ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

H.2 -Points de vue des gens - Points de vue des antipédophiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Topic consacré à la réaction vis à vis de la pédophilie, des gens qui ne sont pas victimes d'abus sexuels durant l'enfance. Je précise bien sûr que les exemples de réactions citées dans ce topic ne sont pas exhaustives et représentatives de toutes les réactions, opinions et autres des non victimes et notamment des antipédophiles envers les pédophiles. A noter aussi que par les gens non victimes, on exclu aussi les proches de victimes. Il s'agit donc surtout de débattre du point de vue des gens qui ne sont pas impliqués personnellement dans des abus sexuels.

Comme expliqué dans le topic concernant le point de vue des victimes, on remarques que ces dernières sont souvent moins haineuses et hostiles envers l'ensemble des pédophiles que les gens qui ne sont pas victimes, ni proche de victimes, mais qui semblent obstinés voir s'acharnent sur les pédophiles, qu'ils soient bons ou mauvais.

Même si j'aimerais que l'on parle aussi du point de vue des gens de façon élargie, car au bout du compte, ce topic sera surtout consacré au point de vue des antipédophiles comme l'indique son titre. Le problème est que les gens qui ne sont ni pédophiles, ni victimes, ni proches de victimes, ni antipédophiles ne s'expriment généralement pas, pas même les médecins qui fréquemment semblent dépassés par la pédophilie qui est un sujet qui paraît assez souvent leur échapper.

Tout d'abord, qu'est-ce qu'un antipédophile?
Un antipédophile est une personne très hostile envers les pédophiles pour lesquels il éprouve un fort mépris. Un antipédophile n'est généralement pas une victime, ni un proche de victime. La plupart d'entre eux ne font pas la distinction entre la pédophilie et la pédosexualité ni même la pédocriminalité.


Une autre question qui se posent, qu'est-ce qui poussent les gens à haïr les pédophiles, qui plus est les non victimes et non proches de victimes qui semblent encore plus au taquet que les victimes alors que logiquement ça devrait être le contraire?

La première raison serait forcément que les pédophiles, par réputation, abusent des enfants, les font souffrir, les traumatisent, détruisent l'harmonie de leur construction et maturation ainsi que l'harmonie dans la famille de l'enfant avec. La pédophilie ne date pourtant pas d'hier. Elle existe depuis la grèce antique. Non, je ne confonds pas avec l'homosexualité, contrairement à ce que certains d'entre vous pourraient croire. A la grèce antique, les pédophiles et pédérastes avaient même un dieu qui leur était attribué, le dieu de l'amour Eros, également connu sous le nom de Cupidon. Bien que suivant le nom grec ou romain, ce dieu n'a pas vraiment la même histoire ni les mêmes attributions.
La pédophilie ne date donc pas d'hier, loin de là, en revanche la terreur et le dégoût qu'elle inspire de nos jours ne remonte pas de si loin que ça, elle est même très proche car elle semble partir de l'affaire Dutroux qui a eu lieu au début des années 1990.
Cette affaire à en effet fait scandale dans le monde entier et donc à influé sur le développement de la terreur pédophile. Je pense, mais ça je suis loin d'être sûr, que cette affaire à également permis à des victimes d'abus sexuels étant enfants, d'être plus entendues et plus reconnues. Sans compter que cette affaire a eu un tel retentissement dans le monde que les médias l'ont beaucoup exploitée et que tous cas similaires est de nos jours, du coup, fréquemment évoqués (un topic est consacré à la pédophilie dans les médias). Ce qui renforce la vigilance et la terreur envers les gens et surtout des parents.

Mais en tous cas de nos jours, l'enfant est le centre des préoccupations de la plupart des gens. De nos jours, nous sommes beaucoup plus vigilants quant au bien être de l'enfant, de l'harmonie de sa maturation, de l'atmosphère dans laquelle il grandit car nous réalisons que de nombreux facteurs partant de l'enfance, influent sur son avenir et sur l'adulte qu'il va devenir ainsi que sa stabilité mentale. Les progrès en pédopsychologie ont également augmentés et augmentent donc la vigilance des parents et éducateurs envers les enfants. Ces progrès et découvertes ont alors permis aussi de réaliser le développement et la maturation sexuelle des enfants et donc d'en déduire les impacts que peuvent avoir les abus sexuels, ce qui renforce encore aussi la vigilance.
Tous ces facteurs font que la pédophilie et surtout la pédocriminalité est devenu un sujet sensible, tabou, évoquant peur, dégoût, terreur, colère et bien d'autres sentiments négatifs.

Mais tout cela ne répond pas vraiment à la question du topic. Pourquoi les individus non concernés personnellement semblent bien plus hargneux et haineux envers les pédophiles que les victimes et proches de victimes qui sont celles et ceux qui subissent les conséquences de la pédosexualité? Comme dit également dans le topic consacré aux victimes, ces dernières ont souvent besoin de se reconstruire et de réfléchir afin de pouvoir surpasser leurs traumatismes, cela les amène souvent à voir les choses de manière plus lucide, malgré de fréquentes étapes de colère voir de haine, afin de pouvoir comprendre leur souffrance, mieux la gérer et mieux la contourner. Cette lucidité leur permet alors de ne pas avoir la hargne et la haine envers tous les pédophiles alors que seul un (ou quelques) pédocriminel(s) les a/ont abusé.
Certaines non victimes craignent pour la sécurité de leurs enfants et se mettent à la place des parents qui ont vécu l'abus de leurs enfants. Leurs réactions oscillent souvent entre haine et dégoût. Sans oublier comme dit plus haut que les médias entretiennent fortement cette peur en rappelant ou informant fréquemment les diverses affaires d'abus et de maltraitances sexuelles sur mineurs. Et surtout, comme cité dans plusieurs autres topics avant celui-ci, les parents n'aiment généralement pas quand leurs enfants, même quand ils sont adolescents voir adultes, aient des rapports sexuels car cela leur rappelle que leurs enfants ne sont plus vraiment des enfants car dans notre culture, la sexualité serait réservée aux adultes. La pédophilie, bien que désignant seulement l'attraction sexuelle envers les enfants, renforce alors le dégoût et la peur des parents.

Mais il y a aussi le besoin de haïr. Et c'est l'une des raisons majeures, sans aucun doute, qui fait que la pédophilie est si méprisée. L'homme est capable d'amour, mais aussi de haine. L'amour (amour sexuel, amitié, tendresse etc...) et la haine sont deux sentiments contraires. Si l'un n'existe plus alors l'autre n'existera plus non plus. C'est comme la joie et la tristesse par exemple, on peut être joyeux parce qu'on n'est plus triste ou être triste parce qu'on nous a gâché notre joie. Il en va de même pour l'amour et la haine. Pourquoi d'ailleurs certains couples se déchirent après rupture? C'est parce que plus on aime une personne plus le mal qu'elle peut nous faire peut être grand, ce qui entraînera alors  une haine conséquente parfois. Hair, c'est donc ne pas aimer ou ne plus aimer. On peut aimer une personne parce qu'elle correspond à tout le contraire de ce qu'on hait. On peut hair une personne parce qu'elle n'a aucun trait de ce qu'on aime. Et surtout, le fait de haïr permet de mieux ressentir le contraste entre la haine et l'amour et donc de mieux savourer les sentiments positifs. L'homme a donc besoin de haïr pour mieux aimer. Tout le monde méprise certains types d'individus, les hypocrites, les menteurs, les paresseux etc... afin de mieux apprécier ceux qui sont sincères, disent la vérité, sont courageux etc... Donc haïr les pédophiles afin de mieux apprécier les gens qui eux ne sont pas pédophiles, fait presque partie d'un processus naturel au bout du compte. Pour cela quoi de mieux que de haïr ceux qui ont la réputation d'être des malades mentaux, des bourreaux d'enfants, des gens qui volent la virginité tant chérie des parents, ceux dont on dit fréquemment du mal dans les médias, ceux qui inspirent donc dégoût et terreur etc...
Le besoin de haïr vient aussi parfois, je dirais même souvent d'un besoin de flatter son égo. Comme expliquer plus haut, haïr permet de mieux aimer => Haïr certains individus permet de mieux s'aimer soit même. Des tas de gens et notamment, sans aucun doute, l'écrasante majorité des antipédophiles se disent "au moins, moi, je ne suis pas un pédophile, je suis normal, je ne viole pas de gosse, on m'aime moi, pas comme ces violeurs de gosses qui sont détestés par le monde entier, etc..." J'irai même jusqu'à dire que la plupart de ces gens là ne se soucient pas de savoir si les pédophiles font du mal aux enfants ou pas. Leur intérêt semble souvent ailleurs, voir exclusivement centré sur le fait de maintenir la haine envers les pédophiles, plus ils le font, plus ils exploitent leur haine et plus ils exploitent leur haine, plus ils maintiennent leur amour propre au beau fixe en haïssant les autres et en sentant supérieurs.

Une chose est sûr, si les pédophiles disparaissaient de la surface la terre, ces gens là, ces antipédophiles, ne seraient pas heureux. En tous cas, beaucoup ne vont pas s'en réjouir, c'est certain. Parce qu'ils n'auront plus personne à haïr. Du moins pendant un certain temps, car soyez sûr d'une chose, ces gens qui ont un besoin d'haïr, se trouveront d'autres bouc-émissaires. Les homosexuels seront les premiers sur la liste. Si les homosexuels devaient disparaître à leurs tours, ce seront les noirs, les arabes, les indiens qui seront les suivants. On se demande des fois pourquoi les gens sont moins homophobes et xénophobes de nos jours (voir la section N). On s'est remis en question certains répondraient. En effet, nous nous sommes remis en question, nous avons réfléchi, mais comment et pourquoi? Personnellement, je trouve cela intriguant qu'en vingt siècles, les gens se décident enfin à traiter tout le monde à égalité, sauf les pédophiles. Si les homosexuels étaient méprisés, c'était surtout pour la même raison, la non compréhension des gens envers leurs attractions et surtout par besoin de haïr. On aurait pu réfléchir sur l'homosexualité et donc nous remettre en question sur eux depuis longtemps. Mais on a attendu pour cela d'avoir un nouveau bouc émissaire, c'est à dire les pédophiles. Les homosexuels ont en fait été remplacés par les pédophiles. Pour des raisons qui se comprennent certes, mais cela fait quand même des pédophiles, les boucs émissaires de la société qui ont remplacés les homosexuels, qui eux même avaient remplacées les noirs et indiens. Au XIXèm siècle, les gens disaient souvent, "un indien est forcément coupable de quelque chose", aujourd'hui, on retrouve cette même phrase mais avec pédophile au lieu d'indien. C'est ce qui m'amène à conclure que si les pédophiles disparaissaient, nous ferions le chemin inverse des quelques évolutions que nous avons connues. Les homosexuels reprendraient le relais et ainsi de suite. Nous nous sommes remis en question vis à vis des homosexuels notamment afin de trouver de meilleures raisons de haïr les pédophiles. Les homosexuels, eux-mêmes, se sont servis de la mauvaise image des pédophiles qu'ils ont mis en avant, afin de mieux se faire accepter. Nous retrouvons donc encore cette logique de "haïr pour mieux aimer".
Pour cela encore une fois, quoi de mieux que de haïr ceux que l'on nous apprend à haïr?



Dernière édition par Dante (Admin) le Dim 6 Mar - 18:19, édité 7 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Un pédophile qui fréquente un enfant, c'est criminel, c'est répugnant, immoral et en plus contre nature.

Fréquenter c’est quoi ? C’est le voir et passer du temps avec quelqu’un.Ce n'est pas criminel, tant qu'aucun mal n'est fait et qu'il n'y a même pas attouchements car sinon n'importe qui, qui chahute avec un enfant en le touchant serait un criminel. On ne parle même pas de caresse sensuelle, on parle de jeux de contacts physiques. Et autrement dit, voila le genre d'individu qui se moque que le pédophile fasse du mal ou pas, qui considère que c'est malsain et criminel quelque soit les circonstances et le degré de mal qui est fait, même si c'est le degré 0.
N’est-ce pas au fond naturel d’aimer les enfants ? Par aimer, j’entends les trouver mignons, aimer passer du temps avec eux, aimer les câliner. Beaucoup de gens sont comme ça et certains pédophiles assumés et surement la plupart même, aiment aussi les enfants de cette façon, mais prennent aussi un plaisir sexuel en plus du plaisir affectif lorsqu’ils passent du temps avec un enfant qui leur plaît.
Ce n'est pas immoral non plus, puisque l'adulte ne lui fait pas de mal. C'est immoral pour les bigots surtout qui veulent que les gens, qu'ils fassent du mal ou pas, soient à l'image qu'ils veulent qu'ils soient. On retrouve donc ce genre de comportement qui consiste à prendre plaisir à haïr et mépriser.

"La pédophilie, il n'y a rien à analyser et rien à comprendre. Il faut les enfermer un point c'est tout, il n'y a pas à chercher plus loin. Ils sont obligés de passer à l'acte"

J'aime bien certains qui affirment clairement que la pédophilie, il n'y a rien à analyser, rien à comprendre, autrement dit qui annoncent que la pédophilie ne les intéressent pas qu'ils s'en moquent, mais se permettent quand même de donner des leçons sur le sujet. Je n'y connais rien sur le sujet, mais j'ai raison et j'en suis sûr. Comme cet individu qui considère que les pédophiles passent tous à l'acte alors qu'il avoue lui même qu'il n'y comprend rien aux pédophiles. C'est comme si quelqu'un qui n'y connait rien en médecine se permettait de faire le docteur et de soigner des malades, mais bon.

C'est comme les cigarettes, certains veulent fumer pour ressembler à des grands, mais ils ne savent pas ce qu'ils font. Les enfants, c'est pareil, ils se laissent influencés par les adultes en ce qui concernent les rapports sexuels.

C'est vrai oui, des enfants se disent qu'ils veulent ressembler à des grands et se mettent à fumer, mais c'est sous influence. En revanche la découverte de la sexualité, n'est pas forcément influencée par les grands, heureusement pas de le cas où il s'agit d'expérimentation au niveau de l'enfant, à la façon de l'enfant, et non une manière de jouer les grands, car les grands eux, ont une manière différentes des enfants d'exploiter leur sexualité. Encore une fois, les enfants ont une sexualité, mais à niveau inférieur aux adultes. Voir notamment le sujet http://adep.etudiantforum.com/t57-g13-les-enfants-relations-adultes-enfants-les-rapports-semi-platoniques

Les pédophiles n'ont qu'à s'exprimer?! Certains pourraient dire. Mais quand ils le font, est-ce qu'on les écoute? Non, ou alors très rarement. Les 90% des cas, on déforme totalement ce qu'ils disent. Et ce ne sont pas les exemples qui manquent.

-Un pédophile : Vous souvenez vous que il y a pas si longtemps, l'homosexualité était TRES MAL VUE, et méritait le PEINE DE MORT...? Tiens ça me rappelle quelque chose!
-Internaute : Comment peux tu dire une chose pareille ? L'homosexualité, même si elle a longtemps dérangé la société, n'a absolument rien à voir avec la pédophilie. La pédophilie avec passage à l'acte, est un VIOL sur les enfants. Tout ce qui est viol est un acte monstrueux.

Mais ce pédophile a t-il parlé de la pédophilie avec passage à l'acte? Le viol est un acte monstrueux, a t-il dit que ça ne l'était pas? Cette internaute, a compris ce qu'elle a voulu comprendre, la pédophilie c'est forcément passage à l'acte. Ce pédophile n'a jamais dit que le viol était pardonnable, contrairement à ce que son interlocuteur s'est bornée à interpréter. La comparaison entre les deux est souvent faites parce que la pédophilie est persécutée comme l'homosexualité à une époque, mais il semble que celle qui a répondu a pris ça comme une insulte rabaissant les homos au pédos (et le passage à l'acte qui n'est jamais loin du mot pédophile dans la société actuelle). Alors que ce n'était même pas le but. Voir d'ailleurs le topic suivant sur la comparaison entre les pédophiles et les homosexuels : http://adep.etudiantforum.com/t74-n3-l-homosexualite-comparaison-pedophilie-et-homosexualite
-Une autre internaute à répondu : Quant à comparer la pédophilie et l'homosexualité. C'est tout simplement immonde et ridicule... L'homosexualité, c'est de l'amour entre deux personnes qui s'aiment. La pédophilie, violer un enfant, c'est immonde, c'est horrible.
Idem, le pédophile n'a jamais fait allusion à la pédophilie dans le cadre du viol. Et pareil la comparaison entre la pédophilie et l'homosexualité est prise par cette internaute comme une insulte aux homosexuels comme si le pédophile cherchait à démontrer que les homosexuels sont comme les pédophiles dont on entend fréquemment parler, c'est à dire des violeurs.
Peut-être que ces deux là n'ont pas interprété la comparaison entre les pédos et les homos comme une insulte envers les homosexuels. Peut-être ont elles juste exprimé à leur manière une idée du style qu'on ne peut pas comparer les homos aux pédos parce que contrairement aux homos, les pédos ne seront jamais acceptés parce que eux, ils violent. Même si c'est ça, ça n'empêche pas le fait, qu'elles aient tout interprété de travers, en évoquant le passage à l'acte et le viol, alors qu'il n'était absolument pas question de l'un ou de l'autre.

Des gens semblent ne pas se rendre compte qu'il est tout à fait possible de parler de la pédophilie, sans parler de viols ou d'abus. Comme par exemple, qui sont les pédophiles, comment vivent-ils, partagent ils leur secret, qu'est-ce qu'ils ressentent, quels sont leur relation avec les gens en générale? Ce qui est tout de même regrettable, encore une fois, c'est comme ça que les problèmes stagnent.

-Une première internaute dit qu'il ou elle a un ami qui est pédophile et que ça se passe bien avec lui au niveau relation, mais qu'il se sent mal d'être comme cela, le menant presqu'au suicide etc...
-Une autre répond : Il faut pouvoir le faire. Pour ma part, être ami d'un pédophile, savoir qu'il abuse des enfants ferait de moi une complice et je me le pardonnerais jamais.

La première parle d'avoir un ami qui est pédophile, et direct on lui répond que c'est quelqu'un qui abuse les enfants, que c'est un monstre etc... Ces gens là connaissent-ils la définition de pédophile au fait? J'ai l'impression que non, un pédophile est une personne sexuellement attiré par les enfants.
On ne sait pas si cet ami pédophile est un violeur d’enfant ou non et on laisse ces gens là l’accuser ainsi alors qu'ils n’en savent rien. Pédophile et violeur sont deux choses distinctes. Oui les pédophiles ont la réputation de faire du mal aux enfants, ça ne veut pas dire qu’ils le font tous, pire même il est possible que les pédos dont on entend parler qui font du mal aux enfants, ne représentent qu’une minorité, qu’en savons nous ? Les gitans ont la réputation d’être des voleurs, ce n’est pas pour ça que des qu'on voit un gitan, on va le pointer du doigt en criant « voleur ! ».

Cette personne qui a un ami pédophile a bien précisé le fait que cette personne est généreuse et sympathique, mais pour eux ce n'est pas possible alors encore une autre personne a dit en réponse "Bientôt, tu va nous sortir que se sont les enfants qui on un problème !"
Et ça continue encore à tomber dans les extrêmes les plus totaux. Mais a t-elle dit que ce sont les enfants qui ont un problème, y a t-elle fait allusion? Elle a pourtant bien précisé que cet ami dont elle parle se sent mal, donc cet ami a un problème (elle ne nie donc même pas que son ami pédophile a un problème). Il a pour problème de se sentir mal dans sa peau et de ne pas s'accepter tel qu'il est et peut être d'avoir des pulsions difficilement contrôlables et ça ne fait pas de lui une mauvaise personne, ce n’est pas de sa faute tant qu’il ne fait pas de mal et fait son possible pour ne pas en faire. C’est comme un séropositif, si il a le VIH, ce n’est pas de sa faute, il ne l’a pas choisi, donc on n’a pas à le rejeter comme un pestiféré et tant qu’il ne fait de mal à personne en contaminant les gens par ci par là, il n’a pas à être mal jugé.

Un pédophile annonce : "La société disait que les homosexuels étaient des malades mentaux. Or, aujourd'hui, les homos sont acceptés socialement, il y a un personnage de gai dans chaque téléroman. Eh bien, la même chose se produira avec les pédophiles. Vous verrez, ce n'est qu'une question de temps. Vous vous rendrez compte que vous aviez des préjugés racistes à notre égard, et vous finirez par nous comprendre, par nous accepter."
Dans son article un journaliste répond : "Oui, certains homosexuels sont pédophiles. Mais les homosexuels ne sont pas tous pédophiles, voyons! Les hétérosexuels sont-ils tous des violeurs? Et que dire des pédophiles hétérosexuels?"
Mais personne et pas même ce pédophile n'a prétendu que les homosexuels étaient tous des pédophiles et encore moins que les hétérosexuels étaient tous des violeurs. Donc non seulement ce prétendu journaliste déforme ce que le pédophile a dit, mais en plus il sort des arguments qui n'ont ni queue ni tête et qui n'ont aucun rapport avec le sujet.
Et il en rajoute : "C'est quoi, la prochaine étape: un lobby qui défend les violeurs et les tueurs en série?"
Et voilà, ça recommence, des qu'on pense à pédophile, on pense tout de suite à violeur et tueurs en série, mais ce pédophile là a t-il démandé à prendre la défense des violeurs et des tueurs en série? Il n'y fait même pas allusion une seule fois. Et cet article, je ne l'ai pas inventé. Lisez vous même, c'est vers la fin :
http://www.canoe.com/infos/chroniques/richardmartineau/archives/2007/05/20070523-074601.html

Ce genre de réplique du style "c'est quoi la suite..." ou "Et après tu vas dire ceci, celà...", dénotent une forte mauvaise foi de la part de leurs auteurs qui font dire des choses à leurs interlocuteurs qu'ils n'ont pourtant pas dites mais sûrement qu'ils voudraient que leurs interlocuteurs disent, car celà leur donneraient raisons, c'est d'ailleurs qu'ils le font dire à travers ce genre de réplique. Le problème est que celà bloque les échanges et les dialogues n'en sont alors aucunement constructifs. Mais ce genre de répliques dénotent souvent que l'auteur n'est en rien disposé à dialoguer, puisqu'au bout du compte en parlant à la place de son interlocuteur, il discute en fait tout seul.

Un pédophile appelle les jeunes garçons qu'ils fréquentent, "mes garçons", ce à quoi on lui répond :
mes garçons, ce ne sont pas tes garçons! Vous voyez! Vous croyez que les enfants sont des objets, vous ne faites que ça.

Voila encore une personne qui saute sur la première occasion qu'elle trouve pour essayer de démontrer à tout prix que les pédophiles se comportent mal. C'est vrai que pour une personne qui connait les pédophiles comme des abuseurs qui prennent les enfants pour des objets, le fait qu'elle ait pris ce terme comme de la possession de la part d'un type qui considère que ces garçons en question lui appartiennent est compréhensible. Mais ceux qui ont un point de vue différent (qui ne voient pas des types abuseurs, irrespectueux et autres envers tous les pédophiles), ne voient pas du tout celà comme ça. Le problème est que les gens comme cette personne, sont incapables d'adopter le point de vue des autres. Généralement surtout ils ne veulent pas et donc ils n'essayent pas. Adopter le point de vue de quelqu'un d'autre n'est pas si dur que ça si on a une intelligence moyenne, mais il faut y mettre un peu du sien et surtout il faut mettre de côté son propre point de vue, afin d'interférer le moins possible avec le point de vue qu'on essaye d'adopter. Il ne s'agit donc généralement pas d'un problème d'intelligence. L'incapacité d'adopter le point de vue d'un autre, vient souvent de l'égocentrisme, qui consiste à rester ancré dans son point de vue qu'on refuse de modifier, voir qu'on impose aux autres. Ils restent donc ancrés dans leur point de vue à eux qu'ils cherchent absolument à imposer aux autres. Et aussi ils ne veulent pas... Parce que la pédophilie ne leur inspire que du dégout. Et c'est encore un autre problème ça. Les antipédophiles imposent leurs points de vues et veulent qu'on les écoute eux et que l'on considère que ce que disent les pédophiles ne sont que des discours hypocrites et mensongers. Certains le sont, on ne peut pas dire le contraire. Mais c'est trop facile de dire ça et encore une fois, c'est être fermé au dialogue en décidant de qui dit vrai et qui ment, sans en débattre et sans confronter les points de vues qui pourtant pourrait permettre aux uns comme aux autres de réaliser que peut-être chacun a raison sur divers points ou tords sur d'autres points.

Sinon dire "mes garçons", peut ne peut pas être un signe de possession, mais d'affection. Dire mes garçons, peut tout simplement signifier qu'on tient beaucoup à eux. Combien de gens disent "mon garçon, mon enfant" voir "ma ou mon chéri(e)" à des enfants sans même les connaître? C'est pas pour ça qu'on les accuse de posséder les enfants. Même si perso, je considère qu'un ou un parfaite inconnue n'a pas à appeler un enfant, mon chéri sans même le connaître.

C'est quand même une façon de dire "les garçons que je fréquente et que j'apprécie", mais en plus court et pour éviter de répéter "les garçons que je fréquente et que j'apprécie" à outrance. Et non une idée d'appartenance et de possession.
Les enfants ne devrait d'ailleurs appartenir à personne. Même pas à leurs propres parents, parce que c'est des fois bien beau de dire, "je suis son père alors ceci celà", seulement quand on voit ce que certains parents en font de leur gosse genre "j'ai une éducation de paysan, je fais des enfants pour toucher les allocations, mais bon, c'est les miens j'en fais ce que j'en veux". Les enfants devraient être, selon moi, réservés à ceux qui les aiment et qui les protègent.

Mais bon, c'est du hors sujet là. Pour en revenir au sujet. Dire "mon" veut aussi dire qu'on tient beaucoup à la personne, comme quand on dit "c'est un copain", l'affection et la valeur de l'amitié prend un sens plus fort quand on dit "c'est mon copain".

Les pédophiles sont obligés de passer à l'acte, ou alors ils ne sont pas humains.

Ce n’est qu’une affirmation catégorique basée sur rien à part le préjugé d’un individu qui voit les gens d’une certaine façon et qui veut que les autres les voit de la même façon.
Perso, je suis convaincu que les pédos ne passent pas tous à l’acte et voici pourquoi :
-D’abord parce que les pédos peuvent très bien avoir d’autres façons de se satisfaire sexuellement que de passer à l’acte. Ils peuvent se contenter de films, certains avec des films légaux d’autres non. Certains en effet se serviront de films pédopornographiques, ce qui (contrairement à ce que certains pourraient croire) pourrait leur donner la satisfaction sexuelle dont ils ont besoin et leur enlever toutes nécessités de passer à l’acte avec un enfant. Ca ne veut pas dire que tous les pédos non plus apaisent leurs besoins sexuels de cette façon, il y en a c’est sûr, mais pareille, ce n’est pas logique du tout de dire que tous passent à l’acte ou regardent de la pédopornographie. Certains le font avec des vidéos de nudité légales (ça existe oui), telles que des vidéos de naturisme, d’autres avec des vidéos d’enfants encore plus légales trouvées sur youtube par exemple, d’autres avec des films et séries mettant en scènes des enfants. Certains utilisent tout bêtement leur imagination. Suivant le degré de pulsion du dit pédophile (la pulsion elle même est gérée par plusieurs facteurs internes et externes), il sera capable de s’en contenter ou non.
-Les pulsions varient principalement suivant la fréquence du plaisir sexuel. Le plaisir sexuel agit sur le centre du plaisir au niveau du cerveau qui envoie toutes sortent de signaux dans le corps provoquant des réactions chimiques. Mais si la fréquence du plaisir sexuel est trop forte, le cerveau s’habitue à la régularité des signaux qu’il doit faire parvenir dans le corps et le fera tout seul et provoque une dépendance, tout comme une drogue. Ce qui aura pour effet d’augmenter les pulsions. C’est un peu comme le diabète, à force de manger trop de sucreries, cela provoque un dérèglement endocrinien qui fait que le pancréas ne gère plus correctement l’apport de sucre, tout comme le cerveau ne gère plus l’apport de plaisir sexuel et les signaux qu’il doit envoyer dans le corps. En bref, moins les gens (pédos compris) exploitent leur sexualité moins ils ressentent le besoin de le faire et plus ils sont capables de se contenter de peu et de contenir ou refouler leur pulsion. C’est pourquoi de nombreux pédophiles sont capables de se contenter de rapports affectifs avec les enfants, accompagnés de contacts physiques anodins.
Et les pédophiles exclusifs (uniquement attirés par les enfants) sont parfois les mieux placés pour exploiter leur sexualité à un stade inférieur, car n’aimant que les enfants, il est fréquent (mais pas constant je suis d’accord) que les pédos soient obligés de se contenter de peu du fait que les contacts qu’ils ont avec les enfants qui leur plaisent soient très faibles et très peu nombreux. Sans compter que certains pédos (pas tous certes) préfèrent se contenter de peu par crainte, pour certains, de faire du mal à l’enfant, d’autres, par crainte des retombées de la loi et parfois les deux. En bref, de nombreux pédos (pas tous je suis d’accord, je sais je me répète mais c’est pour qu’on ne vienne pas insinuer que je fais passer tous les pédophiles pour des anges) sont conditionnés pour se contenter de peu, donc ils ne sont pas obligés de passer à l’acte comme certains affirment sans rien expliquer. Et tant qu’on ne m’aura pas démontrer que ce que je viens d’expliquer est faux, je continuerai d’y croire, car comme je l’ai dit, je ne crois que ce qui me parait logique, ce que je viens de dire est logique.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Ce que vous dites, est bien vrai : La haine, tout comme la violence, fait partie de l'être humain. Et on ne pourra jamais supprimer ces deux choses, comme on ne pourra jamais supprimer l'amour.
Lorsque j'étais préadolescent, j'avais des pensées très violentes envers les pédophiles, car comme vous le dénoncez, un pédophile, pour moi, était forcément quelqu'un qui voulait faire du mal à un enfant.
Mais en grandissant, j'ai compris que le facteur de cette haine n'est autre que mon vécu : Aucun adulte n'a jamais abusé de moi sexuellement ; mais j'ai subi beaucoup de pression psychologique de la part de ces derniers.
En fait, ce que l'on me reprochait ; c'était tout simplement d'être un enfant...
Selon Matzneff " Il y a bien d'autres façons de détruire un jeune que de coucher avec" ; et c'est bien vrai: Lorsque j'étais petit, mon grand frère me faisait faire des "jeux" un peu particuliers (Vous voyez ou je veux en venir), mais j'en ai un souvenir bien plus positif ; même si je ne savais pas vraiment ce que je faisais, que mes souvenirs de pression psychologique et morale qui a failli me tuer plusieurs fois.
Tout ça pour dire que, selon moi ; les 99% auront beau faire mine de s'acharner sur la pédophilie ; il n'empêche qu'environ 80% d'entre ceux font bien plus de mal à leurs enfants que les personnes qu'ils prétendent mépriser...

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque j'étais préadolescent, j'avais des pensées très violentes envers les pédophiles, car comme vous le dénoncez, un pédophile, pour moi, était forcément quelqu'un qui voulait faire du mal à un enfant.
Mais en grandissant, j'ai compris que le facteur de cette haine n'est autre que mon vécu : Aucun adulte n'a jamais abusé de moi sexuellement ; mais j'ai subi beaucoup de pression psychologique de la part de ces derniers.
En fait, ce que l'on me reprochait ; c'était tout simplement d'être un enfant...

Il se peut alors comme je le suggérais dans une autre réponse que vous recherchiez l'enfant que vous étiez à travers d'autres enfants. Je veux dire que peut-être, à la vue de ce que vous dites, vous n'avez pas vécu pleinement votre enfance, si votre entourage vous a reproché d'agir en enfant et donc vous a poussé à renier en quelque sorte votre enfance. Votre part de pédophilie pourrait venir un peu de là, d'un besoin de retrouver l'enfant que vous n'avez pas pu être. D'où peut-être aussi votre attraction en particulier pour les garçons, car vous pouvez mieux vous retrouver et vous identifier aux garçons qu'aux filles, puisque vous êtes un garçon. Il se peut aussi que vous voulez donner à ces garçons, l'attention et l'enfance que vous n'avez pas pu avoir.

Selon Matzneff " Il y a bien d'autres façons de détruire un jeune que de coucher avec" ; et c'est bien vrai:
Oui, il y a bien d'autres formes de maltraitance envers les enfants que la pédosexualité. Il y a la violence physique avec les coups. La violence morale, avec dévalorisation de l'enfants, voir insultes. La négligence, laisser son enfants faire n'importe quoi, ne pas le soigner, ne pas le nourir, ne pas l'habiller, ne pas l'éduquer. Et sûrement bien d'autres. Que je sache la pédosexualité n'est pas la forme de maltraitance envers les enfants la plus répandue. Celà dit, on s'éloigne un peu du sujet. Ce n'est pas pour ça que la maltraitance sexuelle doit être mise à l'écart et doit être excusée, même si les autres formes de maltraitances doivent aussi être punies.

Lorsque j'étais petit, mon grand frère me faisait faire des "jeux" un peu particuliers (Vous voyez ou je veux en venir), mais j'en ai un souvenir bien plus positif ; même si je ne savais pas vraiment ce que je faisais, que mes souvenirs de pression psychologique et morale qui a failli me tuer plusieurs fois.
Non, je ne vois pas vraiment ce que vous voulez dire. Des jeux où vous deviez voler des choses ou tyraniser et maltraiter des enfants plus petits peut-être ou quelque chose de ce genre?

Tout ça pour dire que, selon moi ; les 99% auront beau faire mine de s'acharner sur la pédophilie ; il n'empêche qu'environ 80% d'entre eux font bien plus de mal à leurs enfants que les personnes qu'ils prétendent mépriser...
Pour les chiffres, c'est difficile à dire je pense. Mais il y a bien des antipédophiles en effet qui s'acharnent sur les pédophiles en prétendant que ces derniers considèrent tous les enfants comme des objets, qu'ils ne savent pas ce qu'est l'amour et le respect. Pourtant quand on voit certains couples hétéros, leurs notions d'amour, de considération et de respect font involontairement rire, tant ils confondent parfois amour et possession, amour et argent, tant il y en a fréquemment un ou une qui fait passer ses désirs au détriment de l'autre. Mais il ne faut pas généraliser comme je le dis souvent.
Certains pédophiles font du mal aux enfants. Beaucoup d'autres n'en font pas.
Certaines femmes épousent des hommes par intérêt. Beaucoup d'autres le font par amour.
Certains maris possèdent leur femme. Beaucoup d'autres respectent leur femme.
Certains parents considèrent que leurs enfants leur appartiennent et donc qu'ils peuvent en faire ce qu'ils veulent (voir d'ailleurs le dossier sur la domination : http://adep.etudiantforum.com/t16-g12-les-enfants-relations-adultes-enfants-la-domination#126. Beaucoup d'autres respectent et veulent le bien de leurs enfants.
Mais ce qu'il faut, c'est ne jamais généraliser. En disant que tous les pédophiles font du mal aux enfants. Tout comme dire que toutes femmes préfèrent l'argent à l'amour. Tous les hommes possèdent leur femme. Tous les parents ne respectent pas les envies de leurs enfants, etc... La généralisation, y'a toujours une part d'hypocrisie. C'est montrer une partie de la réalité qui nous arrange de croire et dissimuler une autre part de la réalité qui nous dérange afin d'en tirer un profit égocentrique, souvent de pousser les gens à adopter notre point de vue afin de nous donner l'illusion que nous avons raison (car plus de gens approuveront ce qu'on prétend, plus ça aura l'air vrai).



Dernière édition par Dante (Admin) le Sam 28 Juil - 18:44, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Je suis bien d'accord avec vous...
Et lorsque j'entends "jeux" ; je ne vais pas y aller par quatre chemins, j'entends bel et bien relations sexuelles.
En fait, cela se produisait lorsque j'avais entre 6 et 8 ans ; et mon grand frère avait donc entre douze et quatorze ans.
Mais, ce qui peut sans doute en étonner certains ; je n'ai pas un souvenir "negatif" de cette relation. Cela ne m'empêche pas de vivre, par exemple, et aujourd'hui, je ne reproche pas du tout à mon grand frère cette période de notre vie.
Et si je me permets de reprendre ce propos de Matzneff ; c'est bel et bien parce que ce que m'ont fait vivre les adultes m'a fait bien plus de mal que cette relation sexuelle avec mon frère.
Si vous cherchez Gabriel Matzneff sur Wikipedia, vous y trouverez sa biographie et des explications concernant ses théories ; et si vous tapez son nom sur Youtube ou Dailymotion, vous trouverez ses interviews qui sont d'ailleurs très intéressantes, puisque bien entendu ; ses théories étaient la raison de son interview.

Voir le profil de l'utilisateur
Et lorsque j'entends "jeux" ; je ne vais pas y aller par quatre chemins, j'entends bel et bien relations sexuelles.
En fait, cela se produisait lorsque j'avais entre 6 et 8 ans ; et mon grand frère avait donc entre douze et quatorze ans.
Mais, ce qui peut sans doute en étonner certains ; je n'ai pas un souvenir "negatif" de cette relation. Cela ne m'empêche pas de vivre, par exemple, et aujourd'hui, je ne reproche pas du tout à mon grand frère cette période de notre vie.

Ah. Mais vous avez quand même été abusé, d'une certaine façon. Votre frère vous a quand même fait faire des choses, que vous dites bien vous même, ne pas comprendre et ne pas réaliser à l'époque, ce qui est tout de même désorientant surtout pour un enfant de 6 à 8ans qui va après vivre et se construire à partir de ces relations qu'il va intégrer à son point de vue et qui risquent quand même de le perturber. Je pense quand même que ces rapports avec votre frère a bien dû avoir un impact significatif sur vous et votre sexualité quand même. Déjà il y a fort à parier que votre pédophilie vienne en bonne partie de là. C'est difficile de préciser, mais selon moi, ces relations ont bien dûes déclencher des réactions en chaine qui vous ont poussé à avoir les attractions que vous avez aujourd'hui pour les préados. Après bon, je ne vais pas dramatiser et vous pousser à croire que celà vous a traumatisé. Tant mieux si vous ne ressentez aucun effet négatif et que vous n'en vouliez pas à votre frère. J'espère néanmoins qu'il n'a pas fait souffrir d'autres enfants. A travers votre amour envers les préados, ne serait-ce pas un peu votre frère que vous recherchez? Je veux dire que lui, durant ces rapports, avaient entre 12 et 14ans, ce qui a environ votre tranche d'âge d'attraction. Peut-être avez vous vécu avec votre frère quelque chose en même temps que vous considérez comme respectueux, si il vous a fait avoir ces rapports, sans vous brutaliser voir en vous donnant des marques d'affection et que vous aviez une bonne relation en dehors de ces rapports, peut-être que d'une certaine façon vous voulez retrouver ce frère avec les garçons préados qui vous attirent.

Si vous cherchez Gabriel Matzneff sur Wikipedia, vous y trouverez sa biographie et des explications concernant ses théories ; et si vous tapez son nom sur Youtube ou Dailymotion, vous trouverez ses interviews qui sont d'ailleurs très intéressantes, puisque bien entendu ; ses théories étaient la raison de son interview.

Je me rends compte que j'avais déjà vu un petit extrait d'une de ses interviews, mais honnêtement je ne l'avais pas trouvé très convaincant, mais je ne me rappelle plus et je n'ai vu qu'un petit morceau que je ne retrouve plus. Mais je vais aller voir le reste de ce que je trouve, mais à première vue, il n'y a pas beaucoup de vidéos de lui sur youtube. Comme je m'en doutais, il a bel et bien vécu sa pédophilie dans les années 60/70, l'époque où la pédophilie et pédosexualité étaient beaucoup plus répandues.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
En fait, mon frère me faisait faire des choses, mais je ne savais pas "pourquoi" on les faisait (puisque j'étais censé considérer cela comme un jeu) ; et à la fois, j'étais consentant.
Maintenant, il est probable que cela ait eu une influence, et c'est d'ailleurs lorsque je me suis souvenu de ça que j'ai tout de suite fait le lien avec mes attirances d'aujourd'hui ; mais je n'ai pas l'impression de "rechercher mon frère" à travers d'autres personnes.
D'autant qu'en général, mon frère, à l'époque, bien qu'assez protecteur, était souvent assez froid avec moi.
Mais, quoi qu'il en soit, je lui en veux certaines choses, certes, mais qui n'ont rien à voir avec nos "relations" que nous avions eu lorsque nous étions tout seuls.
Mais aujourd'hui ; je me dis qu'en agissant ainsi ; il a peut-être reproduit ce que quelqu'un a fait avec lui...
Malgré cet épisode, aujourd'hui, il approche de la trentaine, et durant toutes ces années, il n'a jamais été accusé, ni soupçonné de quoi que ce soit...
Il mène d'ailleurs une vie tout à fait ordinaire.
Je n'ai, cependant, jamais osé aborder avec lui cette tranche de notre vie, depuis...
Je ne sais même pas si, un jour ou l'autre, je le ferais, ou si je devrais le faire.
De toutes façons, que je le fasse ou non, je sais bien que je ne deviendrait pas d'un seul coup une autre personne Wink

Voir le profil de l'utilisateur
Mais aujourd'hui ; je me dis qu'en agissant ainsi ; il a peut-être reproduit ce que quelqu'un a fait avec lui...

Oui, ça c'est bien possible. Pour faire ça à 12ans, généralement, c'est qu'on a été sexualisé précocément, genre exposé à la pornographie, voir qu'on a eu des rapports sexuels. Il est effectivement fort possible qu'il ait répété bêtement ce qu'on lui a fait en se disant que ça allait lui faire autant de bien qu'à celui qui le lui a fait.

Est-ce que ça ne vous ennuie pas d'en raconter un peu plus en détails? Ca m'intéresse bien. Genre que vous a-t-il fait précisément? A-t-il été plutot doux ou plutot brutal? Avait-il l'air d'y prendre du plaisir (si il a fait ça pendant deux ans, je suppose que oui)?
Je pense, je dis bien je pense car votre cas me parait rare, donc difficile à cerner, que si il vous a touché avec douceur de façon à ce que vous pensiez que c'était à peu près naturel, après tout nos parents touchent aussi nos parties génitales quand on est petit, sans que celà nous fasse souffrir, il se peut effectivement que celà n'ait eu aucun impact traumatisant sur vous et que vu votre âge (à ce moment là), celà n'a sans doute pas empêché de vous érotiser harmonieusement. Si ce n'est que généralement, plus on est abusé jeune, plus l'impact est fort, car moins le moi psychologique est consolidé donc moins on a des moyens de défense appropriés et structurés pour réagir convenablement à quelque chose de perturbant. Je dis perturbant, car souvent ce que l'on ne comprend pas nous tracasse voir nous traumatise. Mais suivant le contexte, vous ne vous êtes peut-être pratiquement pas posé de questions, donc normalement celà perturbe moins, car on n'est alors moins désorienté et éventuellement pas assez désorienté pour que celà cause un traumatisme fort.

Tant mieux si il n'a pas de mal à d'autres enfants. Je pense que ces rapports qu'il a eu avec vous, n'étaient pas genre les prémisses d'une pédophilie, mais plutôt un moyen d'avoir des rapports sexuels et réagir éventuellement en réponse à ce qu'il a vécu, genre une adaptation à ce qu'il a vécu, une façon de l'intégrer à lui-même. Je veux dire, qu'il ne cherchait peut-être pas des rapports sexuels avec les enfants mais des rapports sexuels tout court, car il était sûrement hypersexualisé. Il est plus fréquent qu'on le pense que quand on s'éveille à la sexualité, on l'expérimente mais pas forcément avec une personne qui nous attire sexuellement, mais parfois avec une personne qui joue le jeu de toucher et de se laisser toucher. Ce qui permet une découverte de sa sexualité via des rapports physiques, sensuels voir sexuels sur nos zones érogènes, celà participe à la découverte de ce qu'on aime ou pas et celà influe sur l'érotisation de ces zones érogènes avant de reproduire ce genre de rapport avec cette fois une personne qui nous attire sexuellement.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Il n'a pas été spécialement brutal, ni spécialement doux...
La dernière fois que cela s'est produit, nous étions seuls dans une chambre, il s'est amusé à me cacher les yeux avec une cagoule (sans que je refuse, car je lui faisais confiance) et m'a demandé de sucer un "bout de crayon"...
Aujourd'hui, je me souviens bien que cela n'était pas un bout de crayon... Wink
J'espère que je n'ai pas été trop brusque dans les détails.

Voir le profil de l'utilisateur
J'espère que je n'ai pas été trop brusque dans les détails.

Merci de votre réponse. Non, vous n'avez pas été trop brusque pour moi. J'ai lu beaucoup de témoignages de pédophiles, de pédosexuels et de victimes. Pour me choquer aujourd'hui du coup, il en faut vraiment beaucoup. Certains lecteurs pourraient être choqués, mais je n'affiche pas que ce forum est interdit au moins de 16ans pour rien.

Même sans brutalité, votre frère a quand même été bien irrespectueux de vous avoir fait faire celà. Si il a eu recour à une ruse comme vous cacher les yeux et vous faire sucer son sexe à votre insu, c'est qu'à priori il savait que ce qu'il vous faisait faire n'était pas vraiment correcte. Bon il vaut mieux selon moi qu'il vous ait fait faire ceci à votre insu, peut-être dans l'espoir de ne pas ou moins vous troubler, plutot que de vous demander directement de lui sucer le sexe (ce qui est bien plus troublant généralement).

J'avais pensé qu'il vous avait fait avoir des rapports physiques, sensuels et érotiques en pensant que celà n'allait pas vous faire de mal tant que c'était sans brutalité ou contrainte et que celà paraissait être des jeux supposés naturels (même si ça ne l'aurait pas été, il est facile de faire croire à un enfant que ça l'est). Mais bon, je préfère ne pas trop en dire, car même si vous n'êtes pas traumatisé, je ne veux pas vous mettre mal à l'aise et trop mal juger votre frère ni ce que vous avez vécu et ressenti.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Effectivement, j'ai bien vu que votre forum était interdit aux moins de 16 ans - vu les sujets abordés - je suis d'accord que cela est une sage précaution, afin de protéger les mineurs.
En fait, je pense effectivement que même si ce n'est pas très correct de sa part (en parlant de mon frère), il ne voulait probablement pas me porter atteinte, et donc, il m'a effectivement fait faire ces choses à mon insu, mais il ne voulait pas que cela me dégoute et soit traumatisant.
Je ne suis pas sur que cette scène de ma vie avec mon frère soit la moins "soft", mais pour les évènements antérieurs, j'étais plus jeune, et aujourd'hui, tout cela est donc trop "flou" dans ma mémoire.
Au risque de choquer ou surprendre certains lecteurs ; je n'en veux pas du tout à mon frère. C'est vrai que ce qu'il a fait n'est pas forcément très correct ; mais je pense que cela est avant tout une "bêtise d'enfant".
Comme vous le disiez, lorsque nous sommes enfant, il est tout à fait normal, à partir d'un certain age, d'avoir ce genre de "jeu" avec d'autres jeunes ; et comparé à ce que veut faire croire la mentalité "bien-pensante", cela ne nous empêche absolument pas d'avoir, plus tard, une vie d'adulte.

Voir le profil de l'utilisateur
Crypto-anar a écrit:C'est vrai que ce qu'il a fait n'est pas forcément très correct ; mais je pense que cela est avant tout une "bêtise d'enfant".
Comme vous le disiez, lorsque nous sommes enfant, il est tout à fait normal, à partir d'un certain age, d'avoir ce genre de "jeu" avec d'autres jeunes ; et comparé à ce que veut faire croire la mentalité "bien-pensante", cela ne nous empêche absolument pas d'avoir, plus tard, une vie d'adulte.

Oui, si ce n'est que quand je parle de petits jeux de découvertes de la sexualité, ça ne va pas jusqu'aux fellations. Les fellations, sodomies, pénétrations, ce sont généralement des expériences sexuelles que l'on fait en dernier, pas à 12ans quand on commence à peine à s'éveiller à la jouissance sexuelle et qu'on se découvre avec des contacts physiques beaucoup plus anodins que ça, tels que les rapports semi-platoniques évoqués dans le sujet équivoque.
Les jeux qui vont plus loin que ce que l'enfant est capable de comprendre et apprécier pleinement, risquent de le désorienter et plus l'enfant est désorienté, plus il est perturbé et grandit sur des bases fragiles et un point de vue déformés sur la sexualité et les rapports avec autrui, qui risquent d'avoir des répercussions sur sa structuration et sa maturation sexuelle. Après celà dépend notamment des facteurs qui influent sur la confusion et qui font que certains ne seront que légèrement désorientés, d'autres beaucoup plus.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com
Oui, c'est vrai.
Cependant, comme vous l'aviez dit (du moins, il me semble) ; au fil du temps, l'érotisme se banalise un peu partout (littérature, cinéma, télévision, Internet...), ce qui, donc, forcément, donne des idées aux jeunes...
Pour ma part, je ne suis pas un grand consommateur régulier de pornographie, mais je prends souvent son parti dans le sens ou elle semble, aujourd'hui, être fréquemment diabolisée à tort et à travers.
Je sais qu'en Allemagne, on montre souvent du contenu pornographique aux jeunes écoliers dans le cadre de cours d'éducation sexuelle.
Sur d'autres pages, j'ai même lu que dans ce pays, il était légal de participer à un film pornographique à partir de 14 ans... Cependant, je n'en ai jamais eu de preuve matérielle.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum