ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[Film] Woodsman ou la peur du loup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 [Film] Woodsman ou la peur du loup le Mer 2 Jan - 16:59

Un film courageux mais un peu maladroit, c'est woodsman (le bucheron) connu aussi au Québec sous le titre de "la peur du loup" avec Kevin Bacon.

Synopsis

Près douze années de prison pour pédophilie, Walter revient dans sa ville natale pour commencer une vie nouvelle. Il s'installe dans un appartement en face d'une école primaire et décroche un job dans une scierie. Note d'espoir dans la solitude des jours, il y rencontre Vickie, une femme au franc parler qui refuse de le juger à la lueur de son passé. Mais on n'échappe pas à sa part d'ombre. Walter a perdu tout contact avec une soeur qui désormais le fuit et vit dans la peur que ses collègues ne découvrent un jour son véritable passé. Harcelé par un détective qui soupçonne quelque lourd secret, Walter doit lutter contre ses anciens démons qui se réveillent lorsqu'il se lie d'amitié avec une jeune fille rencontrée dans un parc...

Mis en vente ici :
http://www.amazon.fr/The-Woodsman-Kevin-Bacon/dp/B000I2IYCQ/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1357145564&sr=8-1


Mon avis

J'en parle déjà dans le topic suivant :
http://adep.etudiantforum.com/t40-i2-la-mediatisation-de-la-pedophilie-pedophilie-a-la-television

Je recopie ici vite fait ce que j'y ai écrit :

Walter sort de 12ans de prison pour avoir tripoté des petites filles comme il le dit. Il s'installe dans un appartement près d'une école primaire. Il est engagé dans une scierie. Il se lie d'amitié avec une employée à laquelle il se confie. Près de l'école, il remarque un homme au comportement étrange. Il doit régulièrement aller voir un thérapeute. Il a surtout du mal à controler ses pulsions et ses envies d'approcher les jeunes filles.

Le synopsis sur amazon maintient encore une fois la confusion, en utilisant le mot pédophilie pour désigner la pédosexualité. Et Walter ne rencontre la jeune fille au parc qu'à la fin. Je crois me souvenir qu'il l'aperçoit vers le début mais ils ne se parlent qu'à la fin. C'est d'ailleurs un peu dommage que leur relation n'ait pas été plus appronfondi mais le fait qu'ils ne se parlent qu'à la fin sert un peu de conclusion au film. Les voir se parler plus tôt aurait brisé en partie ce que la réalisatrice voulait mettre en scène, la difficulté pour Walter de contrôler ses pulsions.

C'est étonnant que ce soit Kévin Bacon qui joue ce rôle là. Je ne sais pas si c'est dû au fait qu'il ait déjà joué un pédophile (ce coup ci très méchant) dans sleepers et qu'il ait en plus réalisé un film quelque peu ambigü sur le sujet, "loverboy". Le film est intéressant. En liberté conditionnelle, Walter travaille dans une scierie où il se lie d'amitié avec un garçon manqué avec laquelle il ne tarde à devenir intime, même si le personnage de Bacon semble bloquer quelque part. La fille sent qu'il cache quelque chose, Bacon lui confie rapidement "qu'il a tripoté des p'tites filles". Il précise aussi que ce sont des filles qu'il aimait et qu'il ne voulait en aucun cas leur faire du mal. Elles avaient entre 10 et 12ans, mais elles mentaient à Walter sur leur age et se disaient à chaque fois plus agées qu'en réalité. Bacon leur demandait à chaque fois leur age. Celà semble sous entendre des relations plus ou moins consensuelles, car visiblement si les filles mentaient sur leur age, il devait bien y avoir une raison et si Walter voulait s'assurer qu'elles avaient un certain age, c'était sans doute aussi parce qu'il était un peu conscient de ce qu'il faisait et qu'effectivement il ne voulait pas leur faire de mal.

Là où le personnage inspire de la sympathie, c'est qu'il est harcelé par un flic qui est persuadé qu'il va "récidiver". Une garce dans la sciérie révèle à tous les employés que Bacon a fait de la prison pour abus sur mineurs, ce qui vaut à Bacon de se faire tabasser, mais en revanche à la garce de se faire virer. Comme quoi le film essaye de faire preuve d'objectivité. Le personnage se lie un peu d'amitié avec une jeune fille qu'il rencontre dans un parc. Elle lui révèle à la fin qu'elle est abusée sexuellement par son propre père et que c'est la raison pour laquelle elle aime observer les oiseaux au parc, seule et éloignée de tous. C'est intéressant aussi que le personnage soit ami avec une voir deux personnes qui ne le juge pas trop et qui l'acceptent assez. La fille lui dit même "tu es quelqu'un de gentil, je le sens au fond de toi".
En bref, le pédophile du film n'est pas montré comme il est montré partout dans les médias par exemple. Il a des sentiments humains et il est probablement des fois plus à plaindre qu'à condamner.

Là où le film semble exagérer un petit peu. C'est que Walter est installé dans un appartement en face d'une école primaire (déjà pas très malin) et qu'il observe les enfants de cette école et remarque un individu qui approche les jeunes garçons et les appate avec des bonbons. Walter le surnomme "Candyman" et sent en lui, un comportement louche. Candyman fait un peu office de caricature involontaire du coup, un pédophile qui attire les enfants avec des bonbons, bon, il n'ont pas chercher à faire dans la complication. Ils ont visiblement tenté de rendre le personnage de Walter encore plus sympathique en mettant en scène un personnage pire que lui. Mais Walter est aussi mis en scène en luttant contre ses démons. Il le raconte à son thérapeute, il veut "redevenir normal". Là encore, on peut avoir l'impression que la réalisatrice tente de montrer que les pédophiles sont des malades mentaux incapable de se contenir (ce qui n'est pas forcéement vrai). Bien que dans ce cas, le cas de Walter est quand même assez pathétique, visiblement il a de fortes pulsions et manque de sentiments envers les enfants qui l'attirent. Il s'agit plus ou moins d'un pédophile compulsif et dont les attractions ne se résument qu'à des envies de sexe. Mais le truc est qu'il n'y a pas besoin d'être pédophile pour avoir des pulsions incontrollables et que la maladie est plus d'avoir des pulsions de ce genre que la pédophilie elle même. Mais quand on est pédophile, il est effectivement vrai que les pulsions causent beaucoup plus de problèmes que pour d'autres individus.

Mais à ce niveau là, le film se rattrappe largement avec d'autres points de vu intéressants. Le thérapeute demande un moment à Walter, "qu'est-ce que c'est pour vous être normal?", il répond "approcher les filles sans avoir d'arrière pensées", là, il reconnait que son problème n'est pas sa pédophilie mais ses pulsions, point réaliste. La fin aussi, quand Walter est seul avec la jeune fille dans le parc. Il lui propose de venir s'assoir sur ses genoux. Je sentais que le film allait partir en vrille et que ça allait dégénérer. Mais je me trompais, La jeune fille refuse, mais une conversation excellente s'en suit. Elle admet à Walter que son père veut qu'elle vienne sur ses genoux mais que elle n'aime pas. S'en suit alors des question de Walter qui fait que la fille avoue qu'elle est abusée par son père. Elle accepte ensuite de venir sur ses genoux, mais ce dernier lui dit alors qu'il ne veut plus. La fille s'en va même en prenant Walter dans ses bras. Le film n'oublie donc pas de rappeler que de nombreux abus ont lieu aux sein des familles. Walter finit aussi par voir candyman embarquer un petit garçon dans sa voiture, il écrit "le petit ange finit par monter dans la voiture de candyman". Quand il le voit ramener l'enfant en pleine nuit, Walter lui saute dessus et le frappe à mort . Il apprend juste après que ce type est bel et bien un violeur d'enfant. Et le film finit de manière optimiste avec Walter emménageant chez sa copine, à qui il s'est confié et qui accepte de ne pas le juger. Moi je le voyais récidiver et retourner en prison. bah non comme quoi, c'est d'autant plus étonnant que le réalisateur de ce film soit une femme. Kevin Bacon est excellent et il faut admettre qu'un film comme celui là, il fallait oser le faire. Les pédophiles, celui là, est bien plus humain que les vulgaires caricatures des séries TV. Sans compter que la souffrance des victimes n'a pas été oubliée non plus avec la fille qui aime les oiseaux, qui fond en larmes devant Walter. Film que je recommande donc, afin de voir enfin la pédophilie sous un autre angle caché.

Le film a le mérite d'être centré sur un pédophile, bien interpreté par Kevin Bacon. Un pédophile attiré par les jeunes filles, aussi hétérosexuel, donc non exclusif mais visiblement préférentiel. Pas assumé, qui a été actif, qui semble être compulsif.

Le pédophile en question tente de lutter contre ses pulsions et aimerait pouvoir changer et ne plus être pédophile. Le film est donc plutôt humaniste et évite la caricature du pédophile inconscient et dépourvu de sentiments au profit d'un pédophile souffrant et sûrement plus à plaindre qu'à condamner.
Mais le film se révèle aussi quelque peu maladroit par moment. Le personne qui attire les enfants dans sa voiture à la sortie de l'école primaire avec des bonbons par exemple. Le pédophile pourtant non exclusif, qui semble incapable de se contenir, semblant essayer de révéler que les pédophiles sont forcément dangereux et compulsifs alors que ce n'est heureusement pas le cas.

Un film à voir quand même et qui a le courage de montrer le problème de la pédophilie sous un angle plus humain et moins caricatural.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.etudiantforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum