ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

19-"Tout est de ta faute"-"Mais non, tu n'y es pour rien". La responsabilité des enfants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Victor Novak instituteur remplaçant arrive dans une nouvelle école en même temps que Cédric et Thomas, deux garçons de sa classe de CM2. Si Thomas s'intègre vite grâce à son caractère prétentieux et de meneur, Cédric lui se sent de plus en plus exclu. Ses camarades notamment menés par Thomas se montrent de plus en plus violents et méprisants envers lui. Après plusieurs tentatives de se faire aimer par ses camarades et après avoir à nouveau été battu par Thomas, Cédric pense que personne ne peut l'aimer et tente de se suicider. Thomas réalise le mal qu'il a fait à Cédric et tente de se faire pardonner.

Si vous voulez voir ce téléfilm :


Maintenant une chose qui m'interpelle dans cette histoire, c'est que l'instituteur de Cédric et de Thomas tente de soulager ce dernier en lui expliquant que ce n'est pas sa faute si Cédric a tenté de se suicider.
Vraiment!? Pense -t-il vraiment ce qu'il dit? Est-ce bien vrai?
L'intention est bonne. C'est bien vouloir soulager les remords d'un enfant rongé par la culpabilité. Mais est-ce une bonne chose de déresponsabiliser totalement une personne qui a martyrisé une autre personne au point qu'il se suicide, même quand il s'agit d'enfants?

Certains individus prétendent :
-Qu'un enfant ne peut être tenu pour responsable d'un tel drame.
-Que c'est immoral de dire à un enfant qu'il est responsable d'un suicide.
-Qu'un enfant n'est pas assez responsable pour être tenu comme responsable de la mort de quelqu'un.
-Que quand un enfant se suicide, c'est à cause de plusieurs choses, donc on ne peut pas dire qu'un harceleur est en partie responsable.
-Qu'un individu qui se suicide est tout aussi responsable de sa mort que ses harceleurs, car il n'avait qu'à trouver autre chose que le suicide pour résoudre son problème.
-Va-t-on dire à un simple enfant que c'est un meurtrier? Ca ne se fait pas. En tant que parent apprécieriez vous que l'on qualifie votre enfant de meurtrier?

A tout cela et tout en cherchant à me maintenir sur le chemin qui nous mènera à la sagesse et la vie en harmonie, je répondrais donc tout ceci.
Quand Thomas reconnaît enfin ses tords et le mal qu'il a fait, Novak lui dit que ce n'est pas sa faute ce qui est arrivé à Cédric. Et bien si. Ce n'est pas entièrement la faute de Thomas, mais ça l'est quand même en partie, voir en grande partie.
Il est vrai que quand une personne, adulte ou enfant, en arrive à un tel acte, c'est dû à une accumulation de plusieurs choses. Le fait d'être rejeté, battu et de se sentir mal aimé et abandonné par son père, toutes ces choses accumulées ont fini par faire déborder le vase et ont poussé Cédric a faire quelque chose de désespéré. Et Thomas y a contribué (fortement même), car c'est lui qui a rejeté Cédric, qui l'a humilié, battu et entrainé ses copains à faire de même. Thomas avec son caractère de meneur possède un fort pouvoir d'influence sur les autres et au lieu de s'en servir pour faire le bien et pour aider les autres, dont Cédric à s'intégrer, il s'en est servi pour entrainer les autres à faire encore plus de mal. Donc Thomas n'a pas agi seul, il n'est donc pas le seul responsable, mais il est le principal instigateur de ce mouvement de violence à l'encontre de Cédric. Les autres n'avaient pas à suivre Thomas et être méchants eux aussi avec Cédric, c'est vrai. Et il est vrai aussi que ce n'est pas la faute de Thomas si Cédric ne voit jamais son père. Mais c'est toutes ces sensations d'être rejeté et détesté qui ont contribué au geste malheureux de Cédric. Thomas a donc une grande part de responsabilité
Je suis d'accord cela dit que dans le cas de Thomas, qui culpabilise et fond en larmes après la tentative de suicide de Cédric, qu'il ne faut pas trop le culpabiliser davantage. Dans son cas à lui, ce n'est pas nécessaire, car il se sentait déjà assez mal. Par contre, je ne suis pas d'accord pour dire que ce n'est pas sa faute. Car cela revient un peu à cautionner le comportement odieux qu'il a eu et ce même comportement, d'acharnement, de harcèlement et de méchanceté qui a déjà poussé plusieurs écoliers au suicide. L'instit aurait pu être plus préventif aussi. Dès le premier jour, Thomas fait tomber Cédric exprès, il a bien dû s'en rendre compte et il aurait au moins dû gronder Thomas ou l'obliger à s'excuser, au lieu de le laisser rire de sa bêtise et d'entraîner les autres dans son mauvais comportement. Surtout que tout est parti de là. Mais bon, après il punit Thomas pour le coup du ballon envoyé à la figure de Cédric exprès.

Il est vrai que c'est une accumulation de plusieurs choses qui a poussé Cédric au suicide. Mais une accumulation de plusieurs choses est une combinaison de plusieurs facteurs qui ont fait déborder le vase et pousser l'enfant au suicide et parmi ces facteurs Thomas tient une énorme place! Tout allait à peu près bien avant qu'il ne s'en prenne à Cédric qui aurait sûrement mal vécu l'absence de son père par la suite et les mensonges de sa mère (ce père qui est médecin à l'étranger n'existe pas en fait), mais sûrement pas au point de se suicider!

Maintenant en ce qui concerne le fait que Thomas soit un enfant et qu'en tant que tel, on ne peut lui reprocher d'être responsable de la tentative de suicide de Cédric.
Juste parce que c'est un enfant, il n'est responsable de rien du tout et on ne doit rien lui reprocher? Qu'il soit un enfant est une chose, qu'il fasse des bêtises qui ont de graves conséquences sur autrui en est une autre. Sous prétexte que le coupable est un enfant, il faut tout pardonner et lui dire qu'il n'est responsable de rien?! Dire à un enfant qu'il n'est pas responsable de la tentative de suicide de son camarade qu'il brutalisé et humilié à longueur de temps, c'est légitimer le comportement qu'il a eu envers lui et c'est considérer que le harcèlement et la brutalité à l'école ne cause aucun problème. Il y a des tas de jeunes harcelés à l'école qui se suicident. Va-t-on leur dire "vos harceleurs n'y sont pour rien dans vos malheurs, car ce ne sont que des enfants."
Et si c'était un père qui brutalisait son enfant? Il paraît tout de même aberrant que des gens innocentent complètement des enfants qui se montrent cruels et qui violentent d'autres enfants, alors que ces mêmes gens s'indignent lorsqu'il s'agit d'un père violent envers son enfant. Souvent là, les gens réagissent en exigeant que le père en question soit enfermé, voir tué, et même torturé... Mais quand c'est un enfant qui violente un autre enfant jusqu'à le pousser au suicide, là par contre pour eux, l'enfant est innocent et ne mérite même pas qu'on lui fasse remarquer qu'il a sa part de responsabilité dans ce qu'il s'est passé.
Mais c'est absurde! Oui, culpabiliser un enfant comme Thomas, surtout quand le bourreau reconnaît avoir mal agi et a déjà des remords, ce n'est effectivement pas une bonne chose, car cela pourrait effectivement le replier sur lui même. D'un côté, c'est bien un peu ce qu'il mérite. Mais Thomas a déjà compris qu'il avait mal agi. Mais lui dire qu'il n'y est pour rien, en revanche, c'est stupide!
Et c'est trop facile aussi de dire que quand quelque chose de terrible arrive que c'est pas la faute de telle ou telle personne et tout mettre sur le dos d'une seule personne ou au contraire de dire que c'est la faute de personne. Il y a souvent plusieurs facteurs et plusieurs personnes mis en cause dans ce genre de drames.
Quand un enfant est battu par son père, c'est la faute du père si il bat son enfant, mais ne serait-ce pas aussi un peu la faute de la mère qui manque de vigilance?
Un exemple fortement médiatisé en ce début Aout 2015, il vient d'y avoir un enfant de 11ans aux Etats unis qui a tué par balle un autre enfant de 3ans accidentellement. On considère que c'est la faute du gamin. Oui, c'est en partie sa faute effectivement, mais ne serait-ce pas aussi la faute des parents qui ont laissé l'enfant avoir accès à une arme à feu et aux munitions? Ne serait-ce pas aussi un peu la faute du culte des armes américain? Si on suivait la logique consternante des gens qui disent des choses comme "oh mais c'est un enfant, et les enfants ne peuvent être responsable de ce genre de drame", alors on devrait dire aux parents que tout est de leur faute et que l'enfant de 11ans qui a pris l'arme dans les affaires de ses parents, qui a joué avec, n'y est pour rien si il a tiré et tué un autre enfant? On peut très bien raisonner à l'inverse et dire que tout est de la faute de l'enfant et que les parents n'y sont pour rien. Mais si on raisonne ainsi, les parents continueront à détenir des armes à feu sans précaution et ce genre d'accident va se reproduire encore et encore... Et si on suivait cette logique, on devrait dire aussi aux enfants harceleurs qu'ils ne sont responsables de rien, comme ça les enfants harceleurs comme Thomas continueront d'harceler les enfants jusqu'au suicide encore et encore.


Quelle différence allons nous faire entre un enfant de 10ans qui pousse un autre enfant dans un ravin et un adulte qui tente de tuer un rival amoureux? Dans le premier cas, va-t-on dire à l'enfant que ce n'est pas sa faute si l'enfant qu'il a poussé est mort et dans le deuxième cas, va-t-on dire exactement le contraire que l'adulte est entièrement responsable?
Et quelle différence fait on, entre un enfant à qui on explique que si il joue avec un gros couteau il peut tuer quelqu'un ou se tuer lui même et un enfant a qui on fait remarquer que c'est lui qui a poussé son camarade au suicide à force de lui taper dessus et de l'humilier?

Les gens, qu'ils soient adultes ou enfants, font des choses qui peuvent avoir de graves conséquences et ces conséquences, ils en seront responsables, même si pénalement, ils ne peuvent pas être jugés responsable avant l'âge de 15ans (et encore). Un enfant de dix ans qui aura joué avec le feu et mis le feu à une maison et tué ses habitants sera responsable de la mort de ces gens.
L'enfant joue avec le feu [Conséquence]=> cela met le feu à la maison [Conséquence]=> Les habitants meurent brûlés.
L'enfant ne sera peut-être pas reconnu pénalement responsable, ce ne l'empêchera pas d'être responsable moralement de la mort des habitants de la maison, enfant ou pas, accident ou pas, il n'en reste pas moins celui qui a déclenché la réaction en chaine ayant abouti à la mort des occupants de la maison, c'est donc lui le responsable, même si on peut éventuellement ne pas lui en vouloir comme on peut en vouloir à un adulte capable de faire preuve de plus de bon sens qu'un enfant et censé mieux connaître les divers dangers comme le danger du feu, qu'un enfant qui a moins de vécu. Et encore, un enfant même petit sait généralement très bien que le feu est dangereux.

Il est même d'ailleurs recommandé de montrer à un enfant que traverser la route sans précaution peut entraîner la mort, la sienne ou celles des automobilistes, plutôt que de se contenter de lui dire "traverser la route sans regarder, c'est pas bien". Non, il faut expliquer brièvement pourquoi, même à des maternelles on peut expliquer, simplement et de manière concise, les dangers de tels ou tels actes. Et plus l'enfant comprendra le danger et sera conscient que ce qu'il fait peut être dangereux, plus il saura pourquoi il est important de respecter telles ou telles règles, comme celles de respecter les autres au lieu de les martyriser à l'école. Il est socialement prouvé que les enfants ont tendance à moins respecter des règles qui n'ont aucun sens pour eux et dont ils ne comprennent pas l'importance et la nécessité. Et c'est logique.
Punir un enfant parce qu'il a fait quelque chose de mal, c'est bien, mais les enfants ne sont pas des chiens que l'on dresse uniquement avec des caresses ou des friandises quand ils obéissent et des punitions quand ils n'obéissent pas. Il faut qu'ils comprennent un minimum pourquoi et qu'ils réalisent que leurs actes ont des répercussions ou des conséquences qui peuvent être graves. Sinon après on en fait des idiots qui ne savent pas réfléchir, comme certains religieux extrémistes qui disent "si je vole, j'irai en enfer, donc voler c'est mal". Ils disent ça, mais ils ne comprennent même pas pourquoi le vol est interdit. Ils ne peuvent pas avec ce genre de précepte intégrer les notions de respect d'autrui.  

Libre à chacune des victimes d'en vouloir ou non à son ou ses harceleurs. Cela dépend du point de la victime, c'est à elle de pardonner ou pas. Elle pardonnera plus facilement son harceleur si ce dernier s'excuse, si elle découvre que son harceleur était contraint de la racketter pour ramener de l'argent à des voyous qui eux même le martyrisaient etc... Je vous invite à lire le dossier sur le pardon des victimes d'abus sexuels.

Mais personne n'a le droit de parler aux noms de toutes les victimes de harcèlement dans les écoles et de leur interdire de considérer leurs harceleurs comme responsables. Une victime qui a pardonnée ne peut pas exiger que les autres victimes en fassent autant. Une victime qui déresponsabilise complètement son harceleur sous prétexte que c'est un enfant n'a pas non plus à affirmer que les enfants harceleurs n'ont pas à être blâmé du mal qu'ils ont fait.
En bref une victime n'a pas à pardonner la personne qui l'a brutalisée, voir parfois qui a détruit sa vie juste parce qu'on lui demande et sous le principe bidon que le coupable est un enfant. Et encore moins considérer qu'un enfant qui a poussé un autre enfant au suicide ne peut être blâmé ou qu'on ne peut pas lui en faire le reproche car c'est un enfant. Car dans ces cas là, on donne le droit à l'enfant de harceler un autre enfant jusqu'au suicide. Or non, celui qui fait preuve de sagesse et qui cherche à vivre dans l'harmonie et le respect, sait que l'on n'a pas à donner ce genre de droit à un enfant et qu'un enfant même si ses notions de respect peuvent éventuellement être encore floues, se doit d'apprendre ce qu'est le respect d'autrui et doit donc être tenu comme responsable de ses actes. Par contre, le sage sait aussi que reconnaître la responsabilité ou les parts de responsabilité d'une personne, ne veut pas dire que l'on doit la blâmer ou la sanctionner sans tenir compte de l'ensemble des faits et des circonstances.  C'est à dire que l'on ne va pas juger le responsable si c'est un enfant de la même façon qu'un adulte pénalement responsable si l'enfant est encore en phase de construction et ne fonctionne pas mentalement ni intellectuellement ni au point de vue comportemental comme un adulte.
Mais déresponsabiliser totalement un enfant des conséquences de ses actes sous prétexte que c'est un enfant, c'est absurde! C'est un peu comme ça après que ces genres d'enfants deviennent après des adultes capables de prendre une arme, de tirer sur quelqu'un en disant après "oh bah c'est pas moi qui l'ai tué, c'est le pistolet".

Un enfant, on lui apprend justement le sens des responsabilités. Et ce n'est sûrement pas en lui disant qu'il n'est responsable de rien qu'il apprendra, au contraire. C'est en lui faisant remarquer que ses actes ont des conséquences qui peuvent être graves qu'il sera de plus en plus responsable. Quand un enfant fait une bêtise, on le gronde, on le punit éventuellement et on lui explique (plus ou moins simplement suivant son âge) pourquoi il a mal agi. On ne doit pas partir du principe que c'est qu'un enfant, donc on ne peut rien lui reprocher.

On dit pour leurs défenses que les harceleurs ont parfois des problèmes eux mêmes, et que ce sont ces problèmes qui les entrainent à harceler les autres. C'est vrai. Mais quand un crime est commis, et pousser quelqu'un au suicide en est un, on identifie le coupable d'abord, c'est à dire celui qui est responsable et qui a commis le méfait, après seulement on le juge suivant si il est majeur ou mineur, suivant si le crime était intentionnel ou pas, suivant si il est mentalement compétent ou pas, suivant si il a besoin d'être soigné, interné, enfermé... Quoi qu'il en soit, on prend des mesures ou on sanctionne pour que ce genre de chose se reproduise le moins possible, on en déduit pas que parce que le coupable est un enfant que tout est pardonné sinon il recommencera. D'ailleurs ceux qui disent qu'un enfant n'est responsable de rien. C'est donc qu'il n'a même pas à être pardonné, car si il n'est pas responsable, c'est qu'il n'y a rien à lui pardonner, ce qui est ridicule.

Certains considèrent qu'un individu qui se suicide est aussi fautif que ses harceleurs, car il avait qu'à trouvé une autre solution. Mais ça c'est un point de vue, si une personne voit les choses ainsi, c'est son droit et encore une personne non concernée est-elle en droit de juger le geste d'une personne sans rien savoir des faits. Même une victime de harcèlement qui a tenté de se suicider et qui se considère comme étant tout autant responsable de son geste malheureux, n'a pas à imposer son point de vue aux autres victimes dont le point de vue et les circonstances l'ayant poussés à commettre cet acte ne sont très certainement pas les mêmes, ce qui remet en cause la responsabilité de tel ou tel protagoniste de l'histoire.
C'est vrai qu'un individu suicidaire a parfois d'autres moyens que le suicide, mais pas forcément. Des fois quand on n'a plus d'espoir et qu'on n'en peut plus de souffrir, que l'on ne peut rien faire après avoir tout essayé pour que la douleur cesse, on a recours aux moyens les plus extrêmes, soit détruire la source de nos souffrances, donc les harceleurs (ce qui n'est pas toujours possible), soit se tuer soi-même (souvent plus simple).

Dans le cas de l'instit, je ne dis pas qu'il faut culpabiliser Thomas à outrance car il a compris ses fautes, mais sûrement pas lui dire qu'il n'y est pour rien dans la tentative de suicide de Cédric. Il y a d'autres moyens plus intelligents pour soulager la conscience de quelqu'un que de lui dire bêtement qu'il n'a aucune part de responsabilités alors que c'est faux. Notamment dire au fautif, qu'il peut réparer le mal qu'il a fait. Ce que Thomas a d'ailleurs fait, en allant s'excuser et parler à Cédric. Et si il a dû réparer un mal qu'il a fait, c'est qu'il en est responsable. D'ailleurs Thomas aurait très bien pu se réjouir de la TS de Cédric et être fier de lui. Y'a des harceleurs même enfants qui sont comme ça. Va-t-on dire à ces enfants fiers d'avoir poussés d'autres enfants au suicide, qu'ils sont innocents et qu'on peut rien leur reprocher parce que ce sont encore que des enfants?

En tant que parents, apprécieriez vous que l'on traite votre enfant de meurtrier?
Devrait-on traité Thomas de meurtrier?
Vous en conviendrez que non, car de toutes façons Cédric n'est pas mort. Mais si Cédric avait succombé à sa tentative de suicide?

Les enfants meurtriers existent et même les enfants violeurs, et ce n'est pas en niant le contraire pour faire plaisir aux parents que ce type de délinquance et de criminalité disparaîtra. Au contraire, plus on fera mine de ne pas les voir parce qu'on est trop lâche pour voir la réalité en face, plus le problème empirera. Le but c'est de comprendre pour pouvoir au moins diminuer le problème, c'est pas de falsifier la réalité pour faire plaisir à des parents irresponsables qui laissent leurs enfants maltraiter d'autres enfants jusqu'au suicide ou sombrer dans la délinquance voire la criminalité.
Quand un enfant fait quelque chose de grave, comme pousser un autre enfant dans un ravin exprès. L'enfant est responsable. Mais la faute peut être reportée sur le parents éventuellement irresponsables, mais il n'empêche que l'enfant doit être reconnu comme étant au moins inadapté à la société et donc des précautions voire des sanctions sont à prendre à son égard. Même si les parents négligents sont sûrement plus à blâmer que l'enfant qui d'un certain point de vue est victime de la mauvaise éducation de ses parents, l'enfant n'en reste peut-être pas moins un danger pour les autres.

Ensuite pour répondre à la question, devrait on considérer Thomas comme un meurtrier en supposant que Cédric soit mort de sa tentative de suicide.
Il y a une différence entre être un meurtrier et contribuer aux circonstances ayant entraîner la mort de quelqu'un. Si Cédric avait succombé à sa TS, Thomas n'aurait pas été un meurtrier, mais quelqu'un qui aurait harcelé physiquement et moralement un enfant et ayant contribué à sa mort sans intention de le faire. Tandis qu'un meurtrier est une personne directement responsable de la mort de quelqu'un. Alors que généralement un harceleur, qu'il soit adulte ou enfant, ne harcèle pas quelqu'un dans le but de le tuer, mais c'est parfois ce qui arrive, parfois cette maltraitance peut contribuer à la destruction morale, voire mentale ou physique (donc la mort) de la personne. et le harceleur en est donc au moins, partiellement responsable voir totalement responsable. Dans tous les cas, une personne ayant poussé une autre personne au suicide, ne sera jamais un meurtrier sauf si il lui a dit "soit tu te tues, soit c'est moi qui te tue ou je tue tes enfants", là ça revient au même que tuer directement la personne. Mais sinon le harceleur ne sera pas celui qui aura tué la personne, puisque l'individu s'est tué lui même. Il ne sera donc pas responsable d'un meurtre et jugé comme un meurtrier, mais sera coupable quand même de l'avoir poussé au suicide. Dans le cas de Thomas en tous cas, il est partiellement responsable, car il a fortement contribué à ce qui est arrivé.
Thomas harcèle et brutalise Cédric => Cédric se sent mal aimé et devient malheureux => Le malheur et le manque d'amour de Cédric le pousse à croire qu'il ne manquera à personne => Cédric tente de se suicider.
Thomas a déclenché cette réaction en chaine qui de fil en aiguille à abouti au suicide de Cédric. Il est donc en partie responsable, mais pas autant que si la réaction avait été :
Thomas tue Cédric avec un couteau pour le plaisir.
Là, il n'y a même pas de réaction, la responsabilité est cette fois ci directe, là, dans ces cas là, c'est un meurtre.


Je termine par une petite histoire. Un peu comme dans de l'instit, un jeune ado a harcelé et racketté un garçon plus jeune que lui. Le garçon en question s'est suicidé. Le jeune ado a fondu en larmes et a imploré à genoux le pardon de son père (de l'enfant mort). Le père a réalisé que cette réaction veut dire que le garçon harceleur a compris le mal qu'il avait fait et que son fils n'était alors peut-être pas mort pour rien. Il lui a donc accordé son pardon, en se disant que ça donnerait peut-être un sens à la mort de son fils et parce qu'il y avait quelque chose à pardonner car ce jeune ado, aussi jeune qu'il pouvait être, était responsable de la mort de son fils! Sans pour autant être un meurtrier, ce jeune homme avait quand même contribué à sa mort. Si le père était parti du principe qu'un enfant n'est responsable de rien, on lui aurait alors dit qu'il n'y était pour rien dans la mort de l'enfant et il se serait alors sûrement dit qu'il pouvait dans ce cas là continuer à harceler d'autres enfants avec les conséquences qui ça aurait impliquées.  

Le sage sur le chemin de l'harmonie comprend que chaque acte, chaque parole a des conséquences. Le sage apprend donc à modérer ses actes et ses paroles, afin d'éviter de perturber l'harmonie entre les êtres. Le sage sait que les drames qui arrivent ne sont pas forcément uniquement le fait de ses actes à lui, mais aussi d'un nombre de combinaisons quasi-infinies de facteurs internes et externes de chaque personne ayant participé de près ou de loin à ce drame. Mais il sait donc aussi que chacun de ses actes et de ses paroles pourraient avoir des conséquences dramatiques et qu'il en aurait au moins une part de responsabilité.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum