ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

32-Comprendre n'est pas accepter (et vice-versa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Pour accepter une chose, notamment un évènement difficile voire tragique, nous avons tendance à vouloir avoir une explication. Car comprendre une chose permet de mieux l'accepter. Comprendre la raison d'être d'une chose, comment un évènement a pu se produire, comment une personne différente peut exister.  

Quand une personne que l'on aime est morte, on veut systématiquement savoir pourquoi. Même quand la réponse est évidente et limite sans intérêt car l'être aimé ne va pas en revenir à la vie pour autant. Et même quand on connaît la raison, on continue de se demander pourquoi cela nous arrive à nous. Parfois, il s'agit tout simplement d'un enchainement de circonstances qui ont joué en notre défaveur, mais en sachant cela, ça ne suffit parfois pas à nous soulager, alors on cherche une raison qui va au delà des facteurs existentiels. Tels que le destin ou dieu ou le diable.

La mort d'une personne est une chose que l'on est obligée d'accepter, c'est pourquoi on cherche à comprendre pourquoi un être cher nous est enlevé.
Mais il y a des choses dans la vie que l'on ne veut pas accepter et par conséquent, on ne cherche pas à les comprendre. Et cela est une grave erreur! Car on peut très bien accepter une chose, sans la comprendre et on peut très bien comprendre une chose sans pour autant l'accepter.

Une chose qui n'est pas acceptable n'en reste pas moins une chose qu'il est important de comprendre.

L'exemple qui me vient notamment le plus à l'esprit, c'est la criminologie. La science du crime qui permet de comprendre les modes opératoires des criminels, d'établir leurs profiles afin d'en déduire leur sexe, âge, milieu social, catégorie socio-professionnelle, point de vue, etc... Et cela n'a pas pour but de légitimer leurs crimes, mais de mieux les cerner pour mieux anticiper leurs réactions et ainsi faire un meilleur travail de prévention.
La criminologie aide néanmoins aussi à diagnostiquer d'éventuels troubles psychiques chez les criminels et d'exposer les circonstances atténuantes et les circonstances aggravantes. On peut donc à l'aide d'expertises comprendre qu'un criminel n'est pas forcément responsable de ses actes. Certains, notamment les citoyens haineux réclamant vengeance au lieu de justice, en viennent alors à considérer qu'on légitime les crimes. Ce qui est bien évidemment complètement faux. Un fou dangereux qui entend des voix qui lui disent de tuer et qui a sa perception de la réalité complètement brouillé, n'en reste pas moins un individu dangereux qu'il faut éloigner au plus vite de la société. Mais ce n'est pas une personne à mettre dans le même sac qu'un individu pleinement lucide qui tue pour le plaisir et qui est parfaitement conscient du mal qu'il fait. Les deux cas précités ne se traitent donc pas de la même façon.

Le problème étant les gens qui crient vengeance, proclament qu'il n'y a pas à comprendre quoi que ce soit dans le comportement des criminels, ni comment ils en sont arrivés à commettre tel ou tel acte car ils ont peur qu'on les accepte. Alors ces mêmes individus disent des choses comme "un déchet reste un déchet, un point c'est tout" et autres raisonnements extrêmement simplistes qui ne sont que du maintient dans l'ignorance et qui poussent les autres à céder à l'ignorance, au mépris, à la haine et à la vengeance. Mais le maintient dans l'ignorance est l'ennemi du sage. Car le sage sait que plus on est ignorant plus on agit de manière disproportionnée ou irréfléchie sans réaliser les conséquences de nos paroles et de nos actes. Et ces gens qui nous maintiennent dans l'ignorance ne réalisent donc pas que moins on en sait sur le comportement des criminels, plus ces derniers ont des chances d'échapper à la justice ou de commettre leurs méfaits avant qu'on ne les trouve. Sans compter que connaître les facteurs qui risquent de pousser un individu à commettre un délit ou un crime est le meilleur moyen d'agir sur ses facteurs et ainsi aider un individu à emprunter le chemin de la paix et de l'harmonie au lieu de s'en éloigner et d'emprunter le chemin de la discorde et de l'anarchie.

Ces mêmes individus qui réclament vengeance et qui nous maintiennent dans l'ignorance estiment souvent aussi que les criminels ne méritent pas qu'on leur consacre du temps à les comprendre. Il est vrai néanmoins que de nombreux criminels sont en réalité irrécupérables. Du moins économiquement irrécupérables. Cela paraît déshumanisant de parler ainsi, mais de nombreux criminels ne peuvent pas et eux-mêmes ne veulent pas changer. Pour qu'un individu change et arrête de penser et d'agir d'une certaine façon, il faut modifier son point de vue. Car on rappelle que l'on agit toujours suivant notre point de vue. Mais modifier le point de vue d'un individu qui le fait agir fréquemment violemment, revient à briser ce point de vue qui a mis probablement des années voir toute sa vie à se construire. Pour ainsi reconstruire un autre point de vue qui le fera agir de manière plus respectable et moins dangereuse pour la société. Et cela nécessite des années de thérapies et encore faut-il que le sujet y mette du sien. Malheureusement dans certains cas, cela est donc infaisable, ou prendrait trop de temps et coûterait bien trop cher. Mais quand on cherche pourquoi un criminel en est arrivé à agir comme il l'a fait, à penser comme il le pense etc... il n'est pas forcément question que de comprendre les criminels pour les excuser ou même les réhabiliter, mais aussi pour un travail de prévention plus efficace qui n'en sera que bénéfique pour la société car le nombre de victimes diminuera, puisqu'on sera intervenu à temps avant qu'un crime ne soit commis. Puisqu'on aura anticiper les réactions du criminel et ses déplacements. Sans compter encore une fois, le travail de prévention. Comprendre les facteurs qui ont poussé un individu à commettre un délit ou un crime permet de mieux les anticiper mais aussi d'agir sur les facteurs en question pour empêcher ou dissuader un individu de commettre son crime. Par exemple, un drogué qui vole pour se procurer sa dose. C'est le facteur dépendance à la drogue qui le pousse à voler. Un travail de prévention sur les effets dévastateurs de la drogue, des centres de désintoxication, un travail de la police plus efficace pour arrêter les trafiquants, une meilleures surveillance des opiacés en pharmacie etc... permet donc de diminuer le nombre de drogués en manque et donc de diminuer les vols. Il en va donc de l'intérêt des drogués mais aussi de l'intérêt des victimes! Arrêter les voleurs est une bonne chose surtout pour les empêcher de faire d'autres victimes, mais c'est encore mieux quand il n'y a pas de victime du tout!
Comprendre ne veut donc pas du tout forcément dire accepter et l'inverse est valable aussi.

On peut accepter quelques chose sans pour autant la comprendre. L'homosexualité par exemple. On très bien accepter l'homosexualité masculine par exemple, sans pour autant comprendre comment un homme en arrive à aimer un autre homme quand nous, en tant qu'hommes, nous sommes irrésistiblement attirés par la féminité. L'homosexualité masculine est pourtant à première vue très simple. Un homme attiré par la masculinité tout simplement. Un homme qui a des besoins sentimentaux, sexuels et affectifs différents et qui va vers ceux qui peuvent satisfaire ses besoins. Chaque individu a ses propres besoins. D'ailleurs certains homosexuels aiment les hommes efféminés, d'autres aiment les hommes très masculins etc... Les hétérosexuels aussi ont des besoins différents entre eux et certains aimeront certains types de femmes que d'autres n'aimeront pas.
Mais quoi qu'il en soit, il n'y a pas besoin de comprendre un homosexuel pour l'accepter. Les homosexuels demandent avant tout d'être acceptés, du moins pour ceux qui assument leur homosexualité.

Le problème étant aussi les homophobes qui cherchent à faire en sorte à ce qu'on ne comprennent pas les homosexuels pour mieux les rejeter. On a beau ne pas avoir besoin de comprendre l'homosexualité pour l'accepter, les gens homophobes confondent quand même compréhension et acceptation et jouent de ce fait pour dire que puisque l'on ne peut pas comprendre comment un homme puisse aimer un homme, alors on ne peut pas l'accepter.
Une personne qui déteste les radis peut ne pas comprendre comment des gens arrivent à trouver ça bons. Cela dit les goûts alimentaires et sexuels ne sont pas bien comparables. Les goûts sexuels sont dus en partie comme dit plus haut à nos besoins et ces besoins se développent suivant notre point de vue et découlent donc en partie de notre vécu.

Mais quels sont les critères d'acceptation? Qu'est-ce qui fait qu'une chose ou une personne puisse être acceptée ou pas?
La clé de l'acceptation est le respect qu'inspire l'individu. Un individu respectueux des autres, se doit d'être accepté qui qu'il soit.
Peu importe qu'on le comprenne ou pas.

Dans la vie en société, ce qu'il faut comprendre avant tout, ce sont les comportements irrespectueux, pas spécialement les gens différents. Bien que la compréhension de gens différents puisse aider quand même à comprendre les comportements irrespectueux, car cela peut arriver à n'importe qui et chaque facteur peut avoir son importance.
Certains individus par exemple vivent en marge de la société, ils n'en sont pas irrespectueux pour autant. Une personne qui en revanche dit à un homme qui aime vivre à l'écart des autres qu'il ne devrait pas vivre ainsi et qui le harcèle, le considère comme anormal, le stigmatise pour son style de vie différent, est elle-même irrespectueuse.

Si on regarde bien d'ailleurs, chaque point de vue peut se comprendre, sauf celui d'un fou qui n'a plus de logique. C'est d'ailleurs ce qui différencie un fou, d'un homme différent.
Les fanatiques religieux par exemple, ramenant bêtement tout à dieu, ne sont pas forcément fous, ni même les terroristes qui se font exploser. Ils raisonnent juste de manière différente. Cela dit il y a des raisonnements bien plus intelligents que d'autres et de nombreux individus développent une logique idiote, due à un manque de réflexion. On peut comprendre ce genre de logique, surtout qu'une logique idiote est justement une logique plus facile à cerner et c'est pour cela que les gens les moins intelligents et qui réfléchissent le moins possible parviennent justement à les comprendre et adhèrent plus facilement à ce genre de raisonnements plutôt qu'à des raisonnements plus complexes qui sont soit trop compliqués pour eux, soit qui demanderaient une réflexion approfondie de leurs parts qu'ils n'ont pas le courage de faire et préfèrent se maintenir dans l'ignorance voire la bêtise. Ce n'est pas pour ça que l'on doit accepter un raisonnement dépourvu de réflexion et qui risque de nous maintenir dans l'ignorance et nous faire agir de manière inconsidérée voire dangereuse et irrespectueuse. Mais on peut comprendre comment un individu en est arrivé à développer une certaine logique qui l'incite à mal se comporter, justement pour lui apprendre à se comporter de manière plus respectable.

Le sage sait qu'il doit apprendre et comprendre un maximum de choses, notamment chez l'être humain. Il sait qu'il doit réfléchir à comment un humain en arrive à s'éloigner du chemin de la sagesse et de l'harmonie afin d'en déduire comment il peut l'aider à y revenir. Car moins un individu s'éloignera du chemin de la sagesse et de l'harmonie, plus il sera apte à vivre en harmonie avec les autres et à ne faire donc de mal à personne. Un sage sait aussi qu'il se doit d'être réaliste et que de nombreux individus refuseront qu'on les guide sur le bon chemin.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum