ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

45-"Moi je... alors pour les autres c'est pareil..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

"Moi je... alors pour les autres c'est pareil..."

Vous avez sûrement déjà entendu, et même peut-être de nombreuses fois, des discours de ce style, lorsque vous débattez d'un sujet.


Quelques exemples :
-"Moi j'ai pris des claques, j'en suis pas mort... Alors pourquoi interdire les claques et les fessées?"
-"Moi j'ai joué à GTA* à 8ans, je ne suis pas devenu un délinquant. Alors pourquoi je n'autoriserais pas mon enfant à y jouer?"

*GTA, abréviation de Grand Thieft Auto, est une série de jeux vidéos à succès où l'on incarne des policiers ou des gangsters et où se mêlent fusillades, courses poursuites, trafique de drogue, prostitution etc... Ce sont donc bien évidemment des jeux pour adultes.
-"Moi j'ai été abusé sexuellement, je ne suis pas devenu abuseur à mon tour, alors les abuseurs abusés n'ont aucune circonstances atténuantes et il n'y aucun rapport entre les deux."
-"Moi ma mère a fumé devant moi, ça m'a rien fait et j'ai fumé devant mes enfants, ils sont en bonne santé, donc fumer ne fait pas de mal."
-"Je suis gros depuis toujours et je n'ai jamais eu de problème de santé, donc être en surpoids n'est en rien mauvais pour la santé."
-"Moi ça m'arrive souvent de faire des excès de vitesse, j'ai jamais eu d'accidents, alors je vois pas pourquoi je respecterais les limites. Elles ne servent à rien."


Tout ces discours centrés sur soi même, ou qui prennent des exemples et les généralisent n'ont aucune sagesse et sont prétextes à mal se comporter ou à laisser libre cours à de mauvais comportements au risque que cela tourne mal dans certains cas.

En effet, ce n'est pas parce qu'un fumeur ne développe pas de cancer (ou pas encore, comment peut-il savoir que ça ne va pas finir par arriver), que le tabac ne provoque pas de cancer
, c'est juste que certains sont plus enclins génétiquement et physiologiquement à développer un cancer que d'autres et cela dépend aussi d'autres facteurs, tels que l'environnement ou l'alimentation. En effet, certains aliments préviennent les risques de cancer et en empêchent la prolifération, tandis que certains facteurs environnementaux, rien que l'altitude à laquelle on vit, ainsi que notre exposition aux radiations (affaiblissant notre système immunitaire) ainsi qu'à certains métaux lourds ou produits chimiques peuvent favoriser le développement d'un cancer. Tous ces facteurs, dont le tabagisme, font que le sujet va oui ou non finir par développer un cancer.

L'excès de vitesse n'est pas le seul facteur qui provoque un accident, l'état de la route est aussi à prendre en compte. Le risque augmente aussi à mesure que l'on s'éloigne de la vitesse autorisée et l'habileté du chauffeur a aussi son importance. Mais il n'empêche que la vitesse élevée contribue et accroit le risque d'accident et aussi des dégâts occasionnés.

Ce n'est pas parce qu'un individu obèse, tout comme le fumeur dans le déni, n'a pas encore eu de problème de diabète, de cholestérol, cardiaque ou autres mauvaises conséquences engendrées par son excès de poids, que son obésité n'est pas nocive pour son corps. Et sans qu'il le sache, son obésité affaiblit peut-être déjà considérablement son coeur et son organisme qui sans doute lâchera  prématurément, tout comme le fumeur qui développe peut-être lentement un cancer sans le savoir ou qui n'est pas en aussi bonne santé qu'il le serait si il ne fumait pas. Et peut-être que l'individu en surpoids ne se rend pas compte qu'il se porterait bien mieux avec des kilos en moins. Mais étant habitué à être obèse, il est sans doute dans l'incapacité de s'en rendre compte.

Pour en ce qui concerne les abuseurs d'enfants qui eux mêmes ont été abusés durant leurs enfances. Une proportion non négligeables des victimes deviennent abuseurs à leurs tours. Ce n'est pas un hasard, il y a donc un lien. Et cela paraît logique, les enfants battus développent parfois le réflexe de battre leurs enfants à leurs tours, même en sachant que ce n'est pas bien, ils réagissent par rapport à l'environnement dans lequel ils se sont développés. D'autres minimisent les conséquences des maltraitances et vont donc les reproduire, justement en se disant "et alors moi j'ai vécu la même chose, j'en suis pas mort." Ou encore d'autres normalisent les maltraitances, et se conforment à cette norme à laquelle ils ont été exposés. Certains individus, mêmes certains experts prétendent que c'est faux, qu'il n'y a aucun lien entre le fait d'avoir été maltraité physiquement ou sexuellement et le fait de les reproduire. Ce qui est idiot. Il n'y a même pas besoin de réfléchir longtemps pour comprendre la logique des liens entre les deux. Mais les experts affirmant cela, le font pour rassurer les victimes ou pour mieux blâmer les abuseurs d'enfants. Mais le but de cette constatation comme quoi, il y a un lien entre être abuseur et avoir été abusé soi-même, n'est ni d'excuser l'abuseur, ni d'offenser les victimes en leur faisant peur comme quoi elle risque de devenir violentes à leurs tours, mais de comprendre quel est ce fameux lien afin de pouvoir agir sur ce lien pour éviter justement qu'une victime devienne bourreau à son tour. Le but est donc de se rapprocher de la vérité pour trouver les solutions les plus adaptées, comme cela a été expliqué dans le chapitre "il n'y a qu'une vérité". Tout cela est donc dans l'intérêt des enfants, afin de prévenir les maltraitances sexuelles et dans l'intérêt aussi des victimes afin qu'elles ne gâchent pas davantage leurs vies en commettant un acte fortement pénalement répréhensible.

Pour ce qui est des jeux violents, ceux-ci ne rendent pas forcément violent, mais peuvent choquer et perturber le développement d'un enfant, surtout si le jeu, comme c'est le cas pour les séries GTA, mettent en avant des scènes sexuelles, qui peuvent aussi perturber le développement sexuel de l'enfant. Sinon, un enfant deviendra violent sous l'influence de films ou jeux violents, si il en ressent le besoin et suivant sa capacité à distinguer le réel et la fiction. Plus un enfant est jeune, plus il est influençable et plus il a des chances de mélanger le réel et l'imaginaire (d'où les croyances aux cloches de pâques, la petite souris ou le père-noël). Il y a aussi la fréquence et la tendance de l'enfant à plonger dans l'imaginaire. Plus il s'y sentira bien, plus il se plongera dans un monde virtuel et plus il a des chances de ramener des morceaux de ce monde à la réalité. Sans compter que ce n'est pas très respectueux pour les enfants et leur rythme, car ils ont besoin de découvrir le monde, la société, la sexualité, petit à petit à leurs rythme afin qu'ils apprennent à l'intégrer lentement et harmonieusement. Les exposer trop tôt à des choses, des faits effrayants (comme les meurtres) ou répugnants (telle que la sexualité de leurs points de vue), risque donc de les empêcher de grandir harmonieusement.

On rappelle donc que chaque être humain est unique, autant physiquement, physiologiquement, génétiquement, mentalement et aussi au niveau du vécu et de son point de vue. Tout cela fait que chacun sera différent et ne réagira pas de la même façon. Le sage comprend donc qu'il est futile de prendre un exemple qui nous arrange, que ce soit nous même ou un autre, pour généraliser cet exemple et justifier un comportement irrespectueux ou qui nous éloigne du chemin de la sagesse et de l'harmonie.
Surtout que fumer, être en surpoids, jouer à des jeux violents trop jeunes, être exposés à la sexualité trop jeune et tous les autres exemples cités au début, peuvent avoir eu des impacts que l'on ne soupçonne pas.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum