il a besoin. En effet, si on l'avait mis en prison, sans suivi, ni rien, il y a fort à parier qu'il récidiverait à sa sortie, car sa vision des choses n'aurait sans doute pas évoluée. Il s'agit donc d'une vraie justice, qui est de tenir compte de tout, pas seulement de ce qu'on veut en faisant l'impasse sur tout ce dont on ne veut pas tenir compte comme le font ces extrémistes qui veulent appliquer leurs propres justices sans réfléchir.

En effet, les extrémistes manipulateurs basent essentiellement leurs argumentations sur le maintient dans l'ignorance. Souvent ils poussent les autres à réflechir le moins possible. Comme dans le cas de cet adolescent violeur. Ils en ont déduit qu'il a commis des viols, il faut donc l'enfermer et ne pas chercher plus loin. En réalité, ils ne veulent pas qu'on cherche plus loin, parce qu'ils ont peur (voir ils savent) qu'on risque de trouver des circonstances particulières qui pourraient remettre en cause le jugement.

Et ce genre de choses, des ados qui ont une vision déformées du sexe, ça arrive bien plus qu'on le croit.
Il a commis ces crimes suite au visionnage de plusieurs films pornographiques, mettant en scène notamment de la domination. Il voulait aussi qu'on le respecte comme l'homme du film qu'on respecte après qu'il ait eu des rapports sexuels. Ce garçon a eu sa vision des choses, de la sexualité et des rapports envers les autres déformés par la vision d'images et de films qu'il n'était visiblement pas encore assez mature pour les interpréter correctement. On rappelle que la pornographie est interdit au moins de 18ans et que cet adolescent n'en avait que 14. Il est possible aussi qu'il se soit voilé la face, en se disant que ces rapports décrits dans ces films ne representaient pas la réalité, mais qu'il a voulu y croire et donc a fait comme si c'était la réalité parce que ça l'arrangeait. Cet adolescent a en quelque sorte plongé dans une piscine en pensant que l'eau était agréable, alors qu'il ne savait pas nager, métophoriquement parlant.

La faute aussi partiellement à une société très sexualisée, en effet, les jeunes filles collégiennes se promènent souvent dans la rue avec la poitrine et le nombril à moitié à l'air. De nombreux films, même tous publics contiennent des scènes quelque peu érotiques, l'accès aux sites pornographiques est tout à fait possible aux mineurs, malgré les avertissements, cela n'empêchent pas les mineurs de tricher. Les agressions sexuels sur mineurs ont doublées ces dix dernières années, alors que ça devrait être le contraire avec les progrès technologiques et psychologiques permettant d'arrêter plus facilement les délinquants sexuels et déceler voir traiter les individus potentiellement dangereux et dissuader certains de commettre des crimes sexuels.

Pour en revenir à l'adolescent, on a estimé qu'il n'était pas vraiment responsable de ses actes et que sa vision des choses et sa perception de l'autre a été déformée. Par ailleurs, le fait qu'il ne soit encore qu'un jeune ado, on a estimé qu'il était encore récupérable. Il a été condamné à être interné pour plusieurs années dans un hôpital psychiatrique dans lequel des médecins se chargeront de le ré-éduquer et changer ses comportements disfonctionnels afin de les remplacer par des comportements qui feront qu'il sera plus apte à vivre en société sans manquer de respect aux autres et à mieux s'intégrer.

Certains considèrent que le fait qu'il ait regardé du porno était irrecevable au tribunal, parce que d'autres regardent du porno sans en venir au viol. Seulement, ils oublient que, comme je le dis souvent, tout le monde n'est pas pareil. Certaines personnes sont plus influençables que d'autres. Certains sont plus réceptifs à un type de réaction face à une situation que d'autres. Sans compter la fréquence de visionnage. Quand on regarde sans arrêt des films d'horreur par exemple, on s'adapte de plus en plus aux images gores, souvent choquantes les premières fois, mais beaucoup moins les fois suivantes. Un ado qui regarde très (trop) régulièrement de la pornographie l'intègre de plus en plus à son "moi" (conscience et connaissance de soi) et donc il s'adaptera à l'atmosphère sexualisée dans laquelle il est plongée et dans laquelle il évolue, structure son point de vue et se développe. Un peu aussi comme certaines victimes de maltraitance sexuelle, qui reproduisent les crimes sexuels sur d'autres, par adaptation et intégration de l'atmosphère sexuelle et aux rapports déformées avec autrui à leurs personnalités et façons d'interagir avec leur entourage. Sans compter que tout le monde n'a pas le même vécu, ni les mêmes points de vue, ni le même degré d'expérience et de maturité. Et si la pornographie est interdite au moins de 18ans, ce n'est pas pour rien. La pornographie montre une image de la sexualité et des rapports entre les partenaires souvent basée sur des fantasmes, de la domination, voir parfois du sado-masochisme. Et si on montre ça à un ado de 14ans, qui est influençable, qui n'a pas les connaissances et l'expérience nécessaire pour interpréter ce qui est la réalité et non fantasmatique, il risque de perdre ses repères et donc ne plus agir en tenant compte de la réalité. Et c'est exactement son cas à lui.

Les extrémistes rajoutent aussi, que les experts judiciaires se sont laissés manipulés et sont rentrés dans son jeu de mensonges.
Non, il y a peu de chances. Les experts judiciaires, si ils ont bien fait leur travail, ne sont pas rentré dans son jeu et ses mensonges. Ils l'ont interrogé, fait passé des examens, écouté lui et son entourage afin de vérifier justement si il mentait ou pas quand il disait qu'il ne pensait pas faire quelque chose de mal. Il existe de nombreuses techniques pour détecter les mensonges et la sincérité des gens, la posture, les expressions faciales, la gestuelle et bien d'autres encore. Et les expertises judiciaires sont faits justement pour détecter si la personne est apte ou pas à comprendre certaines choses ainsi que voir si ce qu'il dit est vrai et sincère ou hypocrite et mensonger suivant aussi la teneur, la pertinence et les incohérences de ses propos. Et cela permet de faire la différence entre une personne désorientée et une personne qui prétexte la pornographie pour justifier ce qu'il a fait alors qu'il savait très bien qu'il faisait quelque chose de mal et il y en a, c'est indéniable, mais les expertises judiciaires sont faites pour les repérer justement.

La justice n'est pas de punir n'importe comment, mais de façon appropriée et juste au mieux pour tout le monde. Certes cet ado a détruit des vies, mais détruire la sienne en le considérant comme un psychopathe alors qu'au fond, il n'en est pas un et n'a pas voulu et ne se rendait pas compte, est-ce que cela va changer le mal qu'il a fait à ses victimes? Si une personne a fait du mal et qu'il regrette sincèrement ce mal et qu'il y a des circonstances atténuantes comme le fait que sa vision des choses a été déformées par une image de la sexualité qu'il n'était visiblement pas encore apte à interpréter correctement, il me parait hors de question de le punir de la même façon qu'un violeur sans scrupule qui savait pertinemment le mal qu'il faisait et qui n'en éprouve aucun remord.
Vous pouvez aussi vous reporter au sujet sur le pardon où il est expliqué que la possibilité de pardonner à son abuseur voir son violeur peut varier suivant différents facteurs :
http://adep.etudiantforum.com/t86p15-h12-points-de-vue-des-gens-points-de-vue-des-victimes-peut-on-pardonner#258
C'est pourquoi interner cet ado dans un hôpital psychiatrique, avec un suivi est la meilleure chose à faire pour tout le monde, sauf les extrémistes qui crient vengeance et mépris. Autre chose aussi, c'est que le fait que cet adolescent, qui en plus était plutôt frêle, a été rejeté par ses camarades, il était leur souffre-douleur. Ce qui a pu entraîner une isolation de cet ado, qui s'est rabattu donc sur la pornographie et son manque de relations sociales a pu l'empêcher de bien intégrer les notions de respect et autres qui aurait pu lui apprendre à mieux vivre en société, d'où peut-être en partie sa vision déformée vis à vis d'autrui.

L'interner dans un hopital, d'une part cela l'éloignera de tous les autres afin qu'il ne leur fasse plus de mal et si ses crimes ont été conditionnés par une désorientation, cela veut dire qu'il est possible de le rectifier et réorienter de façon à ce qu'il ne recommence plus, contrairement à un violeur qui lui a fait les choses pertinemment, lui il est inutile de le soigner, de le réorienter, puisque il sait déjà faire la différence entre la réalité et les fantasmes et entre le bien et le mal. Et quand je dis le bien et le mal, c'est aussi faire du bien ou faire du mal aux autres. D'autant plus que c'est un adolescent de 14ans. A cet âge là, on est encore en période de structuration, il est donc encore possible de modifier sa structuration en poursuivant son développement de façon différente et plus appropriée pour mieux apprendre vivre en société.
D'où aussi le fait qu'il est absurde de vouloir emprisonner les enfants de 10ans comme des adultes. "Assez âgé pour violer, assez âgé pour aller en prison" que disent les extrêmistes. Dans ce cas, "assez âgés pour fumer, aller en boîte, avoir des rapports sexuels, conduire, quitter l'école..." Les enfants, soit on les traite comme des enfants, soit comme des adultes, ce n'est pas l'un quand on a en envie et l'exacte contraire quand on en a envie aussi.

A débattre...

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Sujet très intéressant !
Cependant ; à moins d'avoir loupé certaines parties de votre message que j'ai pourtant lu entièrement, il y a une chose sur laquelle j'aurais personnellement insisté: Les experts judiciaires et psychiatres qui ont vu cet adolescent se sont-il penchés sur son environnement familial ?
Vous précisez déjà que ce jeune était rejeté par ses camarades d'école ; que donc, comme beaucoup d'autres jeunes ; il était clairement victime d'exclusion sociale.
Lorsque l'on est victime de cette exclusion sociale, on a généralement tendance à s'enfermer dans son propre monde ; et c'est ce que j'ai fait en tant qu'enfant, ainsi que tous mes amis qui ont souffert d'exclusion sociale à l'école.
Mais ce dont les gens ne se rendent généralement pas compte, c'est de la gravité des conséquences que peuvent entrainer cette exclusion.
En ce qui me concerne, j'ai subit une vraie exclusion sociale à l'école, et les conséquences psychologiques ont été réellement nocives pour moi.
C'est d'ailleurs à cause de ces exclusions qu'arrivent des évènement comme la tuerie de Columbine.
Mais est-ce que l'on sait également comment il vivait familialement, comment les étaient les relations avec ses parents ?
Car je trouve que la pornographie est aujourd'hui diabolisée de manière excessive : A l'age de 13 ans, je regardais des films érotiques sur Canalsat dans ma chambre et je ne suis pas devenu un violeur ou un abuseur pour autant ; tout comme je joue aux jeux vidéos depuis des années et je ne suis pas devenu un tueur pour autant...

Heureusement, c'est une bonne chose qu'il ne soit pas allé en prison.
Effectivement, le système a souvent tendance à réprimer à tort et à travers au lieu de traiter de manière appropriée.
Le souci est de savoir ce qu'il va devenir plus tard: Il va se rendre compte que ce qu'il a fait est tout de même très grave, et cela va l'empêcher d'avoir une vie normale.

Voir le profil de l'utilisateur
il y a une chose sur laquelle j'aurais personnellement insisté: Les experts judiciaires et psychiatres qui ont vu cet adolescent se sont-il penchés sur son environnement familial ?

Il n'y avait rien de particulièrement mauvais dans sa famille. Quoi que quand même des facteurs un peu aggravant son isolation. Son père ne s'occupait pas beaucoup de lui, car il travaillait beaucoup et sa mère était morte. Il avait un petit frère, à qui il n'a jamais fait de mal. Mais l'absence de son père, la mort de sa mère et son exclusion sociales sont effectivement des raisons supplémentaires à son hypersexualisation selon moi. Il n'avait personne pour s'occuper de lui et pas d'amis avec qui se changer les idées. Il est clair que c'est comme ça qu'il s'est mis à surinvestir sa sexualité et à s'évader dans un monde fantasmatique.

Vous précisez déjà que ce jeune était rejeté par ses camarades d'école ; que donc, comme beaucoup d'autres jeunes ; il était clairement victime d'exclusion sociale.
Lorsque l'on est victime de cette exclusion sociale, on a généralement tendance à s'enfermer dans son propre monde ; et c'est ce que j'ai fait en tant qu'enfant, ainsi que tous mes amis qui ont souffert d'exclusion sociale à l'école.
Mais ce dont les gens ne se rendent généralement pas compte, c'est de la gravité des conséquences que peuvent entrainer cette exclusion.

Oui, je suis tout à fait d'accord. Et l'exclusion sociale empêche même l'individu, surtout encore en phase de maturation d'avoir une intelligence normale. Car c'est en partie aux contacts des autres que l'on structure son intelligence. Sans rapports sociaux, le développement cognitif ne se fait souvent pas comme il faut. Ce qui pourrait aussi expliquer dans le cas de cet ado, son caractère influençable.

En ce qui me concerne, j'ai subit une vraie exclusion sociale à l'école, et les conséquences psychologiques ont été réellement nocives pour moi.
C'est d'ailleurs à cause de ces exclusions qu'arrivent des évènement comme la tuerie de Columbine.
Mais est-ce que l'on sait également comment il vivait familialement, comment les étaient les relations avec ses parents ?
Car je trouve que la pornographie est aujourd'hui diabolisée de manière excessive : A l'age de 13 ans, je regardais des films érotiques sur Canalsat dans ma chambre et je ne suis pas devenu un violeur ou un abuseur pour autant ; tout comme je joue aux jeux vidéos depuis des années et je ne suis pas devenu un tueur pour autant...


Vous avez quand même réagi à votre manière et vous êtes quand même enfermé dans votre monde comme vous venez de le dire, après tout le monde ne le fait pas de la même façon. Et beaucoup de facteurs entrent en compte. Le caractère influençable. Les enfants sont naturellement naifs, mais il y en a qui gardent les pieds sur terre de manières impressionnantes. J'ai connu un enfant d'une dizaine d'années qui a grandi dans une famille très religieuse. On avait beau lui faire aller à la messe, au catéchisme etc... l'enfant ne se laissait pas du tout influencer et rejetait avec virulence l'enseignement religieux. Après il y a aussi la fréquence où l'enfant s'éloigne de la réalité. Prenons par exemple, un enfant souvent malade qui a tendance du coup à manquer l'école, moins il se socialise à l'école et plus il a des chances de s'évader dans l'imaginaire et va avoir du mal à distinguer le vrai du faux. Il y a encore aussi le besoin de l'enfant de s'évader dans l'imaginaire. Un enfant qui n'aime pas le monde dans lequel il évolue et ne s'y sent pas bien. Il va alors s'évader dans un monde qui lui correspond mieux et plus il va en ressentir le besoin (qui peut augmenter à force de le faire) plus il va chercher à briser le mur qui sépare l'imaginaire et la réalité. Après aussi les films érotiques sont moins fantasmatiques que les films porno où là ça va fréquemment dans les plus gros fantasmes, il y a souvent de le domination voir de la sauvagerie.

Heureusement, c'est une bonne chose qu'il ne soit pas allé en prison.
Effectivement, le système a souvent tendance à réprimer à tort et à travers au lieu de traiter de manière appropriée.
Le souci est de savoir ce qu'il va devenir plus tard: Il va se rendre compte que ce qu'il a fait est tout de même très grave, et cela va l'empêcher d'avoir une vie normale.

Vous savez quand un enfant fait une bêtise, le mieux à faire c'est de le punir en lui faisant comprendre pourquoi ce qu'il a fait est mal et qu'il ne doit pas sortir du cadre qu'on lui donne. Il faut le punir en lui faisant réparer le mal qu'il a fait ou/et lui faire reflechir sur ce qu'il a fait. Une fois la sanction passée, le mieux est de faire comprendre à l'enfant, par une invitation, un geste affectif ou autres, qu'il est à nouveau accepté dans la société (parmi les autres) et que la punition n'avait pas pour but de se venger mais de le réhabilliter à la société. Selon moi, c'est ce qu'il faut faire avec les gens qui sortent de prison, notamment si ils ont été suivis et qu'ils ont démontré qu'ils avaient compris leurs erreurs.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum