ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

J.2 -Les témoignages - Dr Roland Coutenceau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Comme pour le topic précédent, je poste d'abord le témoignage. Je commenterai plus tard.

Dr Roland Coutanceau
Psychiatre, psychanalyste
Ancien consultant au centre national d'observation de Fresnes La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine)


Le docteur Coutanceau est directeur du centre médico-psychologique pour adultes de la Garenne-Colombes. Il est responsable d'une consultation spécialisée de prise en charge de victimes et aussi d'auteurs de violences familiales et sexuelles. Il enseigne en psychiatrie et en psychologie légale. Psychanalyste et psychiatre, il est aussi expert auprès de la cours de cassation. Il pratique des thérapies individuelles, des thérapies de groupe, des entretiens de couples. Les thérapies sont parfois accompagnées de médicaments anti-hormone mâle.

Pouvez-vous dresser un profil sociologique du pédophile ?

La caractéristique des pédophiles, c'est justement qu'ils n'en ont pas vraiment. Ils représentent un échantillon très représentatif de la société. Il y a des représentants de tous les plans intellectuels : des personnes très intelligentes comme des débiles ; il y a tous les niveaux. Toutes les catégories socioprofessionnelles sont représentées.
On remarque néanmoins deux particularités : On trouve plus de pédophiles dans certaines professions : ils aiment les enfants et veulent donc se rapprocher d'eux. On trouve donc pas mal de médecins, de juristes, d'éducateurs, d'instituteurs, de moniteurs ... Les pédophiles sont le plus souvent célibataires. Il n'y a pas de chiffre mais il s'agit d'une grande majorité. Sur les préférences entre les petites filles ou les petits garçons, il y a des travaux contradictoires. On imagine qu'il y a peu plus de pédophiles qui sont exclusivement intéressés par les garçons. Les pédophiles qui sont attirés par les petites filles peuvent aussi être attirés par des femmes de leur âge.

Qui sont les pédophiles ?

Un pédophile est une personne qui a des attraits sexuels, au niveau des fantasmes, pour des corps pré-pubères, qu'il s'agisse de garçons ou de filles. Il faut préciser qu'être pédophile n'entraîne pas forcément le passage à l'acte. Le monde de la pédophilie est aussi varié que celui de l'hétérosexualité : il peut être caractérisé par de l'amour, de la violence, de la tendresse, de la dépendance...
Il y a différents types de pédophiles :
- Certains se contentent de regarder des films porno, des photos car ils savent que les enfants ne veulent pas d'eux. Ils ne passent pas à l'acte. On peut les qualifier d'"Abstinents". Ils ne dévient pas parce qu'ils ont une maturité, ils sont bien structurés humainement, leur personnalité est équilibrée. Ils se rendent compte que ce n'est pas bien et ils sont capables de se contrôler. Ils souffrent parce qu'ils ont des attirances sexuelles qui sont impossibles à vivre.
- Il y a ceux qui ne se retiennent pas et qui se divisent encore en trois catégories distinctes :
-Les immatures névrotiques. Ils critiquent leurs actes, ils en ont honte. Ils trouvent normal d'être interpellés par la société et d'être condamnés par la police. Ils sont conscients du mal qu'ils font. La plupart du temps, ils souhaitent continuer une thérapie au delà du traitement obligatoire.
-Les immatures égocentriques. Ils ont souvent eu une enfance marquée par des carences éducatives et par des traumatismes réels : ils ont parfois eux-mêmes été agressés. En même temps, ils ont un coté égocentrique avec une recherche d'un plaisir dans la sexualité sans s'intéresser à l'enfant. D'ailleurs, ils supposent que les enfants sont consentants ou intéressés. Il y a souvent chez eux une tendance à prêter à des enfants pré-pubères une sexualité d'adulte. Ces sujets sont rarement demandeurs de thérapie, l'obligation de soin est donc fondamentale pour ce groupe d'individus qui est le plus nombreux. On les oriente le plus souvent vers les thérapies de groupe qui leur permettent de mieux exprimer leurs émotions, de mieux reconnaître leur fantasmes, de mieux les contrôler, de mieux comprendre la réalité psychologique de l'enfant et aussi de mieux gérer leur sexualité en s'aidant les uns les autres.
-Les immatures "pervers". Ils sont particulièrement égocentriques, souvent très manipulateurs et parfois cyniques. Ils ne veulent pas tellement être aidés ; on a un sentiment d'impuissance thérapeutique. Il faut tenter de les convaincre que leur vie sera une suite d'échecs s'ils n'acceptent pas d'aide thérapeutique.

Pourquoi ces hommes choisissent-ils les enfants ?

Le plus souvent, le pédophile est plus intéressé par le monde de l'enfance parce qu'il l'idéalise. Il prend beaucoup de plaisir à être entouré d'enfants, à jouer avec eux. Il se sent souvent lui-même enfant. Avec les adultes, il est mal à l'aise parce qu'il est immature : sa croissance ne s'est pas faite. Il est inhibé et va donc vers les plus jeunes qui l'impressionnent moins. La relation avec l'adulte est mal maîtrisée, mal évaluée. Pour résumer, les pédophiles vivent non seulement une sexualité maudite et ont en plus une incapacité à vivre une relation effective avec un adulte.

Comment devient-on pédophile ?

On ne choisit pas cette sexualité, il n'y a pas d'explication réelle. La science n'explique pas pourquoi on est pédophile, comme elle n'explique pas pourquoi on est hétéro ou homo. Il y a des hypothèses mais rien n'est sûr. On peut parler de la recherche de l'innocence, l' idéalisation de l'enfance. Un discours revient souvent : les enfants sont purs et sains tandis que les adultes sont hypocrites. Une autre hypothèse aussi : dans la sexualité adulte, il faut gérer l'autre. Avec un enfant, le pédophile fait lui-même le scénario. Il est maître de la situation. La seule chose sure, c'est que le pédophile a besoin d'un petit être sans poil et à la peau lisse et douce mais on ne sait pas l'expliquer.

On dit que les pédophiles ont eux-mêmes été victimes, est-ce vrai ?

Les gens parlent de l'agresseur agressé. Il faut absolument combattre cette idée, il faut rassurer les parents de victimes ainsi que les victimes. Les gens répètent que l'abusé a toutes les chances d'abuser plus tard. C'est une hypothèse niaise et fausse.

Peut-on soigner un pédophile ?

On les soigne grâce aux obligations de soin parce que le sujet ne change pas de lui-même. On peut parler d'accompagnement, d'aide à se comprendre et à vivre sa sexualité. Mais la pédophilie n'est pas une maladie, c'est pour ça qu'on ne peut pas vraiment parler de guérison. Il faudrait appeler ça un trouble du comportement. Il faut qu'il apprenne à vivre avec ses fantasmes. A terme, soit les sujets se contentent d'une activité autoérotique en pensant à des enfants, soit il développe un désir envers des personnes adultes, soit l'un puis l'autre.

Quel lien l'agresseur entretient-il avec la victime ?

La majorité des agresseurs a une relation avec un enfant connu : un voisin, un élève, un scout... Le plus souvent, quand il y a passage à l'acte, c'est qu'il y a eu avant une manipulation. Dans de très rares cas, le sujet agresse un enfant inconnu. Certains agresseurs peuvent avoir des sentiments amoureux pour les enfants ; ils veulent les protéger, les chérir, s'occuper d'eux, les rendre heureux, prendre soin d'eux. Certains sont même exclusifs et ne sont attirés que par un enfant. Il peut y avoir de la sexualité avec un peu de tendresse et aussi de l'attirance sexuelle crue, sans prise en compte de l'enfant en tant qu'être. Il y a une caractéristique étonnante de ce type de sexualité : l'agresseur prend toujours le risque d'être dénoncé par l'enfant. Alors, il a des menaces, du chantage affectif : "tu ne veux pas qu'il m'arrive quelque chose ? ; tu n'as pas envie de me faire plaisir ? ...". Un lien de dépendance est donc créé. Les victimes et les agresseurs gardent le secret : 99 % des gens que j'ai suivi depuis 10 ans n'avaient jamais parlé avant d'être traités. Les pédophiles ont peur de la réaction à l'autre donc le fantasme et l'acte restent secret. Il y a aussi les pédophiles qui tentent de se faire aimer en achetant des cadeaux, distribuant des bonbons... Le pédophile développe ainsi un certain savoir faire parce que pour vivre cette sexualité, il doit manipuler, c'est la seule manière d'y parvenir. Les manipulations sont plus ou moins subtiles : il écoute, il dialogue, il fait parler, il trouve la faille. Le pédophile a le nez pour trouver la proie idéale.

Qu'est-ce qui détermine le passage à l'acte ?

Les passages à l'acte ne sont pas fréquents en comparaison avec la fréquence des fantasmes. Quand ça arrive, c'est le plus souvent une question de situation ; les dérapages ont lieu dans des moments de difficultés existentielles, de problèmes d'argent, de disputes... Le passage à l'acte a donc valeur de compensation excitante.

Les pédophiles sont-ils récidivistes ?

On considère que 10 à 20 % des pédophiles non traités repasseront à l'acte. Donc 80 % des agresseurs sanctionnés ne récidivent pas. La thérapie permet de consolider ceci. L'objectif du centre est de tenter, grâce à une incitation aux soins en prison et à une obligation de soin à la sortie de prison, de diminuer voir d'éviter la récidive.

Est-ce qu'un pédophile peut se soigner tout seul ?

On peut répondre sur trois niveaux :
-Théoriquement, pour un pédophile non passé à l'acte, c'est possible. Mais pour se soigner tout seul, il faut que le pédophile en question soit d'un très bon niveau culturel, qu'il ait une très bonne éducation, qu'il ait évolué dans un milieu où la morale et l'éthique avaient une place importante.
-Idéalement, le pédophile, même quand il n'est pas passé à l'acte, a besoin au moins d'une aide. On n'est pas obligé de parler d'une thérapie mais au moins d'un soutien qui soit lié à la parole.
-Le troisième niveau, c'est de se dire que finalement, le traitement sans thérapie est un leurre, que pour certains pédophiles, il n'est pas possible de s'arrêter, de s'auto-traiter. La plupart du temps, et ceci malgré des tas d'efforts, le pédophile non aidé reste dans les mêmes schémas."



Dernière édition par Dante (Admin) le Ven 22 Juil - 15:32, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
La caractéristique des pédophiles, c'est justement qu'ils n'en ont pas vraiment. Ils représentent un échantillon très représentatif de la société. Il y a des représentants de tous les plans intellectuels : des personnes très intelligentes comme des débiles ; il y a tous les niveaux. Toutes les catégories socioprofessionnelles sont représentées.
Je suis d'accord.

On remarque néanmoins deux particularités : On trouve plus de pédophiles dans certaines professions : ils aiment les enfants et veulent donc se rapprocher d'eux. On trouve donc pas mal de médecins, de juristes, d'éducateurs, d'instituteurs, de moniteurs ...
Logique en effet.

Les pédophiles sont le plus souvent célibataires. Il n'y a pas de chiffre mais il s'agit d'une grande majorité.
Ca par contre, je suis assez dubitatif. Il y en a une bonne partie c'est sûr, notamment les pédophiles exclusifs (n'étant attirés que par les enfants) et surtout les pédophiles aimant les jeunes garçons notamment. Mais de là à dire que les pédophiles sont en grande majorité célibataires, cela sous entend que la grande majorité des pédophiles sont exclusivement pédophiles, ce qui à ma connaissance n'est justement pas la grande majorité. A moins que les pédophiles non exclusifs soient du genre à rester célibataires parce qu'ils ont peur ou ne veulent pas fonder une famille pour diverses raisons liées à leur pédophilie. Mais même en tenant compte de ça, je ne crois vraiment pas que les pédophiles soient en grandes majorité célibataires. Après on peut tenir compte aussi des pédophiles qui sont hébéphiles en fait (aiment les adolescents) et non vraiment pédophiles. On associe tellement les pédophiles aux hébéphiles que la confusion se crée.

Sur les préférences entre les petites filles ou les petits garçons, il y a des travaux contradictoires. On imagine qu'il y a peu plus de pédophiles qui sont exclusivement intéressés par les garçons. Les pédophiles qui sont attirés par les petites filles peuvent aussi être attirés par des femmes de leur âge.
Attention aux mots. Effectivement il semble que la majorité des pédophiles exclusifs (pédophiles uniquement attirés par les enfants) sont surtout des pédophiles aimants les jeunes garçons. Les pédophiles attirés par les jeunes filles sont assez fréquemment (à ma connaissance) attirés aussi par les adolescentes et même les femmes, de manière préférentielle ou secondaire. Mais des pédophiles aussi attirés par les jeunes filles exclusivement il en existe aussi.
Alors moi je pense que la plupart des pédophiles qui aiment à la fois les femmes et les jeunes filles, expriment en réalité à la fois leur hétérosexualité et leur pédophilie et qu'avec les adolescentes voir les petites filles, ils exploitent à la fois leur hétérosexualité, puisque bien qu'enfants, les petites filles sont de sexe féminin et en même temps leur attraction envers les enfants. Ce qui sous entend que généralement ces pédophiles là sont plus attirés par les enfants que par les femmes, car avec les jeunes filles, leur attraction est double.
En revanche, je pense que les pédophiles qui sont attirés uniquement par les jeunes garçons, exploitent leur pédophilie mais sans être homosexuels, car ils ne sont pas attirés par les hommes. Parce que l'homosexualité est beaucoup moins fréquent que l'hétérosexualité. Que je sache, 5 à 10% des hommes sont homosexuels. Donc les pédophiles qui aiment les jeunes garçons et sont homosexuels en même temps, sont selon moi bien moins fréquent que les pédophiles, aimant les jeunes filles et étant hétérosexuels aussi.
Autre chose aussi. C'est que les pédophiles aiment les enfants impubères. Notamment ils aiment l'absence de poils (bien qu'il n'y ait pas que ça). Ce qui parait logique car la grande majorité des pédophiles sont des hommes, donc en tant que tels, la plupart sont attirés par des critères correspondants plutot aux femmes et l'abscence de pilosité en fait partie. Voici aussi pourquoi les pédophiles exclusifs sont surtout attirés par les jeunes garçons. Les pédophiles aimant les jeunes filles arrivent plus facilement à être attirés par les femmes que les pédophiles aimant les jeunes garçons qui ne peuvent assez souvent pas être attirés par les hommes parce qu'ils sont pubères. Et ils ne sont pas attirés par les femmes car ils sont plus attirés par le sexe masculin qui les pousse vers les jeunes garçons, mais la puberté des adolescents et les hommes les repoussent.

Un pédophile est une personne qui a des attraits sexuels, au niveau des fantasmes, pour des corps pré-pubères, qu'il s'agisse de garçons ou de filles. Il faut préciser qu'être pédophile n'entraîne pas forcément le passage à l'acte.
Exacte. Précision importante. L'attraction pédophile n'est pas à confondre avec l'acte.

Le monde de la pédophilie est aussi varié que celui de l'hétérosexualité : il peut être caractérisé par de l'amour, de la violence, de la tendresse, de la dépendance...
Varié en effet, les pédophiles sont tous très différents des uns des autres. Ils n'ont pas les mêmes critères d'attractions, n'assument pas tous leur pédophilie, ne l'exploitent pas tous de la même façon. Certaines formes de pédophilie (ou plutôt de pédocriminalité surtout) sont post traumatiques, d'autres non.

Il y a différents types de pédophiles :
- Certains se contentent de regarder des films porno, des photos car ils savent que les enfants ne veulent pas d'eux. Ils ne passent pas à l'acte. On peut les qualifier d'"Abstinents". Ils ne dévient pas parce qu'ils ont une maturité, ils sont bien structurés humainement, leur personnalité est équilibrée. Ils se rendent compte que ce n'est pas bien et ils sont capables de se contrôler. Ils souffrent parce qu'ils ont des attirances sexuelles qui sont impossibles à vivre.
Mouais, si ce n'est que certains se contentent aussi de films et séries légaux mettant en scène des enfants. De nombreux films montrent parfois (généralement brièvement) des enfants nus, beaucoup de pédophiles en rafollent. Et les pédophiles peuvent être abstinents à différents degrès. Les pédophilies décrits ci dessus, sont plutôt les pédophiles moyennement assumés, voir pas du tout, car ils semblent fuir les enfants. Même les pédophiles assumés ne font pas forcément du mal. Certains approchent les enfants et se contentent de rapports physiques tels que les bisous, les calins, les caresses, divers jeux de contacts physiques qui ne font pas de mal aux enfants tant que celà leur parait naturel et qu'ils comprennent et acceptent. Donc ces pédophiles là ne souffrent pas forcément d'attirences sexuelles impossibles à vivre. Ils l'exploitent à leur manière sans faire de mal.
Ne pas oublier aussi que ces pédophiles là sont généralement des pédophiles exclusifs qui ne sont attirés que par les enfants ou alors très préférentiellement par les enfants. Sinon, ils pourraient se satisfaire sexuellement autrement qu'avec de la pédopornographie.

Les immatures névrotiques. Ils critiquent leurs actes, ils en ont honte. Ils trouvent normal d'être interpellés par la société et d'être condamnés par la police. Ils sont conscients du mal qu'ils font. La plupart du temps, ils souhaitent continuer une thérapie au delà du traitement obligatoire.

Oui, c'est le cas du pédophile fictif du film, "the woodsman, la peur du loup" avec Kevin Bacon. Ce dernier joue le rôle d'un pédophile qui a du mal à contenir ses envies et ses pulsions.
Par contre, je ne sais pas si le terme "immature névrotique" est vraiment approprié. Si certains pédophiles sont pédophiles dûe à une immaturité sexuelle, ce n'est pas le cas de tous. Ce n'est pas le cas non plus de tous les pédophiles décrits ci dessus. Ces pédophiles là ressemblent plus à des pédophiles compulsifs, obsédés par le sexe et souffrant de pulsions les poussants à faire des choses qu'ils ne veulent pas faire. Sans compter que si il s'agit d'immaturité sexuelle, celà peut être soignable. Donc c'est en contradiction avec ce que dit le Dr Coutenceau plus loin.

-Les immatures égocentriques. Ils ont souvent eu une enfance marquée par des carences éducatives et par des traumatismes réels : ils ont parfois eux-mêmes été agressés. En même temps, ils ont un coté égocentrique avec une recherche d'un plaisir dans la sexualité sans s'intéresser à l'enfant.

Oui, mais peut-on vraiment parler de pédophilie dans ces cas là? Ne s'agit-il plutôt pas d'individus qui reproduisent leurs abus parce qu'ils normalisent les traumatismes qu'ils ont vécus de façon répétée au point de croire par la suite qu'être abusé sexuellement est normal? Ou il peut s'agir d'individus qui ont ressenti des émotions oscillant entre plaisir et désorientation lorsqu'ils ont été abusé. Alors n'étant pas capable de dissocier les deux, ils s'attaquent aux enfants de la même façon qu'ils ont été attaqué en partant du principe que celà ne fera pas plus de mal à ces enfants qu'à eux. Ils peuvent parfois ne pas se rendre compte des conséquences des abus sexuels qu'ils ont vécu, d'où certains comportements qu'ils n'expliquent pas comme reproduire l'abus. Et une fois de plus le Dr Coutenceau emploie des mots innappropriés, on ne peut pas forcément parler d'immaturité. Sinon, ce sont plutôt des prédateurs ces gens là et pas forcément des pédophiles. Les individus décrits dans ce paragraphe par le Dr Coutenceau semble plus chercher à normaliser les abus sexuels qu'ils ont vécu, ou à chercher un corps avec lequel ils peuvent exercer leur plaisir sexuel sans forcément être attirés par les enfants car il s'agit plus de rechercher un corps et l'érotisme que de s'accoupler avec un être qui les attire, d'où le fait qu'ils ne s'intéressent effectivement généralement pas à l'enfant et ne recherche en effet que le plaisir sexuel.

D'ailleurs, ils supposent que les enfants sont consentants ou intéressés.
Y'a de la contradiction là. Le Dr Coutenceau parle dans cette phrase des mêmes pédophiles qu'ils qualifient d'immatures égocentriques dans le paragraphe précédent. Si ces derniers ne s'intéressent pas à l'enfant et sont égocentriques, c'est qu'ils ne tiennent alors pas compte du fait que l'enfant soit consentant ou pas. Les pédophiles qui partent du principe que les enfants sont consentants, ne sont donc pas à mettre dans la même catégorie que les individus (parfois, voir souvent même pas pédophiles) qui cherchent à normaliser les abus qu'ils ont vécu ou/et qui recherchent avant tout un corps pour le plaisir sexuel.

-Les immatures "pervers". Ils sont particulièrement égocentriques, souvent très manipulateurs et parfois cyniques. Ils ne veulent pas tellement être aidés ; on a un sentiment d'impuissance thérapeutique. Il faut tenter de les convaincre que leur vie sera une suite d'échecs s'ils n'acceptent pas d'aide thérapeutique.
Ces pédophiles là sont du genre à se voiler la face donc et considérer les enfants comme des adultes. Ils croient ce qu'ils veulent croire d'où le refus d'écouter des avis contraires aux leurs (donc ils ne veulent pas d'aide thérapeutique en effet).

Le plus souvent, le pédophile est plus intéressé par le monde de l'enfance parce qu'il l'idéalise. Il prend beaucoup de plaisir à être entouré d'enfants, à jouer avec eux. Il se sent souvent lui-même enfant.
Oui, mais il ne faut pas confondre le fait d'aimer replonger parfois dans l'enfance et vouloir redevenir un enfant voir en rester un et être immature. Il y a une nuance assez importante, notamment celui qui aime replonger dans l'enfance, aidé par un entourage enfantin, n'est pas forcément immature. Au contraire même, certains sont responsables et matures et en ressentent encore plus le contraste quand ils jouent avec des enfants et replongent en enfance.

Avec les adultes, il est mal à l'aise parce qu'il est immature : sa croissance ne s'est pas faite. Il est inhibé et va donc vers les plus jeunes qui l'impressionnent moins. La relation avec l'adulte est mal maîtrisée, mal évaluée. Pour résumer, les pédophiles vivent non seulement une sexualité maudite et ont en plus une incapacité à vivre une relation effective avec un adulte.
Pas forcément vrai, comme expliquer plus haut. Oui, certains pédophiles cherchent à s'infantiliser. Certains futurs pédophiles se mettent même à avoir des attractions envers les enfants quand ils commencent leur puberté, à cause d'un besoin de s'adultiser. Mais de nombreux pédophiles sont responsables et matures, mais cela ne les empêchent en rien d'aimer jouer avec des enfants, d'une part aussi parce que celà les permet de les voir de plus près, d'apprécier leur présence, les discussions d'enfants, l'espièglerie et parfois le plaisir d'éduquer et d'apprendre. Le pédophile, si il est mature, peut aussi aimer passer du temps avec les enfants pour les aider, répondre à leurs questions etc... Tout celà, heureusement, ne veut pas forcément dire, que les pédophiles ne sont pas capables de réagir en adulte.

On ne choisit pas cette sexualité, il n'y a pas d'explication réelle. La science n'explique pas pourquoi on est pédophile, comme elle n'explique pas pourquoi on est hétéro ou homo.
Ce médecin part du principe que les pédophiles sont immatures comme il dit plus haut. Ce qui implique que l'immaturité est liée à la pédophilie et est un des facteurs déclencheurs et développant la pédophilie. Pourtant quand on lui demande comment on devient pédophile, il répond en gros qu'il ne sait pas. Alors pourquoi se permet-il de qualifier tous les pédophiles d'immatures, si lui même ne sait pas pourquoi les individus sont pédophiles? C'est donc qu'il ne sait pas si la pédophilie et l'immaturité sont liés.

Il y a des hypothèses mais rien n'est sûr. On peut parler de la recherche de l'innocence, l' idéalisation de l'enfance. Un discours revient souvent : les enfants sont purs et sains tandis que les adultes sont hypocrites.
Entre autres oui. Mais c'est assez réducteur. Il y a l'identification aussi, l'absence de pilosité, la douceur de la peau, la voix d'enfants, l'enfant qui a besoin d'affection, de soutient, d'attention, d'écoute etc... Certains pédophiles en apprécient encore plus la compagnie d'un enfant car ils prennent plaisir à apporter toutes ces choses aux enfants. Non seulement celà permet de les approcher mais aussi de les rendre heureux et de s'en faire aimer. Après c'est sûr certains le font par hypocrisie dans le but de séduire afin de mieux manipuler, mais la question n'est pas là. Mais tous les facteurs précités premettent aussi aux pédophiles de développer des sentiments envers les enfants et non se limiter aux attractions physiques et sexuelles.

Une autre hypothèse aussi : dans la sexualité adulte, il faut gérer l'autre. Avec un enfant, le pédophile fait lui-même le scénario. Il est maître de la situation.
Pour ceux qui cherchent à manipuler voir dominer, se sentir supérieur, oui. Mais ce n'est pas le cas de tous. Sans compter que de nombreux pédocriminels dominants ne sont même pas pédophiles mais juste des sadiques qui cherchent à imposer leurs désirs envers les autres, notamment les faibles, comme les enfants.

La seule chose sure, c'est que le pédophile a besoin d'un petit être sans poil et à la peau lisse et douce mais on ne sait pas l'expliquer.
Il y a déja quelques explications données ci dessus. Mais y'a-t-il vraiment une explication à donner à chaque fois? Certains préfèrent les gros et les grosses d'autres non. Chacun ses critères. Certaines choses influent sur les critères, comme ceux dits dans le paragraphe précédent. Mais sinon, on ne peut pas expliquer pourquoi certains ont certains gouts, d'autres, des gouts différents.

Les gens parlent de l'agresseur agressé. Il faut absolument combattre cette idée, il faut rassurer les parents de victimes ainsi que les victimes. Les gens répètent que l'abusé a toutes les chances d'abuser plus tard. C'est une hypothèse niaise et fausse.
Ah bon? Pourtant quelques paragraphes plus haut, il dit le contraire.
"Les immatures égocentriques. Ils ont souvent eu une enfance marquée par des carences éducatives et par des traumatismes réels : ils ont parfois eux-mêmes été agressés. "
Le Dr Coutenceau se contente d'une réponse très brèves et sans aucune explication, comme si il voulait éviter le sujet. On dirait même qu'il dit ça pour faire plaisir à ceux qui l'écoutent. Il utilise d'ailleurs des mots forts "absolument, niaise, fausse", comme si il cherchait à s'autopersuader lui même que ce qu'il dit est vrai sans vraiment y croire, d'où le fait qu'il ne détaille pas. Et pour cause, cette fois, je suis catégorique, ce qu'il dit là est faux. Notamment comme je l'ai dit plus haut, de nombreuses victimes d'abus sexuels reproduisent leurs abus notamment pour normaliser les abus qu'ils ont vécus. Bien évidemment, celà n'arrive pas toujours, même assez rarement à ma connaissance. Il n'empêche que ce n'est pas à exclure. Celà arrive suivant de nombreux facteurs qui font entre autres, que l'enfant devenu adulte, va vivre son abus ou ses abus d'une certaines façons et suivant ces facteurs, il va réagir d'une certaine manière. Là où certains seront de nature hypervigilants, d'autres seront hypersensibles, d'autres reproduiront leurs abus, etc... Voir le sujet du forum "pédophilie suite à un trauma".

On les soigne grâce aux obligations de soin parce que le sujet ne change pas de lui-même.
Celà dépend d'où vient la pédophilie ou la pédosexualité (Individus ayant des rapports sexuels avec les enfants) du sujet en question. Suivant son origine, si on arrive à l'identifier et voir quelles conséquences l'origine a eu sur l'individu, il serait parfois possible de changer l'individu en modifiant son point de vu qui l'a rendu pédophile ou pédosexuel. Mais celà demanderait du temps et aussi le consentement de l'individu, car même accompagné d'un psy, ce dernier ne pourra que le guider. Autrement ce sera au sujet de faire le travail sur son vécu et son point de vu. Mais il faut pour celà qu'il y mette du sien.

On peut parler d'accompagnement, d'aide à se comprendre et à vivre sa sexualité. Mais la pédophilie n'est pas une maladie, c'est pour ça qu'on ne peut pas vraiment parler de guérison.
Ca dépend, la pédophilie peut avoir des causes sous jascentes parfois. En éliminant cette cause sous jascente, la pédophilie peut diminuer voir disparaître.
Ca dépend aussi ce qu'on appelle maladie? Ce n'est pas parce qu'on ne peut pas en guérir que ce n'est pas une maladie. La NF-2 par exemple est incurable, on ne peut pas en guérir, notamment parce qu'elle est génétique, mais on appelle ça une maladie quand même. Personnellement, je dirais carrément qu'on s'en fiche de savoir si la pédophilie est une maladie ou pas. L'importance n'est pas là. L'importance est de l'identifier, la corriger si possible, si voulu et si nécessaire. Aider les pédophiles à vivre leur sexualité sans faire de mal.

Il faudrait appeler ça un trouble du comportement.
Non, parce que les troubles de comportement se soignent. Comme les troubles obsesionnels compulsifs par exemple. Le Dr Coutenceau se contredit encore une fois. La pédophilie n'est pas un comportement, car les pédophiles ne se comportent pas tous de la même façon.

Il faut qu'il apprenne à vivre avec ses fantasmes. A terme, soit les sujets se contentent d'une activité autoérotique en pensant à des enfants, soit il développe un désir envers des personnes adultes, soit l'un puis l'autre.
Y'a quand même bien d'autres moyens de vivre sa pédophilie sans faire de mal. Dont ceux dit plus haut et bien d'autres.

La majorité des agresseurs a une relation avec un enfant connu : un voisin, un élève, un scout... Le plus souvent, quand il y a passage à l'acte, c'est qu'il y a eu avant une manipulation. Dans de très rares cas, le sujet agresse un enfant inconnu.
Je suis d'accord, attention toutefois à ne pas généraliser en disant que tous les voisins, profs, moniteurs agressent les enfants qu'ils approchent.

Certains agresseurs peuvent avoir des sentiments amoureux pour les enfants ; ils veulent les protéger, les chérir, s'occuper d'eux, les rendre heureux, prendre soin d'eux. Certains sont même exclusifs et ne sont attirés que par un enfant.
Peut-on dans ces cas là parler d'agressions? Si les sentiments poussent un pédophile à vouloir protéger, chérir, rendre heureux et s'occuper des enfants qu'ils approchent. C'est qu'à priori il n'y a pas de mauvaises intentions. Pourquoi donc parler d'agression? Le Dr Coutenceau semble partir du principe abusif qu'un pédophile approchant les enfants est forcément un agresseur et que seuls ceux se contentant d'adultes ou de fantasmes ne font pas de mal. Ce qui est faux.

Il peut y avoir de la sexualité avec un peu de tendresse et aussi de l'attirance sexuelle crue, sans prise en compte de l'enfant en tant qu'être.
Oui, certains ne tiennent pas du tout compte du fait que la personne en question est un enfant pas ou peu expérimenté en matière de sexualité.

Il y a une caractéristique étonnante de ce type de sexualité : l'agresseur prend toujours le risque d'être dénoncé par l'enfant. Alors, il a recours à des menaces, du chantage affectif : "tu ne veux pas qu'il m'arrive quelque chose ? ; tu n'as pas envie de me faire plaisir ? ...". Un lien de dépendance est donc créé. Les victimes et les agresseurs gardent le secret : 99 % des gens que j'ai suivi depuis 10 ans n'avaient jamais parlé avant d'être traités. Les pédophiles ont peur de la réaction de l'autre donc le fantasme et l'acte restent secret.
Oui, mais généralement celà arrive surtout quand l'adulte manipule l'enfant de façon à lui faire faire des choses sexuelles qu'il ne ferait pas sans une certaine influence. Donc souvent qu'il ne comprendrait pas, donc que cela pourrait désorienter. Quand les enfants ne comprennent pas et sont désorientés, ils n'ont qu'une envie, c'est d'en parler afin de se soulager, de ne pas garder un secret qui les met mal à l'aise. Les enfants pour se structurer ont besoin de comprendre afin de grandir dans de bonnes conditions avec moins de craintes et d'appréhension du monde adulte. Dans ces cas là, le pédocriminel préfère effectivement avoir recours aux menaces ou au chantage afin de maintenir l'enfant au silence.
Par contre, si le rapport plait à l'enfant. L'enfant ne le répètera pas. Dans ce cas là, je parle surtout de rapport légers, comme des jeux de contacts physiques que l'enfant expérimente de lui même afin de découvrir le plaisir de toucher et d'être touché. Il s'agit donc dans ces cas là de sexualité au niveau de l'enfant qu'il est donc apte à comprendre et apprécier sans en être désorienté. Quand ce genre de choses arrivent entre un enfant et un pédophile, ce dernier n'a absolument pas besoin d'avoir recours au chantage ou aux menaces pour que l'enfant ne dise rien. L'enfant de toutes façons ne dira rien car il s'agit pour lui de quelque chose qui lui est intime et lié à sa sexualité dont il ne parlera pas avec ses parents, car celà le mettrait mal à l'aise d'en parler avec quelqu'un dont le rapport est basée sur la tendresse et non le sexe. Un topic sera ouvert prochainement à ce sujet. Car il y en a encore beaucoup à dire.

Il y a aussi les pédophiles qui tentent de se faire aimer en achetant des cadeaux, distribuant des bonbons... Le pédophile développe ainsi un certain savoir faire parce que pour vivre cette sexualité, il doit manipuler, c'est la seule manière d'y parvenir.

Non, ça dépend comment et jusqu'où le pédophile veut vivre sa pédophilie.

Les manipulations sont plus ou moins subtiles : il écoute, il dialogue, il fait parler, il trouve la faille. Le pédophile a le nez pour trouver la proie idéale.
Ne pas confondre pédophile et prédateur. Ce n'est pas du tout la même chose et le Dr Coutenceau semble parfois ne pas s'en rendre compte. Ou alors il choisit mal ses mots.

Les passages à l'acte ne sont pas fréquents en comparaison avec la fréquence des fantasmes. Quand ça arrive, c'est le plus souvent une question de situation ; les dérapages ont lieu dans des moments de difficultés existentielles, de problèmes d'argent, de disputes... Le passage à l'acte a donc valeur de compensation excitante.
Non, les passages à l'acte n'arrivent pas de cette façon là. La plupart en tous cas. Une fois encore, le Dr Coutenceau se contredit. Un tout petit peu plus haut, il dit que les pédophiles sont fréquemment manipulateurs, qu'ils écoutent, achètent, manipulent et trouvent la faille pour pouvoir mieux abuser les enfants. Tout ce procesus est un procesus lent, stratégique et réflechi. Or le pédophile qui dérape d'un coup à cause d'un problème d'argent, dérape de manière rapide, peu reflechie, voir spontanée. Soit tout le contraire du cas précédent.

Théoriquement, pour un pédophile non passé à l'acte, c'est possible. Mais pour se soigner tout seul, il faut que le pédophile en question soit d'un très bon niveau culturel, qu'il ait une très bonne éducation, qu'il ait évolué dans un milieu où la morale et l'éthique avaient une place importante.

Il ne faut pas oublier les sentiments qui fait que le pédophile va vouloir le bien de l'enfant et non envie de lui faire du mal. L'éducation a son importance, je suis d'accord, car c'est en grande partie l'éducation qui forge le point de vu que l'on développe et qui nous fait agir d'une certaine façon. Mais le Dr Coutenceau en fait un peu trop quand il emploie des grands mots comme "très bon niveau culturel, très bonne éducation, morale et éthique importante". Cela fait beaucoup de conditions et elles ne sont heureusement pas toujours toutes nécessaires pour que le pédophiles se comporte bien avec les enfants. La façon dont il développe son attraction, ses sentiments, les relations qu'il a avec les enfants, la capacité et volonté de reflechir et de se remettre en question, et l'observation peuvent tout aussi l'influencer de façon à ne pas leur faire de mal.

Idéalement, le pédophile, même quand il n'est pas passé à l'acte, a besoin au moins d'une aide. On n'est pas obligé de parler d'une thérapie mais au moins d'un soutien qui soit lié à la parole.

Ca a son importance en effet. Mais de nombreux pédophiles vivent harmonieusement avec leurs attractions sans avoir besoin d'en parler. Surtout que trouver des personnes capables de parler de pédophilie (de la leur en plus), ce n'est pas toujours facile. Mais c'est vrai que le soutient est important, à condition que ce soit un soutient intelligent et que le conseiller ne dise pas n'importe quoi sur un sujet qu'il ne connait peut être pas bien. Sinon, ça peut avoir l'effet inverse au lieu de l'effet voulu.

Le troisième niveau, c'est de se dire que finalement, le traitement sans thérapie est un leurre, que pour certains pédophiles, il n'est pas possible de s'arrêter, de s'auto-traiter. La plupart du temps, et ceci malgré des tas d'efforts, le pédophile non aidé reste dans les mêmes schémas."
Les pédophiles qui ont le plus besoin d'aide sont surtout les pédophiles compulsifs et les pédophiles non assumés.

En bref, le Dr Coutenceau pourtant expert en pédophilie, se montre quelque peu concis parfois sur le sujet. Il semble même avoir beaucoup de lacunes, tant il se contredit un assez grand nombre de fois et tant il oublie de nombreux détails importants. Ou alors, ces détails, il ne les connait peut être pas. Ce qui est pire et me ferait dire qu'il a encore beaucoup à apprendre.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum