ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

31-Les traditions, ça se partage, cela ne s'impose pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Les gens ont souvent tendance à vouloir imposer des normes traditionnelles et des coutumes locales.
Les gens ne se pliants pas aux traditions sont souvent perçus comme anormaux, marginaux et même des menaces qu'il faut exclure de la société.
Notez bien que l'on parle ici de traditions et non d'infractions à la loi. La loi a, à priori, pour fonction d'établir les règles de vie pour vivre en société afin que chacun puisse être respecté. Et justement les lois sanctionnent de plus en plus les comportements incitant au rejet ceux qui ont des traditions différentes.


Quelques exemples :
-La façon de s'habiller. Un individu portant une soutane par exemple, un turban sera souvent mal vu en France.
-La religion. Une personne ayant une religion différente ou pas de religion du tout est parfois mal perçue par certains fanatiques religieux qui voient en eux des mécréants, des individus voués à la damnation éternelle et qui risquent d'entrainer d'autres personnes avec elles. Surtout qu'il est vraiment bien plus tentant de suivre un individu libre de toutes contraintes religieuses, qu'un musulman par exemple qui doit prier cinq fois par jour et qui ne doit manger et boire que la nuit durant le ramadan.
-L'orientation sexuelle aussi. Un homme attiré par les hommes n'est pas conforme à l'image traditionnelle familiale et du couple amoureux et provoque du coup l'incompréhension voir l'indignation et la répulsion chez de nombreux individus.
Pourtant, une personne ayant des traditions différentes ne fait de mal à personne. Tant que cette personne elle-même, n'imposent pas ses traditions à elles.

L'harmonie entre les êtres sous-entend que l'on doit laisser sa chance à chacun de vivre en paix avec les traditions qui lui conviennent.
Certains s'offusquent du fait qu'on leur interdise de dire à ceux qui ont des traditions différentes qu'ils ne sont pas normaux, qu'ils ne sont pas intégrés, qu'ils n'ont pas le droit car ce ne sont pas des traditions françaises. Ils vont même jusqu'à dire que la liberté d'expression n'existe plus. Mais si on autorise certains à prôner la soumission des autres à des traditions qui ne leur conviennent pas, cela revient à vivre dans une société avec un groupe de dominants d'un côté et de dominés de l'autre. La société n'est alors plus harmonieuse et les dominés seront malheureux et risquent de se rebeller contre ceux qui cherchent à leur ôter leur liberté de penser et d'avoir leurs propres traditions.
Ce n'est pas à la majorité d'imposer ces traditions. Les minorités ont le droit d'avoir les leurs. Sinon cela revient à la loi du plus fort. C'est exactement comme si un individu grand et fort obligeait les plus petits et moins forts que lui à faire ce qu'il veut lui, sous peine de les violenter.

Certains disent "quand une tradition disparait, on perd une part de notre humanité". Sérieusement, qui a décidé ça et pourquoi?
D'abord, qu'est-ce qui nous rend humain? Ce sont nos sentiments, c'est en éprouvant des sentiments que l'on se sent humain et bien vivant. Que ce soit les positifs tels que la joie, l'amour ou les négatifs tels que la tristesse et la haine. D'ailleurs les sentiments négatifs ont un côté positif. Si nous sommes tristes d'avoir perdu un être cher et que l'on hait le responsable de cette perte, cela veut dire que l'être cher en question nous apportait de la joie et qu'on l'aimait beaucoup.
Mais a-t-on besoin de tradition pour être heureux et nous aimer? Les traditions peuvent nous y aider, car utilisées à bon escient, elles peuvent nous rapprocher. Le fait de fêter noël ensembles par exemple, de faire la fête en collectivité. Se retrouver à l'église tous les dimanches pour les chrétiens... On va y revenir.

Mais sinon, si des tradition disparaissent d'autres apparaissent aussi. Des gens meurent tandis que d'autres naissent. Les fleurs se fanent quand d'autres poussent. Des étoiles disparaîssent quand d'autres apparaissent. Tout comme certaines traditions qui n'ont plus lieu d'être disparaissent au profit de nouvelles traditions. On peut même comparer cela à des émissions de télévision, car après tout les traditions, comme la télévision font partie de la culture. Des émissions finissent par devenir inintéressantes et ne plus être suivies alors elles disparaissent, mais cela ne veut pas dire que la télévision disparait aussi, car d'autres émissions seront créées et diffusées. Certaines traditions désuètes disparaissent aussi, car elles ne nous intéressent plus. Mais cela ne veut pas dire qu'il n'y en a pas d'autres qui apparaissent.

Et puis d'abord à quoi servent les traditions?
Les traditions nous permettent de nous rapprocher, d'avoir quelque chose en commun, comme la croyance, la foi. Les traditions peuvent servir aussi à partager, c'est pour cela que des gens avec des traditions différentes provoquent la peur, peur de la différence, peur de ceux qui risquent de provoquer des rapports conflictuels, comme ce fut le cas par exemple entre les catholiques et les protestants. Peur aussi de celui qui sème le doute
. C'est le cas notamment des religieux. La peur de celui qui pourrait nous faire comprendre que tout ce en quoi nous croyons est faux et tout ce en quoi nous avons voué notre vie est faux (comme un dieu qui peut-être n'existe même pas). Que tout ce en quoi nous avons besoin de croire est faux, tel un dieu qui veille sur nous ou l'existence du paradis après la mort. Plutôt que de se remettre en question, ces gens là préfèrent détruire concrètement (en tuant) ou symboliquement (en chassant, rejetant) ceux qui sèment ce doute.

Comme dit plus haut, les traditions peuvent donc nous aider à nous rapprocher et donc à vivre ensembles en harmonie. Mais utilisées à mauvais escients, cela peut donner l'effet inverse. C'est à dire nous diviser, nous craindre, nous rejeter les uns les autres et cela arrive dès l'instant où une tradition est imposée au lieu d'être partagée.
C'est pourtant grâce à des gens qui ont eu le courage d'exprimer une opinion différente, qui ont eu la force de s'opposer à certaines normes traditionnelles que nous avons pu évoluer vers une société plus harmonieuse. En donnant le droit aux femmes de voter et de travailler par exemple et à l'homme de s'occuper des enfants et de faire la cuisine. Ce qui était traditionnellement réservé aux femmes. Les mariages inter-raciaux entre une noire et un blanc par exemple. Ce qui ne se faisait pas à une certaine époque, les blancs devaient rester ensembles et les noirs devaient rester entre eux aussi.

Mais c'est justement quand les partisans d'une tradition commence à imposer les siennes aux autres que le conflit débute.
Le fait de vivre dans une société avec des gens ayant des traditions différentes entre eux, en fait justement la richesse.
Car si nous étions tous pareil, il y aurait un gros problème, car l'humain pour sentir qu'il existe, a besoin de s'individualiser, de sentir qu'il est unique et d'être aimé pour ce qu'il est lui et non parce qu'il est identique aux autres. L'amour envers un être unique est plus fort justement parce que l'individu est unique. Si nous étions tous pareil, nous ne pourrions pas trouver l'amour unique pour une personne unique. Nous ne ferions qu'aimer tout le monde, or pour connaître l'amour il faut aussi connaître le haine. Ou au contraire on n'aimerait personne. L'amour ne serait donc plus. Or une société multi-culturelle permet de mieux trouver les traditions qui nous plaisent, d'avoir le choix et mieux trouver l'âme soeur et l'être qui comblera nos besoins sexuels, affectifs, sentimentaux etc...

Si on doit imposer des traditions cela sous-entend que l'on doit les aimer et obliger les autres à les aimer. Or personne ne peut décider à notre place de ce que l'on aime ou pas. Dans ces cas là, on peut aller plus loin, en obligeant les gens qui n'aiment pas le football à aimer ça, à le pratiquer et ne pratiquer rien d'autres que le football, comme on obligerait les habitants de France à n'aimer et n'adhérer que aux traditions française. Comme avec le football car c'est le sport le plus répandu en Europe alors que d'autres sports sont meilleurs pour la santé et plus adaptés à certaines personnes suivant leurs conditions physiques ou leur âge mais aussi leurs goûts personnels. On devrait aussi dans ce cas obliger aux états-unis les gens à aimer manger au Mcdonald, sous prétexte que beaucoup aiment ça et que c'est une firme états-unienne, alors que la nourriture des fast food n'est pas très équilibrée et pas très bon pour la santé et que certains préfèrent par exemple la cuisine chinoise.

Nous ne pouvons imposer les autres à aimer quelque chose ou quelqu'un. On ne peut pas forcer un homme homosexuel à aimer les femmes, si il aime la masculinité. Tout comme on ne peut pas forcer un hétérosexuel aimant donc la féminité à aimer les hommes.

Obliger quelqu'un, un enfant par exemple à aller à l'église alors qu'il n'aime pas ça, à croire en quelque chose auquel il ne veut pas croire et qui lui paraît absurde (les enfants sont influençables mais savent se forger leur opinion surtout quand ils en ont plusieurs autour d'eux). Cela privera l'enfant de sa liberté de penser par lui-même, de s'affirmer et de développer sa réflexion. Il y a aussi des chances pour qu'il devienne hostile envers la religion au lieu de s'y intéresser. Tandis que si on lui en parlait, sans pour autant le lui imposer, si on l'invite à faire l'expérience d'une religion, d'une tradition, d'un sport, l'enfant pourrait y trouver de l'intérêt, pourrait vouloir en savoir plus, pourrait avoir envie d'essayer. Si on lui en donne l'envie, cela pourrait développer sa curiosité et ouvrir son esprit. Il en serait alors plus tolérant envers les gens différents car il aura appris à accepter les gens différents comme son entourage l'aura accepté lui malgré ses croyances différentes. Tandis que si depuis son enfance, on lui impose des traditions et des croyances qui ne lui conviennent pas, il risque de devenir lui-même quelqu'un qui imposera les siennes aux autres. Un individu ayant eu ce genre d'enfance aura tendance à soit prendre exemple et reproduire les comportements auxquels il aura été exposé et donc de vouloir lui aussi imposer ses croyances. Soit, il se rebellera contre les pensées et croyances qu'on lui aura imposées, et les rejettera en imposant les siennes avec véhémence.

Certains diront que quand nous allons dans certains pays islamiques, on exige de nous que l'on porte un turban et que les femmes soient voilées. Donc quand un musulman vient en France, on doit lui imposer nos traditions, comme eux nous imposent les leurs. Non! Le fait que les lois d'un pays soient liberticides et ne laissent pas le choix de choisir notre culture ou les traditions qui nous conviennent n'est en rien une excuse pour se comporter de la même façon et d'être irrespectueux des autres à notre tour. Le sage sait qu'il doit montrer le bon exemple afin d'inciter les autres à le suivre sur le chemin de la sagesse et de l'harmonie, et non pas quitter ce chemin pour rejoindre celui de l'oppression et la dictature parce que d'autres nous incite à le faire.

C'est pourquoi le sage dira que personne n'a le droit de nous obliger à aimer ce que l'on n'aime pas et à nous interdire d'aimer ce que l'on aime. Le sage n'imposera jamais une quelconque tradition, il invitera les autres à les partager si il le souhaite. Le chemin de l'harmonie est celui du respect de tous et par conséquent de toutes les traditions et toutes les cultures.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum