ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

09-"Je te promets que tout ira bien/que tu réussiras..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Ne vous a-t-on jamais fait une promesse de ce genre? "Ca va aller... ne t'en fais pas... je te promets que ça va bien se passer... tu vas réussir... tu seras heureux..."
Cela part d'un bon sentiment. Le but quand vous faites cette promesse, c'est souvent de rassurer, donner de l'espoir, encourager la personne que vous aimez quand elle en a besoin.


Une fois, un petit garçon de huit ans voulait se rendre seul chez son copain. Ses parents ont voulu l'emmener en voiture, l'enfant leur a dit "je peux y aller tout seul, je ne suis plus un bébé". L'enfant a donc pris son vélo et il est parti seul. Voyant l'inquiétude de sa femme qui a laissé son enfant partir tout seul pour la première fois, le papa l'a embrassé en lui disant "ça va bien se passer, je te le promets". Mais l'enfant n'est jamais revenu, on l'a retrouvé mort dans un champ. Sa maman en a voulu à la terre entière, y compris son mari, notamment pour lui avoir promis que leur enfant rentrerait sain et sauf.
C'était bien évidemment gentil de la part du mari de rassurer sa femme qui avait peur pour la sécurité de son enfant en lui faisant la promesse que ça se passerait bien. Mais était-ce légitime de faire cette promesse? La sécurité sur le trajet en vélo de l'enfant se rendant seul chez son copain, ne dépendait en rien de son père, vu qu'il n'était même pas là. Alors qu'est-ce qui lui permettait de promettre que tout se passerait bien? Comment pouvait-il en être sûr? Il ne pouvait pas promettre une telle chose.


Il en va de même pour une adolescente nerveuse avant son examen. Ses parents, pour l'encourager, lui disent "tu vas réussir, j'en suis sûr". Quand c'est sûr, c'est promis. Leur fille échoue, alors qu'on lui a promis qu'elle réussirait. La chute et la déception n'en sont que plus difficiles. Les parents lui ont fait une promesse qu'ils ne pouvaient pas tenir, ce n'étaient pas eux qui passaient l'examen, la réussite de cet examen ne dépendait donc pas d'eux, ils ne pouvaient donc pas promettre la réussite de leur fille.  
La maman de l'enfant retrouvé dans le champ, pouvait comprendre que son mari lui avait promis que leur enfant serait de retour à la maison sain et sauf, uniquement pour la rassurer. Tout comme la candidate à l'examen pouvait se douter que ses parents voulaient l'encourager et non lui faire une vraie promesse comme quoi elle allait réussir. Mais il n'empêche que les termes sont mal choisis et ce genre de propos peuvent rendre les promesses que l'on se fait entre nous, caduques ou que l'on peut déformer à notre guise.
Qu'est-ce qui empêche un enfant à qui on a promis réussite, mais qui a redoublé, de faire des promesses qu'il ne pourra pas forcément tenir et de prétexter les promesses non tenues par ses parents pour justifier de ne pas tenir les siennes?


Il y a aussi les médecins dans ce genre de cas. Quelqu'un qui a un cancer à un stade avancé dont on ne sait pas encore grand chose, demande à son médecin "est-ce que je vais mourir?". Le médecin répond "je vous promets que non". Ce médecin est-il digne de confiance, malgré son désir de rassurer son patient? La question de vie ou de mort du patient dépend des métastases du cancer, de sa localisation, de sa taille, de l'efficacité de la radiothérapie ou de la chimiothérapie. Et le médecin ne peut avoir le contrôle de tous ces facteurs.
Si on demande "vais-je mourir", le médecin ne doit pas répondre "je vous promets que non". Par contre, le médecin peut répondre, "Je ne peux rien vous promettre, sauf de faire de mon mieux". Promettre la guérison non, il ne peut pas, mais promettre de faire de son mieux ça il le peut. La guérison ne dépend pas que du médecin, mais qu'il fasse de son mieux par contre, cela dépend entièrement de lui. Voilà alors un médecin qui semble digne de confiance.


Sans compter que donner de faux espoirs, notamment lors d'une situation désespérée ou lors de l'aboutissement d'efforts innombrables, cela peut avoir de fortes répercussions sur la personne. Avoir une confiance absolue en quelque chose d'important voir de vital pour nous, et ensuite réaliser qu'on s'est fait des illusions, c'est un traumatisme extrêmement fort. C'est comme sentir que l'on arrive au sommet de la montagne que l'on a eu tant de mal à escalader pour finalement dégringoler et chuter jusqu'en bas. Avoir été au bord du sommet et de l'accomplissment de nos espoirs, pour finalement tomber de tout en haut jusqu'en bas, la chute n'en est que plus douloureuse voire mortelle. La chute peut aussi être mortelle métaphoriquement parlant pour quelqu'un qui a eu trop d'espoirs pour finalement échouer. Il peut en résulter un traumatisme psychologique tellement fort que l'individu peut perdre tout espoir et motivation de vivre. Mieux vaut dans ces cas là être averti du danger d'échouer et se préparer psychologiquement à cet échec afin d'y faire face plus efficacement. Tout comme celui qui escalade la montagne, mieux vaut qu'il soit accroché à une corde ou qu'il ait un parachute afin d'être mieux préparé à la chute et surtout qu'il ne parte pas du principe qu'il va obligatoirement réussir. A quoi bon prendre de quoi amortir la chute quand on est sûr et certain que l'on ne va de toutes façons pas tomber, parce qu'on nous en a fait la promesse? Or on ne peut pas promettre à quelqu'un qu'il va  réussir à arriver au sommet. Et si il glisse? Et si un rocher tombe? Et si il se tord la cheville? Personne ne peut promettre que ce genre de chose n'arrivera pas. Il ne faut pas partir non plus du principe qu'un accident va forcément arriver, sinon effectivement, on risque de perdre confiance en soi, ou on risque de devenir nerveux et nos chances de réussites n'en seront qu'amoindries, mais pas promettre le contraire non plus. Personnellement, je ne m'attends pas à ce que ma maison brûle, je prends des précautions pour que ça n'arrive pas. Mais je ne peux pas promettre que ça n'arrivera pas, c'est pourquoi j'ai une assurance en cas d'incendie.


Il en va aussi de même avec les hommes politiques. Les candidats à la présidentielle, ou le président en personne peut-il promettre de réduire le chômage par exemple? Non, il ne peut pas, car même si il est le chef d'état, tout ne dépend pas que de lui. Il y a des tas de facteurs à prendre en compte, tels que le pouvoir d'achat, l'enseignement, l'accès aux formations, les offres et les demandes, la démographie... Ainsi que tout un tas d'acteurs qui peuvent nuire au bon déroulement des opérations visant à réduire le chomage, tels que le nombre de diplômés, leur motivation à faire telles études et les portes qu'ouvrent ces études, si elles permettent l'accès où les offres sont plus ou moins élevées, les employeurs désirant embaucher le moins possible, soit faute de moyens, soit par cupidité. Et chacun de ses facteurs et acteurs peuvent parfois, voir souvent, être imprévisibles. Le président ne peut donc pas promettre que son opération visant à réduir le chomage sera un succès. Il peut en revanche annoncer ses projets pour favoriser l'emploi et il peut promettre de prochainement les présenter aux individus concerner afin de faire progresser les choses. Mais encore une fois, il ne peut garantir le succès du projet, car cela ne dépend pas que de lui.
Le problème avec les politiciens, c'est que pour obtenir des voies de nos jours, ils semblent presque obligés de faire des promesses. Un politicien qui ne promet pas la réduction du chomage ou de la délinquance par exemple, a des chances de passer pour quelqu'un en qui on ne peut pas faire confiance, justement parce qu'il ne promet pas et ne paraît donc pas être quelqu'un de fiable, de motivé et bien déterminé à servir son peuple. Encore un problème du coup, c'est que le président de la république est censé être un modèle et il a surtout un pouvoir d'influence énorme. Si même lui, fait des promesses qu'il ne tient pas, quel exemple donne-t-il à son peuple? Beaucoup de gens se laissent alors influencer, et se mettent eux aussi à faire des promesses qu'ils ne tiendront pas. Pas forcément des promesses qu'ils font en se disant qu'ils ne les tiendront pas, parce qu'ils s'en fichent ou sont hypocrites mais des promesses du même genre que les parents qui disent à leurs filles qu'elle va réussir son examen. A savoir donc, des promesses qu'ils aimeraient tenir ou dont ils aimeraient voir l'aboutissement, mais qui ne dépendent pas uniquement d'eux, voir pas du tout d'eux.
C'est sûrement aussi ça le problème avec le peuple vis à vis du président de la république. Le peuple en attend sûrement trop de son président et semble compter sur lui pour remuer ciel et terre pour résoudre chaque problème. Alors que le président de la république, certes a des pouvoirs, mais pas un pouvoir absolu, il n'est qu'une seule personne et une grande partie de ses pouvoirs dépendent d'autres personnes qui lui donneront plus de pouvoirs, ou au contraire les lui prendront.


Le sage sur le chemin de l'harmonie sait que la confiance est essentielle pour vivre en paix entre nous et il y accorde donc une grande importance. Il sait qu'on ne peut pas faire confiance à quelqu'un qui promet des choses qui ne dépendent absolument pas de lui.
La vie en harmonie exige le respect, et est-ce respectueux de faire des promesses que l'on ne pourra pas forcément respecter? La réponse est non car cela brise la confiance que l'on peut avoir pour les autres.
Le sage qui cherche le chemin de l'harmonie, sait qu'il ne doit pas faire de promesses illégitimes dont les facteurs influant sur l'accomplissement de cette promesse risquent de lui échapper. Les seules promesses qu'il fait, sont des promesses qui ne dépendent que de lui et de facteurs dont il a le parfait contrôle. Il n'hésite pas à refuser de faire une promesse, mais en expliquant clairement pourquoi afin de faire comprendre que le refus de promettre ne vient pas d'une mauvaise volonté de sa part mais d'une marque de confiance comme quoi il ne peut pas promettre ce qui ne dépend pas que de lui. Il préfère de loin employer des mots comme "je vais essayer", plutôt que de prendre le risque de promettre quelque chose qu'il ne pourra peut-être pas obtenir et qui risque de décevoir ceux qui comptent sur lui et surtout qui l'aiment et ont confiance en lui.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum