ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

G.2.2 Les enfants - La sexualité des enfants - A quoi les enfants peuvent-ils consentir et comment évoluent-ils?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

A quoi les enfants peuvent-ils consentir et comment évoluent-ils?



On dit souvent que les enfants ne peuvent jamais être consentants à quoi que ce soit de sexuel. On dit aussi qu'ils n'ont tout simplement pas de sexualité. Mais cela est faux, on dit souvent cela et on cherche à faire croire cela car tout ce qui mêle enfance et sexualité provoque l'effroi, le dégoût, car on a peur que les enfants soient abusés sexuellement et aussi parce qu'on refuse que les enfants grandissent et que l'on considère que tout ce qui est sexuel est réservé aux adultes.
Mais les enfants découvrent plus vite la sexualité que la plupart des gens pensent et que la plupart des parents veulent croire. Beaucoup d'enfants de 10, voir parfois 8ans, savent déjà ce que sont le sperme, les pénétrations, voire les fellations et la sodomie. Ce qui n'est pas forcément une bonne chose, surtout qu'à cet âge, ils restent encore assez voir très distant envers les enfants du sexe opposés. Ils en sont encore à trouver les termes et les actes précités répugnants, sans compter qu'ils n'en comprennent pas l'intérêt, d'où le fait que c'est encore trop tôt pour eux de savoir en quoi consistent ce genre d'actes.


I-LA MAJORITE SEXUELLE


On fait souvent aussi référence, surtout aux Etats unis, à la majorité sexuelle. Elle est à 15ans en France et on considère alors (et encore...) qu'un mineur de moins de 15ans n'est jamais consentant et ne peut jamais consentir à des relations de nature sexuelle. Ce qui est faux. La loi de la majorité sexuelle n'est qu'une sécurité basée sur une estimation. Ce n'est pas parce que cette estimation est fixée à 15ans, que chaque adolescent devient le lendemain de son quinzième anniversaire capable de consentir pleinement à des rapports sexuels, alors qu'il ne l'était pas du tout la veille. Chaque individu fonctionne différemment. Certains se sentent prêts à avoir des relations sexuelles avant 15ans, d'autres ne seront prêts que bien plus tard. C'est comme la limite de vitesse. Une vitesse limitée à 90km/h sur une route, c'est aussi une sécurité basée sur une estimation. Ca ne veut pas dire qu'on va forcément avoir un accident si on dépasse cette limite, mais le risque augmente. Ca ne veut pas non plus dire qu'on ne va pas avoir d'accident si on respecte cette limite, mais le risque diminue. Et plus on roulera au dessus de la vitesse autorisée, plus le risque d'accident augmente et risque de faire des dégâts. De même que plus un enfant aura des rapports sexuels à un âge inférieur à la majorité sexuelle, plus il a de chances d'être inaptes à apprécier et consentir au rapport érotique, voir sexuel et donc plus les dégâts, donc en fait le traumatisme, aura des chances d'être sévères.



II-LA CONSTRUCTION DU MOI DE L'ENFANT


Autrement les enfants et adolescents apprennent à consentir à des contacts physiques de plus en plus érotiques et sexuels au fur et à mesure qu'ils grandissent, au fur et à mesure de leurs maturations, expériences et découvertes et au fur et à mesure qu'ils apprennent à se connaître sexuellement, sentimentalement et affectivement. Et chacun développent des besoins différents.

En psychologie, on appelle cela aussi le "moi", qui représente la connaissance de soi et de ce que l'on désire et dont on a besoin. Plus l'enfant expérimente sa sexualité à son rythme, plus il apprend à se connaître et solidifie son moi et apprend donc à consentir petit à petit à des expériences de plus en plus physiques, érotiques et sexuelles. Si l'enfant franchit trop vite les étapes de sa découverte, il va lui manquer des parties de son "moi", donc de sa connaissance de lui-même et une absence de connaissance de lui l'empêchera de se gérer émotionnellement, sentimentalement et sexuellement.

Je compare souvent cela à une pyramide. L'enfant construit son moi en construisant la pyramide de son point de vue sur le sexe, grâce à ses expériences, sa connaissance de lui même, ses besoins etc... Mais si durant cette construction, il vit une expérience sexuelle traumatisante, les pierres qui viendront se superposer sur la pyramide seront alors fragiles et l'enfant finira sa maturation en rajoutant les prochaines pierres sur celles qui été fragilisée, ce qui va donner une pyramide déformée, instable, qui menace de s'écrouler, tout comme le point de vue de l'individu qui sera instable et incomplet.



III-ETAPES DE MATURATION SEXUELLE DE L'ENFANT


-Les enfants commencent souvent (et plus tôt qu'on ne le pense), par des expériences de masturbations.

-Plus tard, ils se touchent eux-mêmes et découvrent les parties érogènes de leurs corps à travers des expériences physiques auto-érotiques. Ils découvrent en même temps les stimuli qui leur procurent un plaisir sexuel visuel au départ, avant de passer aux plaisirs physiques et charnus par la suite.

-Ensuite, les enfants découvrent aussi des stimuli visuels plus osés, dans des scènes plus ou moins érotiques dans certains films, séries télévisées et même parfois des publicités.  Il y a aussi dans ces moments là, la découverte de l'éjaculation. La découverte de la jouissance sexuelle fait que l'adolescent se découvre de nouveaux stimuli et a besoin de se découvrir voir de se redécouvrir, car parfois les stimuli qui leur permettaient d'avoir une érection ne sont plus les mêmes que les stimuli qui les font jouir sexuellement.

-Par la suite, ils passent parfois par une phase de rapports physiques au niveau de leurs zones érogènes. Au début ce sont souvent les joues, qu'ils érotisent donc eux-mêmes, mais parfois aussi avec une autre personne, pour laquelle ils n'ont pas forcément d'attraction ou de sentiment, mais plutôt quelqu'un de confiance qui les respectera et qui n'ira pas au delà des simples rapports physiques auxquels ils peuvent consentir.
Cela leur permet de découvrir le rapport physique avec autrui et non plus par rapport auto-érotique.
C'est aussi ce genre de rapport que l'on appelle parfois "les amitiés particulières". Les zones érogènes sont fréquemment les joues au début. C'est pourquoi d'ailleurs il n'est pas recommandé de forcer un enfant, surtout un pré-adolescent ou adolescent, à faire un bisou sur la joue d'une personne pour dire bonjour et de ne pas l'embrasser aussi sur la joue si il ne veut pas. Cela peut perturber l'érotisation des joues de l'enfant ou adolescent.

-Encore par la suite, ils ne veulent plus d'une personne qui ne les attirent pas pour faire ce genre d'expérience. Ils ont besoin de passer au stade supérieur d'avoir des rapports physiques non seulement pour être touchés aux niveaux de leurs zones érogènes mais aussi par une personne qui leur plaît particulièrement et avec laquelle ils veulent être à proximité. Ils découvrent alors leurs sentiments et leurs besoins qui les poussent à aller vers tels individus plutôt que d'autres.

-Ils vont également tenter les rapports physiques sur des zones plus intimes, telles que les lèvres, puis l'intérieur de la bouche, les jambes, la poitrine, puis les parties génitales et non plus au niveau des joues par lesquelles les enfants débutent souvent. Ils découvrent également le plaisir de toucher une personne qui les attirent, en plus d'être touchés.

-Les jeunes adolescents de 13/14ans découvrent parfois des revues et films érotiques voire pornographiques. Et les adolescents de cet âge là sont moins choqués par les films érotiques voire pornographiques qu'on puisse le penser. Mais cela ne veut pas dire qu'ils sont prêts à être exposés à des mises en scènes sexuelles aussi explicites qui pourraient quand même les pousser à sauter des étapes dans leurs développement affectifs et dans leurs maturations sexuelles. Sans compter que si les plus jeunes adolescents peuvent être choqués en étant exposés à des scènes trop sexuellement explicites car ils n'y sont pas encore préparé et en sont à un stage de découverte bien inférieur, les plus matures pourraient quant à eux, mal interpréter les scènes dans ce genre de production. Car les films pornographiques sont souvent des enchaînements de scènes fantasmatiques qui ne tiennent pas compte de la réalité et ça des ados même de 15ans ou plus, pourraient en arriver à ne pas faire la différence entre fantasmes et réalité.

-Puis pour conclure, une fois qu'ils sauront quel genre d'individus les attirent le plus, pour lesquels ils ont le plus de sentiments et avec lesquels ils veulent partager leurs sexualités, qu'ils auront érotisé harmonieusement leurs zones érogènes notamment au niveau des parties génitales. L'individu saura alors qu'il est prêt à avoir des rapports sexuels et sera apte à y consentir pleinement. Cela arrive parfois à 15ans, parfois avant, parfois bien plus tard.

A noter que les phases que je viens d'énumérer ne représentent pas une ligne exhaustive et que la maturation des enfants et adolescents n'est pas forcément linéaire et conforme à cette liste.
Les adolescents découvrent aussi leurs besoins sexuels, affectifs et sentimentaux.
Le besoin de se féminiser ou de se masculiniser, de se sentir jeune voir de s'infantiliser, de protéger ou d'être protégé, de fuir certains types d'individus, parfois de dominer etc... Et tout cela influe aussi sur l'orientation sexuelle du futur adulte ainsi que sa façon d'être avec autrui dans ses relations sociales, amicales, amoureuses et sexuelles.



IV-QUE SE PASSE-T-IL SI LA MATURATION SEXUELLE N'EST PAS HARMONIEUSE?


Pour résumer un enfant, un mineur, un adolescent ne peut consentir qu'à des rapports physiques, érotiques ou sexuels de son niveau de maturité et de compréhension. Si on fait découvrir à un enfant des pratiques sexuels qui ne sont pas de son niveau, qu'il ne connaît pas et ne comprend pas. Il risque déjà d'une part de ne pas apprécier ces pratiques, ce qui perturbera fortement sa maturité sexuelle et affective. Notamment, il ressentira de l'angoisse due à de l'incompréhension voire du dégoût vis à vis des rapports sexuels, voir même vis à vis de simples contacts physiques car il aura grandi avec cette vision déformée de ce que sont les rapports sexuels.

Mais même si l'enfant ou adolescent, apprécie et ressent un plaisir sexuel en découvrant une pratique sexuelle que son corps est apte à apprécier, cela ne veut pas forcément dire que son esprit lui, est prêt à découvrir cette pratique en question. Cela peut donner des névroses, où l'esprit et le corps seront en opposition. Le corps apprécie la pratique sexuelle, tandis que l'esprit lui ne se sent pas bien car il se sent brusqué et perturbé par cette pratique qui de son point de vue sera sûrement étrange et sale.

Pour pouvoir consentir et apprécier pleinement une expérience à connotation sexuelle, l'esprit et le corps doivent être en harmonie. Dans le cas contraire, si un enfant saute une ou plusieurs étapes de sa maturation sexuelle en découvrant certains aspects de la sexualité trop précocement et trop brusquement, l'enfant risque de manquer de repères et surtout de devenir émotionnellement instable, car il n'aura pas appris à gérer ses émotions et ses sentiments. Il n'aura pas non plus eu l'occasion de vraiment se découvrir à son rythme, pour mieux se connaître, pour mieux identifier ses besoins affectifs et sexuels. Tout cela peut donner des individus donc névrosés, instables, hostiles envers certaines voire toutes formes de sexualité, ou parfois au contraire à surinvestir de manière excessive sa sexualité (car il n'aura pas appris à la contrôler et la gérer).



CONCLUSION


Donc pour répondre à la question thème de ce dossier. Je pense et j'espère que vous aurez compris que le mythe de l'enfant qui n'a pas de sexualité, est complètement faux. Les enfants ont une sexualité, mais en phase d'expérimentation et de découverte qu'il est important de respecter.
Si les enfants ont une sexualité, c'est qu'ils peuvent donc consentir à des expériences physiques à connotations sexuelles, qui seront au fur et à mesure de leur maturation et de leurs découvertes de plus en plus érotiques, puis pleinement sexuelles. Les enfants ne deviennent pas aptes à consentir à des rapports pleinement sexuels du jour au lendemain, le jour où leurs parents, la société ou autres auront décidé et accepté qu'ils sont devenus adultes. Cela se fait progressivement à travers leurs expériences émotionnelles, amoureuses, physiques, érotiques et sexuelles que leur éveil à la sexualité. Ainsi que la découverte de leurs besoins affectifs, émotionnels et sentimentaux. Si tout cela se fait harmonieusement, l'enfant, qui deviendra adolescent et adulte aura son corps et son esprit qui seront en harmonie et seront pleinement aptes à consentir et apprécier les pratiques de plus en plus physiques, érotiques et sexuelles qu'il aura envie de faire.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum